Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Déc 2019 | L'Info
 

Quatre ans après la découverte de 43 tonnes de café contrefait au Havre, le parquet a requis le renvoi en correctionnelle de six anciens hauts responsables douaniers, impliqués dans une affaire de corruption et dans laquelle certaines méthodes de lutte contre le trafic de tabac sont évoquées (voir 25 avril 2017 ainsi que 15 mars et 21 août 2018). 

Des « errements », un « phénomène de corruption gravissime » et une « totale déloyauté à l’égard de l’autorité judiciaire » … C’est en des termes incisifs que le parquet de Paris a justifié, dans son réquisitoire définitif daté du 13 novembre, la tenue d’un procès dans cette vaste affaire. La décision finale sur un procès pour tout ou partie de ces protagonistes revient désormais aux juges d’instruction, selon Lepoint.fr et l’AFP.

•• Dans son réquisitoire définitif, le parquet a jugé les éléments suffisamment nombreux pour réclamer le renvoi de dix personnes, dont six anciens hauts responsables. Parmi eux : Pascal Schmidt, accusé d’avoir géré la logistique de l’opération et mis en cause pour « corruption » et « blanchiment ».

Le ministère public a également requis le renvoi de Vincent Sauvalère, ex-numéro 2 du renseignement douanier, Erwan Guilmin, son successeur, et Magalie Noël, son adjointe, pour « complicité ». L’ancien patron de la DNRED Jean-Paul Garcia, qui a quitté ses fonctions en 2017, est lui accusé de « négligence ».

•• « En acceptant de monter des projets opérationnels sur la base d’informations fournies par Zoran Petrovic », les responsables douaniers ont « pris le risque de laisser ce dernier outrepasser le rôle habituel d’un aviseur » et de « s’impliquer dans l’importation » de la marchandise frauduleuse, estime le parquet.

Ils ont « en toute connaissance de cause enfreint la loi pénale, dans l’unique but de réaliser des saisies avantageuses pour l’image médiatique de la DNRED mais sans aucun résultat concret sur le plan judiciaire » ajoute-t-il.

•• « Depuis le début, mon client conteste toute responsabilité » a déclaré à l’AFP Me Patrick Tabet, avocat de M. Garcia, soulignant « que cette prétendue négligence écarte tout acte volontaire ».

7 Déc 2019 | Trafic
 

Trois suspects, dont deux anciens légionnaires, ont comparu, ce vendredi 6 décembre, devant le tribunal correctionnel de Nîmes, soupçonnés d’avoir organisé un important trafic de cigarettes de contrebande avec Andorre. 

On ne connait pas encore la conclusion des débats mais, d’après la presse locale, on en a déjà beaucoup appris sur le mode opératoire, bien organisé par d’anciens militaires originaires des pays de l’Est à la manœuvre.

•• Une à deux fois par semaine, un « commando » de trois hommes se rendaient de Nîmes en Andorre pour s’approvisionner (les lots portant sur des centaines de cartouches de cigarettes à chaque fois).

Pour éviter d’être repérés, ils passaient au retour par les chemins de montagne à travers les Pyrénées. Des complices les récupéraient à plusieurs kilomètres de la frontière, plus bas sur la route (voir 27 et 2 novembre ainsi que du 17 octobre).

•• Les cigarettes étaient ensuite écoulées dans des établissements de nuit et des bars de Montpellier, Nîmes et Avignon. Le trafic aurait été opérationnel de septembre 2015 à mai 2017. D’après certaines estimations, le trafic a porté sur 2 millions d’euros.

La chambre syndicale des buralistes du Gard s’est portée partie civile.

7 Déc 2019 | International
 

Les ventes de cigarettes en Espagne ont connu, depuis le début de cette année, une hausse de + 1,27 % en volume selon les données du Comisionado del Mercado de Tabacos (CMT), organisme assurant la tutelle du secteur. 

•• Réaction immédiate de la ministre de la Santé en fonction, María Luisa Carcedo, qui a estimé que la prévalence tabagique repartait à la hausse, au même niveau qu’en 2005 avant la précédente loi anti-tabac.

Son ministère a déjà lancé une campagne d’information contre le tabagisme – incluant la cigarette électronique et la chicha – avant de faire rembourser des substituts nicotiniques. Sachant que l’on est toujours en attente de la constitution d’un nouveau gouvernement de coalition en Espagne.

•• Rocio Ingelmo, directrice des Affaires publique d’Altadis (Imperial Brands), n’est pas d’accord avec l’analyse de la ministre et l’a fait savoir à nouveau dans El Economista.es ce 4 décembre : « la vente de tabac n’est pas en train d’augmenter en Espagne. Ce qui se passe c’est la baisse de la contrebande du fait de la stabilité des prix et de l’amélioration du niveau de vie : d’où la hausse de la distribution légale.

« Il faut tenir compte aussi de la progression des ventes dans les zones frontières où beaucoup de fumeurs Français viennent s’approvisionner à cause de la pression fiscale dans leur pays ».

•• Depuis le début de l’année, les hausses de vente les plus importantes ont été enregistré en Andalousie à Cadix (+ 5,27 %) et Séville (+ 5,22 %), les deux provinces les plus touchées, jusqu’à maintenant, par le marché illégal. À Malaga et à Huelva, zones également concernées par la contrebande, la situation est comparable (+ 3,64 % et + 3,19 % respectivement). Ce serait le fruit des mesures prises contre les trafics de tabac de contrebande.

Dans les régions frontalières de la France, on constate aussi des hausses de + 4,39 % à Gérone, + 4,80 % à Lleida et + 2,67 % au Pays Basque espagnol.  En juillet dernier, c’est même une moyenne de + 6 % des ventes par rapport à juillet 2018 qui a été constatée du côté espagnol de la frontière.

•• Et Rocío Ingelmo de rappeler que, depuis la dernière hausse de novembre, le prix moyen du paquet, côté français, est le double du prix moyen du paquet de cigarettes espagnol.

7 Déc 2019 | Observatoire
 

Dans un reportage mené par l’AFP à Saint-Ouen, juste de l’autre côté du périphérique parisien, des dealeurs s’inquiètent d’être exclus des affaires en cas de légalisation du cannabis.

Extraits.

« Vaguement » au courant de la récente légalisation du cannabis au Canada (voir 13 juillet et 4 avril 2019) une petite main du trafic de la cité des Boute-en-train ignore en revanche qu’une mission d’information parlementaire doit être lancée prochainement pour « éclairer le débat public » français sur tous les usages du cannabis, y compris récréatif (voir 12 juillet 2019).

•• « Si on légalise, c’est pas les Noirs et les Arabes qui vont avoir les commerces qui vendent ça » réagit-il. Comme guetteur, il dit toucher « 100 euros pour 12 heures » de travail, entre midi et minuit.

Une manne qui, admet-il, serait menacée si les clients pouvaient se procurer leur cannabis librement. « Ici tu peux choper du shit ou de la beuh (herbe, ndlr), mais que d’une sorte. Dans une boutique, t’aurais plein de variétés. » À ses côtés, un « collègue » reste confiant : « on vendra moins cher, y aura toujours de la parallèle, car ce sera trop réglementé ».

•• « La légalisation du cannabis, c’est plus un choc social qu’un choc sanitaire. Cela nécessite de mettre un coup de pied dans la fourmilière des banlieues » estime Christian Ben Lakhdar, professeur d’économie à l’université de Lille. Selon ce spécialiste des drogues, environ 100 000 personnes participent plus ou moins régulièrement au trafic en France.

Si l’Hexagone, premier pays consommateur d’Europe, passe à la légalisation, les dealeurs actuels seront « probablement les oubliés du système », craint cet universitaire qui recommande de créer « des emplois légaux liés au nouveau marché du cannabis » dans les anciennes zones de trafic. Lire la suite »

 

La plupart des grandes sociétés de production se sont dotées d’une disposition dans leur règlement visant à réduire le nombre de films montrant des fumeurs. Mais cela ne semble pas suffisant.

Dans un rapport, publié fin octobre, l’agence américaine de santé publique (CDC) indique que le nombre de films classés au box-office mondial, comprenant des scènes avec des fumeurs, a augmenté de 57 % entre 2010 et 2018 (voir aussi 18 juillet 2017).

•• Une hausse plus marquée dans les films déconseillés aux moins de 13 ans (+ 120 %). Les films biographiques, aussi appelés biopics, sont particulièrement concernés : en 2018, environ 80 % des images de fumeurs se retrouvent dans ce type de films.

•• Reste que certaines firmes ont fait des efforts : Disney (voir 15 mars 2015), Viacom et Sony Movies ont drastiquement réduit le nombre de films montrant des fumeurs. En 2018, Disney et Viacom étaient d’ailleurs les deux seules compagnies à n’avoir montré aucune cigarette dans leurs films, jugés appropriés pour les moins de 13 ans.

Mais d’autres firmes ont suivi un chemin moins vertueux. Ainsi, le nombre de films produits par Comcast montrant des fumeurs a progressé de 19 à 573 et de 96 à 327 pour Fox Movies.

•• Aux États-Unis comme en France, le placement publicitaire de marques de tabac est interdit dans les films, les jeux vidéo ou encore à la télévision.  Des associations américaines veulent désormais signaler tous les films montrant des fumeurs, à moins qu’il ne s’agisse d’un film sur une figure historique fumeuse ou bien d’un film montrant les effets nocifs du tabagisme.

D’après certaines études, une telle mesure pourrait réduire le tabagisme d’environ 18 % chez les jeunes.

6 Déc 2019 | Profession
 

L’affaire fait un certain bruit sur les réseaux sociaux. Une mère de famille a porté plainte, ce mercredi 4 décembre, contre un buraliste au commissariat de Pontarlier (Doubs).

Elle poursuit en justice le buraliste pontissalien pour avoir vendu des cigarettes à sa fille mineure de 14 ans. Elle tient à pousser « un coup de gueule » pour alerter les parents d’élèves, selon les médias locaux.

D’après elle, la veille, la jeune fille lui avait avoué avoir acheté des cigarettes en compagnie d’un autre camarade, lui-même âgé de 13 ans. Ce dernier se procurerait souvent des cigarettes ainsi pour lui et son amie. Lire la suite »

6 Déc 2019 | Profession
 

Malgré plusieurs perturbations – à l’occasion du mouvement national de grève de ce jeudi (voir 5 décembre) – la préparation des livraisons tabac, au niveau des différentes Directions départementales de la Distribution (DRD) de Logista, a été réalisée normalement.

En conséquence, les livraisons prévues ce vendredi devraient avoir lieu normalement.

6 Déc 2019 | Trafic
 

Elle ne vendait pas que du matériel pour chicha cette boutique du quartier Gambetta, à Nîmes … ne disposant pas du contrat de gérance pour vendre du tabac.

Lors d’un contrôle administratif, ce vendredi 29 novembre, les policiers du Groupe de Sécurité publique et de la Sureté départementale du Gard ont découvert 42 kilos de tabac à chicha et 150 cartouches de cigarettes de contrebande … le tout mis á la vente.

Autre infraction relevée par les policiers au cours de leur intervention : celle de travail dissimulé. Lire la suite »

6 Déc 2019 | Observatoire
 

À l’occasion de la CPO 25 qui se tient à Madrid, Mathilde Robinet (étudiante) signe, dans le Cercle des Échos, une tribune titrée « et si la communication anti-tabac pouvait aider la lutte contre le changement climatique ? ». Quelque peu, tiré par les cheveux …

« (…) Bien que le réchauffement planétaire et tabagisme peuvent sembler être, de prime abord, des phénomènes très différents, des facteurs psychologiques et sociaux communs expliquent nos comportements face à ces sujets. Lire la suite »

6 Déc 2019 | Profession
 

Arme en plastique

• Allier. Un individu casqué, encagoulé et armé, s’est introduit dans un bar-tabac à Saint-Germain-des-Fossés (à une dizaine de kilomètres de Vichy), ce mercredi 4 décembre en plein milieu d’après-midi.

Deux clients, dont une personne âgée, s’y trouvaient, ce qui n’a pas empêché le malfaiteur de braquer directement le buraliste avec une arme de poing. Ce dernier a rapidement repéré que ladite arme était en plastique … Avec sang-froid, il s’en est saisi et a tenu tête au malfaiteur qui, décontenancé, a fini par prendre la fuite sans butin. Lire la suite »