Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Nov 2020 | Associations, Vapotage
 

« 55 % des Français considèrent que la cigarette électronique est aussi risquée que le tabac, c’est l’information coup de poing de notre dernier baromètre à l’occasion du Mois sans Tabac » s’alarme Vincent Durieux (Président de France Vapotage) dans le dernier numéro du Losange (voir 8 novembre).

Il est vrai qu’ avec cette enquête commanditée par France Vapotage on voit, chez ceux qui en prennent connaissance, l’inquiétude le disputer à l’étonnement (voir 22 et 26 octobre).

•• Pourquoi sur son 3ème marché au monde, la vape n’a-t-elle pas de meilleure image dans l’opinion publique ? « Victime régulière de fake news, de contresens et d’amalgames, la cigarette électronique est en danger ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Le vapotage en danger ? » (Vincent Durieux / France Vapotage)  
5 Nov 2020 | Vapotage
 

Xerfi Precepta vient de publier une nouvelle étude sur le marché de la vape en France (voir 23 novembre 2018 et 8 juillet 2015), sous un titre bien long : « Les perspectives du marché de la cigarette électronique à l’horizon 2023 : offensive des buralistes et du Big Tobacco, menaces réglementaires et perspectives de croissance du marché ». Premières conclusions.

•• « Jusqu’ici tout va bien, ou du moins à peu près, pour le marché français de la cigarette électronique ». Si le scandale sanitaire aux États-Unis (voir 9 novembre et 23 décembre 2019) a marqué les esprits en 2019, et encore en 2020, les perspectives de croissance du marché de la cigarette électronique s’annoncent prometteuses dans l’Hexagone.

Le marché devrait en effet croître d’environ +5 % à +10 %, par an en valeur, d’ici 2023 pour atteindre quelque 1,3 milliard d’euros, selon les prévisions des experts de Xerfi Precepta. Pour 2020, ce taux de croissance est situé à + 8 %.

Ombre au tableau : que la révision de la TPD (Tobacco Products Directive) élargisse en 2021 les droits d’accises du tabac aux produits associés au tabac … comme la cigarette électronique (voir 2 et 10 juin, 2 novembre 2020).

•• Aujourd’hui, la France compte quelque 2 millions de vapoteurs (4,4 % des personnes âgées de 18 à 75 ans).

Mais le potentiel théorique du marché de la vape reste considérable. Si 45 % des fumeurs de l’Hexagone (sur un total de plus de 11 millions de personnes de 18 à 75 ans) passaient à la cigarette électronique, le marché avoisinerait les 2 milliards d’euros, soit le double du marché actuel.

Ce potentiel est toutefois très hypothétique et implique encore de lever une multitude de freins pour devenir réalité. Les pouvoirs publics se montrant toujours plutôt réservés sur la cigarette électronique, selon les auteurs de l’étude.

•• Cela n’empêche pas les géants du tabac de redoubler d’efforts pour tenter de convertir les Français aux pods (systèmes fermés) reprend Xerfi dans son analyse. Et ce, malgré l’échec de l’Américaine Juul sur le marché tricolore.

Ces pods séduisent en effet les vapoteurs débutants à la recherche de simplicité. Autre atout de taille : ces e-cigs « fermées » sont généralement très compactes.

Les pods présentent également de sérieux avantages pour leurs fabricants. Les capsules de-liquides de la marque génèrent de facto des revenus récurrents et dégagent des marges confortables. Dans ces conditions, les géants du tabac n’ont aucun intérêt à promouvoir un marché ouvert de la vape.

Pour préparer leur virage vers les « produits à risques réduits », les cigarettiers consolident leur réseau de commercialisation. Il s’agit des buralistes, dans plus de 15 000 points de vente.

•• La cigarette électronique est désormais l’un des principaux relais de croissance de ces buralistes. Certaines marques sont en effet presqu’exclusivement distribuées dans leur réseau, à l’image des françaises E-CG ou Nhoss. Ce qui leur permet aussi de se différencier des boutiques spécialisées.

S’ils continuent à élargir leur offre, les buralistes seront alors bien placés pour bénéficier de la conversion des fumeurs au vapotage ces prochaines années. Car ce sont bien ces clients qui tireront la croissance du marché à l’avenir.

•• Pourtant, les quelque 3 000 boutiques spécialisées s’imposent encore comme le premier circuit de distribution avec 55 % à 65 % des parts du marché français, selon les estimations de Xerfi Precepta. Elles devancent ainsi les acteurs de la vente en ligne (20 % à 30 %) et les buralistes (10 % à 20 %). Si les indépendants sont légion, trois réseaux de franchisés (J-Well, Clopinette et Vapostore) fédèrent plus d’une centaine de points de vente.

Mais avec la crise actuelle, le report d’une partie de leur clientèle vers d’autres circuits, en particulier la vente en ligne et les buralistes,  pourrait entraîner la fermeture des boutiques les plus fragiles ces prochains mois.

Dans ce contexte, les pure players spécialisés (Le Petit Vapoteur ou Taklope, par exemple ) disposent d’une offre pléthorique et mènent des politiques tarifaires agressives.

À suivre.

 Commentaires fermés sur Vapotage : « le marché français devrait croître de +8 % en 2020 » et « les buralistes bien placés » (Xerfi)  ,
3 Nov 2020 | Vapotage
 

Alors que l’Union européenne s’apprête à réexaminer la Directive sur les Produits du Tabac (TPD) et celle sur les droits d’accise (TED) / voir 10 et 2 juin, 13 février, l’ETHRA (regroupement de 22 associations provape européennes) a lancé, mi-octobre, une grande enquête sur les usages de la nicotine.

« Cette enquête vise à recueillir l’avis des publics concernés par d’éventuels changements de réglementations sur les produits nicotinés à risques réduits dans l’Union Européenne », indique l’EHTRA ((European Tobacco Harm Reduction Advocates) qui été retenu pour participer aux discussions. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Europe : un groupement d’associations « provape » lance une enquête sur la nicotine  ,
2 Nov 2020 | Vapotage
 

British American Tobacco vient de publier une critique sans concessions du rapport du SCHEER Committee (Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks), organisme consultatif, auprès de la Commission européenne, en charge d’une étude scientifique concernant les effets de la cigarette électronique sur la santé en vue de la prochaine Directive sur les produits du tabac (voir 10 et 2 juin, 11 mai).

•• Dans un communiqué, BAT relève des failles quant à la méthodologie et la conclusion de l’étude. Par exemple : « l’oubli » d’études indépendantes majeures considérant le vapotage comme une alternative à la consommation de tabac ; la mise en avant de suppositions erronées selon lesquelles l’aérosol des cigarettes électroniques est identique à la fumée de tabac ; le recours à des études antérieures à la Directive actuelle sur les produits du tabac, etc.

•• À cette occasion, Éric Sensi-Minautier, vice-président des Affaires européennes de British American Tobacco, a déclaré : « si la future réglementation sur le vapotage devait être basée sur cette étude, elle reposerait sur des éléments de preuve erronés.

« Nous invitons le comité SCHEER à corriger ces lacunes et à tenir compte des éléments qui confirment le potentiel de réduction des risques présenté par les cigarettes électroniques par rapport au tabagisme.

« La commission doit fonder toute modification de la réglementation sur des avis scientifiques précis et conformes aux critères les plus rigoureux afin de garantir aux millions de fumeurs européens, adeptes des cigarettes électroniques, de continuer à y avoir accès. »

30 Oct 2020 | Associations, Vapotage
 

Suite à la publication d’un rapport de l’Anses (Agence nationale de Sécurité sanitaire), et de la communication dont il a fait l’objet (voir ce jour et 29 octobre), France Vapotage (voir 27, 22 et 8 octobre) vient d’émettre un communiqué que nous reproduisons intégralement.

« France Vapotage salue le rapport publié hier par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). L’initiative de l’Anses marque en effet l’intérêt des pouvoirs publics pour la filière du vapotage et pour les enjeux qui y sont associés. Les conclusions du document pointent d’abord le besoin de ce jeune secteur économique composé d’acteurs très divers de conduire un dialogue constructif avec les pouvoirs publics en vue de bâtir les bases solides d’une filière responsable. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage / Anses : «un pas important dans la bonne direction» (France Vapotage)  ,
30 Oct 2020 | Vapotage
 

Qu’est ce qui se cache derrière les « arômes mojito », « fruits rouges » ou « menthe » des liquides de e-cigarette? Une base de données publiée, ce mercredi 28 octobre, par l’Anses dresse le panorama de toutes les substances contenues dans les produits du tabac et du vapotage vendus en France, annonce l’AFP dans une dépêche signée Amélie Baubeau.

« On est la première agence européenne qui rend disponible l’intégralité de ces informations », qui doivent obligatoirement être déclarées depuis 2016, s’est félicité auprès de l’AFP Matthieu Schuller, directeur de l’évaluation des risques de l’Agence nationale de Sécurité sanitaire (Anses). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Qu’est-ce que je vape ? » : une enquête de l’Anses  ,
29 Oct 2020 | Vapotage
 

Près des deux-tiers des utilisateurs de cigarette électronique fument toujours en parallèle, montre mercredi une enquête réalisée par l’institut de sondage BVA, à la demande de l’Agence nationale de Sécurité sanitaire (Anses).

63% des vapoteurs sont ainsi des « vapoteurs fumeurs », dont 43 % sont des fumeurs quotidiens (au moins une cigarette par jour), indique ce sondage, publié en parallèle d’un panorama inédit des substances contenues dans les produits du tabac et du vapotage et repris par l’AFP. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Les deux-tiers des vapoteurs sont également fumeurs » (Anses)  ,
27 Oct 2020 | Vapotage
 

Silver Cig (groupe Polyflame / voir 8 octobre) lance ce mois de novembre sa première borne interactive et digitale afin d’améliorer l’expérience clients chez les buralistes.

Le marché de la vape évolue, l’offre chez les buralistes étant de plus en plus variée selon Silver Cig qui complète ainsi son offre avec un outil essentiel d’information pour les clients et un gain de temps considérable pour les buralistes.

•• « Chez Silver Cig nous pensons que chaque consommateur doit pouvoir trouver le produit le plus adapté à ses besoins en taux de nicotine, en saveur, en quantité de vapeur, en ergonomie, pour profiter pleinement de l’expérience de la vape au quotidien. 

« Et c’est pour cette raison que nous lançons cette première borne ludique et interactive avec des guides de sélection pour répondre au maximum aux interrogations ».

•• La borne (largeur 360 x profondeur 500 x hauteur 1700 mm) rassemble :

• un écran avec une vidéo de la marque pour animer et mettre en valeur l’offre vape;

• une application sur-mesure pour aider le consommateur (fonctionnement de la e-cigarette, guides de choix du matériel et du e-liquide, FAQ avec les réponses aux problèmes techniques, textes de sources officielles),

• un espace de rangement dans la partie du bas avec trois étagères.

 Commentaires fermés sur Vapotage : Silver Cig accélère la digitalisation du conseil  
27 Oct 2020 | Vapotage
 

Le second volet de l’enquête France Vapotage / Odoxa, réalisée en septembre dernier (voir 26 et 22 octobre), s’adresse plus particulièrement aux vapoteurs. Il aborde deux sujets sensibles au regard des travaux sur la prochaine Directive Tabac (voir 10 juin). 

•• Les vapoteurs se montrent fortement opposés (à 72 %) à l’instauration de nouvelles taxes sur le vapotage (en plus de la TVA actuelle). Qu’ils soient vapo-fumeurs (65 %) ou vapoteurs exclusifs (92 %).

Chez les fumeurs, l’extension des taxes sur le tabac aux produits du vapotage clive plus nettement : 48 % y sont favorables et 51 % y sont opposés.

•• 73 % des vapoteurs conviennent que le large choix de saveurs d’e-liquides (tel qu’il existe actuellement) a contribué à les aider à passer du tabac au vapotage : 73 % chez les vapo-fumeurs et 72 % chez les vapoteurs exclusifs.

•• Par conséquent, 52 % des vapoteurs déclarent que si leur e-liquide de référence n’existait plus, ils pourraient être amenés à retourner vers le tabac ou à augmenter leur consommation de cigarettes.

Les réponses sont cependant assez distinctes selon les usages : 60 % des vapo-fumeurs se montrent naturellement plus sensibles à un re-basculement vers le tabac si leur e-liquide n’était plus disponible, contre uniquement 22 % des vapoteurs exclusifs.

À noter également des réactions différentes selon l’âge ou l’implantation géographique. Les 18-24 ans (58 %) et les 25-34 ans (59 %) se prononcent pour un retour vers le tabac dans ce cas.Les habitants de l’agglomération parisienne (57 %) également.

•• En conclusion, l’analyse de France Vapotage : dans un contexte de perte d’attrait du vapotage, révélé dans la première partie de l’enquête, les menaces qui pèsent sur les produits du vapotage en matière de prix et de gamme d’arômes sont d’autant plus inquiétantes.

 Commentaires fermés sur Vapotage : large consensus contre l’instauration de taxes et une restriction des saveurs (France Vapotage / Odoxa)  ,
26 Oct 2020 | Vapotage
 

Réalisée en septembre dernier (échantillon : 2 004 Français / 782 vapoteurs), la 4ème édition du baromètre 2020 France Vapotage / Odoxa révèle des indicateurs d’opinion en dégradation par rapport aux précédentes enquêtes (voir 22 octobre et 18 mai).

Il est largement temps que le secteur se remobilise pour exposer ses arguments et dialoguer avec l’opinion publique.

Le sondage soulève un paradoxe : si globalement, l’e-cigarette garde son crédit comme moyen efficace pour « réduire » la consommation de tabac aux yeux des Français (-2 points à 58 %), 55 % continuent à considérer que sa consommation est « aussi risquée que le tabac » : une proportion stable tout au long des baromètres précédents. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage : baisse préoccupante de la confiance des fumeurs (baromètre septembre France Vapotage / Odoxa)  ,