Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
26 Nov 2022 | Pression normative
 

La ville de Laon (Aisne) a choisi de signer un contrat avec l’éco-organisme Alcome dont la mission est de réduire la présence des mégots jetés de manière inappropriée dans l’espace public (voir 19 avril). Tout premier bilan d’étape dans L’Union.

« Trois points d’apport volontaire ont été installés, place Saint-Julien, près du cinéma et devant les bureaux de la police municipale. Des cendriers sondage ont aussi été implantés à la gare, notamment » souligne Séverine Dupont, adjointe en charge du développement durable et de la transition écologique.

•• Sans surprise, c’est place Saint-Julien – qui concentre de nombreux bars – où la collecte a été la plus efficace avec 4 300 mégots. Les résultats sont moins probants près de la police municipale. « Ce point d’apport volontaire pourra être déplacé », estime Séverine Dupont.

Parallèlement, des cendriers de poche ont été distribués, lors des jeux d’été sur le parvis de la cathédrale, aux fêtes médiévales ou lors de la journée d’intégration des étudiants. L’adjointe aimerait également travailler avec les lycées laonnois, devant lesquels se concentrent souvent de nombreux fumeurs. « Il va y avoir une montée en puissance de cette action », promet l’élue.

•• La pédagogie, c’est l’une des missions des agents municipaux qui suivent la collecte des mégots. « On fait part des retours du terrain  », confie Cédric Grumelart, responsable de l’équipe propreté, qui juge que « certains cafés jouent bien le jeu ».

Aux yeux d’Igor Lefèvre (responsable Environnement de la ville), il faut en tout cas, dans cette action,  « cibler les fumeurs, sans les stigmatiser, ni les culpabiliser » et « bien communiquer », notamment au travers d’un travail « très étroit avec les cafetiers ».

Il rappelle d’ailleurs que, depuis 2011, existe un arrêté municipal qui oblige les établissements à « mettre un équipement pour les mégots à disposition des fumeurs ». Pour lui, le système de collecte doit être simple afin d’être efficace conclut L’Union. Photo : L’Union

22 Nov 2022 | Pression normative
 

Six mois après la signature d’une convention d’engagement avec Alcome, la Ville de Grenoble recevait le 15 novembre des délégations provenant de quatre autres communes pilotes – Rouen (9 juin), Châlons-en-Champagne, La Ferté-sous-Jouarre (voir 7 juillet) et Megève (voir 30 juillet) – pour la lutte contre les mégots dans l’espace public, en lien avec l’éco-organisme.

L’occasion de premiers échanges et de retours d’expérience, afin de constater ce qui marche… et ne marche pas au niveau des municipalités. Bilan par Place Gre’net.

•• Les différents participants ont visité les différents « hot-spot » identifiés par la Ville de Grenoble. Et où différentes expérimentations ont été mises en place depuis mai pour tenter d’en faire diminuer le nombre. Avec plus ou moins de succès, selon les situations.

Quai Perrière, là où des marches donnent sur l’Isère et s’avèrent un lieu de rassemblement festif prisé des jeunes, l’adjoint aux Espaces publics de Grenoble, Gilles Namur, ne peut que constater l’inefficacité du cendrier mis à disposition.

À quelques dizaines de mètres de là, d’autres expérimentations donnent pour leur part satisfaction. Notamment place de la Cymaise. « Un seul cendrier a changé la donne », constate Gilles Namur. Pour l’élu, la raison pourrait être simplement la différence de population, entre une clientèle de restaurants sur la place et des regroupements de jeunes souvent alcoolisés sur les quais.

•• Pour l’heure, les communes pilotes en lien avec Alcome mènent des actions de sensibilisation et de communication. Une campagne devrait d’ailleurs prochainement voir le jour à Grenoble.

L’un des premiers enseignements que tire Gilles Namur de la rencontre, c’est d’ailleurs qu’il vaut mieux laisser à chaque commune sa liberté d’approche et de ton, en lieu et place d’une communication nationale déclinée dans chaque ville. « On considère qu’on n’en est qu’au début », précise Gilles Namur. Lire la suite »

28 Oct 2022 | Pression normative
 

La Ville de Moulins (Allier) lance sa campagne « Recycl’ ton mégot », destinée à sensibiliser à la pollution causée par les mégots.  De nouveaux collecteurs et un service de collecte sont mis en place.

À Moulins, le recyclage a commencé en 2020, avec l’installation de cinq collecteurs, suivis par quinze autres en 2021 et autant en 2022.

•• « Ces collecteurs fabriqués par la section ferronnerie du lycée Jean-Monnet, à Yzeure, sont déjà installés sur des « hot spots » : centre hospitalier, commissariat, la Mission locale, l’école de la Croix-Rouge: lycée; des services de la préfecture de l’Allier » précise, dans La Montagne, Matthieu Geffray, adjoint en charge du développement durable et de la transition écologique.

De nouveaux collecteurs ont été installés cet été par les services de la Ville sur les berges de l’Allier aux abords des barbecues, des tables de pique-niques, du terrain de pétanque et du pont de fer.  Des études ont démontré que la visibilité de ces collecteurs de mégots incitait davantage les fumeurs à adopter le bon geste. « Recycl’ ton mégot ! » vise à réduire de 20 % la quantité de mégots mal jetés en 2023. L’objectif est fixé à 35 % à l’horizon 2025.

•• La Ville de Moulins a contractualisé avec l’éco-organisme Alcome, qui lui apporte un soutien financier (voir 31 et 19 juillet).

La municipalité lance également un nouveau service de collecte de mégot à destination des entreprises, des administrations et des restaurateurs. Sur réservation d’un créneau horaire, le service propreté de la Ville viendra directement auprès des partenaires récupérer les mégots collectés. Un autocollant leur sera distribué pour qu’ils soient identifiés comme partenaires de cet effort de recyclage.

 Commentaires fermés sur Mégots : campagne avec Alcome à Moulins   
16 Oct 2022 | Pression normative
 

Ils seront reconnaissables à leur couleur jaune. 104 collecteurs de mégots vont être installés dans tous les quartiers de Tourcoing.

« C’est un projet ambitieux pour améliorer le cadre de vie et pour faciliter le travail quotidien de nos agents. Le but est aussi de sensibiliser les habitants » explique, à La Voix du Nord, Romain Lazare, conseiller municipal en charge des nouveaux modes de collectes des déchets.

« Nous allons les installer à l’entrée des bars-tabacs, des zones d’attente à proximité d’entrées d’établissements ou de salles municipales, des abris de bus mais aussi aux abords des cinémas et restaurants. » Coût du dispositif : 100 000 euros « entièrement subventionnés », précise Maxime Cabaye, adjoint à la propreté (voir 19 juillet). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : une centaine de collecteurs de mégots bientôt installés à Tourcoing  
19 Sep 2022 | Pression normative
 

Ce 17 septembre était organisé la World Cleanup Day, appelé aussi « Journée mondiale du nettoyage de notre planète »,  ayant pour objectif de sensibiliser sur la pollution à travers des nettoyages citoyens. 2 000 initiatives étaient recensées en France. 

Exemple à Tours – avec France Bleu Touraine – où les chasseurs de mégots étaient de sortie dans le quartier Giraudeau.

L’association attendait du monde mais ils ne sont que quelques-uns. Pourtant sur le trottoir trône une urne remplie de 4 000 mégots ramassés en quelques heures en mai dernier.

« C’est toujours aux mêmes endroits » constate un salarié de l’association World Cleanup Day- France, « devant les arrêts de bus, les bureaux de tabac, les lieux d’attente en général ». À côté des places de stationnement, les pinces s’activent aussi : « comme maintenant les constructeurs automobiles n’équipent plus les voitures en cendriers, le mégot finit par terre » constate une volontaire.`

Selon une étude réalisée par l’éco-organisme Alcome (voir 9 septembre), on trouve en moyenne un mégot sur la voie publique tous les 400 mètres, poursuit le reportage. Plus de 80 % des fumeurs estiment qu’il n’y a pas assez de cendriers-corbeille sur l’espace public. Photo : World Cleanup Day- France

 Commentaires fermés sur Mégots : « plus de cendriers dans les voitures, le mégot finit par terre »   
17 Sep 2022 | Pression normative
 

La Ville de Menton hausse le ton contre les incivilités. Après une période de tolérance, des sanctions vont désormais être prises par les forces de l’ordre. Ce 14 septembre, le maire Yves Juhel a lancé, lors d’une conférence de presse, une campagne nommée « Mission Zéro Incivilités ».

L’objectif affiché est de mettre fin à la prolifération de certaines situations comme les mégots et canettes abandonnés dans la rue, les déjections canines non ramassées ou encore les trottinettes circulant sur les trottoirs. Le maire souhaite aussi s’en prendre aux dépôts sauvages.

Désormais, chaque incivilité constatée par les forces de l’ordre fera l’objet d’une verbalisation « systématique ». Les auteurs s’exposent à une amende de 135 euros.

Des opérations dites « coups de poing » ont déjà été menées ces dernières semaines dans certains endroits de la ville.

 Commentaires fermés sur Mégots : Menton « va passer à la phase où l’on frappe »  
 

Nous reprenons, ci-dessous, un communiqué de l’éco-organisme Alcome concernant la récente décision du Conseil d’État amenant à la relance de sa procédure d’agrément (voir 5 août, 5 septembre). 

Alcome, premier éco-organisme en France dédié à la réduction des mégots dans l’espace public, prend acte de la décision du Conseil d’État, lequel a décidé de prononcer l’annulation du cahier des charges d’agrément de l’éco-organisme à compter du 1er janvier 2023.

Cette annulation, de forme, trouve sa source dans l’absence de consultation publique du cahier des charges par les pouvoirs publics. Elle ne remet aucunement en cause la création de la filière ni les démarches et actions entreprises par Alcome depuis le 11 août 2021, au service de l’intérêt général, des adhérents et des collectivités locales.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : réaction d’Alcome suite à la relance de la procédure d’agrément   
 

« L’arrêté du 5 février définissant le cahier des charges de l’éco-organisme a été annulé par le Conseil d’État … mais les professionnels du tabac n’entendent pas désarmer pour autant ». Ainsi démarre une communication de Génération sans Tabac à propos de la récente décision du Conseil d’État – suite à une erreur dans la procédure d’agrément ne remettant pas en cause le fonctionnement d’Alcome (voir 5 août et 5 septembre) – dont nous reproduisons des extraits. 

L’association y reprend des arguments qu’elle a déjà utilisé contre « l’écoblanchiment » des fabricants de tabac (voir 5 juin) mais elle y rajoute une remise en cause de la distribution de cendriers par les buralistes.

L’attribution des missions de collecte de mégots de cigarettes à l’éco-organisme Alcome avait suscité l’incompréhension des acteurs de la lutte antitabac.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : Génération sans Tabac ne veut pas que les buralistes distribuent des cendriers   ,
5 Sep 2022 | Pression normative
 

L’État met en consultation un nouveau « cahier des charges de la responsabilité élargie des producteurs de tabac » afin de renouveler l’agrément d’Alcome d’ici à la fin de l’année. Le projet reprend le texte annulé cet été par le Conseil d’État (voir 5 août) selon Actuenvironnement.

C’est le ministère de la Transition écologique qui a ouvert cette consultation sur « le cahier des charges de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) des produits de tabac ».  Le texte proposé « reprend les dispositions (du précédent) cahier des charges d’agrément » d’Alcome, l’éco-organisme de la REP tabac, expliquent aussi les pouvoirs publics. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mégots : les pouvoirs publics relancent la procédure d’agrément de l’éco-organisme Alcome  
4 Sep 2022 | Profession
 

« 70 % des feux sont liés à l’imprudence … On ne va pas interdire de fumer, mais il y a un comportement à avoir et c’est dans ce but que notre fédération, l’Entente Valabre et les buralistes ont travaillé ensemble pour accompagner les gens dans leurs actes du quotidien ».

Grégory Allione, président de la Fédération nationale des Sapeurs-Pompiers, lors d’une conférence de presse avec Philippe Coy (voir 1er septembre).