Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mai 2018 | L'Info
 

L’enseigne Carrefour a annoncé, en plein week-end de Pentecôte, un nouveau grand plan de restructuration de son réseau de distribution.

Aujourd’hui, sur ses 273 magasins de proximité (Carrefour « City » ou « Contact »), 227 n’auraient toujours pas trouvé de repreneurs et sont menacés de fermeture d’ici l’été. Principales régions concernées : le Nord avec 59 points de vente, l’Est avec 46 … et le Sud avec 36. 

•• Cette nouvelle restructuration (2 400 emplois ont déjà été supprimés en janvier dernier) est le fruit du « big bang » que connaît la grande distribution traditionnelle, sous la pression de nouveaux acteurs qui combinent distribution efficace, prix compétitifs et internet.

Qu’il s’agisse du géant Amazon ou des réseaux très efficaces qui se développent sur le net. Les barons de la grande distribution accusent un train de retard, selon les analystes.

•• Il y a eu aussi de lourdes erreurs stratégiques. Pour Carrefour, ce serait le rachat du réseau Dia, ces enseignes à petits prix qui devaient être transformées en magasins de proximité à l’enseigne Carrefour.

La guerre des prix entre les grands de la distribution pèse aussi sur la rentabilité. Ce qui « agace » les actionnaires qui ont investi au plus haut du cours.

•• La nouvelle politique du groupe porte sur la réduction des effectifs administratifs, le basculement vers la location-gérance des magasins afin de transférer la charge du redressement à de nouveaux propriétaires (quarante des 220 hypers du groupe sont en difficulté) ainsi que la robotisation des entrepôts et des stations-services.

•• L’avenir vu par Carrefour ? Ce lundi 21 mai, l’enseigne a ouvert, à Shangaï, le premier Carrefour connecté. Un magasin approvisionné par des robots et où le paiement s’effectue par reconnaissance faciale.

21 Mai 2018 | International, Trafic
 

Une femme franco-algérienne allait embarquer, avec des membres de sa famille, dans un bateau reliant Oran au port espagnol d’Alicante, la semaine dernière.

Les douaniers algériens ont décidé de contrôler … et ont découvert plus de 100 cartouches de cigarettes dissimulées dans son véhicule. 

•• Dans le détail, 24 cartouches de Gauloises et 87 cartouches de Marlboro, selon la presse locale. La marchandise saisie, la transporteuse a été interrogée sur la destination exacte de la marchandise. Fort probablement, la France.

•• Cela dit, il s’agit d’une goutte d’eau dans le flot continu du tabac d’Algérie déferlant sur le marché parallèle français : plus de 3 milliards de cigarettes par an (voir Lmdt des 13 juin 2016 et 6 juillet 2017).

21 Mai 2018 | International
 

Qui en aurait douté ? L’avancée progressive de la légalisation du cannabis outre-Atlantique fait émerger un négoce prometteur qui aiguise l’appétit des grands acteurs et des investisseurs de la finance.

Ces derniers mois, deux géants canadiens de la production de cannabis à des fins médicales ont décidé d’entrer à Wall Street afin d’attirer les investisseurs à un moment décisif.

En effet, la légalisation du cannabis récréatif au Canada est pour cet été (voir Lmdt des 12 février 2018 et 16 novembre 2017) et a été précédé par l’état américain le plus peuplé, la Californie, au début de cette année (voir Lmdt du 31 décembre 2017). L’État de New York devrait s’ajouter, à court terme, aux 10 états autorisant déjà l’usage récréatif du cannabis (une trentaine ayant légalisé l’usage médical). Lire la suite »

21 Mai 2018 | Profession
 

« Les évolutions des prix des cigarettes en France ont longtemps été dictées par une mécanique bien rodée, entretenu par l’industrie. Un contrôle du Ministère de la Santé et d’une enquête pénale sur les pratiques tarifaires des cigarettiers ont toutefois renversé le système ». C’est l’introduction d’une analyse de Christophe G. (contributeur aux Blogs de Médiapart) récemment mise en ligne et dont nous reprenons des extraits significatifs.

•• « Pendant des années, les prix des quelque 500 références de cigarettes ont toujours évolué du même montant le même jour, selon une mécanique rodée qui ne tient pas compte des structures de taxes et des différents segments de prix. Entre 2007 et 2014, et alors que les cigarettiers avaient la possibilité de modifier quatre fois par an, à la hausse ou à la baisse les prix de leurs produits, on constatait trois fois sur quatre que les prix restaient rigoureusement identiques. À la quatrième publication des prix toutefois, tous augmentaient exactement du même montant, toutes marques confondues, en général 30 centimes, le même jour. Cette hausse permettait de garder intacte la différence de 50 centimes entre le segment des marques les moins chères, et celui des marques les plus chères. Résultat, les différentes marques conservaient la même part de marché, et grâce à la hausse homogène des prix de 30 centimes, les cigarettiers voyaient leurs profits augmenter (…) Lire la suite »

20 Mai 2018 | Profession
 

C’est donc à partir de ce dimanche, officiellement, que l’Assurance maladie va rembourser à 65 % le patch NicoretteSkin (de Jonhson&Jonhson), vendu au prix unique de 28,55 euros (voir Lmdt des 16 et 17 mai 2018).

•• Un pas décisif dans le financement public des patchs, suite à la prise en charge dans les mêmes conditions de la gomme Nicotine EG, depuis fin mars. Ceci, alors que l’ancien « forfait d’aide au sevrage » de 150 euros par an est prolongé jusqu’à la fin de l’année.

Et une mesure opportune alors que les ventes de traitement d’aide à l’arrêt ont augmenté de 28 % l’année dernière, selon l’OFDT. Avec 2 millions et demi de clients (voir Lmdt du 20 mars 2018).

•• « Cela fait que le patch va coûter réellement 10 euros à son acheteur … alors que le paquet de cigarettes va passer bientôt à 10 euros aussi » : ce sont les « éléments de langage » que le ministère de la Santé fait passer auprès des médias, ces dernières heures. Lire la suite »

20 Mai 2018 | Observatoire
 

La drogue « la Chimique », un mélange de tabac imprégné d’alcool et de cannabinoïdes de synthèse, s’est répandue de manière très rapide à Mayotte « et concerne une part non négligeable de la population », notamment les jeunes hommes en situation précaire, selon l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), rapporte l’AFP.

Cette drogue, dont « les effets spectaculaires » et « visibles dans l’espace public (décompensations psychiatriques, évanouissements, agressivité) », ont contribué à alerter sur sa dangerosité, est considérée par les autorités de Mayotte comme liée à une grande partie des actes de violence de la jeunesse.

•• La drogue est « partie, au début des années 2010, d’un cercle d’initiés très restreint de personnes appartenant plutôt à un milieu social inséré », mais « s’est répandue de manière très rapide sur le territoire, portée par une disponibilité en hausse et une accessibilité très aisée », explique l’OFDT, dans un rapport rendu public mercredi dernier. Lire la suite »

20 Mai 2018 | E-cigarette
 

La mort d’un homme après l’explosion de la batterie de sa cigarette électronique aux États-Unis (voir Lmdt du 19 mai 2018) pourrait relancer la polémique de la part de certains amis du vapotage … Le président de la Fivape (Fédération interprofessionnelle de la Vape), Jean Moiroud, a tenu à faire la part des choses dans 20 Minutes

•• « On fabrique et on défend ce produit, car c’est une solution de réduction des risques qui peut sauver les fumeurs des méfaits du tabac. Il faut bien comprendre que ce sont les batteries qui sont dangereuses. Les batteries de cigarettes électroniques sont les mêmes que celles qu’il y a dans les téléphones ou les voitures électriques. Il n’y a pas plus d’accidents avec les cigarettes électroniques qu’avec d’autres appareils électroniques » (…) Lire la suite »

19 Mai 2018 | Profession
 

Dans le numéro de mai du Losange, Isabelle Dujardin (chargée de communication de la Confédération) présente le site Buraliste de la vape (voir Lmdt des 18 et 23 avril) en insistant sur sa « cible ».

•• « On considère que 20 % des buralistes sont déjà experts. Le programme Buraliste de la vape s’adresse donc, en premier lieu, aux 80 % de buralistes restants, parmi lesquels des débutants en recherche des basiques pour bien se lancer ou des commerçants désireux de passer un cap. Et, pour ceux qui veulent aller plus loin, des fiches détaillées permettent d’entrer dans la technique.

« Deux coachs sont disponibles pour prodiguer des conseils plus personnalisés. Ils sont joignables via le formulaire situé dans la rubrique « Contactez un coach ». Ces coachs sont tous deux buralistes. Cyrille Geiger conseille les débutants et répond aux questions de merchandising, Thierry Lefebvre répond aux questions techniques à tous les niveaux de difficulté. »

•• Justement, le même numéro du Losange donne la parole à ces coachs, « les tontons vapeurs ». Dans cet entretien, ils répondent à la question suivante : quels conseils généraux donneriez-vous aux buralistes qui souhaitent se (re)lancer sur le marché ? Lire la suite »

19 Mai 2018 | Profession
 

Selon Les Échos (édition 18/19 mai), le projet de loi Pacte, envoyé en milieu de semaine au Conseil d’État, ne contient aucun volet sur la « cession d’actifs public ».

En clair, la mise sur le marché d’un pourcentage des participations de l’État au sein de la Française des Jeux (et d’ADP / ex-Aéroports de Paris) n’est, pour le moment, pas à l’ordre du jour du conseil des ministres du 20 juin prochain. Lequel doit examiner le texte (voir Lmdt des 7 mai et 10 avril).

•• Cette absence du dossier FDJ, au sein du texte envoyé au Conseil d’État, annonce-t-elle un enterrement du programme de privatisations ? Au sein du Gouvernement, on réfute une telle interprétation. « Il est toujours possible de compléter plus tard le texte envoyé au Conseil d’État. Ce dossier demande encore de l’instruction, il n’y a aucune urgence en la matière », indique-t-on à Matignon. Lire la suite »

19 Mai 2018 | Observatoire
 

Les supermarchés en périphérie ont moins la cote et désormais les enseignes de proximité, avec leurs kyrielles de services, prennent d’assaut le centre-ville. Pourquoi et comment ? Enquête de La Dépêche du Midi (édition du 16 mai) à Toulouse. 

•• Cette tendance, apparue il y a environ dix ans, ne fait que s’amplifier, répondant ainsi à une libre concurrence du commerce alimentaire. « Jusqu’à 1000 mètres carrés de superficie, ce secteur est non régulé. À l’inverse de celui des pharmacies », indique Ronan Maheo, responsable développement commerce à la CCI de Toulouse (il aurait pu parler aussi des buralistes / ndlr). Autrement dit, deux enseignes de proximité peuvent s’installer dans une même rue, sans problème.

Pour ce professionnel, cette tendance spécifique au centre-ville répond à une demande du consommateur, soucieux de faire désormais ses courses rapidement, près de chez lui : « Il y a trente ans, on dédiait une heure trente à cette tâche. C’est désormais 45 minutes » constate Ronan Maheo, « aujourd’hui, l’hyper en périphérie n’a plus la cote. D’où leur restructuration pour doper une attractivité en berne ». Lire la suite »