Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Nov 2017 | L'Info
 

Des peines allant jusqu’à trois ans de prison, dont deux ferme, ont été prononcées, ce mercredi 22 novembre, contre quatorze membres d’un réseau de contrebande de cigarettes organisé sur le port de Marseille, annonce une dépêche AFP (voir Lmdt du 5 janvier 2017).

Le parquet avait requis jusqu’à quatre ans de prison, devant le tribunal correctionnel de Marseille.

•• Au cours du trafic, qui s’est déroulé entre 2015 et novembre 2016, au moins 68 400 cartouches de cigarettes détaxées, destinées aux boutiques duty-free des navires d’Algérie ferries, avaient alimenté les marchés noirs de la région, selon les Douanes (voir Lmdt du 24 novembre 2016).

•• Le 17 novembre 2016, une perquisition à bord du ferry algérien « Tariq », au cours de laquelle 1 300 cartouches de cigarettes détaxées avaient été découvertes dans les faux plafonds du navire, avait mis fin au trafic.

Lors de l’escale à Marseille de trois ferries algériens, des sacs poubelle contenant chacun 25 cartouches étaient régulièrement jetés dans la nuit sur les quais, puis récupérés par des hommes ayant escaladé les grilles du port. Les ballots étaient ensuite récupérés par des véhicules garés à l’extérieur qui assuraient plusieurs rotations par nuit, avant d’être acheminés dans des appartements situés dans les quartiers de l’arrière-port. Lire la suite »

22 Nov 2017 | International
 

Apple vient de supprimer de sa plateforme l’application « Where to smoke ? » montée par Cigar Aficionado : depuis deux ans, on y recensait plus de 2 600 adresses de civettes, de fumoirs ou tout autre lieu « cigar friendly » en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. Utile pour les amateurs adultes et à vocation non-incitative.

•• « Notre équipe a consacré énormément de travail à la vérification de tous ces emplacements » souligne le patron du magazine américain, Marvin Shanken. « Nos développeurs ont travaillé pendant des mois. Les lieux que nous mettons en évidence sont réservés aux adultes … et l’application ne vend pas de cigares »

•• Apple a donc sur-transposé, en quelque sorte, la réglementation généralement appliquée aux cigares. « C’est une histoire de David contre Goliath, et malheureusement, cette fois, c’est Goliath qui a gagné » reprend Marvin Shanken. « C’est une attaque contre la liberté d’expression et la liberté d’entreprendre. C’est une discrimination pure et simple contre les fumeurs de cigares. » Lire la suite »

22 Nov 2017 | Profession
 

Les buralistes de Sarreguemines paient leur proximité avec le Luxembourg. Avec la première hausse du 13 novembre et le paquet à 10 euros dans trois ans, le combat va être encore plus déséquilibré, selon Le Républicain Lorrain du 18 novembre. 

•• « Plutôt que d’harmoniser les prix au niveau européen, on détruit un peu plus ce qu’il reste comme commerces », déplore Steve Desumer. « Un ami, à Paris, vend en une journée ce que nous écoulons en quinze jours … ».

•• « Les ventes ont chuté de 50 % en deux ans. Sans compter les baisses enregistrées les années précédentes », déplore Hugues Leichtnam (photo). « Sous couvert d’une soi-disant politique sanitaire, le Gouvernement se passe de 4 milliards de recettes publiques et encourage la contrebande. Les cinq buralistes existants sur Sarreguemines se partagent aujourd’hui 5 % de ce qui devrait être vendu normalement. L’Allemagne et le Luxembourg le restant (…) Le gouvernement a validé le plus grand plan social de France, passé sous silence. 600 buralistes ont mis la clé sous la porte l’an passé ; cette nouvelle hausse entraînera la fermeture de 1 000 commerces supplémentaires. »

22 Nov 2017 | E-cigarette, International
 

L’adoption d’un amendement au Sénat italien, la semaine dernière, semble annoncer la création d’un monopole d’État pour la distribution des produits du vapotage.

Cet amendement sur la cigarette électronique était soutenu par le Gouvernement. Il émane d’une sénatrice de centre-droit ayant déjà occupé des fonctions ministérielles, Simona Vicari (photo).

•• L’amendement contient, en fait, deux mesures :

• la vente en ligne de tous les produits du vapotage est strictement interdite ;

• la vente et la distribution d’e-liquides contenant de la nicotine sont désormais placées sous la responsabilité de « l’Agence des Douanes et du monopole ». Cette dernière accordera des licences aux buralistes (tabaccai) ou aux boutiques spécialisées souhaitant vendre ces produits.

Les points de vente auront jusqu’au 31 mars 2018 pour solliciter et obtenir cette licence. Lire la suite »

22 Nov 2017 | Profession
 

Ce mardi 21 novembre, le Sénat a adopté le projet de budget 2018 de la sécurité sociale dans son ensemble.

Donc, avec l’article 12 portant le mécanisme fiscal conduisant à une succession d’augmentations de la fiscalité des produits du tabac sur trois ans (« le paquet à 10 euros »). Sachant qu’un amendement gouvernemental a permis d’y atténuer le rythme de l’escalade fiscale sur les cigarillos (voir Lmdt du 16 novembre).

Dans le fond, les sénateurs n’auront guère remis en cause la politique du « paquet à 10 euros ». On est loin de la levée des boucliers contre le paquet neutre.

22 Nov 2017 | Profession
 

Trop polis pour être honnêtes

• Aisne / Marne. Ils ont plutôt l’allure d’adolescents, les deux hommes (21 et 26 ans) interpellés ce week-end (voir Lmdt du 21 novembre) et jugés ce lundi 20 novembre par le tribunal correctionnel de Laon pour trois braquages de bar-tabac : à Athies-sous-Laon le 8 novembre, puis à Prémontré le lendemain et à Cormicy (Marne) le 16 novembre.

Ils mettaient les formes à chacun de leur braquage, multipliant les formules de politesse et les excuses, souhaitant même une bonne soirée aux buralistes avant de filer. Les deux voleurs prenaient soin aussi de ne jamais braquer leurs armes -un pistolet à air comprimé et un pistolet à billes – sur leurs victimes. « On a fait notre possible pour ne pas les choquer », a insisté le plus âgé des braqueurs.

À chaque fois, les deux malfaiteurs avaient fait main basse sur les fonds de caisse, des dizaines de jeux à gratter et des cartouches de cigarettes. Lire la suite »

21 Nov 2017 | Pression normative
 

C’est elle qui a allumé la mèche de la polémique sur la place de la cigarette dans les films français (voir Lmdt des 16 et 17 novembre, de ce jour 1 et 2). Dans une interview dans Le Maine-Libre de ce mardi 21 novembre, la sénatrice PS de la Sarthe « resitue » ses propos.

•• « (…) Mon intervention était de dire : au-delà de l’action sur le coût du paquet de cigarettes, ne faut-il pas être plutôt dans une prévention plus large et toucher les publics, notamment le public jeune qui est très sensible à l’image ?

•• « (…) Mon questionnement aujourd’hui, c’est : Comment faire, chacun à son niveau, pour qu’on n’ait pas des messages incitatifs mais plutôt vigilants ? Dans certains films, la cigarette est présente en masse, du début à la fin du film. C’est une chose qui avait un petit peu disparu et qui a tendance à revenir. Donc, gardons cette vigilance qu’on avait eue à un moment donné. Il ne s’agit pas de renier tout ce qui a été fait parce qu’effectivement la cigarette fait partie de notre histoire et fait partie d’un comportement de société, on l’a bien vu dans certains films. Mais maintenant, par rapport aux nouveaux films, attention à ne pas prôner cette consommation. Lire la suite »

21 Nov 2017 | Pression normative
 

Un premier recul de la ministre de la Santé ?

Toujours est-il que devant la polémique suscitée par la tentation de prendre des mesures contre la présence de tabac et de fumeurs dans la production cinématographique (voir Lmdt de ce jour 1 et 2 ainsi que des 20 et 17 novembre), Agnès Buzyn a commencé à réagir.

Via Twitter. On n’en attendait pas moins.

Par la déclaration suivante, selon l’AFP : « Je n’ai jamais envisagé ni évoqué l’interdiction de la cigarette au cinéma (…) la liberté de création doit être garantie »

Avant d’ajouter, façon de ne pas totalement se contredire : « la liberté de création ne réside-t-elle pas également dans l’indépendance des réalisateurs vis-à-vis des incitations à montrer la cigarette à l’écran ? »

À suivre …

21 Nov 2017 | Pression normative
 

La cigarette, bientôt bannie du grand écran ? Une phrase de la ministre de la Santé a fait ressurgir le spectre d’une possible interdiction du tabac dans les films, une hypothèse vigoureusement rejetée par le monde du cinéma au nom de la liberté d’expression (voir Lmdt de ce jour).

« Je ne comprends pas aujourd’hui l’importance de la cigarette dans le cinéma français », s’est interrogée jeudi Agnès Buzyn, promettant « une action ferme là-dessus » (voir Lmdt du 17 novembre).

Va-t-on priver Jean-Paul Belmondo de sa clope dans « À bout de souffle » ? Jacques Tati de sa pipe ? Que ferait Sabine Azema sans sa cigarette dans « Smoking/No smoking » ? Les amoureux du septième art crient à l’hérésie.

•• « Un film n’est pas là pour refléter la société telle que l’État voudrait qu’elle soit », considère Frédéric Goldsmith, délégué général de l’Union des producteurs de cinéma (UPC), qui fédère plus de 200 d’entre eux. « C’est une réalité, beaucoup de gens fument », poursuit-il, interrogé par l’AFP, la lutte contre le tabagisme « ne peut pas passer par une atteinte à la liberté de création ».

•• Pour Serge Toubiana, à la tête d’Unifrance, l’organisme chargé de la promotion du cinéma français à l’étranger, cette idée est « un aveu d’échec de la politique publique en matière de santé ». « Si on en vient à (…) légiférer sur le fait de fumer ou pas sur des écrans de cinéma, c’est qu’on a échoué sur tout le reste. Le cinéma est un art, un plaisir, un divertissement, pas un outil de propagande pour la cigarette », défend-t-il. Lire la suite »

21 Nov 2017 | L'Info, Pression normative
 

Et si la ministre de la Santé avait réagi trop vite en répondant positivement à l’interpellation de la sénatrice socialiste de la Sarthe, Nadine Grelet-Certenais, visant à une interdiction de la présence de tabac et de fumeurs dans la production cinématographique (voir Lmdt des 17 et 20 novembre).

•• Agnés Buzyn s’était plutôt bien sortie, jusqu’à maintenant, du débat sur le paquet de 20 cigarettes à 10 euros – en (relative) discussion ces jours-ci au Parlement (voir Lmdt du 16 novembre) – et remplissait parfaitement les requis de sa présence dans le casting gouvernemental : une « marcheuse » faisant le job, avenante devant les médias et assumant des décisions porteuses de l’image d’une certaine détermination.

Patatras. La polémique actuelle l’envoie dans les cordes de la censure au cinéma et de l’entrave à la création artistique. Jamais bon pour la bonne réputation.

•• D’ailleurs, la ministre a dû immédiatement s’en rendre compte. Elle s’est vite retournée vers sa collègue de la Culture qui n’a pas encore réagi. Lire la suite »