Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
12 Avr 2024 | Pression normative
 

Alcome, l’éco-organisme de la réduction des mégots dans lespace public, et lAnel, (lassociation nationale des élus des littoraux), ont annoncé avoir signé un partenariat, le 3 avril, pour engager conjointement des actions de prévention dans le réseau des villes du littoral.

Le partenariat, signé par Yannick Moreau, président de l’Anel, et Marie-Noelle Duval, directrice générale d’Alcome, doit permettre d’encourager la sensibilisation des populations à l’adoption de meilleures pratiques concernant le jet de mégot au sol.

Alcome s’engage également à participer à tous les temps forts de l’Anel (assemblée générale, groupe de travail, …) pour répondre à l’ensemble des demandes des élus en matière de prévention et échanger au sujet des soutiens que l’éco-organisme peut apporter. (Voir 19 mars et 8 avril)

8 Avr 2024 | Pression normative
 

Ce 19 mars, la municipalité de Marmande (17 900 habitants, sous-préfecture du Lot-et-Garonne) a signé avec l’éco-organisme Alcome une convention de partenariat, afin que la ville se dote doutils pour lutter contre la présence des mégots jetés au sol.

Cette signature, c’est l’une des concrétisations du plan propreté, adopté il y a un an, dont l’un des volets portait justement sur les mégots, rappelle Joël Hocquelet, le maire, désireux de jouer la pédagogie.

•• Doù la volonté de réduire de 40 % leur présence sur le sol de la « Cité de la tomate » : cest en tout cas lobjectif assigné à Alcome par l’État, via les partenariats signés avec les collectivités locales notamment. Or, en la matière, « ce sont les incivilités qui sont à lorigine du problème : si un fumeur ne jette pas son mégot par terre, il ny a pas de pollution », constate Joël Hocquelet pour Sud-Ouest. Pour y parvenir, le mot d’ordre est donc d’« éviter le geste », en donnant les moyens aux Marmandais.

Dans l’arsenal des moyens à employer, en plus de la réactivation de la campagne de communication sur la question, dans le cadre du plan propreté, la municipalité rappelle qu’elle est en train d’adapter les poubelles du centre-ville afin d’y intégrer des « écrase-cigarette ».

Des cendriers de poche seront également distribués gratuitement, soit dans le cadre des festivités grand public, soit directement chez les buralistes qui recevront une dotation dAlcome. Enfin, un travail de recensement sera réalisé sur les endroits qui regorgent de mégots ou « hotspots », afin de proposer une solution alternative (cendrier urbain, …).

•• « Selon une étude que nous avons menée, les fumeurs cherchent une solution pour se débarrasser de leurs mégots dans un rayon de 17 mètres autour de leur position. Doù lintérêt du cendrier de poche », argumente Jean-François Rossillon, directeur des opérations dAlcome, présent à la signature.

L’éco-organisme versera tous les ans une contribution de 1,08 euro par habitant à la Ville (soit environ 18 650 euros, en se basant sur la population marmandaise recensée par l’Insee en 2020), afin de financer ces mesures de lutte contre les mégots, et apportera son expertise en matière de dispositifs de rue et de sensibilisation. (Voir 6 et 19 mars).

 Commentaires fermés sur Mégots : mise en place du partenariat entre Marmande et Alcome  
20 Mar 2024 | Pression normative
 

Après deux ans de mobilisation, le nombre de résidus de cigarettes au sol a nettement diminué mais, dans cette commune touristique, il faut sans cesse sensibiliser les nouveaux arrivants. C’est ainsi que débute un article de L’Opinion (du 15 mars) , signé Cécile Desjardins, que nous reprenons.

« Ici commence la rivière. Ne rien jeter ». L’inscription est gravée dans le bronze, à travers tout Megève. Ce qui est visé au premier chef ? Les mégots, contre lesquels la municipalité est partie en croisade début 2022. « Le mégot est le plus petit des déchets, mais on le trouve partout et on le voit beaucoup. Nous étions confrontés à des amoncellements à côté de certaines boutiques, devant des lieux festifs, ou dans les regards des grilles deaux pluviales … », déplore Jean-Pierre Chatellard, adjoint au maire en charge de l’Environnement.

•• Pour se débarrasser du fléau, la ville a trouvé un allié de taille : Alcome, léco-organisme spécialisé dans la réduction des mégots dans lespace public.

Créé en août 2021, Alcome était en quête de communes « pilotes » pour identifier les meilleures pratiques, avant de les promouvoir sur l’ensemble du territoire. « Quelque 7,7 milliards de mégots sont jetés au sol, chaque année, en France : nous avons pour objectif de réduire ce volume de 40 % à lhorizon 2026 », explique Marie-Noëlle Duval, la directrice générale dAlcome.

Premier axe de travail, la communication. Affiches, films, slogan « À Megève, les mégots, cest dans la poche », etc. » La pédagogie est essentielle. Il faut faire comprendre l’importance des bons gestes », souligne Jean-Pierre Chatellard. Le message tourne en boucle : au pied des remontées mécaniques, à l’entrée de la piscine, à l’achat des forfaits de ski … Pédagogie et sensibilisation, également, auprès des socioprofessionnels, et notamment auprès des buralistes de la station : ils se sont vus proposer des affiches, mais aussi des « cendriers de poches » à offrir à leurs clients.

•• Au total, grâce à Alcome, plus de 20 000 petites boîtes en métal ont été distribuées dans la commune ces deux dernières années. Le centre-ville, lui, a été équipé de cendriers type « cylindre », rattachés au mobilier urbain, et de compartiments spécifiques dans les corbeilles intelligentes dont la ville s’est récemment équipée.

Si le recours à des méthodes répressives nest pas exclu, la verbalisation est difficile à mettre en œuvre, reconnaissent Bruno Louis, chef de service à la police municipale, et Céline Boro, membre de la nouvelle « brigade de lenvironnement », qui compte deux agents. « Le jet d’un mégot, c’est une amende de 135 euros, mais il est quasi impossible de prendre quelqu’un sur le fait. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Alcome: « comment Megève veut venir à bout des mégots » (L’Opinion)  
19 Mar 2024 | Pression normative
 

Rives-en-Seine (4 000 habitants, fusion de Villequier, Caudebec-en-Caux et Saint-Wandrille-Rançon, Seine-Maritime) a signé lors du conseil municipal du 15 février une convention avec l’éco-organisme Alcome.

« Plus dun mégot sur deux est mal jeté dans lespace public, et environ 40 % échouent ensuite dans les océans, soit 30 à 40 milliards dunités pour la France … Cela nous concerne tous, et particulièrement en raison de notre situation géographique via la Seine », a souligné le maire, Bastien Coriton.

•• Dans le centre-ville de Caudebec-en-Caux, les « hotspots », ces points chauds où se concentrent les cadavres de cigarettes, ont été identifiés : la place d’Armes, la promenade sur les quais, et les abords des terrasses des cafés et restaurants. La municipalité en appelle donc à la responsabilité de chacun, et sengage dans des actions de sensibilisation et d’éducation.

À l’initiative du conseil municipal des jeunes installé à l’automne 2023, des opérations de ramassage de mégots (et d’autres déchets) sont menées régulièrement. Depuis septembre 2022, il est aussi interdit de fumer devant les entrées des écoles de la commune.

•• Et durant tout le mois de décembre, un clip de sensibilisation réalisé par Alcome (éco-organisme pour la réduction des mégots dans l’espace public) a été diffusé avant la projection des films dans un cinéma.

Des écriteaux viennent également d’être posés dans certaines jardinières. Et chez les buralistes, dans les trois mairies déléguées, ou encore au cinéma, plus de 2 000 cendriers de poche en métal seront distribués, et les cendriers de rue fléchés.

Le jet de mégot par terre peut être sanctionné par une amende de 3ème classe d’un montant de 68 euros. (Voir aussi 6 mars, 20 et 23 février).

 Commentaires fermés sur Mégots : une parfaite coordination entre les parties-prenantes (Rives-en-Seine)  
6 Mar 2024 | Pression normative
 

Après l’installation des cendriers urbains puis les espaces sans tabac autour des écoles et sur les plages, la lutte menée contre les mégots jetés au sol par la commune d’Aix-les-Bains (29 800 habitants, lac du Bourget, Savoie) se poursuit avec la signature d’un partenariat avec l’éco-organisme Alcome.

Parmi les actions prévues dans ce partenariat, des cendriers de poche seront disponibles gratuitement afin d’inciter à ne pas jeter les mégots au sol.

Au total, 2 000 cendriers de poche mis à disposition de la Ville par Alcome, distribués via la Mairie et ses annexes de quartier, la police municipale et les kiosques à projet, signale le site de la commune. (Voir 5 et 10 février)

 Commentaires fermés sur Mégots : les cendriers de poche, 1ère étape du partenariat Alcome / Aix-les-Bains  
23 Fév 2024 | Pression normative
 

La mairie de Saint-Denis (147 000 habitants, chef-lieu de La Réunion) a dévoilé un plan de lutte contre les mégots mis en place en partenariat avec l’éco-organisme Alcome.

De nombreuses jardinières y sont devenues des cendriers urbains et les mégots jonchent même les rues du centre-ville.

« Nous allons mener des actions très concrètes telles que la pose de cendriers urbains. Nous allons aussi faire la distribution de cendriers de poche. Nous allons mettre en place une bonne communication avec un kit visuel sur les bonnes pratiques à adopter », indique Marie-Annick Andamaye, élue à la santé à la ville de Saint-Denis dans Info.re. La mairie de Saint-Denis bénéficiera de 300 000 euros de subvention et de la livraison de ces équipements dans lannée.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : Alcome s’implante à la Réunion  
20 Fév 2024 | Pression normative
 

Quatre mégots tous les dix mètres dans les grandes villes, plus de 23 milliards jetés dans la nature chaque année en France : pour faire face à ce fléau, les communes disposent, avec un nouvel éco-organisme dédié, d’outils supplémentaires, mais qu’elles jugent insuffisants.

Ainsi débute une dépêche AFP, signée Catherine Houris, que nous reprenons (voir 12 et 13 février).

•• Plus de 900 communes, soit un quart de la population, se sont à ce jour accordées avec l’éco-organisme Alcome de la filière « pollueur-payeur » du tabac pour qu’il les aide à réduire le nombre de mégots dans l’espace public. Issu d’une loi de 2020 instaurant une responsabilité du producteur (REP) face à ce fléau environnemental, ce dispositif, financé par les fabricants de cigarettes et de filtres, vise une couverture de 75 % du territoire fin 2024. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots / Alcome : « on avait besoin d’être accompagné sur ce problème » (maire-adjoint de Megève)  
13 Fév 2024 | Pression normative
 

Plus de 900 communes, soit un quart de la population, se sont accordées à ce jour avec le nouvel éco-organisme de la filière « pollueur-payeur » du tabac pour recevoir un soutien afin de réduire les mégots dans l’espace public, a-t-il annoncé dans un communiqué (voir 12 février 2024).

C’est ainsi que débute une dépêche AFP que nous reprenons.

Issu d’une loi de 2020 instaurant une responsabilité du producteur (REP) face à ce fléau environnemental, l’éco-organisme Alcome, agréé par l’État et financé par les fabricants de cigarettes et de filtres, vise une couverture de 75 % du territoire fin 2024.

•• Aujourd’hui, on trouve en moyenne en France plus d’un mégot (1,3) tous les dix mètres de voirie. Dans les grandes villes, c’est 4,5 mégots (0,8 en zones rurales, 1,2 en zones touristiques, 1,7 dans les villes moins denses), selon un comptage réalisé par Alcome, les pouvoirs publics et l’Ademe. Un nouveau comptage est prévu en 2025 pour mesurer les progrès a expliqué à l’AFP Marie-Noëlle Duval, la directrice générale d’Alcome, à qui l’État a fixé un objectif de -40 % de mégots au sol d’ici 2027, à l’issue de son agrément.

Cette aide consiste en un soutien financier au nettoiement à hauteur de 2,08 euros par habitant pour les villes urbaines denses, 1,58 euro pour les touristiques, 1,08 euros pour les urbaines et 0,5 euros pour les zones rurales. Les communes qui le souhaitent reçoivent aussi cendriers de poche, éteignoirs/poubelles de rue, kits de communication … En contrepartie, la collectivité doit établir chaque année un bilan des actions réalisées.

•• Parmi les signataires figurent Paris, Lyon Marseille, Rouen, mais aussi La Ferté-sous-Jouarre en Seine-et-Marne ou Lalinde en Dordogne. Pour assurer sa montée en puissance en 2024, Alcome, premier éco-organisme chargé en Europe de la diminution des mégots dans lespace public, a doublé son budget par rapport à 2023, à 61 millions deuros.

En novembre, le ministère de la Transition écologique l’avait menacé d’une sanction financière pour l’obliger à soutenir l’achat de cendriers de rue. Alcome explique que ce retard était lié à une difficulté juridique, résolue depuis sans qu’il ait eu à régler des astreintes (voir 18 novembre 2023).

 Commentaires fermés sur Alcome / Mégots : doublement de son budget en 2024 (AFP)  
12 Fév 2024 | Pression normative
 

Deux ans après sa création, Alcome – jeune éco-organisme chargé de la diminution des mégots dans lespace public – financé à 100% par les metteurs en marché, accompagne déjà plus dun quart de la population française. Il vise lobjectif ambitieux de couvrir 75 % de la population en 2024.

C’est ainsi que débute un communiqué d’Alcome (voir 5 février et 25 janvier) que nous reproduisons.

Alcome est léco-organisme chargé de la diminution des mégots en France, agréé par les pouvoirs publics et financé par les metteurs en marché.

Deux ans seulement après sa création, Alcome accompagne déjà 26 % de la population française à travers la contractualisation de plus de 900 communes.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur REP Mégots : le plan d’action 2024 d’Alcome  
10 Fév 2024 | Pression normative
 

La ville de Chelles (53 800 habitants, à lest de la Seine-et-Marne) a décidé dagir contre les mégots abandonnés et vient de sassocier à l’éco-organisme Alcome afin de lutter contre cette pollution (voir 5 février et 25 janvier).

À Chelles, ces mégots sont particulièrement présents dans le centre-ville, et dans les grandes artères commerçantes, mais pas uniquement. « Le phénomène est aussi constaté aux abords de certains bureaux de tabac et cafés » assure la mairie à La Marne.

•• Concrètement, la mairie compte proposer des actions afin d’accompagner les Chellois dans l’attention portée aux mégots. « La Ville va être pilote de ses propres actions. Nous allons évaluer les besoins en cendriers ou corbeilles avec éteignoir afin de capter un maximum de mégots. Une campagne de communication sera également lancée. Nous avons déjà commencé par un article dans le journal municipal de ce mois-ci » explique la mairie.

En cela, lexpérience d’Alcome est pertinente : l’éco-organisme réalise l’état des lieux des hotspots mégots et des dispositifs de collecte ; accompagne dans la communication sur les mégots, avec des kits qu’elle fournit, conseille sur le volet répression et travaille sur un bilan des actions menées. Il devrait aussi fournir des cendriers de poche, permettant à tout un chacun de conserver sur lui ses mégots, lorsqu’il n’y a ni poubelle ni cendrier à disposition.

•• Alcome devra rétribuer la ville, à hauteur de 2,08 euros par an et par habitant, pour sa lutte contre les mégots.

« Des actions de prévention complémentaires vont être mises en place par la Ville et Alcome proposera du matériel pour collecter les mégots dans la rue », poursuit la municipalité, toujours selon La Marne.

 Commentaires fermés sur Mégots : Chelles s’associe avec Alcome