L'Info

BOUTIQUES DE CIGARETTE ÉLECTRONIQUE CONTRE BURALISTES : C’EST MAINTENANT QUE ÇA SE JOUE

E-Cig boutiqueEt si, effectivement, le véritable rapport de force entre boutiques spécialisées et buralistes se jouait maintenant ? Alors que la croissance du marché français de la cigarette électronique est moins fulgurante que l’année dernière mais devrait quand même aboutir à un marché total de l’ordre de 400 millions d’euros pour 2014 ?

Le modèle des boutiques spécialisées est « challengé » : moins de clients venant pour « s’initier » ; pression sur les prix ; augmentation des charges. Certaines ferment.

Le défi pour les buralistes n’est pas gagné d’avance : besoin d’aménager un espace dédié, visible et attrayant dans le point de vente ; mise en place d’un minimum d’organisation pour offrir la disponibilité nécessaire aux clients ; acquisition de la maîtrise nécessaire du produit et des saveurs sur un marché où les tendances évoluent encore vite.

On sait que la Confédération cherche « l’effet compresseur » à travers un grand plan de formation au niveau des ses chambres syndicales (voir Lemondedutabac du 12 juin). Sa coopérative renforce ses partenariats avec certains fournisseurs. Et de nouveaux kits « signalétiques et PLV » vont être diffusés dès la rentrée.

Enfin, les buralistes se stimulent beaucoup entre eux sur le sujet. En témoigne le numéro de juillet-août de « Buralistes », la revue des débitants de la région Ile-de-France. Un dossier sur la présence de la cigarette électronique dans les points de vente fait ressortir un nouvel état d’esprit. Un exemple de citation : « Il faut travailler ce produit, faire des vitrines, le montrer, le faire goûter, expliquer sa différence. Comme toutes les activités annexes, telles que la confiserie, la carterie … il permet de récupérer de la marge ». Largement plus que la confiserie, même.

Laisser un commentaire
E-cigarette

Espagne : hécatombe des boutiques de la cigarette électronique

Ces chiffres sont à peine croyables. Mais ils sortent du ministère du budget espagnol  et sont en ligne avec les dernières informations nous remontant du marché  de la cigarette électronique là- bas (voir Lemondedutabac du 18 juillet 2014).

Espagne baisseD’après l’administration de Madrid, on dénombrait l’année dernière un peu plus de 3 000 points de vente où l’on pouvait se procurer de la cigarette électronique : boutiques spécialisées de plus ou moins grande taille, GMS, presse, bazars et estanqueros (débitants) plus ou moins motivés, stations-service, etc.

Aujourd’hui, on n’en compterait guère plus de 900 … Comme neige au soleil !

, | Laisser un commentaire
Profession

Buralistes : chronique d’une insécurité ordinaire

CambriolageLe stock disparaît
• Côte-d’Or. Cambriolage dans la nuit du 22 au 23 juillet dans un tabac-presse de Vitteaux. Après avoir forcé la porte et les volets, ils ont dérobé toutes les cartouches de cigarettes ainsi que le fond de caisse.

Pour plusieurs dizaines de cartouches
• Ardèche. La même nuit, un tabac de Saint-Priest était lui aussi victime d’un cambriolage, plusieurs dizaines de cartouches de cigarettes se volatilisant.

Énervement à l’engin explosif
• Seine-Maritime. Mardi 22 juillet en fin d’après-midi à Darnétal. Il est 17h50, lorsqu’un client d’un bar-tabac s’emporte contre la fille du patron. Alors qu’il voulait acheter une carte prépayée, le client s’énerve et lance un support métallique, sur lequel se trouvent les journaux, vers la jeune femme. Le projectile n’atteint pas sa cible, personne n’est blessé. L’homme sort du bar-tabac.
Une demi-heure plus tard, il revient et jette une bouteille en plastique de 50cl, contenant un liquide jaune. Lorsque la bouteille touche le sol, une détonation se fait entendre, accompagnée d’une fumée. L’homme s’enfuit laissant, sur le trottoir face au bar-tabac, un sac plastique contenant d’autres bouteilles.
L’explosion n’a fait aucun blessé. L’auteur des faits est, lui, toujours en fuite. D’origine artisanale, l’explosif qui a été utilisé n’a pas encore été identifié.

Surpris en pleine action
• Loire-Atlantique. A Nantes, dans la nuit du 20 au 21 juillet, la brigade anticriminalité surprend deux hommes, âgés de 35 et 37 ans, en train de cambrioler un bureau de tabac à Nantes. Lors de la perquisition à leur domicile, les enquêteurs tombent sur un nombre important de paquets de cigarettes et de tabac à rouler. Sans oublier une machine servant à fabriquer de fausses clés … Ils sont soupçonnés d’avoir commis deux autres « casses » de bureau de tabac.

, | Laisser un commentaire
Société

États-Unis : un patch nicotinique intelligent

Les substituts nicotiniques fourbissent leurs armes face à la forte concurrence de la cigarette électronique. Chrono Therapeutics, un fabricant américain de dispositifs transdermiques, vient de mettre au point un « patch » nicotinique connecté et intelligent.

Patch intelligent« SmartStop » est en fait un appareil capable d’anticiper la sensation de manque pour diffuser la nicotine à travers la peau, au moyen de cartouches jetables, avant même que le besoin de fumer ne se fasse sentir. Le dispositif se connecte aux smartphones et aux tablettes en Bluetooth. Les utilisateurs peuvent ajuster leur dosage à la main, tout comme l’appareil est capable d’adapter les doses en fonction de la personne et d’aider à la sevrer progressivement.

Autres fonctions : le dispositif envoie des messages d’encouragement via son smartphone et permet aussi de  communiquer avec d’autres abstinents par le biais de communautés et de forums en ligne.

A sa sortie, SmartStop pourrait coûter environ le même prix que les produits nicotiniques actuellement proposés sans ordonnance aux Etats-Unis.

Chrono Therapeutics aurait déjà développé plusieurs brevets pour commercialiser cet appareil aux Etats-Unis et en Europe. La firme annonçant  avoir réussi, début juin, à lever 32 millions de dollars de fonds auprès de grands acteurs du secteur médical américain. Les autorités sanitaires américaines (FDA) seraient en train d’étudier sa mise sur le marché.

, , | Laisser un commentaire
Trafic

Marché parallèle : plus de contrôles à la frontière belge ?

Laurent FabiusAu Conseil des ministres d’hier, mercredi 23 juillet, Laurent Fabius a fait une communication – au titre de ministre des Affaires étrangères – sur un Projet de Loi « autorisant l’approbation de l’accord entre les gouvernements français et belge relatif à la coopération transfrontalière en matière policière et douanière ».

Précisons que cet accord, signé à Tournai … le 18 mars 2013, vise à « permettre le développement d’une approche intégrée de la sécurité des zones frontalières et de la lutte contre les flux transfrontaliers illicites ».

Même si l’on peut s’inquiéter des délais de mise en œuvre effective de cet accord, on suppose que les « flux illicites » de tabac vont y faire l’objet d’une approche appuyée. Car, sur le terrain, dans Le Nord, on sait bien que la majorité des achats frontaliers de tabac dépassent les limites autorisées et sont essentiellement destinés à la revente illégale. Comme l’ont confirmé récemment certaines affaires spectaculaires (voir Lemondedutabac des 22 juin et 6 juillet).

, , , | Laisser un commentaire
Profession

Tabaculteurs / planteurs : pour Rémy Losser, « nous devons renégocier les prix »

TabacIntéressante, cette interview de Rémy Losser (président du syndicat des planteurs France Tabac), parue dans le numéro de juillet/ août de la Revue des Tabacs. En effet, l’an prochain, les 1400 planteurs de tabac français ne recevront plus de subventions liées à leur production annuelle. Extrait.

« Avec 8 000 tonnes de tabac, la production française est une goutte d’eau par rapport aux besoins des fabricants de cigarettes, nos principaux clients, qui peuvent s’approvisionner sur le marché mondial. Nous avons heureusement un partenariat historique avec Seita, qui est le principal acheteur de la production française, notamment toute la récolte de Burley.

« Les tabaculteurs français ont investi pour une production de très haute qualité répondant aux cahiers des charges de leurs clients. L’année dernière, Seita a relevé son prix d’achat de 25% pour tenir compte de la disparition des aides mais c’est insuffisant pour compenser la baisse du revenu.

« Nous devons absolument renégocier les prix afin de garantir un revenu décent aux tabaculteurs. Les négociations se déroulent à l’automne mais, dans l’intervalle, les agriculteurs sont dans l’incertitude. Faute de visibilité, certains s’interrogent sur l’opportunité de planter à nouveau du tabac l’année prochaine ».

| Laisser un commentaire