Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
20 Juin 2022 | L'Info
 

Concernant les membres du Gouvernement se présentant aux élections législatives et ayant un rapport avec l’actualité que nous évoquons ici-même, voici leurs résultats du deuxième tour.

• Gabriel Attal (ministre des Comptes publics) : réélu avec 59,8 % des voix.

• Gérald Darmanin (ministre de l’Intérieur) : réélu avec 57,5 % des voix.

• Brigitte Bourguignon (ministre de la Santé) : battue, avec 56  voix de différence par Christine Engrand du Rassemblement national.

28 Mai 2022 | Profession, Trafic
 

Pendant que les députés (sortants et futurs …) sont en pleine campagne (les élections législatives ayant lieu les 12 et 19 juin), les sénateurs restent actifs.

Ainsi, le sénateur du Gard Laurent Burgoa (LR / voir 19 janvier) a déposé récemment une proposition de Loi visant à préserver les buralistes des effets du développement du marché parallèle du tabac. Pour se faire le sénateur s’est concentré sur le renforcement des « moyens de lutte contre le commerce illicite des produits du tabac ».

Nous reprenons, ci-dessous, l’essentiel de l’exposé des motifs de sa Proposition de Loi. Lire la suite »

23 Mai 2022 | Profession
 

Salaire minimum à 1500 euros net, retraite à 60 ans, blocage des prix … la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) vient de formuler les 650 propositions de son programme d’alliance de gauche, surtout inspirées des idées de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

Au chapitre « Sûreté et Justice », on retrouve sous l’intitulé « Changer de stratégie sur les addictions et les drogues », les propositions suivantes :

légaliser et encadrer par un monopole d’État la production, la vente et la consommation de cannabis dans des conditions permettant de lutter contre l’addiction. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Mélenchon et ses candidats demandent « plus de Douane et de lutte contre le trafic de cigarettes »  ,
22 Avr 2022 | Profession
 

Le thème revient souvent lors de toute réunion de buralistes. Surtout entre élus de la profession : il s’agit du délicat problème du déplacement d’un débit dans une même commune.

Depuis 2009, un buraliste peut changer de lieu, d’un quartier à un autre de sa propre commune, sur décision du maire après avis du Directeur régional de la Douane et de la Confédération des buralistes. Mais comme ce déplacement reste de la compétence du maire, ce dernier n’est pas contraint de suivre ces deux avis, il lui suffit juste de se conformer à la réglementation applicable en matière d’implantation.

•• D’où un certain nombre de problèmes … les élus locaux n’ayant pas forcément une bonne connaissance de la réglementation ou même du fonctionnement d’un buraliste et des conditions de réussite de son transfert. À l’expérience, il s’avère nécessaire de changer cette règle (inclue dans la loi Warsmann du 12 juin 2009), tous les connaisseurs du dossier le confirment. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes : la prochaine Assemblée nationale devrait traiter le sujet du déplacement d’un débit dans une même commune  ,
27 Fév 2022 | Observatoire
 

Agriculteur, rapporteur de la mission parlementaire sur l’usage du cannabis, le député (LREM, Creuse) Jean-Baptiste Moreau a fait du CBD l’un de ses chevaux de bataille (voir 5 mai 2021 et 22 novembre 2020). 

Entretien avec le Huffpost avant le Salon international de l’Agriculture. Extraits …

« Je ne sais pas s’il y aura des stands de CBD. Je ne crois pas que ce soit prévu, mais je n’en sais rien. Aujourd’hui, ce qui est sûr c’est qu’il est possible d’en vendre et d’en produire ».  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD : « je ne sais pas s’il y aura des stands au Salon de l’Agriculture » (Jean-Baptiste Moreau)  ,
 

Une hausse de l’âge minimum requis pour pouvoir acheter du tabac, qui passerait de 18 à 21 ans, et une plus grande implication des forces de l’ordre dans le respect des mesures anti-tabac.

Telles sont les mesures annoncées par la présidente de la Commission Santé du Parlement (Knesset), Idit Salman, qui s’intéresse aussi au cas des fumeurs pouvant fumer sur les balcons des immeubles. Pourtant, le pays dispose déjà d’un arsenal de mesures anti-tabagiques conséquent (voir 6 décembre 2021).

En appui à la démarche concernant les balcons, Alon Tal, un autre membre (Vert) de la Knesset a déclaré : « le droit de fumer s’arrête là où commence mon odorat. Fumer n’est pas une activité neutre et présente de graves conséquences pour les personnes qui sont autour de vous. On réglemente déjà les nuisances sonores … il est donc inacceptable que l’on puisse enfumer ses voisins ».

Un cinquième de la population de plus de 18 ans (sur un total de plus de 9 millions de personnes) fume en Israël. 8 000 personnes meurent chaque année à cause du tabac, dont 800 du tabagisme passif. Les fumeurs représentent 28 % des effectifs de l’armée.

10 Fév 2022 | Profession
 

Ouvert par un discours de Jean-Baptiste Lemoyne, ministre des PME, accueilli par Philippe Coy (« c’est la première fois qu’un ministre de la République se rend au siège de la Confédération ») et articulé autour de deux table-rondes, le Forum européen des buralistes qui s’est tenu hier (voir 9 février) s’est avéré un grand succès.

Une organisation parfaite et une crédibilité accrue pour l’organisation professionnelle des buralistes.

•• Il s’est agi d’un événement posant de vraies questions sur l’avenir de la profession, tenu en présence de représentants des principaux réseaux européens de détaillants de tabac réunis au sein de la CEDT (Confédération européenne des Détaillants de Tabac). Ceci à l’occasion de la présidence française du Conseil de l’Union européenne.

Mais ce forum de travail a également été suivi, discrètement, par de grands médias et plusieurs cabinets ministériels. Et il a fixé les axes prioritaires du moment pour les buralistes européens.

•• La première table-ronde est entrée au cœur du grave problème du développement de la contrebande-contrefaçon de tabac en France et en Europe.

Avec des interventions précises et alarmantes d’Éric Woerth (président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale), de Jean-Paul Mattei (député frontalier des Pyrénées-Atlantiques et membre de la commission des Finances), Salvatore Catania (représentant de l’OLAF, Office européen de Lutte anti-Fraude avec un exposé très actualisé) et Peter Schweinschwaller (président de la CEDT qui a fait part de ses démarches importantes auprès de la Commission européenne).

•• Pour la seconde table-ronde, Philippe Coy a animé un débat passionnant avec quatre parlementaires qui ont témoigné de la transformation, sur le terrain, des buralistes et du changement d’image qui en résulte. Un thème commun : « plus que jamais, nous avons besoin des buralistes pour apporter cette proximité de services au public dont ont besoin nos territoires ».

Ont participé à ce débat très animé: Irène Tolleret (députée européenne), Françoise Gatel (sénatrice d’Ille-et-Vilaine), Sandra Marsaud (députée de Charente) et Frédéric Barbier (député du Doubs). Conclusion unanime : « les buralistes ont un avenir. Les territoires et les consommateurs ont vraiment besoin d’eux. Les valeurs de la proximité sont les mêmes partout en Europe ».

 

Après la suspension par le Conseil d’État de l’arrêté du gouvernement interdisant la vente de la fleur et de la feuille de chanvre chargée en CBD (voir 25 janvier), les députés EELV ont affiché leur satisfaction dans l’hémicycle ce mardi 25 janvier, non sans égratigner le Gouvernement et la déclaration de Gérald Darmanin sur France Inter (voir 25 janvier).

« Encore une fake news de Gérald Darmanin : non, non et non, le cannabis CBD n’est pas une drogue ! » a commencé par s’indigner le député François-Michel Lambert (Liberté Écologie Fraternité) sur Twitter, rapporte Huffingon Post.

 « Non, monsieur le Ministre, toutes les substances qui relèvent du cannabis ne sont pas très mauvaises pour la santé contrairement à ce que vous avez dit ce matin sur une radio », a-t-il appuyé dans l’après-midi à l’Assemblée.

« Tout le monde vous le dit : les scientifiques, les professionnels, les députés unanimes, vos collègues européens … Monsieur le ministre, êtes-vous prêt à recevoir tous ces professionnels, les experts, les députés pour travailler ensemble, à l’intérêt commun ? Monsieur le ministre, non les fleurs de chanvre, les fleurs de cannabis ne sont pas les fleurs du mal » a-t-il conclu.

 Commentaires fermés sur CBD : « les fleurs de cannabis ne sont pas les fleurs du mal » (François-Michel Lambert)  ,
19 Jan 2022 | Trafic
 

Le sénateur LR du Gard, Laurent Burgoa, souhaite sensibiliser le Gouvernement sur la situation de ces épiceries de nuit qui sont trop souvent des repaires de vente de cigarettes à la sauvette (voir 10 décembre et 2 février 2019). Et qui ré-ouvrent facilement, comme si de rien n’était, au cas où des contrôles auraient débouché sur quelques jours de fermetures (voir 14 janvier 2022).

Il s’est adressé, via une question écrite, à Éric Dupond-Moretti. Voici l’intégralité de son intervention.

M. Laurent Burgoa attire l’attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice, sur les réseaux de ventes illicites de cigarettes. En effet, en plus des ventes dites « à la sauvette » sur des parkings ou encore devant des collèges et lycées, se développe un trafic au sein d’épiceries de nuit ou de taxiphones.

Si les communes de Nîmes et Alès sont particulièrement concernées par la vente de tabac en contrebande ou de contrefaçon, ce trafic touche de plus en plus les zones rurales et nuit au réseau de buralistes.

À ce jour, 30 % des ventes de tabac sont estimées hors du réseau professionnel. Inquiets de la qualité des produits ainsi vendus mais aussi économiquement impactés, de nombreux buralistes constatent que malgré des contrôles et parfois des fermetures, un certain nombre de commerces rouvrent et poursuivent le trafic.

Il lui demande quelles mesures il compte prendre afin de préserver la santé des Français et les buralistes de cette concurrence.

 Commentaires fermés sur Sénat : une question précise sur ces épiceries de nuit qui vendent du tabac  ,
6 Jan 2022 | Profession
 

Au petit matin, ce jeudi 6 janvier, les députés ont adopté le Projet de Loi gouvernemental « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » par 214 voix pour et 93 contre (dans les conditions polémiques que l’on connaît par ailleurs).

Comme prévu, une partie des débats a porté sur les conditions de contrôle de ce pass vaccinal dans les établissements, notamment les bars et restaurants (voir 3 janvier et 30 décembre).

Outre les forces de l’ordre, les gérants des lieux et activités soumis au pass, tels les cafetiers et restaurateurs, pourront sous conditions la vérifier, dispose le projet de loi, rappelle l’AFP. Lire la suite »