Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Sep 2021 | Pression normative
 

Edwin Bos et Martijn Lukaart, ingénieurs néerlandais de l’entreprise TechTics, se sont lancés dans la création d’un robot autonome dont les capteurs ont la capacité d’identifier les mégots de cigarettes sur les plages, rapporte Futura Sciences.

Visuellement, le robot semble tout droit sorti des usines de la NASA pour explorer la planète Mars. Avec seulement 80 centimètres de large, BeachBot compte deux caméras lui octroyant une double vision avant et arrière.

•• Pour ramasser les mégots, il utilise ses deux bras de préhension qu’il abaisse et pousse ensuite dans le sable. Enfin, les mégots sont jetés dans un conteneur interne.  Actuellement, BeachBot peut fonctionner une heure en autonomie. Si le robot en est encore à son premier prototype, TechTics promet de futurs progrès.

•• BeachBot utilise des algorithmes d’intelligence artificielle et de détection d’images pour distinguer un mégot de cigarette des autres objets et déchets présents sur la plage. Pour ce faire, l’équipe de TechTics a dû entraîner le véhicule et son IA en utilisant des photos de mégots de cigarettes dans différents états.

Jusqu’à présent, elle a collecté 200 photos, et prévoit d’en recueillir 2 000 afin que BeachBot puisse trouver la quasi-totalité des mégots. « Notre robot ne peut pas être la solution finale à ce grave problème. Le principal responsable de ces déchets reste le comportement humain » commentent les ingénieurs toutefois.

17 Sep 2021 | Pression normative
 

À l’occasion de la Journée mondiale du nettoyage, ce 18 septembre, la Ville de Bergerac et la Jeune Chambre économique (JCE) se sont associées dans une vaste opération « de sensibilisation et d’information, afin de changer les mentalités ».

Différentes initiatives sont programmées, ce samedi, dont l’inauguration de colonnes à mégots appelées à essaimer la commune ces prochaines années. Le déploiement d’un mobilier urbain adapté à la collecte des déchets faisait partie du programme de campagne du maire Jonathan Prioleaud (divers droite). Un plan sur trois ans a donc été défini, avec 70 « mégotiers » installés chaque année, soit 210 d’ici 2023. Lire la suite »

15 Sep 2021 | Pression normative
 

La municipalité de Thionville a lancé l’opération « Ville libre sans tabac » a annoncé son maire, Pierre Cuny (LR), lors d’une conférence de presse ce mardi 7 septembre.

Thionville rejoint ainsi trois autres villes du Grand Est (Joinville-en-Champagne, Mulhouse et Nancy) dans le cadre de ce projet expérimental conduit par l’Association Grand Est Sans Tabac avec le Comité National contre le Tabagisme et un financement de l’ARS (voir 28 octobre 2020).

Cette mobilisation vise à s’inscrire dans la perspective d’une génération sans tabac prévue pour 2030 (voir 4 février 2021). L’idée est de sanctuariser certains lieux de la ville (autres que des parcs) pour en faire des zones sans cigarette.

Néanmoins, le premier édile a tenu à préciser que cette opération ne signifiait pas que les fumeurs allaient forcément avoir des procès-verbaux : « ce projet veut dire surtout que nous allons sanctuariser certains lieux (mairie, équipements publiques, écoles…) avec  des zones sans tabac » rapporte Lorraineactu. À suivre et à voir.

 

Une nouvelle décision judiciaire texane vient de fixer un délai supplémentaire pour l’apposition de nouveaux avertissements sanitaires – avec photos-choc – sur les paquets de cigarettes américains.

À l’origine, les autorités sanitaires américaines (la FDA) avaient déjà reporté leur délai de mars 2020 à juin 2021 avant de le repousser encore au 12 décembre, cette année (voir 19 août 2019). Suite à cette dernière décision, c’est l’échéance du 11 octobre 2022 qui semble même avoir été validée par la FDA.

Il est vrai que tout recours s’appuyant sur une violation du Premier Amendement de la Constitution américaine (garantissant notamment la liberté d’information commerciale) est généralement susceptible de provoquer des rebondissements de cette nature.

À suivre.

 Commentaires fermés sur États-Unis : encore … un nouveau délai pour les photos-choc sur les paquets  
3 Sep 2021 | Pression normative
 

Une première pour le label « Espace sans Tabac » de la Ligue contre le Cancer …

Un « quai sans tabac » a été inauguré, ce 27 août, à Tournon-sur-Rhône (10 000 habitants, en Ardèche, à une vingtaine de kilomètres de Valence). 

Cela concerne une zone, face au port de plaisance, très fréquentée par les habitants et les touristes. Quatre grands panneaux verts accueillent les passants.

Il est désormais interdit de fumer entre les bords de Rhône et la première rangée de platane du quai. Lire la suite »

28 Août 2021 | Pression normative
 

Pendant près d’un an, les équipes municipales de cette commune de la métropole lilloise ont planché sur le sujet et depuis juillet, la ville a lancé un grand mouvement de « Zéro mégot » … en s’inspirant du zéro déchet à Roubaix.

•• La ville a investi dans deux collecteurs de mégots. Avec un design moderne, ces bornes très identifiables arborent un logo « Éco Mégot » et le slogan : « Déposez vos mégots ici, nous les recyclons ». Elles peuvent contenir jusqu’à 36 000 mégots. Pour Hugues Watine, adjoint au développement durable à Wasquehal, « on fait appel au bon sens citoyen pour essayer de créer un réflexe de collecte. On vise le particulier qui fume et qui doit avoir des mégots chez lui. On l’invite à venir les déposer pour faire un bon geste ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : « la sensibilisation plutôt que la répression » (Wasquehal)   
23 Août 2021 | Pression normative
 

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers demande d’alourdir les peines contre les jets de mégots qui provoquent des incendies. Ils dénoncent l’irresponsabilité et l’inconscience de certains fumeurs (voir 21 et 19 août). 

Jeter son mégot expose les fumeurs à une amende de 135 euros. Un montant insuffisant pour dissuader les imprudents, selon les sapeurs-pompiers. En France, un fumeur sur quatre jette sa cigarette par la fenêtre de la voiture, selon une enquête que nous avons présentée ici-même (voir 31 juillet). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : les pompiers appellent à davantage de sanctions pour punir les jets de mégots  
12 Août 2021 | Pression normative
 

« Alcome aura fort à faire » souligne Les Échos au lendemain de l’agrément du premier éco-organisme de la filière de recyclage des mégots (voir 10 août). 

« 64 milliards de cigarettes sont consommées chaque année en France, dont 12 % finissent mal jetées, soit 7,7 milliards de mégots aboutissant au sol dans l’espace public », a souligné le communiqué d’Alcome … une heure avant de se retrouver « démenti » sur l’ampleur du problème des mégots à terre par un communiqué du ministère selon lequel « 23,3 milliards de mégots sont jetés au sol et se retrouvent dans la nature, polluant ainsi jusqu’à 500 litres d’eau chacun. L’objectif est de réduire cette quantité au minimum de 40 % en 6 ans », constate le quotidien (voir 11 août 1 et 2).

« Notre premier travail va être de fiabiliser et de « consensualiser » les statistiques et savoir où on en est » admet le président d’Alcome, Jérôme Duffieux.

•• Déterminer combien de mégots sont jetés à terre n’est pas innocent : de ce volume dépendra le montant à payer en éco-contributions par les cigarettiers pour financer l’éco-organisme et ses missions. « Avec la création de cette nouvelle filière, 80 millions d’euros par an seront fournis aux collectivités pour financer le ramassage et le nettoyage », se félicite le communiqué ministériel. Mais ce ne devrait être que dans trois à quatre ans.

Car pour l’heure, « en termes de budget, on est dans l’inconnu. Nous prévoyons 10 millions cette année, et 25 millions provisoirement pour 2022, mais tout dépendra du rythme auquel les communes contractualiseront avec Alcome » explique Jérôme Duffieux.

•• Selon la loi Agec, la responsabilité financière des fabricants court à partir de janvier 2021, date officielle de mise en place d’une filière obligatoire d’élimination des déchets, mais le cahier des charges d’agrément de l’éco-organisme n’étant paru qu’en février, « il était prévu une prise d’effet le jour de l’agrément d’Alcome, donc ce 10 août 2021 », précise Jérôme Duffieux.

 Commentaires fermés sur Mégots : « notre premier travail va être de fiabiliser et de consensualiser les statistiques et savoir où on en est » (Jérôme Duffieux, président d’Alcome)  
 

Suite à son agrément publié au JO de ce 10 août, l’éco-organisme Alcome a publié un communiqué en complément de celui du Gouvernement (voir ci-dessous). Nous le reproduisons.

C’est une première pour la France : dix-huit mois avant l’obligation européenne et après trois ans de travail visant à préfigurer la filière mégots en France prévue par la Directive SUP (« single-use plastics ») et la loi relative à la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire (loi « AGEC »), Alcome vient de recevoir l’agrément du Ministère de la Transition Écologique pour devenir le premier éco-organisme de salubrité publique, dédié à la réduction des mégots sur la voie publique (voir 17 février 2020 et 19 décembre 2019).

•• 64 milliards de cigarettes sont consommées chaque année en France : 12 % sont mal jetées, soit 7,7 milliards de mégots qui finissent au sol dans l’espace public.

La filière des produits du tabac va pouvoir, à travers Alcome, offrir une réponse à une attente forte et s’engager activement aux côtés des pouvoirs publics et des acteurs en charge du sujet, notamment les collectivités, dans la résolution des problématiques liées aux mégots abandonnés.

•• L’objectif est clair : pouvoir mesurer un « avant » et un « après » la mise en place de la filière sur les produits du tabac. Celle-ci passera en outre par le développement de dispositifs qui viseront à sensibiliser les fumeurs sur les impacts créés par l’abandon de mégots sur la voie publique.

« Cet agrément est à la fois l’aboutissement de nombreux mois de travaux, discussions et échanges pour co-construire avec les pouvoirs publics, l’Association des Maires de France, et de nombreux acteurs de terrain une filière inédite, première du genre en Europe. Il est le point de départ d’une nouvelle responsabilité que nous sommes collectivement fiers de pouvoir assumer » déclare Jérôme Duffieux, Président d’Alcome. Une méthode pragmatique et partagée par les acteurs de terrain, collectivités et buralistes

•• Il s’agit de la première REP de salubrité publique dédiée à la lutte contre les mégots « sauvages ». La sensibilisation des fumeurs conjuguée à la facilitation du « bon geste » pour faire en sorte que les mégots soient correctement jetés sera la priorité de l’éco-organisme.

Les leviers d’actions prévus sont de trois ordres : 

Alcome procédera à des opérations de sensibilisation nationales et locales en particulier avec les communes et en s’appuyant sur le maillage territorial des buralistes, dont la relation avec les fumeurs est propice à toute communication de changement de pratique.

La mise à disposition de dispositifs de collectes adaptés sera le deuxième volet opérationnel avec la mise à disposition de cendriers de rue et la distribution de cendriers de poche afin de sensibiliser les fumeurs et accompagner le changement de pratique.

Enfin, un soutien financier au nettoyage et à la collecte des mégots dans l’espace public, selon le barème défini par les pouvoirs publics.

•• Alcome sera pleinement opérationnel d’ici à l’automne. La structure Alcome a été créée par les principaux fabricants de produits du tabac et de filtres dans le but d’être en ordre de marche dès son agrément.

Elle s’est dotée d’un binôme de pilotage expérimenté et à pied d’œuvre pour garantir le déploiement des premières actions : Jérôme Duffieux a été désigné Président et Marie-Noëlle Duval, Directrice Générale.

Une équipe disposant des compétences techniques et opérationnelles nécessaires à la bonne structuration de la filière sera par ailleurs constituée d’ici fin 2021.

Cette équipe aura la charge de présenter et de faire valoir la pertinence de l’approche choisie par l’éco-organisme et validée par le Ministère de la Transition écologique. Cela passera notamment par la conduite de différents travaux et la production d’études visant à consolider les données de la filière qui viendront faire la démonstration de l’efficacité de celle-ci et analyser les axes de développement pour les années à venir.

Jérôme Duffieux est également Président de Traditab, une PME créée en 2008 par la coopérative des agriculteurs « planteurs » de tabac, Tabac Garonne Adour (voir 12 juillet 2021).

Marie-Noëlle Duval a été pendant 15 ans conseillère de deux présidents successifs du Medef et Directrice Générale de Medef Accélérateur d’Investissement (MAI), une plateforme digitale de mise en relation de PME avec des financeurs. Elle a auparavant travaillé pendant 10 ans comme consultante dans des cabinets de conseil en stratégie et en organisation.

11 Août 2021 | Pression normative
 

Suite à l’agrément d’Alcome comme éco-organisme, publié au JO de ce 10 août (voir 10 août), le ministère de la Transition écologique a publié un communiqué que nous reproduisons.

« Chaque année, plus de 23 milliards de mégots sont jetés au sol et se retrouvent dans la nature, polluant ainsi jusqu’à 500 litres d’eau chacun. Pour lutter contre cette pollution et venir en aide aux collectivités qui sont souvent seules pour ramasser les mégots et en supporter le coût de nettoyage, une filière pollueur-payeur mégots a été créée en 2021. Il s’agit d’une mesure prévue par la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, votée en février 2020.

•• En France, celui qui fabrique, qui distribue ou qui importe un produit doit prendre en charge sa fin de vie. C’est ce que l’on appelle la responsabilité élargie des producteurs (REP), ou le principe du « pollueur-payeur ». Le producteur et le distributeur doivent ainsi financer, organiser et mettre en place les solutions de collecte, de réutilisation ou de recyclage appropriées pour leur produit, en se regroupant au sein d’un éco-organisme.

On compte actuellement en France une quinzaine de filières REP déjà existantes (les déchets d’emballages ménagers, les piles, les textiles, etc.). La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a prévu de créer, de 2021 à 2025, une dizaine de filières supplémentaires, dont celle des mégots.

•• Pour la filière mégots, un éco-organisme vient d’être agréé. Ceci marque le début du déploiement de cette filière pollueur-payeur sur l’ensemble du territoire national.

Avec la création de cette nouvelle filière, 80 millions d’euros par an seront fournis aux collectivités pour leur permettre de financer le ramassage et le nettoyage inhérents aux mégots jetés par terre. Le cahier des charges de la nouvelle filière prévoit aussi :
• la distribution de cendriers de poche et de rue pour éviter que les mégots soient jetés par terre ;
• le financement des campagnes de sensibilisation sur l’impact environnemental des mégots ;
• le financement des projets de R&D visant à développer des moyens de collecte des mégots innovants ainsi que des solutions de recyclage.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : un éco-organisme pour la mise en œuvre d’une nouvelle filière pollueur-payeur (le Gouvernement)  ,