L'Info

BURALISTES : CHRONIQUE D’UNE INSÉCURITÉ ORDINAIRE …

Le démantèlement d’un gang de casseurs de débits de tabac, dans le Sud-Ouest la semaine dernière (voir Lmdt des 14 et 17 octobre) aurait pu laisser entrevoir une accalmie sur le front des cambriolages et agressions … Il n’en est rien.

L’indignation du maire
Cambriolage• Lot-et-Garonne. C’est la deuxième fois depuis le début de l’année que le débit de tabac de Meilhan-sur-Garonne est la cible de cambrioleurs. Dans la nuit du jeudi au vendredi 24 octobre, ils ont fait main basse sur des cartouches de cigarettes, en ouvrant le rideau métallique à l’aide d’un chalumeau et en forçant la porte vitrée.
Une fois à l’intérieur ils ont chargé la marchandise dans une poubelle volée à un voisin. Le précédent cambriolage remonte au 26 juillet dernier. « Ce type de fait ne doit plus arriver dans un si petit village, c’est inadmissible » a commenté le maire venu soutenir la buraliste, qui envisagerait une aide en caméras de surveillance ou autres systèmes d’alarme.

Banal
• Mayenne. Vendredi 24 octobre, vers 19h30, trois individus, fusils en mains, font irruption dans un bar-tabac-presse de Laval et contraignent le buraliste à leur remettre la caisse. Ils repartent à pied.

Interrompus
• Eure. Mercredi 23 octobre à l’aube, l’alarme du bar-tabac de La Croix-Saint-Leufroy (1 000 habitants) alerte un voisin qui appelle les gendarmes. Trop tard, les cambrioleurs ont bien été dérangés par l’alarme mais se sont envolés avec un carton entier de cartouches de cigarettes.

Mauvais joueur
• Seine-et-Marne. Mardi 21 octobre, vers 18 heures, dans un bar-tabac de Melun. Un homme demande de jouer des paris sportifs. La buraliste s’exécute et alors qu’elle termine l’opération, le « faux client » s’empresse de mettre la main sur tous les tickets de jeu, sort une bombe lacrymogène, menace l’employée et prend aussitôt la fuite.

Trois coups
• Var. Lundi 20 octobre, un buraliste de Hyères s’est fait braquer alors qu’il était au volant de sa voiture. Alors qu’il refuse d’obtempérer en présence de témoins, l’agresseur tire trois coups avec son pistolet à plomb, blessant légèrement le commerçant,  et s’enfuit.

 

Laisser un commentaire
Trafic

Marché parallèle du tabac sur internet : Christian Eckert en ligne mais peu audible

Eckert ANOù l’on reparle des achats de tabac, illégaux, sur internet (voir Lmdt du 24 octobre). Sujet qui correspond à une perte nette fiscale de 400 millions d’euros selon une récente étude (voir Lmdt du 17 septembre).

En fait, Christian Eckert a abordé le sujet, jeudi dernier à l’Assemblée nationale, lors de la confuse discussion qui a préludé à l’adoption de cet hallucinant amendement qui aligne la fiscalité des cigares / cigarillos sur celle des cigarettes (voir Lmdt du 24 octobre). Il en avait déjà parlé lors d’une récente réunion, difficile, avec les buralistes de Meurthe-et-Moselle (voir Lmdt du 6 octobre).

Revenons à ce qu’a dit exactement le ministre aux députés, dans l’hémicycle, ce jeudi : « je vous annonce que le Gouvernement vous proposera très prochainement un panel de mesures destinées à lutter contre les achats en ligne de tabac, qui contribuent à la réduction de l’assiette de ces droits de  consommation (sur le tabac). En effet, si la vente en ligne de tabac est interdite dans notre pays, ce n’est pas le cas de son achat, et certains consommateurs se fournissent sur des sites situés à l’étranger.

« À l’issue de la concertation engagée sur ce sujet avec les buralistes, dont les intérêts sont également en jeu, sans parler des questions d’aménagement du territoire, nous vous proposerons probablement d’interdire l’achat en ligne de produits du tabac ».

Seulement … le « probablement » peut être perçu avec une certaine inquiétude. De fait, le dossier est juridiquement très compliqué. Et Le Figaro du 24 octobre reprend une phrase du même Christian Eckert selon lequel les mesures envisagées « ne sont pas encore tout à fait au point ».

Seulement … c’est maintenant que l’on vote le budget. C’est donc le moment le plus opportun pour faire adopter toute mesure permettant de sécuriser toute recette fiscale.

Seulement … les buralistes et toute la filière tabac attendent un « plan d’ensemble » s’attaquant à tous les aspects du marché parallèle (du renforcement des contrôles des achats frontaliers à une répression accrue des ventes à la sauvette, etc.) et pas seulement à des mesures sur internet.

Le ministre devra bien préparer sa venue, programmée pour le  6 novembre, au Congrès national des buralistes.

, , | Laisser un commentaire
Institutions

Michèle Delaunay : une nouvelle égérie anti-tabac, communicante et ambitieuse

M Delaunay« 45 ans de médecine et une bonne trentaine de cancérologie » revendique la députée PS Michèle Delaunay qui, manifestement, ne croit ni en la prévention, ni au sevrage tabagique et lance une bataille aussi politique qu’exclusive contre la fiscalité du tabac qu’elle veut révolutionner. Précisément, en commençant à aligner la fiscalité des cigares / cigarillos sur celle des cigarettes (voir Lmdt des 23 et 24 octobre). Mais l’ex-ministre déléguée, chargée des personnes âgées, du gouvernement de Jean-Marc Ayrault est aussi une spécialiste des déclarations polémiques, grossies par un recours systématique aux médias en ligne et aux réseaux sociaux.

Révélateur, ce tweet envoyé lors du rejet de son amendement « sur le coût social du tabac », jeudi dernier à l’Assemblée nationale : « la bataille contre le tabac ne sera gagnée qu’avec l’opinion publique et les médias ».

Depuis sa défaite sans appel aux derrières municipales de mars à Bordeaux, cette fille de préfet et femme de haut fonctionnaire européen – qui a retrouvé son siège de députée socialiste en évinçant gentiment son suppléant, Vincent Feltesse, aujourd’hui conseiller à l’Elysée – devait se trouver un cheval de bataille « médiatique » . Et ses prises de position, sporadiques mais violentes, contre le tabac lui ont permis de s’assurer qu’elle a trouvé le bon tremplin.

Elle avait montré son impatience lors de la laborieuse préparation du Plan de Santé de Marisol Touraine, en distillant des formules du genre : « si j’avais été élue présidente de la République, en mai dernier, la toute première mesure que j’aurais prise aurait été de faire passer le prix du paquet de cigarettes à 10 euros » (voir Lmdt du 19 février 2013). Marisol Touraine …qui lui a appris, là encore par tweet, l’identité de sa remplaçante : « il eût été courtois qu’elle m’appelle avant » devait confier Michèle Delaunay aux médias, « objectivement, c’est désagréable ». Marisol Touraine … qu’elle ne peut s’empêcher de « piquer », même après la présentation du Plan national de Réduction du Tabagisme : « plan anti-tabac courageux … », en parlant du paquet neutre, « qui ne suffira pas sans l’appui de mesures fiscales », explique-t-elle sur son blog.

On se souviendra encore de son tweet à l’opportunité discutable lors du décès de Patrice Chéreau où pointait déjà les arguments défendus aujourd’hui : « qui oserait aujourd’hui légaliser le tabac ? … Le tabac coûte infiniment plus qu’il ne rapporte » (voir Lmdt du 8 octobre 2013). Ou de sa proposition  iconoclaste de « cigarette alternée (un jour sur deux) pour lutter contre les 60 000 tonnes de goudron qui se déposent chaque année dans nos bronches » alors qu’est envisagée la circulation alternée des voitures (voir Lmdt du 18 mars 2014).

Depuis l’été, il y aura eu comme une montée en puissance.

Lors de l’audition de Thierry Breton, en juillet dernier, candidat au poste de directeur général de l’Institut national contre le Cancer, la députée déclare ostensiblement que le tabac est un sujet majeur qui « m’occupe de façon régulière ». Le 19 août, elle prévient – dans un article « La Santé, c’est de la politique » sur son blog – que  « nous ne pouvons pas continuer à porter le fardeau des addictions les plus toxiques sans revoir nos logiciels. Le prix du tabac doit être calculé au regard de son coût pour la société, selon un principe qui est de l’ordre de celui du pollueur-payeur ».

Rendez-vous est pris. Toujours ce jeudi, dans  un communiqué saluant «  l’avancée » incarnée par l’adoption de son amendement sur les cigares et cigarillos, elle promet de « porter cette ambition, dans la prochaine Loi Santé, qui sera présentée au Parlement au début de l’année prochaine » ainsi qu’« au niveau européen. Mon souhait : que le premier pays à prendre cette décision courageuse, que les autres pays pourraient suivre, soit la France ».

, , | Laisser un commentaire
International

États-Unis : le fabricant Reynolds interdit de fumer dans ses locaux

Reynolds AmericanSelon le New York Times du 22 octobre, le groupe Reynolds American (n°2 américain) va désormais interdire à ses salariés de fumer dans ses bureaux et bâtiments. A partir de l’an prochain, cigarettes, cigares ou pipes ne seront, en effet, plus autorisés dans les bureaux, salles de conférence ou dans les ascenseurs de l’entreprise. Ce qui était déjà le cas dans les ateliers de l’usine et les cafétérias.

« Nous sommes en train de mieux aligner nos politiques d’utilisation du tabac avec les réalités de la société d’aujourd’hui » a expliqué David Howard, le porte parole du groupe installé à Winston-Salem (en Caroline du Nord). Si fumer dans les lieux publics ou collectifs est interdit dans la plus grande partie des États-Unis, la législation anti-tabac varie encore selon les États fédéraux.

En revanche, seraient acceptés, dans les locaux de Reynolds, les produits sans tabac ou sans combustion : cigarettes électroniques, tabac à mâcher et snus. Et le fabricant prévoit, tout de même, l’aménagement d’espaces fumoirs.

Outre ses marques de cigarettes historiques (Camel, Pall Mall, etc.), le fabricant américain – qui a racheté Lorillard cet été (voir Lmdt du 15 juillet) – produit le tabac à mâcher Grizzly et sa propre marque de cigarette électronique, Vuse (voir Lmdt du 6 janvier).

, , | Laisser un commentaire
Profession

Cigares / cigarillos : les médias s’emparent du sujet

Cigares fumeurEt le débat monte d’un cran dans les médias sur les conséquences d’une éventuelle hausse des prix des cigares et cigarillos, après l’adoption de l’amendement alignant leur fiscalité sur celle appliquée aux cigarettes (voir Lmdt des 23 et 24 octobre).

• C’est insensé  pour Pascal Montredon sur France Info : «  L’année prochaine, si vraiment la mesure est appliquée, ce sera 2 000 buralistes qui vont disparaître . C’est pas pour autant qu’’on va faire diminuer le tabagisme. C’est que les gens vont s’organiser. Ils vont complètement se détourner du marché français – ce qui est déjà le cas avec 25 % de la consommation qui échappe à tout contrôle – vers d’autres pays, vers internet, vers les réseaux mafieux qui vont se mettre à vendre des cigares et des cigarillos. C’est insensé, c’est de la folie. Nous avons vraiment le sentiment que tout est fait pour nous faire disparaître ».

• Optimiste, sur RTL, Clémence Cagnolardo (Alliance contre le Tabac) : « Cela pourra faire diminuer la consommation et surtout faire prendre conscience, que, quel que soit  le produit consommé, il y a des risques importants pour la santé ». Le commentateur ajoute que l’association aurait dans le viseur : le tabac à rouler.

• Une très mauvaise idée pour Fabrice du Repaire (Association des Fournisseurs de Cigares en France) sur RMC : « … Parce que c’est la fin des ventes des cigares et cigarillos dans le réseau des buralistes français. La boîte de cigarillos qui est vendue à 7 euros va passer à 18 euros et les ministres des Finances des pays frontaliers vont se frotter les mains puisque les Français iront acheter à l’étranger. C’est un objectif de santé publique ? Mais les cigares et cigarillos représentent moins de 2 % de la consommation et du volume. On voit rarement une femme enceinte fumer le cigare et, encore plus rarement, des jeunes fumer un cigare devant les collèges et les lycées ».

• Toujours sur RMC, Bertrand Dautzenberg rejette « l’argument de la contrebande, toujours le même depuis des années. Depuis qu’elle augmente, elle doit être à 4 000 % … L’industrie du tabac est elle-même condamnée pour organisation de la contrebande en Europe et de trafic. Et elle continue de donner des dizaines de millions d’euros à la France chaque année en compensation de ce trafic.
« Il y a vingt marques de cigarillos qui sont moins chères que des cigarettes. C’est une situation anormale. Il n’y a aucune raison de ne pas aligner toutes les taxes l’une sur l’autre ».

, , , , | Laisser un commentaire
Profession

Cigares / cigarillos : « nous sommes remontés, en colère »

Les buralistes dénoncent le risque d’augmentation des taxes sur les cigares et cigarillos pour les aligner sur celles appliquées aux cigarettes, suite à l’adoption, hier, de l’amendement de Michèle Delaunay lors de l’examen à l’Assemblée nationale du PLFSS (voir Lmdt des 23 et 24 octobre).

« Nous sommes scandalisés, c’est de la folie : les prix des cigares et cigarillos seraient multipliés par deux et demi. C’est 550 bureaux de tabac spécialisés dans ces ventes – les  civettes –  qui verraient immédiatement le gros de leur chiffre d’affaires baisser », prévient Pascal Montredon, dans une dépêche AFP.

Fermeture bureau de tabacSelon le président de la Confédération des buralistes, si cette augmentation était appliquée, « la conséquence pourrait aller jusqu’à la fermeture de 1 000 bureaux de tabac supplémentaires, alors que d’ores et déjà, pour l’année 2014, on peut compter sur un millier de buralistes qui ont ou vont cesser leur activité  ».
Et « on va pousser encore une fois les consommateurs à acheter hors du pays ou sur internet. Il faudrait, avant tout, que tous les pays européens soient logés à la même enseigne sur les prix du tabac .

« L’augmentation du prix du tabac prévue pour janvier prochain ; l’instauration du paquet neutre en France ;  l’augmentation des taxes sur les cigares et cigarillos: depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, nous sommes remontés, en colère, contre une politique de santé spectacle qui ne fait qu’accroître le marché parallèle, lequel a déjà atteint 25% »  insiste Pascal Montredon qui évoque de tout prochains mouvements de protestation des buralistes  (voir Lmdt des 21 et 23 octobre).

, , , , , , , | Laisser un commentaire