Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Déc 2020 | Profession
 

Philippe Cassegrain, le président de la prestigieuse marque Longchamp, est décédé à 83 ans des suites du Covid-19.

On se souviendra que la saga de la célèbre marque, à l’emblématique « sac pliage », a démarré dans une civette, le Sultan, boulevard Poissonnière dans le cœur de Paris.

•• Là où Jean Cassegrain, le père de Philippe, se retrouve avec un stock de pipes après-guerre. D’où l’initiative de gainer ces pipes pour séduire une clientèle de soldats américains déambulant sur les Grands Boulevards. L’idée d’une diversification dans la maroquinerie, à partir d’articles pour fumeurs, fait son chemin (voir 28 décembre 2014).

Avec un nom, « Longchamp », qui deviendra une marque internationale avec le passage aux produits de grande maroquinerie. Et une entreprise, à part entière, dont l’implantation sur le marché du luxe américain en fera un grand nom à travers le monde. Le sac pliage, créé en 1993, sera vendu à 32 millions d’exemplaires.

•• Attachée à ses racines, la famille habitera dans l’immeuble au-dessus du Sultan (passé dans d’autres mains depuis) jusque dans les années 70. Elle reste totalement propriétaire – et aux commandes – de l’entreprise aux 600 millions d’euros de chiffre d’affaires sous la houlette de Jean, fils de Philippe.

L’un des représentants de la quatrième génération, Adrien, en est le directeur de la « transformation ».

2 Déc 2020 | Profession
 

La Française des Jeux rebondit particulièrement bien même si, elle aussi, a été touchée par la crise sanitaire : avec une baisse de 200 millions d’euros de mises durant le premier confinement (voir 6 août).

Stéphane Pallez a fait le point dans les colonnes du grand quotidien régional Le Progrès.

•• « Nous avons effectivement connu une baisse de 60 % des mises lors du premier confinement. Une forte diminution qui s’explique principalement par deux facteurs. Tout d’abord, l’arrêt complet des événements sportifs qui a fait chuter l’offre de paris sportifs ; et ensuite, la fermeture de 20 % de nos points de vente.

Or les paris sportifs représentent 20 % de notre activité aujourd’hui et la très grande majorité des ventes de l’entreprise (plus de 90 %) se fait dans des points de ventes physiques. D’où cette baisse majeure des mises, mais fort heureusement elle n’a duré que deux mois.

•• « Et dès que les points de vente ont pu rouvrir dans leur totalité et que les paris sportifs ont pu reprendre – c’est-à-dire au mois de juin – l’activité de la Française des Jeux est repartie de façon dynamique et quasi normale. Nous avons renoué avec le rythme de croissance que nous affichions auparavant, sur une tendance moyenne de l’ordre de +6 % des mises, au troisième trimestre (voir 15 octobre).

« Ce qui montre bien la résistance et, comme on dit aujourd’hui, la résilience d’une entreprise comme la Française des Jeux ».`

•• « Nos jeux sont distribués dans un réseau de 30 000 commerces de proximité sur l’ensemble du territoire (débits de tabac, bars et marchands de journaux). Lorsque nous avons interrogé nos clients à la fin du premier confinement, ils ont majoritairement répondu qu’ils étaient très contents de pouvoir revenir physiquement dans ces points de vente. Ils constituent, pour eux, un véritable lieu de lien social.

•• « Mais, ils nous ont aussi confirmé que la possibilité de jouer en ligne est quelque chose de pratique, à certains moments. En fait, nos clients apprécient les deux : aller jouer dans un point de vente ne s’oppose pas au fait de pouvoir jouer en ligne.  Lire la suite »

2 Déc 2020 | Profession
 

Lacrymo vidée

• Pas-de-Calais. En fin d’une matinée normale, ce dimanche 29 novembre, un buraliste de Lens s’est trouvé face à un individu encagoulé, tenant un marteau dans une main et un long couteau dans l’autre.

Il a réclamé le contenu de la caisse en hurlant, mais le patron du bar-tabac n’a pas obtempéré. Déjà agressé il y a quelques années, une bombe lacrymogène est toujours tout près du comptoir. Il l’a donc vidée sur le malfaiteur qui est parti en zigzagant dans la rue.

Avec un client, le buraliste l’a rattrapé 500 mètres plus loin. Placé en garde à vue, le braqueur, déjà récidiviste, sera jugé en comparution immédiate ce mercredi 2 décembre. Lire la suite »

1 Déc 2020 | International, Profession
 

Le Gouvernement hollandais vient d’annoncer que les supermarchés ou les grandes et moyennes surfaces ne pourront plus vendre de tabac à partir de 2024.

La mesure est remarquable car s’il existe 16 000 points de vente de tabac aux Pays Bas (17 millions d’habitants), 11 000 sont des grandes et moyennes surfaces (55 % des volumes).

Sachant que les distributeurs automatiques de cigarettes qui existent là-bas, comme en Allemagne ou en Autriche, seront interdits en 2022. Lire la suite »

1 Déc 2020 | International, Profession
 

Cela fait 22 années consécutives que le grand festival du cigare cubain se tient, en février ou début mars, à La Havane : événement à portée mondiale hébergeant un salon professionnel, des colloques, des visites de fabriques et plantations, des dégustations et des soirées de gala.

Soit l’exaltation du tabac cubain mais dans un esprit responsable, la recherche de la qualité étant mise à la conquête des marchés du monde (voir 24 février 2020, 14 février 2018 et 7 mars 2016).

« En raison du contexte mondial que nous vivons », annonce Habanos S.A., il a été décidé d’annuler le festival prévu en février 2021. Lire la suite »

1 Déc 2020 | Profession
 

Jacques Remaud, président de la Fédération des buralistes de Vendée et implanté à Venansault (agglomération de La Roche-sur-Yon), vient de faire évoluer la raison sociale de son établissement : tabac, presse, loto et terroirs. Il parle de l’évolution de son métier dans Ouest France.

« Avec le Point Paiement de Proximité, un nouveau service pour l’État, évoluent à la fois notre enseigne (devenue bleu, blanc, rouge) et notre appellation « commerçant d’utilité locale ». Nous pouvons, en effet, désormais encaisser tout ce qui est dû au Trésor public, comme les taxes, les contraventions, le transport scolaire …

•• « Si le tabac vient en premier, en volume et en chiffre d’affaires, la tendance est à sa baisse constante, compensée par les cigarettes électroniques et liquides de vapotage. Ensuite, vient la Française des jeux, la Poste, la presse, puis toutes les activités complémentaires comme : la carterie, les cadeaux, le vin.  Lire la suite »

1 Déc 2020 | Profession
 

Rapide et violent

• Doubs. Trois individus, cagoulés et lourdement armés, ont fait irruption dans un tabac-presse de Besançon, ce lundi 30 novembre juste avant l’ouverture.

La buraliste se trouvait dans la réserve quand elle a entendu du bruit. En retournant dans la boutique, elle a vu trois individus lui faire face. L’un d’eux s’est approché d’elle et lui a posé un pistolet sur la tempe. Un autre, armé d’un fusil à pompe s’est posté à l’entrée, pour faire le guet.

Ils l’ont alors contrainte à leur remettre le fond de caisse puis ont pris la fuite dans un véhicule.

Ces dernières semaines, plusieurs buralistes de Besançon ont été la cible de malfaiteurs (voir les 29, 17 et 13 novembre ainsi que les 14 et 11 octobre). Mais cette fois le procédé interroge, avec l’utilisation d’armes à feu et d’un mode opératoire particulièrement violent.

L’établissement a été victime d’un vol à la voiture cet été (voir 11 juillet).

30 Nov 2020 | Profession
 

Même si les commerces ont réouvert, toutes les conditions sont réunies pour que le nombre de colis échangés en décembre atteigne le niveau des records (voir 29 octobre et 14 novembre).

•• La Poste qui achemine un colis sur deux prévoit une augmentation d’activité … de 50 % par rapport à l’année dernière. En 2019, 3,1 millions de paquets avaient été acheminés le jour le plus haut.

Cette année, la prévision porte sur 4 millions par jour, avec un pic mi-décembre. Lire la suite »

30 Nov 2020 | Profession
 

Circonstance sanitaire oblige, reprise de la revue de presse des témoignages de buralistes à travers les régions (voir 28 et 27 novembre).

•• « Ça fait du bien de voir la vie reprendre » reconnaît la patronne d’un bar-tabac de Sablé-sur-Sarthe … même si le rideau rouge séparant les parties tabac / bistrot reste bel et bien tiré. À son plus grand regret. « Nous aussi, nous avons mis en place un protocole sanitaire. On se sent oubliés. On est déçus. Encore deux mois comme ça … »

Mais selon elle, rien n’est moins sûr : « les gens vont certainement se lâcher à Noël. On sera peut-être tous reconfinés en janvier. C’est pas gagné … ». Lire la suite »