Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
5 Mai 2024 | Pression normative
 

«  Le cancer lié au tabagisme est dû à la combustion de la lignine du tabac dont la fumée inhalée contient des composés cancérigènes. Quen est-il de la fumée des « herbes récréatives », la combustion de leur lignine serait-elle inoffensive ? Il y aurait ainsi la mauvaise fumée dun côté et la bonne de lautre. »

Extrait d’une tribune de Bernard Meunier (membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie nationale de Pharmacie) dans une tribune publiée par Les Échos (voir 1er mai).

D’ailleurs, nous reprendrons une autre phrase de cette même tribune : « Les narcotrafiquants ont-ils gagné deux batailles essentielles pour eux ? Celle de lopinion publique qui se laisse persuader que seul le tabac est dangereux, et celle de l’élargissement de sa zone de chalandise en intégrant le tabac dans les marchés clandestins. »

 

C’est depuis ce 1er mai que les fabricants sont contraints de livrer aux points de vente tabac (notamment les célèbres « dépanneurs ») des cigarettes portant chacune un avertissement sanitaire (voir 2 juin et 2 août 2023).

Ce sont les cigarettes « king size « qui sont concernées (ces formats sont encore autorisés au Canada). Les autres formats devant satisfaire à cette obligation à partir du 31 janvier 2025.

Et les anciennes cigarettes « king size », sans avertissement, pourront être encore écoulées jusqu’au 31 juillet de cette année. Concrètement, ces avertissements apparaissent au niveau des filtres … en anglais et en français.

Les différents avertissements – apposés, rappelons-le, au niveau des filtres – répondent aux textes suivants : « les cigarettes endommagent vos organes » ; « la fumée de tabac nuit aux enfants » ; « la cigarette cause le cancer » ; « la cigarette cause la leucémie » ; « la cigarette cause l’impuissance » ; « du poison dans chaque bouffée ».

 Commentaires fermés sur Canada : avertissements sanitaires directement sur les cigarettes … première vague  ,
 

« Exclure les jeunes du tabagisme » … C’est le thème de la Journée mondiale sans Tabac 2024 (organisée chaque 31 mai par l’OMS / Organisation mondiale de la Santé) qui se veut « un plaidoyer pour que lon arrête de cibler la jeunesse avec des produits du tabac nocifs », selon le communiqué officiel. Dont nous reproduisons des extraits.

Les jeunes, les décideurs politiques et les défenseurs de la lutte antitabac du monde entier se voient ainsi proposer un forum pour discuter de ce problème et exhorter les pouvoirs publics à adopter des politiques qui protègent les jeunes contre les pratiques manipulatrices de lindustrie du tabac et des industries connexes.

Bien que le tabagisme ait diminué au fil des ans grâce aux efforts phénoménaux déployés par les acteurs de la lutte antitabac, la protection de ces groupes vulnérables nécessite davantage defforts. À l’échelle mondiale, selon des données de 2022, au moins 37 millions de jeunes gens de 13 à 15 ans consomment lune ou lautre forme de tabac. Dans la région européenne de lOMS, 11,5 % des garçons et 10,1 % des filles de 13 à 15 ans consomment du tabac (4 millions). 

(…) Lindustrie du tabac sefforce dinstaurer un environnement propice à ladoption de ses produits par la nouvelle génération, dans lequel, notamment, une réglementation laxiste permet de garantir que ses produits sont disponibles, à un coût abordable.

Elle met également au point des produits et des tactiques publicitaires qui attirent les enfants et les adolescents, approchés par le biais des médias sociaux et des plateformes de streaming. Les produits tels que les cigarettes électroniques et les sachets de nicotine gagnent en popularité auprès des jeunes.

En 2022, selon les estimations, 12,5 % des adolescents de la région européenne fumaient des cigarettes électroniques, contre 2 % des adultes. Dans certains pays de la Région, les taux dutilisation de la cigarette électronique chez les enfants d’âge scolaire sont 2 à 3 fois plus élevés que les taux de consommation de cigarettes.

Cest pourquoi la Journée mondiale sans Tabac 2024 appelle les pouvoirs publics et la communauté de la lutte antitabac à protéger les générations actuelles et futures (…) (Voir 3 avril et 31 mai 2023, 30 mai 2022).

1 Mai 2024 | Pression normative
 

Le Royaume-Uni étudie un projet de loi visant à interdire la vente de cigarettes aux personnes nées après 2009 (voir 17 et 22 avril). Une mesure qui interroge alors même que la législation devient plus permissive pour les drogues douces aussi dangereuses pour la santé, rappelle Bernard Meunier (membre de lAcadémie des Sciences et et de l’Académie nationale de Pharmacie), dans une tribune des Échos de ce 30 avril que nous reprenons.

Dans son combat contre les dangers du tabagisme, le Royaume-Uni va interdire l’achat de cigarettes pour toutes les personnes nées après 2009.

•• L’addiction à la nicotine, molécule perturbatrice du système nerveux central, étant forte, il est certain que la vente clandestine de cigarettes va croître, en offrant aux narcotrafiquants un élargissement de leur marché déjà très lucratif.

De manière paradoxale, la restriction et maintenant l’interdiction de l’accès au tabac sont mises en place alors que, dans le même temps, la permissivité et le libre accès sont favorisés pour les autres drogues perturbatrices du système nerveux central. Les mêmes pays qui mènent le combat contre le tabac adoptent, ou souhaitent adopter, une législation favorable aux drogues « douces », y compris en allant jusqu’à dépénaliser la détention de petites quantités de drogues « dures ».  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Generational ban : « … nous accordons aux drogues la permissivité accordée au tabac au siècle dernier » (Bernard Meunier / Les Échos)  , ,
 

L’administration de Joe Biden a déclaré, ce vendredi 26 avril, avoir décidé de repousser à plus tard l’interdiction des cigarettes au menthol aux États-Unis, une mesure pourtant très attendue par les associations de santé, mais qui se révèle aussi être un enjeu électoral.

Comme nous l’avions annoncé ici-même (voir 5 avril et 17 mars 2024, 12 décembre 2023). Nous reprenons la dépêche que l’AFP consacre au sujet.

Les cigarettes au menthol sont consommées en majorité par des Afro-Américains, un électorat penchant du côté démocrate et qui pèsera lourd lors de l’élection présidentielle en novembre. « Il est clair qu’il y a encore des conversations que nous devons avoir, et cela va prendre beaucoup plus de temps », a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé, Xavier Becerra. Lire la suite »

 

Quand va être définitivement adoptée cette mesure radicale approuvée – la semaine dernière – par la « House of Commons » (que l’on pourrait comparer à notre Assemblée nationale) consistant à interdire – à vie – à toute personne née après le 1er janvier 2009 d’acheter du tabac ? Le « Generational Ban » (voir 17, 18 et 19 avril).

Cette mesure se trouve en première phase de son passage devant le parlement britannique. Mais un pas essentiel a été franchi. Précisons aussi qu’elle est intégrée dans un projet de loi englobant à la fois des mesures pour le tabac et le vapotage (Tobacco and Vapes Bill).

Les dispositions sur le vapotage consistent surtout en l’interdiction de vendre des produits sans nicotine aux moins de 18 ans (c’est déjà le cas pour les produits avec nicotine) et en des dispositions concernant la présentation de ces mêmes produits dans les points de vente (nous ne sommes pas loin d’un display ban pour les produits du vapotage, d’ailleurs …).

Si le projet de loi a fait l’objet, le 16 avril, d’un examen global en première lecture, il doit encore passer en « committee stage » – l’équivalent d’une commission – où des amendements, mesure par mesure, vont être débattus. C’est à ce moment que les oppositions les plus nettes au projet devraient s’exprimer (on sait que la majorité conservatrice est divisée sur le sujet, alors que l’opposition travailliste soutient le premier ministre conservateur Rishi Sunak …).

Le passage en « committee stage » ne devrait pas tarder. Car le vote définitif de la loi est inscrit au calendrier de la « House of Commons » pour juin. Reste que ce calendrier pourrait être impacté par les prochaines élections générales. Elles devraient avoir lieu avant la fin de l’année. Photo : Reuters

21 Avr 2024 | Pression normative
 

Devenir un pays totalement sans tabac, comme est en train de l’adopter le Royaume-Uni en interdisant la vente de cigarettes aux jeunes, nés après le 1er janvier 2009, tout au cours de leur vie … (voir 17, 18 et 19 avril). Estelle Midi sur RMC a débattu, dès ce 17 avril, sur l’éventualité dune telle mesure en France … Extraits.

Pour une buraliste, une France sans tabac est « une utopie. Ça n’empêchera pas les jeunes de fumer. Quand je refuse à un mineur d’acheter un paquet, il attend dehors et un majeur lui achète », a-t-elle expliqué.

« C’est une idée géniale, cela signifie la mort du pétard », s’est enthousiasmé Périco Légasse, journaliste à Marianne. « Le trafic ne sera plus sur la drogue mais sur le tabac, qui est beaucoup moins nocif et dangereux pour la société ». Selon lui, une telle mesure est cependant « moins hypocrite que l’augmentation du prix du tabac comme en France ».

Pierre-Édouard Magnan (président de Fédération nationale indépendante des Mutuelles / FNIM) a exprimé ses craintes sur les conséquences d’une telle mesure en termes de liberté individuelle : « si on doit interdire toutes les conduites à risques de la population, on ne va jamais s’en sortir ». Il a également rappelé les conséquences de l’alcool et l’enjeu qu’il représente au niveau de la santé publique.

Fred Hermel (journaliste sportif) s’est également fermement opposé à une telle mesure en France, préférant selon lui la « prévention à l’interdiction ». « Avec le trafic, les doses de nicotine et de goudron ne seront plus contrôlées pour l’État, comme pour le THC avec le cannabis qui ne cesse d’augmenter. De plus, les buralistes vont disparaître », a-t-il souligné.

 Commentaires fermés sur « Generational ban » : « si on doit interdire toutes les conduites à risques, on ne va jamais s’en sortir » (RMC)  , ,
 

« Je ne pense pas que la fin justifie les moyens. De par leur jour de naissance, des personnes vont se retrouver définitivement avec des droits différents. »

Déclaration de la secrétaire d’État au commerce Britannique – Kemi Badenoch – le jour même où le premier ministre britannique Rishi Sunak faisait adopter, en première lecture, par la « House of Commons » son interdiction définitive d’acheter du tabac par toute personne née après le 1er janvier 2009 : « the generational ban » (voir 17, 18 et 19 avril).

20 Avr 2024 | Pression normative
 

Il serait sans doute rationnel de mettre en œuvre toutes les interdictions concernant le tabac en France avant de s’engager dans la voie de la légalisation d’autres formes de drogue, dont les effets ne sont pas moins nocifs, estime Jacques Attali dans une tribune publiée par Les Échos.

Nous reprenons, dans son intégralité, cette tribune … dont nous laissons la responsabilité à M. Attali.

Il est ironique, et tragique à la fois, de constater que, au moment où on autorise (comme en Allemagne), ou on parle d’autoriser, (comme en France) la production et la consommation de cannabis récréatif, on voit se multiplier partout les interdictions de produire et de consommer le tabac.

•• La plus récente tentative en ce sens est celle, cette semaine, de la Grande-Bretagne, dont le gouvernement vient de déposer un projet de loi visant à interdire définitivement à toute personne née après 2009, c’est-à-dire ayant quinze ans aujourd’hui, le droit de consommer et d’acheter du tabac. Tout au long de sa vie. Ce qui revient à faire en sorte que (sauf marché noir) l’usage du tabac disparaisse dans ce pays avec la dernière personne née avant 2009 (voir 17, 18 et 19 avril).

De fait, en Grande-Bretagne, le tabac est une cause essentielle de mortalité ; c’est même la principale cause de mortalité évitable : il est en effet responsable d’environ 80.000 décès par an ; il coûte au service de santé public (NHS) environ 20 milliards d’euros par an sans compter les coûts indirects. Enfin, quatre fumeurs anglais sur cinq ont commencé avant l’âge de 20 ans et restent dépendants jusqu’à la fin de leur vie.

L’opposition à ce projet est très sévère, en particulier dans le Parti conservateur, qui craint d’y perdre quelques-uns des rares derniers soutiens dont il dispose encore avant les élections législatives prochaines. Et les opposants emploient dans cette campagne des arguments aussi intelligents que ceux de Boris Johnson, qui ne trouve pas mieux à dire que de se prétendre scandalisé qu’on ose vouloir interdire de consommer les cigares, dont était si friand le grand Winston Churchill. Malgré ces oppositions si peu impressionnantes, ce projet de loi pourrait passer, avec l’appui des travaillistes.

•• La Finlande en point

Quelques autres pays sont plus en avance : si on exclut le Bhoutan et le Turkménistan, qui interdisent totalement l’usage du tabac, on trouve la Nouvelle-Zélande qui a fait voter, il y a deux ans, un texte interdisant la vente de cigarettes à toute personne née après 2008 (ce qu’un nouveau gouvernement à Auckland tente désormais de remettre en cause / voir 15 décembre 2022 et 28 novembre 2023). Lire la suite »