Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Mar 2019 | L'Info
 

« Le monde bouge, avec lui des métiers vivent de profondes transformations. Celui des buralistes n’échappe pas à cette tendance » a déclaré, à Ouest-France, Laurence Proust, présidente de la chambre syndicale des buralistes de la Sarthe, en introduction de son assemblée générale. 

Laquelle s’est tenue au Mans, ce dimanche 17 mars, en présence d’Alain Sauvage, trésorier général de Confédération et Alain Clouet (administrateur de la Confédération et président de la fédération Normandie-Maine).

. De façon originale, cette assemblée générale s’est articulée autour de deux ateliers :

•• L’un sur la transformation : à cette occasion, Laurent Maquart (administrateur de la Confédération et directeur général de la Coopérative des buralistes) est venu faire partager sa propre expérience : « un bureau de tabac est un commerce à part entière. Un fonds de transformation de l’État, après audit, existe justement pour le faire évoluer ». Pour développer son offre commerciale, aussi. Et d’évoquer l’évolution de son offre comme la carterie (anniversaire, mariage, naissance…). D’un présentoir, il est passé à quinze, avec à la clé « 1 500 euros de chiffre d’affaires par mois ».

D’autres buralistes proposent aussi du vin et des gâteaux apéro ou même des parfums d’ambiance … autant de nouvelles sources de revenus.

•• Autre atelier : la sécurité. Chacun des 272 buralistes sarthois « doit être acteur de sa sécurité » a martelé la présidente Laurence Proust.

Encore trop souvent victimes de braquages et de cambriolages, les buralistes doivent prendre la mesure de « l’importance de sécuriser leurs établissements. L’État apporte une aide, mais avec des critères très précis » a-t-elle souligné, regrettant que, trop souvent, des confrères s’engageaient dans des travaux qui ne répondent pas aux règles. « Le dossier est lourd à remplir, c’est vrai. Mais mieux vaux fermer le magasin une journée pour s’en occuper. La chambre syndicale est là pour aider et conseiller. »

18 Mar 2019 | Profession
 

Invitée ce matin de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, est revenue sur l’idée de la vente des billets de train chez les buralistes.

« Il y a de plus en plus de Français qui achètent leurs billets de train sur Internet. En même temps, tout le monde n’a pas Internet. Donc il faut absolument maintenir la possibilité d’acheter physiquement.

« Donc la démarche engagée par les buralistes, je l’appuie.

« Permettre aux Français d’acheter leurs billets de train chez les buralistes est une très bonne idée. Comme La Poste qui a transféré certains services chez les buralistes. »

18 Mar 2019 | Profession
 

C’est ce samedi matin, à 6 heures 15, que les députés ont adopté en seconde lecture, par 27 voix contre 15 et 3 abstentions, le projet de loi Pacte dont l’un des articles prévoit la privatisation de la FDJ.

Le texte va repasser au Sénat, avant adoption définitive par l’Assemblée (voir Lmdt du 21 février). 

•• On aura été frappé, pendant les débats, par l’importance qu’aura pris le sujet de l’interdiction de vente de jeux aux mineurs. Ceci, au détour d’un amendement visant à frapper d’une lourde amende tout contrevenant. Amendement finalement rejeté, mais après une vive discussion (voir Lmdt du 15 mars 1 et 2).

•• Dans un message adressé aux présidents de chambres syndicales, vendredi, Philippe Coy remettait tout cela en perspective : « si le réseau n’est donc plus sous le couperet d’une amende, il n’en reste pas moins que le sujet reste plus que jamais d’actualité.

« La Confédération doit engager une campagne pour faire en sorte d’améliorer le respect de la vente aux mineurs dans le réseau : tabac, jeux, alcool. Nous devons faire de cet impératif, un atout.

« C’est une étape nécessaire pour renforcer les raisons d’être du monopole et être crédible demain, pour demander la distribution d’autres produits sensibles tels que le cannabis, par exemple. »

18 Mar 2019 | Observatoire
 

La multiplication des points de vente de restauration rapide, une offre toujours plus diversifiée en plats à emporter ou encore l’essor des livreurs de repas témoignent du spectaculaire développement d’une alimentation express et / ou nomade. Au-delà du phénomène sociétal, c’est un marché toujours en expansion.

•• Rien que le nombre d’établissements présentant une offre « snacking » cohérente dépassait ainsi les 94 000 l’an dernier, selon CHD Expert (un cabinet spécialisé dans la consommation hors domicile) repris par Les Échos.

Dans cette famille composite qui rassemble une diversité d’acteurs (restauration rapide, boulangeries, grande distribution, magasins de proximité, livreurs à domicile …), le cabinet d’étude relève le poids particulier de la restauration rapide dont le nombre d’unités a crû de 70,8 % entre 2007 et 2018, pour atteindre 41 000 l’an dernier. Leur volume d’affaires a été multiplié par 2,6, sur la même période, à 19 milliards d’euros.

Et l’importance des chaînes y est considérable puisqu’elles représentent 68 % du segment en valeur pour seulement 27 % en nombre d’unités.

Les boulangeries constituent un autre acteur de taille avec un volume d’affaires de 11,2 milliards en 2018, en progression de plus de 31 % sur la décennie écoulée ; alors que sur la même période, le nombre d’établissements a diminué de 5,7 %, à 29 600.

•• Le marché du snacking qui sera à l’honneur lors du salon « Sandwich & Snack Show » (les 1 et 2 avril prochain) est loin d’être arrivé à maturité. Selon CHD, la France (hors départements d’outre-mer) compte ainsi 1,5 unité pour 1 000 habitants, et 0,17 au km2. Cette moyenne cache cependant de fortes disparités.

Paris figure, sans surprise, en tête du Top 10 des départements ayant le plus de points de vente, avec 88 unités au km2. Au deuxième rang, Lyon est loin derrière avec 31 points de vente au km2, sans parler de Toulouse, dixième, avec 8. En conséquence, observe CHD Expert, « il y a encore de la place pour des créations de points de vente, même sur Paris ». Lire la suite »

18 Mar 2019 | Profession
 

« Notre monde bouge, le commerce se digitalise, la moitié des métiers se transforment et pour continuer d’exister, il faut évoluer et, vous concernant, vous diversifier » déclare André Deljarry, président de la CCI Hérault, dans les colonnes du Midi Libre en s’adressant aux buralistes. 

Il a signé, ce vendredi 13 mars, une convention avec les deux chambres syndicales des buralistes de l’Hérault : celle de Hérault / Béziers, présidée par Sophie Lejeune (secrétaire général de la Confédération) et celle de Hérault / Montpellier, présidée par Marie-Thérèse Dechaume.

•• « Les consommateurs auront déjà constaté l’apparition, dans leur bureau de tabac, de petite épicerie, d’objets de décoration, de papeterie, d’articles de plage, et de relais de colis. L’État a décidé de soutenir cette transition vers des drugstore du quotidien », annonce le média local qui précise que, le 12 février dernier, une convention nationale de partenariat a été signée entre la Confédération et CCI France (voir Lmdt du 12 février 2019).

•• La CCI Hérault s’occupe donc localement de l’exécution des audits obligatoires qui sont préalables, à la fois, aux travaux et à l’aide dont peuvent disposer les buralistes de la part du fonds de Transformation (voir Lmdt des 19 décembre 2018 et 17 mars 2019).

La CCI Hérault annonce avoir été la première à décliner, localement, la convention nationale. 21 buralistes du département sont en cours d’audit.

17 Mar 2019 | E-cigarette
 

Invitée du Grand Jury /RTL ce dimanche 17 mars, la ministre de la Santé a dû répondre à une question sur le vapotage

« Aujourd’hui, les gens qui s’engagent dans le vapotage sont des personnes qui souhaitent s’arrêter de fumer. La cigarette est nettement plus toxique que le vapotage », a-t-elle répété.

« Je préfère que les gens arrêtent de fumer avec les substituts nicotiniques », plutôt qu’avec des cigarettes électroniques, a-t-elle cependant précisé.

« Nous ne connaissons pas les toxicités à long terme. Il a fallu attendre 30 ans pour savoir que la cigarette provoquait le cancer ». Lire la suite »

17 Mar 2019 | Profession
 

Suite aux scènes de pillage d’hier à Paris, et pour répondre aux questions qui nous parviennent depuis ce matin, aucun buraliste n’a été victime des actes de vandalisme qui font la une des médias.

Et qui ont frappé plusieurs commerces des quartiers des Champs-Élysées et des Grands Boulevards.

À l’exception de la civette du drugstore Publicis de l’Étoile qui n’a pas ouvert, alors qu’une partie du reste de l’établissement a été assaillie.

•• Il faut dire que dès 10 heures du matin, les principaux buralistes qui avaient décidé d’ouvrir dans la zone des Champs ont sagement décidé de revenir sur leur décision : « je ne le sens pas » déclarait l’un d’eux, après avoir croisé des manifestants. Lire la suite »

17 Mar 2019 | Profession
 

Le Losange arrive actuellement chez les buralistes abonnés. Son édition digitale est déjà en ligne.

•• Avec un dossier complet sur la première phase de tout processus permettant de bénéficier des aides de la Transformation : l’audit.

« Point de départ obligatoire de votre démarche de transformation, l’audit préalable définit, à partir d’une analyse de votre situation existante et de la zone de chalandise de votre établissement, un choix d’améliorations et de modifications à entreprendre afin de transformer votre point de vente en commerce répondant aux nouveaux usages des consommateurs » indique l’introduction de l’article.

En complément d’un article très pédagogique, de type questions-réponses, on trouvera la présentation d’une grille d’analyse. Et deux interviews : Pierre Goguet (président de CCI France) et David Lestoux (dirigeant d’un cabinet d’audit). Lire la suite »

17 Mar 2019 | Trafic
 

Un nouveau bilan hebdomadaire des constatations et quantités saisies par les équipes des différentes directions régionales de la Douane (voir Lmdt du 9 mars).

. Marseille : 39 constatations, 147 kilos
. Roissy (voyageurs) : 32 constatations, 181 kilos
. Orly : 21 constatations, 150 kilos
. Perpignan : 19 constatations, 83 kilos
. Roissy (fret) : 15 constatations, 26 kilos
. Paris (Est) : 14 constatations, 516 kilos
. Montpellier : 10 constatations, 58 kilos
. Paris (Ouest) : 8 constatations, 3 tonnes 138 kilos Lire la suite »

17 Mar 2019 | Observatoire
 

Casino, Carrefour et Auchan multiplient les tests de magasins ouverts en continu : des points de vente sans personnel. Derrière ces expériences, l’enjeu de l’amplitude des horaires dans un contexte de consommation atone (voir Lmdt du 30 janvier). 

Casino a commencé des tests l’an passé, dans plusieurs Franprix. Carrefour a lancé, début février, une première expérience dans le City de l’École militaire, au cœur de Paris. Auchan a importé de Chine sa boîte « Auchan Minute », mise à l’essai au siège d’Auchan retail France, à Villeneuve d’Ascq.

•• Le 24h sur 24 s’inscrit dans la logique des pressions pour l’ouverture des magasins en soirée (jusqu’à 21 heures au plus tôt et 23 heures au mieux) et le dimanche. Lire la suite »