Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Juin 2021 | Pression normative
 

Depuis avril 2019, 193 panneaux signalant les « espaces sans tabac » ont été mis en place dans la préfecture du Calvados par la Ligue contre le Cancer.

Après les écoles, les centres d’animation, les multi-accueils, les espaces verts, la ville de Caen poursuit sa démarche en intégrant les équipements sportifs, annonce Ouest-France.

À ce jour, Caen compte 39 écoles labélisées, 44 équipements sportifs, 14 centres d’animation et centre sociaux culturels ainsi que 16 établissements d’accueil jeunes enfants. Lire la suite »

15 Juin 2021 | Pression normative
 

Ces 60 cendriers devraient permettre un recyclage total des mégots de cigarette, via une entreprise bordelaise. Il s’agit d’une initiative du budget participatif de la ville d’Angoulême. Coût : 24 300 euros.

Un premier cendrier a été installé ce jeudi 10 juin sur l’un des arrêts de bus derrière l’hôtel de ville. 24 autres sont en train d’être posés  dans le centre-ville. Ils seront 60, à terme, à portée de main des fumeurs. « Nous devons encore déterminer l’emplacement d’une trentaine de cendriers, en concertation avec les acteurs des quartiers » annonce, dans La Charente Libre , le maire Xavier Bonnefont. Lire la suite »

 

On sait que les autorités britanniques suivent une politique anti-tabac qui n’a pas manqué de réalisme, ces derniers temps, et se révèle même ouvertement pro-vapotage (voir 8 mars 2021 et 22 juillet 2020). Il n’en reste pas moins que le gouvernement britannique s’est aussi assigné l’objectif de devenir un pays sans tabac en 2030.

Forts de cet objectif un groupe de parlementaires commence à faire du bruit en demandant de relever l’âge minimum pour acheter des cigarettes de 18 à 21 ans. D’après eux, la mesure serait même susceptible de créer un choc parmi les fumeurs de tout âge, rapporte The Guardian. Lire la suite »

6 Juin 2021 | Pression normative
 

Il n’existe pas de seuil en dessous duquel l’alcool est sans risque pour la santé, assènent des experts alors que nombre de Français se réjouissent de pouvoir à nouveau boire un verre en terrasse en ces temps de Covid. Tel est le débat d’une dépêche AFP dont nous reprenons l’essentiel.  

« Toute consommation – même faible – a un effet délétère pour la santé » soulignent, en effet, ces experts dans un rapport d’« expertise collective » de l’Inserm, publié vendredi, sur la réduction des dommages associés à l’alcool, que consomment près de 43 millions de personnes en France. Lire la suite »

5 Juin 2021 | Pression normative
 

À l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, l’Université et la Ligue contre le Cancer du Bas-Rhin ont signé une convention pour lutter contre le tabagisme à la fac.

La convention signée par le président de l’Université, Michel Deneken (photo), prévoit l’interdiction de fumer sur les parvis des facultés.

C’est déjà interdit sur le parvis de la faculté de pharmacie, l’Université promet que ce sera aussi le cas pour le campus central et la faculté de médecine d’ici novembre. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Strasbourg : « Campus sans tabac » et sans discours moralisateur   ,
1 Juin 2021 | Pression normative
 

Après les plages, la municipalité rochelaise a étendu son action de prévention contre le tabagisme en inaugurant le dispositif « Parcs sans tabac » ce vendredi 28 mai, avant la Journée mondiale sans tabac. Désormais, cinq espaces – jardins et parcs – arborent le panneau de prévention (dans les intentions) et d’interdiction (dans les faits). 

La démarche de la ville a commencé en 2019, avec la labellisation « Plages sans tabac » pour « les Minimes » et de « la Concurrence », deux sites réputés. L’arrêté d’interdiction de fumer a été étendu à une troisième plage l’année suivante.

Enfin, des espaces sans tabac ont été décrétés aux abords des aires de jeux, sur les parvis des écoles maternelles et élémentaires, ainsi que devant les crèches municipales.

En parallèle de ce dispositif, la ville s’est portée candidate à l’appel à projet de l’Institut national du Cancer (Inca) « Agir en santé publique », afin d’évaluer l’impact en santé des lieux sans tabac déployés depuis 2019. Les résultats seront connus en octobre (il serait temps / ndlr ).

Le président départemental de la Ligue contre le Cancer souhaiterait que les abords des lieux sportifs soient également déclarés « sans tabac » dans un avenir proche, « devant le stade Marcel-Deflandre par exemple » (du Stade Rochelais, vice-champion d’Europe de rugby).

Voir aussi 25 mars et 29 mai.

 Commentaires fermés sur Espaces sans tabac : plages, écoles, parcs … à La Rochelle   ,
31 Mai 2021 | Pression normative
 

855 294 mégots collectés: c’est le bilan de la vaste opération de ramassage, à l’initiative de l’association « zeromégot » (avec Surfrider), qui a réuni plus de 1 000 volontaires ce samedi 29 mai à Paris (voir 27 mai).

L’opération voulait « battre le record du monde de mégots récoltés en une journée, en arrivant à la barre symbolique du million », rappelle la mairie de Paris sur son site. Les membres de l’association ont également remonté la Seine en bateau avec une banderole « jetez-moi à la poubelle » pour sensibiliser les passants à l’impact environnemental, est-il annoncé sur le même site. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots / Ville de Paris : 855 294 mégots ramassés par 1000 volontaires    
29 Mai 2021 | Pression normative
 

Limours a ouvert le bal en 2016 (voir 1er octobre 2016) … Depuis, d’autres communes ont suivi. À tel point qu’avec 87 « espaces sans tabac », l’Essonne est le département le plus en pointe de l’Ile-de-France sur ce dispositif, porté depuis près de dix ans par la Ligue contre le Cancer. 

Ce 19 mai, ce fut au tour du conseil départemental d’inaugurer, lui-même, son premier site placé sous ce label : le domaine de Montauger, à Lisses. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Espace sans tabac : l’Essonne, département le plus en pointe en Ile-de-France  ,
 

Dans un rapport d’évaluation sur la Directive tabac, la Commission européenne fait état, à tout le moins, de réserves sur les produits de la vape, comme nous l’avons évoqué ici-même (voir 26 mai).

Pour Le Figaro, Bruxelles s’interroge sur les « effets réels des cigarettes électroniques sur la santé, certains les considérant comme nocives et d’autres estimant le danger moindre pour l’individu par rapport aux produits du tabac à fumer conventionnels. Le consensus scientifique n’ayant pas encore été atteint, le principe de précaution prévaut ». Extraits du décryptage. Lire la suite »

 

À l’occasion de la Journée mondiale sans Tabac du 31 mai 2021, le ministère des Solidarités et de la Santé a publié un communiqué pour saluer l’ensemble des actions engagées actuellement pour renforcer la lutte contre le tabagisme en France.

Nous en reprenons l’essentiel.

Dans le contexte de levée progressive des restrictions et de réouverture des lieux publics, le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’il est plus que jamais nécessaire de favoriser la convivialité dans des espaces publics et environnements sans tabac, favorables à un cadre de vie plus sain.

•• Santé publique France lance une nouvelle campagne qui vise à accélérer le mouvement de dénormalisation du tabac en cherchant à rendre désirable une vie sans tabac et incite le grand public à rejoindre ainsi les 50 millions de Français qui ne fument pas.

Après une baisse du tabagisme en France métropolitaine de 1,9 million de fumeurs quotidiens en moins entre 2014 et 2019, la prévalence se stabilise en 2020, avec 25,5% de fumeurs quotidiens selon les dernières données publiées par Santé publique France (voir 26 mai).

Dans un contexte de crise sanitaire, psychologique, économique et sociale inédite, un des enjeux est de réinstaller une tendance à la baisse, et de renforcer encore la lutte auprès des populations les plus vulnérables face au tabagisme. En effet, les inégalités sociales restant très marquées.

Chaque année, Santé publique France estime la prévalence du tabagisme et son évolution par rapport à l’année précédente. Cette mesure joue un rôle majeur dans le pilotage des politiques publiques mises en œuvre dans la lutte contre le tabagisme.

D’après les résultats du Baromètre de Santé publique France, publiés dans le BEH, plus de trois adultes de 18- 75 ans sur dix déclaraient fumer (31,8 %) et un sur quatre déclarait fumer quotidiennement (25,5 %) en 2020, sans variation significative par rapport à 2019.

La prévalence du tabagisme quotidien a augmenté significativement parmi le tiers de la population dont les revenus sont les moins élevés (de 30 % en 2019 à 33 % en 2020). Cette augmentation est essentiellement due à une hausse entre 2019 et début 2020, avant le premier confinement, une stabilisation étant notée en post-confinement.

Les inégalités sociales restent ainsi très marquées en 2020, avec 15 points d’écart entre les plus bas et les plus hauts revenus.

•• Mobilisation autour des « Espaces publics sans tabac »

La multiplication des environnements sans tabac constitue une des priorités du Programme National de Lutte contre le Tabac (PNLT) 2018-2022.

À ce titre, le ministère des Solidarités et de la Santé salue le déploiement, sur l’ensemble du territoire, des espaces publics sans tabac, grâce à l’engagement et l’action combinés de l’État, des collectivités territoriales et des associations et avec le soutien du Fonds de Lutte Contre les Addictions (FLCA).

Actrices essentielles de ce mouvement, un nombre croissant de collectivités territoriales, et notamment de communes, choisissent de transformer certains lieux publics ouverts de leurs territoires (plages, parcs, jardins…) en des espaces plus sains, débarrassés du tabac. Ces espaces sont sélectionnés pour devenir non-fumeurs: ils concernent les sites où les enfants et les adolescents sont concentrés.

Ainsi, depuis 2019, avec la mobilisation de près de 500 municipalités, ce sont plus de 3 700 nouveaux espaces sans tabac qui ont été mis en place: plus de 100 plages et autant d’espaces sportifs, 500 abords des écoles, mais aussi des parcs, des stades, etc.

Avec la démarche « Ma terrasse sans tabac »,  c’est aussi l’engagement de restaurateurs, soucieux de privilégier des terrasses ouvertes où il fait bon partager un moment de convivialité sans être dérangé par la fumée de tabac, qui est rendu visible et valorisé.

La réouverture des lieux de convivialité nous donne ainsi l’opportunité d’améliorer notre cadre de vie. C’est notamment l’objectif de la nouvelle campagne de communication conduite par Santé publique France pour valoriser la « vie sans tabac » et promouvoir, auprès des fumeurs désireux d’arrêter de fumer, les services d’aide à distance apportés par Tabac Info Service, dont le site internet vient d’être complètement rénové.

•• Une campagne célébrant la vie sans tabac

La dénormalisation du tabac est engagée comme l’atteste la baisse de la consommation en France ces dernières années. C’est pour cette raison que du 31 mai au 30 juin, Santé publique France, notamment grâce au soutien du Fonds de lutte contre les addictions, accompagne et amplifie le mouvement de dénormalisation du tabac, déjà en cours dans notre société, à travers une nouvelle campagne.

Dans un spot télévisuel de 30 secondes, la vie sans tabac est présentée comme une norme désirable. Il s’adresse au plus grand nombre et célèbre les victoires de chacun sur le tabagisme et souhaite la Bienvenue dans une vie sans tabac. Ce spot est décliné en 3 vidéos de 10 secondes et diffusé à la télévision et « en vol »  (vidéo sur ordinateur, mobile ou tablette). Le dispositif sera complété par une campagne d’affichage print et dynamique sur tout le territoire.

Enfin, une campagne digitale avec des bannières web et sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter) et une opération spéciale en presse écrite et digitale sont également prévues, pour mettre à l’honneur la vie sans tabac par des témoignages d’ex-fumeurs.

« À travers cette campagne, Santé publique France réaffirme sa volonté d’inscrire la lutte contre le tabagisme comme une priorité. Sans culpabiliser les fumeurs, elle montre qu’une vie sans tabac est non seulement possible, mais que l’arrêt du tabagisme est une décision positive associée à de nombreux bénéfices. »