Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Déc 2018 | L'Info
 

Puteaux dans les pas de Strasbourg (en matière d’interdiction de fumer dans tous les parcs publics / voir Lmdt du 2 juillet) …

Le conseil municipal devrait y adopter, ce jeudi 13 décembre, l’interdiction de fumer dans l’ensemble des parcs, squares et jardins publics de cette commune des Hauts-de-Seine.

La mesure concernera les 26 squares, les 3 parcs et les 6 jardins que compte la ville.

Autrement dit : interdiction totale de fumer une cigarette sur les « 26 000 hectares de pelouses » offerts par ces différents espaces verts, selon Le Parisien.

•• « Cette décision n’est pas tout à fait une première », précise-t-on au cabinet du maire (LR) de la ville, Joëlle Ceccaldi-Raynaud. « Il y a dix ans, un arrêté du même ordre avait déjà été pris. Il interdisait de fumer dans les aires de jeux installés dans les parcs et jardins de la ville. » Anticipant ainsi de plusieurs années l’interdiction nationale (voir Lmdt du 30 juin 2015).

•• « C’est liberticide », estime pour sa part Félix, élève de Terminale du lycée Agora, qui avoue s’en griller une de temps à autre, allongé sur les bancs du jardin Eichenberger. « Dans les lieux publics couverts d’accord, mais en plein air, franchement ça dérange qui ? »

« On stigmatise les fumeurs », abonde Jean-François, 62 ans. « Bientôt, on devra se cacher pour fumer sa cigarette. Et si on se fait surprendre une clope au bec au beau milieu d’un parc, il se passera quoi ? »

Comme à Strasbourg, l’arrêté de la ville de Puteaux prévoit une verbalisation des fumeurs contrevenants avec, à la clé, une amende de 68 euros.

12 Déc 2018 | Profession
 

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, la plupart des relais-colis du Mans constatent une hausse de leur fréquentation. Signe que les Sarthois – comme d’autres – prennent leurs précautions pour Noël, dans un contexte général de forte croissance du commerce en ligne.

L’activité est en nette hausse par rapport au mois de décembre dernier, constate France Bleu Maine, ce mardi 11 décembre.

•• « Au moins 40 % », détaille le gérant d’un bar-tabac. « Comme il existe une incertitude, les gens me disent qu’ils commandent pour être tranquilles », explique Gérard Cordou, qui constate même l’arrivée, à la faveur de ces perturbations, de nouveaux clients : « des personnes qui, d’habitude, ne font pas d’achat sur Internet ».

•• La crainte de blocages cette année vient accentuer une tendance déjà lourde. Le commerce en ligne ne cesse de se développer, nuance Jérôme Petithomme, buraliste dans le quartier du Villaret. Lui aussi a vu son activité colis monter en flèche : « en cinq ans, cela n’a jamais cessé d’augmenter. La direction de Mondial Relay prévoit entre 10 et 15% de hausse chaque année ».

L’activité relais-colis devrait encore s’intensifier la semaine prochaine. À huit jours de Noël, ce sera le pic d’activité.

12 Déc 2018 | Trafic
 

Tous les revendeurs de cigarette à la sauvette ne semblent pas prêts à jouer à « attrape-moi si tu peux » avec les forces de l’ordre.

Conséquence : un autre canal de distribution, plus discret cette fois, s’est développé pour écouler les cigarettes illégales, celui des commerces de proximité. Un reportage des Inrockuptibles (publié ce 10 décembre).

•• Barbès, un quartier du XVIIIe arrondissement de Paris, bien connu pour la revente de cigarettes qui y a lieu quotidiennement, en pleine rue mais pas seulement.

D’un air décontracté, un épicier plonge sa main dans un discret tiroir pour en sortir deux cigarettes et lance naturellement : « tu ne veux pas plutôt ça ? ». Il devait rendre un euro, il offrira aux journalistes-enquêteurs en échange deux cigarettes dont il est impossible d’en vérifier la provenance ou l’authenticité.

Dans cette épicerie, comme dans plusieurs autres de la capitale, les employés proposent aux clients de leur rendre la monnaie en cigarettes à l’unité. Un phénomène qui s’accélère, passé les heures d’ouverture des buralistes officiels (voir Lmdt du 28 août 2017).

•• « Depuis le début des années 2000, de nombreuses épiceries pratiquent cette revente illégale », confirme Jean-Raphaël Bourge, président d’Action Barbès, une association regroupant initiatives locales, collectifs d’habitants, établissements et acteurs culturels.

Ayant observé le développement de ce réseau de revente parallèle, qu’il décrit comme « généralisé », il rappelle que ce système « relève plus souvent de la dépanne pour ces commerces qui y voient une autre source de revenu tout en profitant de la fermeture des buralistes ». Avant d’ajouter que ce mode de revente cible le plus souvent des individus « achetant à l’unité, le paquet étant trop cher ».

•• Passés les horaires d’ouverture des débitants officiels, un paquet peut coûter jusqu’à cinq euros de plus chez les commerçants ouverts la nuit, comme observé à Barbès. « Dans tous les cas, on est nombreux à le faire, mais pas en grosse quantité parce qu’on ne risque pas les mêmes choses que ceux qui vendent dans la rue. Eux sont dans les trafics et revendent ça pour rien, nous on profite de la fermeture des buralistes pour monter les prix. Ce sont des gens qui ont bu et ne réfléchissent pas trop au prix. Ils veulent juste fumer », explique un marchand du quartier. L’homme originaire d’Algérie nous confie également que « quelquefois on peut faire des rabais s’il (le client) vient du bled ». Lire la suite »

12 Déc 2018 | Profession
 

À l’occasion du bilan d’action avec sa nouvelle orientation « Égalité des Chances » (voir Lmdt du 11 décembre), la Fondation d’entreprise FDJ a confié à Opinion Way un sondage sur la perception des Français vis-à-vis de l’égalité des chances (échantillon de 1 037 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé en ligne du 20 au 26 septembre 2018).

•• 75 % estiment que l’égalité́ des chances n’a pas changé́ ou a même reculé (36 %), ces 10 dernières années.

Les inégalités économiques et sociales sont plus jugées importantes aujourd’hui qu’il y a 5 ans (62 %), juste devant les inégalités d’accès au logement (53 %), d’accès aux soins (52 %) et scolaires (47 %).

Pour 53 % des sondés, le nombre de décrocheurs scolaires est en augmentation, même si la France a réduit le nombre de jeunes qui quittent le système scolaire sans diplôme : de 140 000 à 100 000.

•• 80% jugent que le développement du numérique est une bonne chose pour la société́ mais les trois quarts aussi ont l’impression que cela peut exclure une partie de la population (74 %), sentiment davantage marqué chez les seniors (81 % des 65 ans et plus).

•• 90% des sondés estiment être bien intégrés à la société́ française. Toutefois, la majorité estime qu’elle n’intègre pas bien les jeunes qui entrent sur le marché́ du travail (63 %), les plus âgés (67 %), les personnes handicapées (67 %) ou les personnes en situation de précarité́ économique (71 %). Les personnes en situation de handicap se sentent d’ailleurs moins bien intégrées à la société́ française (79 %). Lire la suite »

12 Déc 2018 | Profession
 

Le contrôle de tous les dangers 

• Seine-et-Marne. Une patrouille de police avait repéré un véhicule suspect, feux éteints, avec deux individus à bord, à hauteur d’un bar-tabac de Villemer, ce mardi 11 décembre, vers 2 h 10.

Lorsque les policiers ont voulu contrôler les deux occupants, le conducteur a démarré et les malfaiteurs sont parvenus à prendre la fuite. En revenant sur leurs pas, les forces de l’ordre ont entendu du bruit dans l’arrière-cour du commerce.

C’est alors qu’un second véhicule a foncé sur les fonctionnaires, qui ont pu s’écarter à temps, avant de disparaître dans la nature. Personne n’a été blessé.

Les malfaiteurs, qui avaient forcé la porte de la réserve, ont emporté avec eux un stock important de cartons et cartouches de cigarettes. Lire la suite »

11 Déc 2018 | Profession
 

La buraliste du Vieux-Lille, âgée de 70 ans lors des faits, avait été violemment frappée à la tête, elle est désormais infirme. 

Jugés devant la cour d’assises du Nord, les quatre prévenus ont été condamnés, lundi 10 décembre, à des peines allant de dix à vingt-cinq ans de prison (voir Lmdt des 8 et 6 décembre).

L’analyse des traces ADN avait permis de remonter aux quatre hommes. Tous sont d’origine roumaine. Ils vivaient alors en foyer, dans un campement ou un squat.

•• Le procès n’a pas permis de connaître précisément leurs responsabilités. Les deux qui étaient entrés dans le magasin (34 et 44 ans) se sont accusés mutuellement des violences. Le plus jeune (24 ans) a minimisé son rôle de guetteur et le « doyen » (66 ans) a réfuté le rôle d’initiateur que lui donnaient les trois autres. Lire la suite »

11 Déc 2018 | Profession
 

Le Sénat a adopté, hier après-midi, l’article 63 du Projet de Loi de Finances interdisant le paiement en espèces des impôts, taxes et amendes au guichet des centres de finances publiques.

L’idée étant de faire assurer cette tâche par des prestataires comme la Poste ou les buralistes (voir Lmdt des 10 décembre et 7 novembre). 

•• Lors de la discussion générale, le rapporteur Claude Nougein (LR / Corrèze) a déclaré : « cet article permet à la DGFIP (Direction générale de la Finance publique / voir Lmdt du 14 juillet) d’externaliser l’encaissement des espèces avec un objectif 0 numéraire en 2022 et pourra être l’occasion pour les buralistes de diversifier leurs activités, par exemple dans le cadre d’un partenariat avec La Poste. » Lire la suite »

11 Déc 2018 | Profession
 

Soulagement pour les présidents de chambre syndicale, réunis en séminaire le 5 décembre au siège de la Confédération.

Philippe Coy et Gérard Vidal (vice-président de la Confédération, responsable du dossier Logista / Distribution) leur ont annoncé le prolongement d’une mesure ayant du sens pour leurs collègues : le paiement à J + 2 des commandes tabac, réglées en prélèvements bancaires.

Cette annonce est d’autant mieux accueillie que ces mêmes présidents étaient sous pression de buralistes les interrogeant sur le devenir d’une mesure qui avait été conclue, le 15 février dernier, dans le cadre d’un accord (fort opportun avant l’augmentation du 1er mars) entre Logista et la Confédération : avec une hausse de 10 points du crédit de stock (pour les buralistes avec moins de 500 000 euros de commandes tabac) et ce J + 2, donc. Soit, rappelons-le, une enveloppe de 90 millions d’euros pour soulager un certain nombre de trésoreries (voir Lmdt des 15 et 16 février). Lire la suite »

11 Déc 2018 | Profession
 

Lors de ce dernier samedi de pillages dans les commerces parisiens, il n’y pas eu que les « civettes » des 8ème et 16ème arrondissements, parmi les cibles soigneusement choisies par les vandales (voir Lmdt du 9 décembre). 

Plusieurs établissements ont également été concernés dans le quartier de la République (extrait d’une dépêche AFP).

À proximité, les bureaux de tabac ont aussi été pris pour cible. Rue des Trois Bornes, l’établissement n’a pas ouvert ses portes. Les casseurs ont tout dérobé et le gérant, agressé, est à l’hôpital.

« Nous, on a eu plus de chance, on doit juste remplacer la vitrine, et espérer qu’ils ne reviendront pas samedi prochain », soupire auprès de l’AFP le patron du tabac Le Vizir qui avance le chiffre de 5 000 euros de réparations. Huu Tai, gérant de l’établissement voisin Le Rouergue, est consterné : « On va finir par ne plus ouvrir, on n’a plus le moral et notre activité est menacée ». Lire la suite »

11 Déc 2018 | International
 

Le titre du New York Times (édition du 5 décembre) résume en quelques mots la proposition de plusieurs élus de l’État de New York : légaliser le cannabis pour le renouveau du métro new-yorkais.

La légalisation du cannabis à usage récréatif est plus que jamais à l’ordre du jour, à New York, alors que les démocrates viennent d’obtenir la majorité à l’assemblée de l’État pour la première depuis dix ans.

Et l’on sait que les dix états américains ayant déjà légalisé la marijuana à usage récréatif ont gonflé les finances publiques avec les taxes appliquées sur les ventes (voir Lmdt des 6 janvier 2018 et 14 octobre 2017). Lire la suite »