Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Fév 2018 | L'Info
 

Avec le numéro de février de « Buralistes » – la revue de la fédération des buralistes de la fédération Ile-de-France / Oise/ Seine-Maritime, désormais disponible en version digitale – se poursuit une série de courts reportages exemplaires sur les « success stories » de buralistes engageant de réels efforts et obtenant des résultats probants sur le marché prometteur du vapotage.

•• Cette fois-ci, il s’agit de Yacine Iskounen dont la civette de Pantin (Seine-Saint-Denis) réalise, d’ores et déjà, 30 % de son chiffre d’affaires avec la cigarette électronique.

Juste derrière le tabac, elle a pris le dessus sur la téléphonie, la FDJ, le cigare ou le compte Nickel. Sa croissance sur cette activité a été de + 25 % l’année dernière.

Extraits significatifs :

•• Après, certes, une avancée à tâtons : « j’ai développé petit à petit une vitrine », puis deux, puis trois, puis cinq vitrines (…) Et pour lui le secret de la réussite tient en peu de mots : « il faut vraiment s’y intéresser. »

•• Ses conseils à ses collègues buralistes :

• « il faut le bon matériel, le bon liquide, au meilleur prix »

• et aussi « une profondeur de gamme, et des réponses adaptées aux primos (nouveaux vapoteurs), aux intermédiaires, et aux plus confirmés (…) Les clients doivent avoir du choix »

• son offre en nombre de références : 200 e-liquides ; plus de 30 e-cig ; 10 clearomiseurs

• autre point important à ses yeux : « ne pas coller son offre e-cig dans le linéaire tabac. Elle doit avoir une place dédiée. Il faut que les clients se sentent à l’aise et prennent le temps de regarder tranquillement ce dont ils ont besoin sans être pressés par les autres qui font la queue pour acheter leurs cigarettes. »

20 Fév 2018 | Observatoire
 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu, ce lundi 19 février, que « les lobbies sont partout », mais, a-t-elle prévenu, « ils ne me font pas très peur ».

« Les lobbies ne me font pas très peur, ils sont partout, oui, ils sont partout », a dit la ministre lors de l’émission « l’Épreuve de vérité » sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique. « Quand on travaille dans le champ de l’environnement, nous savons très bien qu’il y a des lobbies ; dans le champ des comportements, il y a d’autres lobbies ; dans le champ des vaccins, ce sont encore d’autres lobbies qui s’expriment, pas forcément des lobbies industriels, mais d’autres », a-t-elle notamment énuméré.

Au sujet de ses priorités en matière de prévention de l’alcool, du tabac ou des produits alimentaires ultra-transformés, mis en cause par une récente étude qui les considère cancérogènes, Mme Buzyn s’est refusée à hiérarchiser les angles d’attaque.

« Je pense que la prévention, à tous les âges de la vie, dans tous les milieux et quel que soit l’enjeu, c’est vraiment un pari que nous faisons sur l’avenir, de façon à réduire les dépenses de santé », a répondu la ministre, estimant que « nous (étions) très bons sur les soins mais très mauvais sur la prévention », et rappelant que « les Français ont une durée de vie longue, mais pas en bonne santé ».

« Nous allons ouvrir toutes les pistes de la prévention, et je travaille avec tous mes collègues ministres aujourd’hui à un grand programme national de prévention dans tous les milieux, sur tous les secteurs », a-t-elle ajouté.

20 Fév 2018 | Profession
 

Dans son édition du week-end, Ouest-France a consacré une pleine page au projet de privatisation de la Française des Jeux (voir Lmdt des 26, 20 et 2 janvier), en mettant surtout en valeur des inquiétudes quant aux conséquences de ce projet.

•• Emmanuelle Auriol – professeure d’économie à la Toulouse School of Economics – déplore une opération guidée par « le court terme » et le « besoin de cash ».

En réalité, l’État ne perdrait pas beaucoup d’argent dans l’opération. La taxation des mises – 3,12 milliards d’euros en 2016 – constitue les principales recettes publiques des activités de la FD et elle ne disparaîtrait pas en cas de privatisation.

Mais Emmanuelle Auriol précise : « les rentes n’iraient plus dans la poche du contribuable. » Plutôt que d’abonder le budget de l’État, elles iraient à des investisseurs privés et ils pourraient être nombreux à s’y intéresser, notamment les sites de paris en ligne comme Betclic.

•• « La question est de savoir si nous voulons développer économiquement ce secteur ou si nous sommes là pour garantir une offre de jeu légale et maîtriser les addictions ? », résume Olga Givernet – corapporteure d’un rapport de suivi parlementaire sur la régulation des jeux d’argent – la députée LREM (Ain) souhaite que les règles qui encadrent l’activité de la FDJ restent inchangées en cas de privatisation.

•• Enfin, un buraliste d’Ille-et-Vilaine s’inquiète de ce qu’il restera de la FDJ dans les tabacs et les cafés. « D’une part, on n’est plus que des marchands de papiers », affirme-t-il.

« D’autre part, on nous dit qu’avec la hausse du prix du tabac, il faut nous diversifier mais … ». Ce « mais », c’est la peur que d’autres commerces – boulangers et fleuristes en tête – puissent un jour vendre des jeux à gratter.

Et puis, il y a aussi la numérisation des activités de la Française des Jeux. Applications, jeux sur Internet … surtout pour les paris sportifs. « On joue différemment. Ça s’individualise », déplore le gérant.

20 Fév 2018 | Profession
 

À J-10 de la prochaine hausse des prix (étape 1 vers le paquet à dix euros), les réflexions de nombre de buralistes se portent bien sûr sur l’évolution de leur métier mais cela n’empêche guère les contraintes immédiates.  

C’est ce qu’exprime Pascal Brie (président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube), interrogé par L’Est Éclair (édition du 19 février).

•• « Le tabac nous a fait vivre jusqu’à maintenant, mais il faut évoluer, et, aujourd’hui, on ne peut plus rester sur cette seule vente. »

Et au-delà de cette diversification « naturelle » que représente la cigarette électronique, « nous souhaitons devenir les maisons de services publics de demainNous pourrions accompagner et aider les gens dans leurs démarches administratives. »

•• Mais, avec son franc parler, Pascal Brie ne cache pas son étonnement sur le calendrier de la hausse : « c’est la première fois qu’on augmente le paquet en pleine semaine ! Les augmentations du prix du paquet se sont toujours faites un lundi afin de nous permettre de nous organiser ». 

19 Fév 2018 | Profession
 

Encore un buraliste violemment agressé

• Isère. Trois malfaiteurs ont attaqué violemment un buraliste de La Tronche, ce lundi 19 février, vers 8 heures du matin, en lui assénant trois coups de pied de biche.

Ils se sont emparés du contenu du tiroir-caisse et des paquets de cigarettes, avant de prendre la fuite à pied.

Blessé, avec notamment une épaule luxée, le patron du tabac-presse-PMU a été secouru par les sapeurs-pompiers et conduit au CHU Grenoble-Alpes. Lire la suite »

19 Fév 2018 | Profession
 

Nouvelle montée au créneau sur le pouvoir d’achat des Français et le prix du tabac (voir Lmdt des 18, 12, 9 et 6 février) au micro de Jean-Jacques Bourdin (RMC / BFM), ce matin. 

•• Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, : « Gérald Darmanin a donné des éléments qui ne correspondent pas à la réalité :  dire que le pouvoir d’achat des Français va augmenter ou que la fiche de salaire va connaître une hausse … avec l’ensemble des taxes sur le gazole, le gaz, le diesel, le tabac et tant d’autres, ils vont découvrir à la fin de l’année une perte sèche.

« Je ne pense pas qu’augmenter indéfiniment le prix du paquet de cigarettes va inciter les Français à réduire leur consommation. Il faut une politique de prévention, véritablement de prévention ».

•• Un peu plus tard dans la matinée, devant le même Jean-Jacques Bourdin, Gérald Darmanin a répondu indirectement sur le sujet en écartant le cas du « fumeur », dans les exemples qu’il a mis en avant pour expliquer qu’il n’y avait pas (ou relativement peu) de pertes de pouvoir d’achat : « … Admettons que fumer, c’est un choix personnel. »

19 Fév 2018 | Trafic
 

Sous ce titre provocateur, Bruno Cornec signe un éditorial édifiant dans le numéro de février de La Revue des Tabacs. Extraits :

•• « Inutile de chercher des revendeurs dans la rue ou de faire des centaines de kilomètres pour traverser une frontière, il suffit d’une connexion Internet, d’une carte bancaire et de 48 ou 72 heures de patience pour recevoir son colis de tabac par la poste … en toute facilité et illégalité.

•• « Comment commander du tabac ? Le système est bien rodé :
petites et grandes marques sont disponibles,
• des frais de port offerts à partir de quelques dizaines d’euros,
• des préparateurs de commandes,
• des services clients spécifiques pour les Français,
• un paiement sécurisé avec parfois le 3D Secure,
des techniques marketing avec présentation des nouveautés et comparatif de prix,
• la possibilité de se faire envoyer un seul paquet pour faire un test sur le sérieux du site,
• ou encore, chez certains, la précision que les colis partent de pays hors de l’Union européenne, ce qui limite les possibilités de poursuite pour les clients,
• et il y a même des newsletters … Lire la suite »

19 Fév 2018 | Profession
 

Après une démonstration de l’équipe cynophile, puis une sortie en mer à bord de la vedette – école Aunis II, Gérald Darmanin a présidé la cérémonie de « fin de stage initial des contrôleurs » à l’école de la Douane de la Rochelle (voir Lmdt des 25 mai 2016 et 28 janvier 2018). Cela s’est passé ce vendredi 16 février.

À cette occasion, il a rendu un hommage aux élèves douaniers que l’on ne peut que remarquer : « en tant que ministre de la Douane et de la fonction publique, je remercie chacune et chacun des élèves douaniers pour leur engagement au sein du pays et de nos concitoyens. Je sais à quel point ils ont le sens de l’État et la conscience de l’importance de leur mission. »

 

La pétition demandant l’interdiction de fumer dans les restaurants et bars en Autriche (voir Lmdt du 18 février) a recueilli 100 000 signatures en 72 heures, le seuil permettant désormais à cette proposition d’initiative populaire d’être soumise au Parlement.

La pétition a été lancée par l’Association médicale autrichienne (ÖAeK), l’ordre des médecins autrichiens, après que le nouveau gouvernement eut abandonné un projet d’interdiction totale du tabac dans les bars et restaurants qui devait entrer en vigueur en mai.

•• Le président de l’ordre des médecins, Thomas Szekeres, a déclaré que cette pétition d’initiative populaire, prévue par la législation autrichienne, avait connu un « début sensationnel ». Ce succès obligera les responsables politiques à « réexaminer la question », s’est félicité M. Szekeres. « Nous poursuivrons la collecte de signatures et les manifestations de soutien afin d’augmenter la pression ». Lire la suite »

19 Fév 2018 | Profession
 

En s’installant dans une galerie commerciale, Didier Arze, buraliste à Séné (près de Vannes) pensait être en sécurité.

Mais dans la nuit du 1er au 2 février, le système de télésurveillance s’est déclenché. La police, intervenue rapidement, a interrompu les malfaiteurs contraints alors d’abandonner sur place la moitié du stock de cartons et cartouches de cigarettes avant de s’enfuir avec l’autre moitié (voir Lmdt du 3 février).

Victime de casses à répétition – surtout dans ce département (voir Lmdt des 3 et 10 février) – la profession s’organise et mise sur une sécurité sans cesse renforcée. Notamment grâce à la subvention dont bénéficie le réseau des buralistes. Lire la suite »