Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juil 2018 | L'Info
 

Au terme d’un long travail d’investigation, les agents de la Direction nationale du Renseignement et des Enquêtes douanières (DNRED) ont mis au jour, à Herblay (Val-d’Oise), un véritable laboratoire – permettant la fabrication, en quantités industrielles, de tabac à chicha – dissimulé dans l’entrepôt de vente de meubles orientaux (voir Lmdt de ce jour).

Selon des détails fournis par Le Figaro, l’endroit abritait des instruments professionnels de pesage et de sertissage, mais également des emballages, des fûts et des bacs, dans lesquels du tabac était en phase de décantation, ainsi que de nombreux paquets de tabac. La « fabrique » tournant à plein régime pouvait produire chaque semaine environ une tonne de marchandises à destination de bars à chicha de la région parisienne.

•• Les protagonistes de l’organisation criminelle, très structurée et démantelée par la DNRED, ont été interpellés puis remis au Service national de Douane judiciaire à qui le parquet du TGI de Pontoise a confié l’enquête judiciaire en flagrance.

•• « Au gré des investigations, nous avons identifié trois pôles distincts d’alimentation en matières premières », a confié au quotidien un agent de renseignement de la Douane. « Alors que le tabac venait par la route du Portugal, les emballages et les arômes (pomme, fraise, menthe …) étaient respectivement acheminés par fret express depuis les Émirats arabes unis et la Turquie. »

•• Au total, 740 kilos de tabac à narguilé prêt à être aromatisé et conditionné, plus de 4000 emballages d’un kilo non encore utilisés, près de 300 kilos d’arômes et une centaine de kilos de glucose liquide ont été saisis.

•• Ce démantèlement de laboratoire rappelle de rares affaires similaires effectuées en 2014 en Turquie, en 2016 en Bulgarie ou plus récemment en Belgique (voir Lmdt 6 juin 2018).

Il témoigne de la volonté des trafiquants d’installer des centres de production en Europe depuis que les Émirats ont décidé, à l’hiver dernier, de faire flamber de 100 % les taxes sur cette marchandise négociée à 45 euros le kilo sur le marché noir français, explique Le Figaro. 

Très lucratif, ce segment criminel attire beaucoup de malfaiteurs autrefois spécialisés dans les stupéfiants, à l’image des grosses équipes de « go fasters » à Creil dans les années 1990.

20 Juil 2018 | Trafic
 

Quelque 740 kilos de tabac à narguilé, d’une valeur estimée à 130 000 euros, ont été saisis fin mai lors du démantèlement inédit d’un laboratoire clandestin en région parisienne par la douane française, a indiqué, ce vendredi 20 juillet, le ministère de l’Action et des Comptes publics.

La marchandise était prête à être aromatisée et conditionnée : plus de 4 000 emballages d’un kilo encore non utilisés, 300 kilos d’arômes et une centaine de kilos de glucose liquide ont été découverts dans ce laboratoire caché derrière une enseigne spécialisée dans la vente de meubles orientaux, rapporte une dépêche AFP.

La perquisition dans le local commercial a également permis de mettre la main sur des outils de pesage et sertissage, des fûts et des bacs « dans lesquels du tabac était en phase de décantation », ainsi que de nombreux paquets de tabac, précise le communiqué du ministère.

Les matières premières (tabac brut, emballages et arômes liquides) étaient importées via des sociétés basées dans plusieurs pays européens et au Moyen-Orient avec lesquelles le gérant de la société utilisant le local commercial « avait noué des relations suivies ».

Ce gérant et un autre homme ont été interpellés dans le cadre d’une enquête préliminaire confiée au Service national de douane judiciaire (SNDJ) par le parquet de Pontoise.

« Le schéma de fraude révélé dans cette affaire, déjà observé dans d’autres pays européens, n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une constatation en France », se félicite le Ministère.

20 Juil 2018 | Trafic
 

Tambour battant. Le ministre de l’Action et des Comptes publics a entamé, ce jeudi 19 juillet, son déplacement de terrain dans le Var et les Bouches-du-Rhône sur le thème de la lutte contre le trafic de tabac (voir Lmdt du 19 juillet).

En participant à des contrôles sur voie routière.

En conduisant une première réunion à la préfecture de la région PACA « avec les services de l’État, la Douane et l’ensemble des autorités impliquées dans la lutte contre les trafics de tabac. »

C’est bien de coordination qu’il s’agit.

•• Une déclaration significative : « je veux lutter très fortement contre la contrebande de tabac qui est à la fois l’ennemi de la santé des Français et des buralistes. J’ai donné à la Douane des consignes de tolérance zéro. Nous renforçons les moyens, les effectifs et les sanctions. »

Et Gérald Darmanin de rappeler ses amendements visant à limiter le transport du tabac par les particuliers à quatre cartouches de cigarettes, avec un doublement des amendes correspondantes (voir Lmdt du 4 juillet).

•• Dans son déplacement, le ministre est accompagné par le directeur régional de la Douane, Rodolphe Gintz, le directeur interregional de la Douane PACA-Corse, Philippe Savary et le directeur régional de la Douane de Provence, Denis Martinez.

•• Une table-ronde avec le ministre et des buralistes se tient ce matin, au siège de la direction régionale de la Douane de Provence, à Aix. En présence de Philippe Coy et Sophie Lejeune.

20 Juil 2018 | Trafic
 

La douane connaissait bien le prévenu qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand, cette semaine.

Déjà condamné en 2008 à 28 000 euros d’amende douanière, pour contrebande, le Clermontois a continué ses aller-retours avec l’Andorre quatre à cinq fois par an … afin de rembourser ses dettes fiscales, selon ses propres déclarations. 

•• En août 2015, revenant d’Andorre, il est contrôlé sur l’A75, dans le Cantal. Dans son véhicule, la Douane découvre une centaine de cartouches de cigarettes, une quarantaine de paquets de tabac à rouler et des dizaines de bouteille d’alcool. Un « stock » que le prévenu était censé revendre ensuite à Clermont-Ferrand. Les douaniers lui avaient proposé alors de régler 2 100 euros d’amende mais le (déjà) récidiviste n’avait pas daigné donner suite.

•• Juin 2016, toujours sur l’autoroute A75. À la sortie de Veyre-Monton (Puy-de-Dôme), deux motards des douanes ont pris en chasse le même contrebandier et ont fini par l’intercepter dans le bourg. Lui réfute toute course-poursuite : « je ne risquais pas de faire une course-poursuite avec une 307… ». Dans son coffre, encore, une importante cargaison de cigarettes et d’alcool.

•• Quatre mois plus tard, rebelote ! C’est du côté de Millau, toujours sur l’autoroute, que le Clermontois est surpris en possession de dizaines de cartouches et de plusieurs centaines de paquets de tabac à rouler. Et le quinquagénaire de se retrouver devant le tribunal correctionnel. Enfin.

•• Le tribunal l’a condamné à deux ans de prison – dont quatorze mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve durant deux ans – avec obligation de régler ce qu’il doit au Trésor public. Il devra également s’acquitter pour près de 5 000 euros d’amende douanière. Et il a interdiction de circuler et résider dans les départements de l’Ariège, des Pyrénées-Orientales et de la Haute-Garonne.

20 Juil 2018 | Profession
 

Dans un entretien à l’AFP, ce jeudi 19 juillet, la PDG de la FDJ, Stéphane Pallez, a assuré que le processus pour une éventuelle privatisation de l’entreprise ne faisait que débuter. La privatisation de la Française des Jeux n’aura pas lieu avant 2019, a-t-elle déclaré.

Une privatisation, « c’est comme une série avec plusieurs saisons, on est au début d’un processus et la prochaine étape sera la discussion parlementaire à partir de septembre, une séquence qui va durer au moins jusqu’à la fin de l’année », a-t-elle résumé.

•• « Il y a beaucoup de choses à faire sur le plan juridique et réglementaire pour offrir toutes les garanties au cadre dans lequel l’opération pourrait avoir lieu : comme définir comment l’État exercera son contrôle sur l’entreprise, et quelle régulation mettre en place.

Il faut aussi montrer que la privatisation n’a pas vocation à changer le fondement même de la loterie et de la FDJ, un modèle dans lequel l’essentiel des prélèvements vont continuer d’aller au budget de l’État pour servir des causes d’intérêt général comme le sport ou le patrimoine », a précisé Stéphane Pallez.

•• Et la PDG de la FDJ d’assurer que « toutes les options sont ouvertes » mais qu’il est nécessaire de « procéder dans l’ordre : d’abord que le Parlement vote le principe de la descente de l’État au-dessous de 50 % (à travers la loi Pacte, ndlr), et c’est après qu’on verra avec quels types d’investisseurs le développement de la FDJ peut continuer ».

•• En juin, la présentation du projet de loi Pacte – en cours d’examen au parlement – a ouvert la voie à la cession par l’État de ses parts (72 %) dans la FDJ (voir Lmdt du 13 juin).

•• Confirmons que la FDJ se porte bien : elle a annoncé jeudi un bond de 5,3 % des mises des joueurs au premier semestre pour un total de 7,9 milliards d’euros (voir Lmdt du 19 juillet).

20 Juil 2018 | Trafic
 

Les dernières hausses de prix des cigarettes auraient encore encouragé les fumeurs alsaciens à faire leurs achats en Allemagne et ailleurs. Hervé Natali, expert « prévention et actions contre les trafics » de Seita Imperial Tobacco, fait le point dans les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce jeudi 19 juillet.

Plus d’une cigarette fumée sur quatre dans le Grand Est ne proviendrait pas de chez un buraliste contre, en moyenne, un peu moins d’une sur cinq à l’échelle du pays.

•• À Mulhouse et à Colmar, pas moins de 33,3 % et 32,4 % des paquets consommés ne seraient pas issus du réseau officiel … La source d’Hervé Natali ? Un comptage, au dernier trimestre 2017, d’emballages ramassés dans la rue et des poubelles publiques : l’opération « ramasse-paquets » (voir Lmdt du 19 avril 2017).

D’après cette étude, Colmar et Mulhouse seraient les 10e et 11e villes françaises en termes de consommation de tabac non-domestique. Avec 28,3 % et 26,4 %, Strasbourg et Haguenau occuperaient les 20e et 27e places du classement.

•• « En Alsace, comme dans les autres régions transfrontalières, les villes sont peu assujetties à la vente à la sauvette ou au trafic, car les possibilités d’acheter régulièrement et légalement du tabac moins cher dans les pays limitrophes sont faciles », note Hervé Natali.

En fait, un tiers des cigarettes non domestiques fumées à Strasbourg seraient allemandes et 18,2 % de celles grillées à Mulhouse seraient suisses.

•• Mais la part du tabac non domestique aurait bondi de 5 % à Mulhouse, de plus de 8 % à Strasbourg et de presque 12 % à Colmar entre le 2ème trimestre 2017 et la fin de la même année.

« On peut légitimement penser que cette augmentation’ est relative à la hausse du prix du tabac, en novembre dernier [en moyenne de 30 centimes par paquet, ndlr) » estime Hervé Natali, « le consommateur regarde son portefeuille, on ne peut pas lui en vouloir. Mais il doit comprendre que cela va à l’encontre des débitants … »

•• Afin de sensibiliser le public à l’impact des achats frontaliers et surtout du trafic, Seita a mis en place le site www.trafic-tabac.fr (voir Lmdt du 6 juillet 2017).

Avec l’objectif de lutter contre « ce fléau », Hervé Natali devrait remettre un livre blanc au Gouvernement, à la fin d’année. Dans le cadre de sa rédaction, il ne s’interdit pas d’organiser des assises régionales réunissant professionnels et élus du Grand Est afin d’aborder, notamment, la question des achats frontaliers en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg et en Belgique.

20 Juil 2018 | Profession
 

Agression au petit matin 

• Gironde. Sac en bandoulière, un buraliste du Bouscat commençait à lever le rideau métallique, ce mercredi 18 juillet, quand il a été abordé par un homme armé d’un couteau à la lame conséquente et d’une bombe à gaz lacrymogène. Le braqueur en avait visiblement après le contenu de la sacoche.

Déjà victime d’agressions, le gérant du tabac-presse a résisté. Les deux hommes se sont battus jusqu’à ce que l’agresseur fasse usage du gaz lacrymogène. Dans la bousculade, le buraliste est tombé sur une moto en stationnement et s’est blessé. Pendant que le braqueur prenait la fuite avec l’argent, le buraliste a été hospitalisé pour examens.

Trop tard

• Seine-Maritime. Dès leur entrée par effraction dans un bar-tabac de Saint-Martin-en-Campagne, vers 2h30 ce mercredi 18 juillet, le signal d’alarme s’est déclenché …

Et malgré le déclenchement du système fumigène, les malfaiteurs ont mis la main sur le stock de tabac. Le buraliste, alerté via son téléphone portable, est arrivé avant les forces de l’ordre mais après la fuite des cambrioleurs.  Lire la suite »

19 Juil 2018 | Trafic
 

Interrogé ce matin par Sud Radio sur le déplacement de Gérald Darmanin dans le Sud-Est (voir Lmdt de ce jour), Philippe Coy a déclaré à propos du marché parallèle du tabac : 

« C’est un marché qui s’est installé, malheureusement, depuis ces quinze dernières années. Les statistiques font état d’un niveau de 27 à 28 %, c’est pratiquement un tiers du marché de la consommation qui est issu d’un réseau illégal. Le plan Santé du Gouvernement est mis à mal et, surtout, la perte fiscale atteint 2,5 milliards d’euros.

« Le précédent Gouvernement a refusé de voir cette réalité du marché parallèle. Il est important que l’ensemble des forces de l’ordre, et pas seulement l’administration des Douanes, soit impliqué dans la lutte contre le trafic ».

19 Juil 2018 | Profession
 

Après 23 étapes à travers la France, Philippe Coy a bouclé, ce mercredi 18 juillet, les « Journées de la Transformation » (voir Lmdt de ce jour) sur un discours optimiste. Relayé par les médias normands. 

•• France Bleu Haute Normandie 

« Je veux qu’on regarde le réseau des buralistes comme un relais des services publics », a insisté Philippe Coy. Nous avons déjà ce statut de préposé de l’administration : nous vendons pour le compte de l’État tous ses produits de fiscalité.

« Nous avons un rôle central d’animateur de lien social, de lien économique, notamment en zone rurale. 27 % de mes collègues de Seine-Maritime exercent dans des communes de moins de 2 000 habitants, c’est important. C’est pourquoi notre métier doit être regardé différemment par les décideurs locaux. Et j’ai à cœur de travailler avec l’Association des Maires pour voir comment dans cette revitalisation du monde dit rural, on peut être un élément moteur. » Lire la suite »

19 Juil 2018 | Associations
 

À l’occasion du déplacement de Gérald Darmanin dans le Sud-Est, le Comité national contre le Tabagisme (CNCT) a posté un message sur son site que nous reproduisons intégralement.

« Alors que le Ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, effectue un déplacement dans la région PACA sur le thème de la lutte contre la contrebande de tabacs, le CNCT rappelle que les modalités pour lutter contre cette contrebande sont connues. Elles passent en particulier par la mise en place d’un système de suivi et de traçabilité des produits du tabac véritablement indépendant des fabricants de tabac. Ce système est prévu dans le protocole de l’OMS de lutte contre le commerce illicite qui entre officiellement en vigueur le 25 septembre prochain. Ratifié par la France et par l’Union Européenne, il se doit d’être mis en œuvre. Lire la suite »