Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Août 2018 | L'Info
 

Le Parisien / Aujourd’hui en France de ce jour y consacre sa une : la vague monte sur les interdictions de fumer en plein air. À l’image de Strasbourg et Paris (voir Lmdt des 2 et 7 juillet), de plus en plus de municipalités prennent des arrêtés antitabac. 

« Cela fait partie des stratégies inscrites dans le Programme national de Lutte contre le Tabac 2018-2022 », indique le ministère de la Santé, qui compte sur les municipalités pour « augmenter le nombre d’espaces sans tabac (plages, installations sportives, parcs…) relevant de leurs compétences ».

•• Dans le Sud, Cannes a pris un arrêté pour interdire jusqu’à fin septembre narguilés et chichas sur une large partie de son territoire, y compris les plages (voir Lmdt du 27 juin).

Plus de clope non plus sous le parasol à Nice, Menton, Saint-Malo, Royan, reprend Le Parisien … Sur l’ensemble de la France, on compte désormais 973 « Espaces sans Tabac », le label officiel décerné par la Ligue contre le Cancer est reconnu par le ministère de la Santé. Une cinquantaine de plages, des parcs, jardins mais aussi des zones de loisirs, des entrées d’école ou d’hôpitaux.

•• « Quel est le sens de ces actions ? » s’interroge Philippe Coy auquel les auteurs de l’article donne (très brièvement) la parole « on est face à des gens qui font du spectacle. Créer de l’interdit n’est pas une solution »

Signe que ces mesures ne font pas l’unanimité : dans la capitale, des affiches avec les cigarettes barrées ont été systématiquement arrachées dans un square du XIIe arrondissement (voir Lmdt du 13 août). « On va poser des panneaux métalliques à la place », réplique la municipalité.

•• Premier objectif de ces mesures, selon le quotidien : lutter contre les mégots, une source importante de pollution.

Mais Il s’agit également d’une question de santé publique. « Il faut dénormaliser la présence de tabac dans les lieux publics », explique Alexandre Feltz, médecin addictologue et adjoint (SE) au maire de Strasbourg, « les enfants qui voient des adultes fumer dans des espaces de loisirs associent la cigarette au bonheur. »

« On a longtemps distribué des cendriers que l’on retrouvait enfouis dans le sable. Depuis, les enfants ne font plus des châteaux de mégots, c’est redevenu familial » se félicite Patrick Boré, maire LR de La Ciotat, pionnière d’une plage sans tabac. « Ces mesures visent aussi à aider ceux qui n’arrivent pas à décrocher. La contrainte entraîne l’arrêt », reprend-il.

•• Mais déjà, une autre cible dans le viseur : les terrasses, les lieux de concerts et spectacles en plein air. « Nous, on ne fera rien de plus. Ce sera aux futurs élus de s’en charger, il faut y aller progressivement », temporise Alexandre Feltz.

Quant au ministère, il se contente d’indiquer qu’« il n’est pas prévu de nouvelle mesure législative ». Mais jusqu’à quand ? … s’interroge Le Parisien.

14 Août 2018 | Associations, International
 

La Fondation du milliardaire et ancien maire de New York Michael Bloomberg (voir Lmdt du 1er janvier 2014) a dévoilé ce mardi les noms des organisations choisies pour diriger STOP, une ONG dotée de 20 millions de dollars sur 3 ans, chargée de dénoncer les « pratiques trompeuses » de l’industrie du tabac.

L’Université de Bath (Royaume-Uni), le Centre mondial pour la bonne gouvernance dans la lutte anti-tabac (Thaïlande) et l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (Paris) dirigeront « collectivement un nouveau groupe mondial de surveillance de l’industrie du tabac : STOP (Arrêt des organisations et des produits du tabac) ».

•• « Ensemble, ils peuvent contribuer à sauver beaucoup de vies », a déclaré M. Bloomberg par téléphone à l’AFP. Ce groupe publiera des rapports d’investigation détaillant les « stratégies trompeuses » de l’industrie du tabac et fournira des outils et du matériel de formation aux pays à revenu faible ou intermédiaire pour lutter contre son influence.

•• « STOP protégera les consommateurs en mettant en lumière les manœuvres sournoises de l’industrie du tabac, y compris le marketing ciblant les enfants », estime Michael Bloomberg, ambassadeur mondial de l’OMS pour les maladies non transmissibles et fondateur de Bloomberg Philanthropies.

« Ils (les industries du tabac, ndlr) veulent promouvoir leurs produits et faire de l’argent pour leurs actionnaires », a-t-il dit à l’AFP, avant d’ajouter : « mais ça tue des personnes, et j’ai toujours pensé qu’il y a un moment où il y a des choses plus précieuses, plus importantes, que d’augmenter les bénéfices ».

La fondation de l’ex-maire de New York, Bloomberg Philanthropies, a engagé près d’un milliard de dollars depuis 2007 pour lutter contre le tabagisme dans le monde, précise cette dernière.

•• « L’industrie du tabac est un obstacle majeur à la lutte mondiale contre le cancer et les maladies cardiaques », a commenté le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué de la fondation (voir Lmdt du 24 août 2016).

•• Michael Bloomberg, ex-fumeur, avait annoncé ce projet à l’occasion de la 17e Conférence mondiale « Tabac ou santé » en mars au Cap, en Afrique du Sud (voir Lmdt du 7 mars 2018).

Près de 80% du milliard de fumeurs que compte la planète vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, selon l’OMS. L’épidémie de tabagisme tue plus de 7 millions de personnes chaque année, selon cet organisme des Nations unies.

14 Août 2018 | Profession
 

« Quand les cigarettiers nous enfument … Face au recul de leurs ventes, les fabricants parient sur le tabac chauffé, censé être moins nocif. Révolution ou simple astuce marketing ? » (sic).

La presse adore les copiés-collés. Ainsi, L’Express (édition du 8 août) nous sort une réplique d’un article déjà publié par les Échos Week End sur l’Iqos en particulier et le tabac chauffé en général (voir Lmdt du 6 mai).

Avec toujours cet intérêt curieux des journalistes sur une autre façon de consommer la nicotine et la formidable course technologique qui l’accompagne. Mais aussi – parce que l’on parle tabac – avec l’exercice obligatoire consistant à contrebalancer l’information initiale en jetant systématiquement l’opprobre sur des entreprises qui investissent. Ou en convoquant quelques experts militants anti-tabac qui n’ajoutent rien au débat scientifique.

De cet amalgame, nous extrayons quelques citations qui reviennent à l’essentiel :

•• Sur le fonctionnement innovant de l’Iqos (voir Lmdt du 19 juin) : « À l’ intérieur, il y a une lame qui chauffe, sans la brûler, la recharge composé de tabac compressé afin d’exhaler les arômes sous forme de vapeur de tabac, mais avec 90 à 95 % de produits toxiques en moins par rapport à une cigarette classique » (Julien Anfruns, directeur des Affaires publiques et de la Communication de Philip Morris France).

•• Sur le tabac chauffé : « une révolution technologique et sanitaire qui va tout simplement nous faire changer d’industrie » (Éric Sensi-Minautier, directeur des Affaires publiques, juridiques et de la Communication de British American Tobacco / voir Lmdt du 6 août et 26 juin).

Le tabac chauffé est « un produit révolutionnaire qui marie le meilleur de deux mondes, le potentiel de moindre nocivité des cigarettes électroniques et le vrai goût du tabac. »

•• Sur le statut des produits à tabac chauffé : « dans 11 pays en Europe, dont la France, l’Iqos est classé dans une catégorie à part (de la cigarette conventionnelle / ndlr), et cela sera également le cas de la Grande-Bretagne et de la Pologne en 2019 » (Julien Anfruns).

•• En tout cas, le tabac chauffé se retrouve sélectionné parmi les sujets d’été de la presse magazine. Ce doit être un signe.

14 Août 2018 | Pression normative
 

On se demande bien pourquoi ils ne l’ont pas fait plus tôt. Pour des raisons évidentes dues au climat. Depuis début juillet, dix incendies ont été recensées.

Comme l’année dernière (voir Lmdt du 25 juin 2017), la préfecture de Seine-et-Marne vient de prendre un arrêté (en vigueur jusqu’au 30 septembre) interdisant tout apport de feu dans plusieurs forêts du massif de Fontainebleau.

29 communes sont concernées. Les usagers ne doivent ni fumer, ni déposer ou jeter de mégots et des cendres.

Cette interdiction est également valable pour les automobilistes traversant ces forêts (voir Lmdt du 5 août 2018).

14 Août 2018 | Observatoire
 

Le Mondial de football, les fortes chaleurs, le succès des ventes privées et le commerce en ligne ont pesé sur les soldes d’été, qui se sont achevées, ce mardi 8 août, en demi-teinte. Et cela n’est pas sans conséquences, de différentes natures, sur tous les autres commerces « périphériques » … comme les buralistes. 

« Nous n’avons pas encore de bilan chiffré mais nous anticipons un recul des ventes de -5 à -10 % comparé à 2017, après déjà une baisse de -7 % pour les soldes d’hiver. La tendance s’aggrave », explique Yves Marin, expert distribution chez Bartle. Les températures élevées auraient limité les déplacements des consommateurs qui, « lorsqu’ils se sont déplacés, ont acheté des petites pièces », souligne Yves Marin.

À Paris, 55 % des commerçants se disent déçus par le chiffre d’affaires réalisé pendant les soldes de cet été 2018, selon un bilan de la Chambre de Commerce de Paris Ile-de-France.

Rappelons que le Gouvernement va ramener la durée des soldes à quatre semaines, à partir de l’hiver 2019, contre six aujourd’hui.

Outre une baisse de la fréquentation, entamée il y a des années, les soldes souffrent de la concurrence accrue d’opérations de promotions tout au long de l’année (Black Friday, etc. / voir Lmdt du 23 novembre 2017) et des ventes privées qui « cette année, ont eu un fort succès en juin, même si ce mois n’a pas été florissant », souligne Yohann Petiot, directeur général d’Alliance du Commerce  (26 000 magasins dans le secteur de l’équipement de la personne). Les promotions « hors soldes » représentent déjà 25 % des ventes annuelles, et elles sont en croissance, souligne de son côté Yves Marin.

13 Août 2018 | Pression normative
 

L’intelligence de la simple observation de la nature. Et l’on y verra meilleur recours que les règlements inapplicables et les interdictions qui visent à stigmatiser.

Six corbeaux ont été spécialement dressés pour le ramassage des mégots et de petits déchets sur tout le site du parc de loisirs du Puy-du-Fou, vient d’annoncer Nicolas de Villiers (son directeur).

L’idée a germé dans l’esprit de l’un des fauconniers du Puy-du-Fou, très au fait de l’intelligence intuitive et du goût du jeu de certains volatiles. Ainsi, les corbeaux en question ramassent des mégots pour les ramener dans une sorte de boite où, à chaque dépôt de petit déchet, un mécanisme se déclenche pour délivrer l’une de ces croquettes dont raffolent particulièrement les corbeaux. « Très rapide », un corbeau est capable de « remplir un seau » en trois quarts d’heure. Lire la suite »

13 Août 2018 | Trafic
 

Grosse enquête publiée dans le Journal du Dimanche de ce 12 août, avec la collaboration de l’agence Investigate Europe. 

Le pitch : l’aviation d’affaires est un moyen de transport de plus en plus prisé des délinquants et trafiquants de toutes sortes.

Avec des faits précis et des exemples : « le passage de pognon en cash, c’est une valeur sûre. Un avion privé, pour ça, c’est bonnard » (un agent de la DNRED / Direction nationale du Renseignement et des Enquêtes douanières). Lire la suite »

13 Août 2018 | Profession
 

L’un des deux grands groupes mondiaux de transformation de feuilles de tabac, Alliance One, vient d’annoncer un accord avec France Tabac. Objectif : le marché de la chicha.

En fait, Alliance One International a communiqué, le 8 août, sur le fait que sa filiale allemande (Alliance One Rotag) et « France Tabac / Union des Sociétés Coopératives Agricoles » avaient conclu un accord sur l’approvisionnement, le traitement et la commercialisation de Tabac Virginia de haute qualité pour la chicha (« high-quality flue-cured Virginia shisha style tobacco »).

Il est précisé qu’Alliance One Rotag assurera l’approvisionnement en tabacs venant d’Allemagne et de Pologne, lesquels feront l’objet d’un process commun avec du tabac d’origine française : à l’usine France Tabac de Sarlat. Lire la suite »

13 Août 2018 | Profession
 

Le constat « noir » posé récemment par un article de La Dépêche à propos de la situation du Compte Nickel à Montauban (voir Lmdt des 22 et 21 juillet) a fait réagir Jérôme Calot, directeur marketing de Nickel.

Dans Cbanque.com, ce 8 août, il conteste en tout cas les chiffres rapportés – « fermeture prochaine localement de trois points de vente sur les cinq » – et plus généralement la réalité d’un désengagement des buralistes. Il en profite pour détailler tout le dispositif de soutien aux buralistes.

•• « L’article présente comme un mouvement d’ampleur l’expression du désarroi d’un buraliste confronté à certains cas clients », déplore-t-il. « Mais les buralistes mécontents qui nous quittent se comptent sur les doigts des mains » enchérit-il, « les fermetures de points de vente sont très majoritairement liées aux ventes des commerces, l’agrément permettant de distribuer du Compte Nickel n’étant pas rattaché au bureau de tabac, mais au buraliste ». Lire la suite »

13 Août 2018 | Pression normative
 

En test depuis un mois dans six jardins de la capitale (voir Lmdt des 7 et 3 juillet), l’interdiction de fumer dans les parcs semble singulièrement manquer de pédagogie … En tout cas, elle n’est pas bien respectée dans le square Trousseau du XIIe. 

Par « méconnaissance », si l’on en croit un reportage sur le vif du Parisien (7 août).

•• « Ah, c’est interdit de fumer ici ? Je l’ignorais. Bon, je la termine quand même, hein ? » En ce milieu de journée caniculaire, dans ce square, pas besoin d’attendre longtemps pour apercevoir un des visiteurs, massés sur les bancs à l’ombre, sortir une cigarette puis l’allumer. Puis un deuxième, un troisième…

Le petit espace vert situé en bordure du quartier d’Aligre fait pourtant partie des six parcs et jardins de la Ville de Paris qui ont été décrétés « non-fumeur » au début de l’été. Lire la suite »