Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
3 Déc 2021 | Profession
 

À la fermeture 

• Ardèche. Deux individus ont brusquement surgi vers 19 heures 20 dans un tabac-presse à Lachapelle-sous-Aubenas ce mardi 30 novembre.

Sous la menace d’une arme de poing, ils ont pu s’emparer de cartouches de cigarettes.

Une agression très rapide, le commerce étant situé en bordure d’une route départementale, en plein centre du village. Lire la suite »

2 Déc 2021 | Profession, Récents
 

Pleine couverture sur le cigare …

Le Losange de décembre est en ligne avant d’arriver, tout prochainement, chez ses abonnés buralistes.

Outre l’actualité de la profession et de la Transformation, ce numéro comprend un dossier de 14 pages sur la sécurité du point de vente du buraliste : avec des conseils, des retours d’expériences sachant que tous les aspects de la sécurité chez un débitant de tabac sont abordés. Le dossier est complet, il vaut la peine d’être conservé.

Ce numéro rapporte aussi les réactions entendues sur le stand de la Confédération au Salon des Maires (voir 17 novembre).

Enfin, cette édition du magazine de la Confédération présente les de pas moins de 18 assemblées générales départementales de buralistes qui se sont comptes rendus tenues ces dernières semaines. À chaque fois, les buralistes ont répondu présents.

Il faut y voir une reconnaissance du dynamisme de l’organisation professionnelle sur le terrain.

2 Déc 2021 | Profession
 

« Regardez dehors, qui en voudrait dans de telles conditions ? » se plaint le patron d’un bar-tabac installé devant le kiosque à journaux de la porte de Clignancourt, à Paris (XVIIIe).

Dans Le Parisien, Franck Yabas pointe du doigt les vendeurs à la sauvette de cigarettes et les dealeurs installés en permanence devant son établissement ainsi que tout autour du carrefour.

« À cause d’eux, notre chiffre d’affaires a baissé de 30 % au comptoir. Plus aucun touriste ne passe par ici pour aller aux Puces, ils savent que c’est trop dangereux. Et les Parisiens, pourquoi viendraient-ils ? Le chiffre de baisse est identique pour la vente de cigarettes, que les clients finissent par acheter dans la rue. » Lire la suite »

2 Déc 2021 | Profession
 

Entre 2017 et 2020, les ventes de tabac ont baissé de 15,3 %  (en volume) dans la région Centre, selon l’Observatoire français des Drogues et des Toxicomanies.

Une diminution de la consommation ? Un buraliste à Tours, n’en est pas convaincu, mais doit tout de même trouver des solutions pour compenser ses pertes, rapporte La Nouvelle République.

Aujourd’hui, les ventes de tabac représentent environ 40 % des revenus de son commerce, presque autant pour les jeux de hasard. Le reste émane des ventes de presse ou encore du bar-restaurant. C’est dans ces deux dernières activités que ce buraliste voit l’avenir. Lire la suite »

30 Nov 2021 | Profession
 

Transformation et sécurité … Les assemblées générales se succèdent et les sujets tournent surtout autour de la Transformation. Ce fut le cas, ce dimanche 28 novembre, à l’occasion de l’assemblée générale de la fédération des buralistes du Lot-et-Garonne qui s’est déroulée à Saint-Sylvestre-sur-Lot en présence de Philippe Coy.

Sur le plan du réseau, le constat est à la stabilisation reprend Le Petit Bleu d’Agen. « Nous avons 160 buralistes actifs dans notre département » indique Marie-Pierre Ferland, présidente départementale et buraliste sur la commune de Colayrac-Saint-Cirq « il a baissé fortement il y a quelques années. On note une stabilisation depuis deux ans ». Un réseau des buralistes réparti à part égale entre zones urbaine et rurale. Lire la suite »

30 Nov 2021 | Profession
 

Ils sont 425 en Loire-Atlantique à présenter la fameuse « carotte » sur leur façade. Il est généralement écrit « tabac » dessus mais les buralistes ne comptent, depuis longtemps, plus uniquement sur la vente de cigarettes

Se diversifier pour rester essentiel. Voilà la mission des buralistes qui tenaient ce dimanche 28 novembre leur assemblée générale à La Chapelle-sur-Erdre. Ce qu’en a retenu Ouest-France …

•• « Nous avons eu la chance de rester ouvert pendant le confinement et nous nous sommes rendus compte que les gens avaient beaucoup plus de besoins que ce que l’on pouvait imaginer » a expliqué Philippe Glory, président départemental et régional. « Avec la fermeture des magasins, de nombreux clients sont venus nous voir pour des chargeurs de téléphone, des câbles en tout genre, et beaucoup d’autres choses ».

•• « On réfléchit à demain car on sait très bien que les gens vont fumer de moins en moins » poursuit-il. « Notre activité se diversifie donc … puisqu’on propose d’être relais colis/Poste, on est point d’encaissement des amendes, on est aussi banquier avec le service Nickel, on propose aussi d’effectuer des paiements de proximité comme la cantine par exemple. Et en France, 22 bureaux de tabac (aucun dans le département, ndlr) sont aujourd’hui en train d’accueillir des distributeurs automatiques de billets, pour combler les zones où il n’y a plus de banques ».

•• Outre la vente de tabac, dont le volume a baissé de 4,7 % entre 2019 et 2021, les buralistes se diversifient aussi avec les nouveaux modes de consommation : la cigarette électronique dont ils tiennent désormais 30 % du marché contre 10 % il y a quelques années.

Avec tous ces nouveaux services, le nombre de « carottes » en Loire-Atlantique reste stable. Et la profession, agile, vise toujours plus à demeurer un commerce essentiel.

29 Nov 2021 | Profession
 

À l’heure de l’ouverture

• Bouches-du-Rhône. Deux individus, dont un tenait une arme de poing, ont attaqué un buraliste de La Roque-d’Anthéron (30 kilomètres au nord d’Aix-en-Provence) ce samedi 27 novembre, peu de temps après l’ouverture, vers 7 heures 30. 

Apparemment pas très bien organisés, ils sont repartis avec quelques billets et des jeux à gratter.

Plus au sud, un buraliste de Gardannes (14 kilomètres au sud d’Aix-en-Provence) a fait les frais du même type d’attaque à l’ouverture. Cette fois-ci, ce sont trois individus armés d’un fusil à pompe qui sont passés à l’action avant de s’enfuir avec un butin conséquent.

28 Nov 2021 | Profession
 

Dans la foulée de l’assemblée générale des buralistes de la Meuse qui s’est tenue ce dimanche 21 novembre, François Mercier, président de la Fédération départementale (à droite sur la photo), fait le point sur l’évolution de la profession dans un interview de L’Est Républicain. Extraits …

Est Républicain : quelle est la situation actuelle des buralistes meusiens ?

• François Mercier : Ceux installés dans les zones citadines travaillent plutôt pas mal, même s’ils sont, eux aussi, impactés par la concurrence frontalière. Certains s’en sortent moins bien dans les secteurs ruraux, mais le réseau reste fort par son maillage et une Confédération qui le soutient (…) Le bureau de tabac est un vecteur de lien social incontestable. Les buralistes sont de vrais commerçants d’utilité locale.

Est Républicain : comment avez-vous vécu les dernières hausses du prix du tabac ?

• F. M. : Ça a, bien sûr, des conséquences avec des consommateurs qui se tournent vers les pays frontaliers et le marché parallèle, mais le Gouvernement a conscience du problème et a mis en place le Fonds de transformation pour permettre aux buralistes d’exploiter d’autres segments commerciaux. L’augmentation des prix réduit le flux, donc on propose de plus en plus de services comme le service bancaire Nickel, les billets de train, les relais Poste, les relais colis, les timbres fiscaux ou les paiements de proximité (…)

La vape est un domaine à développer car ce sont des produits à marge. Des produits susceptibles de recréer du flux et donc de la clientèle. Et quand on réussit à créer du flux, si on est commerçant, on peut mettre en valeur et vendre nos produits.

Est Républicain : quelles sont les autres pistes de diversification ?

• F. M. : La source est intarissable. Quand vous êtes commerçant, il faut être dynamique, visionnaire et pas attentiste. Des distributeurs de billets ont été installés dans des régions-test, il existe aussi des accords avec des épiceries pour mettre en avant tel produit ou telle marque… On veut donner une boîte à outils dans laquelle chaque buraliste se sert car chacun est différent et chaque territoire a ses spécificités.

On garde cet ADN tabac mais, à côté de ça, le buraliste a encore plein d’avenir, comme il l’a montré pendant la crise en faisant preuve de résilience. Enfin, le bureau de tabac doit être encore plus connecté. Il faut numériser les établissements et proposer du click and collect. C’est l’avenir.