Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
21 Jan 2024 | Pression normative
 

Sorti sur Netflix le 20 décembre dernier, « Maestro » (de et avec Bradley Cooper) retrace la grandiose histoire damour qui a uni toute leur vie le chef dorchestre et compositeur Leonard Bernstein et son épouse, Felicia Montealegre Cohn Bernstein. Leonard Bernstein était fumeur, il nest donc pas étonnant de le voir fumer dans le film …

Cela dit a-t-on le droit, en France, de le voir avec une cigarette à la main sur l’affiche promotionnelle officielle du film ? C’est la question que s’est posé Allo Ciné.

•• La loi Évin de 1991, relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme, interdit, entre autres, toute propagande ou publicité directe ou indirecte en faveur du tabac (sauf aux enseignes des débits de tabac et sous conditions).

Mais, en 2012, une circulaire est venue préciser que la loi Évin et sa jurisprudence n’interdisent pas la représentation de « personnages, historiques ou non, fumant surtout quand cela correspond à un trait de sa personnalité, dès lors que le but ou l’effet de cette communication n’est pas de nature publicitaire. »

•• Alors pour Netflix, la réponse est : laffiche est bien légale et respecte les critères suivants de la loi Évin. Tout d’abord, elle émane d’un annonceur qui n’a aucun lien avec l’industrie ou la distribution du tabac et a une finalité exclusivement culturelle ou artistique.

De plus, la personne représentée est un personnage historique, ou dont la notoriété est reconnue (ce qui s’applique pour des personnes disparues ou non), et figure dans une œuvre d’art qui fait partie intégrante d’une promotion publicitaire pour une manifestation artistique.

Enfin, puisque les produits de consommation du tabac représentés et utilisés dans les œuvres culturelles ou artistiques doivent être inséparables de limage et de la personnalité de la personne qui y figure, ce qui semble être le cas pour Leonard Bernstein, laffiche est donc autorisée.

 Commentaires fermés sur Cinéma : l’affiche du film « Maestro » (Netflix) est-elle autorisée ?  , ,
4 Juin 2023 | International
 

Dans le cadre de sa campagne antitabac, le ministère de la Santé a ordonné cette semaine aux plateformes de diffusion en continu d’insérer, dans un délai de trois mois, des avertissements sanitaires en bas d’écran lors des scènes de tabagisme. En outre, il est prévu qu’au moins 50 secondes de messages anti-tabac soient diffusées au début et au milieu de chaque programme.

Netflix, Amazon et Disney, ont discuté ensemble d’une éventuelle contestation juridique de cette nouvelle réglementation, alors qu’ils craignent de devoir modifier des millions d’heures de contenu web existant, selon Reuters.

La loi prévoyait déjà que toutes les scènes de tabagisme et de consommation d’alcool dans les films diffusés dans les cinémas indiens et à la télévision devaient être accompagnées d’avertissements relatifs à la santé. Mais jusqu’à présent, aucune réglementation ne s’appliquait aux géants du streaming, dont le contenu est devenu de plus en plus populaire.

L’Inde est un marché très convoité par les géants de la diffusion en continu. Netflix, Amazon et Disney proposent également des contenus populaires en hindi qui montrent souvent des acteurs de Bollywood en train de fumer, ce qui est violemment contesté par des militants anti-tabac comme Truth Initiative.

Le cinéaste indo canadien Dylan Mohan Graya a déclaré que les nouvelles règles indiennes s’apparentaient à du « harcèlement », ajoutant que les meurtres, les guerres et les scènes de crime extrêmement violentes n’étaient pas réglementés de la même manière.

20 Mai 2023 | Profession
 

Quand nous avions titré en son temps « clap de fin pour Sarlat » à propos du site France Tabac (voir 30 septembre 2019), nous ne pensions pas si bien dire.

En effet, la nouvelle est tombée en plein Festival de Cannes et a été annoncée, ce vendredi 19 mai sur la plage cannoise du Gray d’Albion, par la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak :  le projet de conversion des anciens bâtiments de France Tabac de Sarlat (Dordogne) en studios de cinéma a été retenu par le Centre national du Cinéma et de l’Image animée (CNC) pour faire partie de « La grande fabrique de l’image – France 2030 » (voir 27 décembre 2022 ).

Selon Sud-Ouest, le site bénéficiera d’une importante aide de l’État qui pourrait aller jusqu’à 13 millions d’euros.

Le réseau Ciné Passion et le Département de la Dordogne avaient répondu à un appel à projets dont le but était de sélectionner 10 dossiers de création de studios de cinéma en France, pour lesquels le CNC disposait d’une enveloppe de 350 millions d’euros.

Sarlat figure donc parmi les lauréats et le projet nourri pour l’ex-site de France Tabac, racheté 3 millions d’euros en 2021 par l’Établissement public foncier de Nouvelle-Aquitaine, est en très bonne voie. Le site accueille déjà des équipes de tournage, comme lors de la réalisation du film « Rabia » de Mareike Engelhardt (voir photo Sud-Ouest).

 Commentaires fermés sur Sarlat : le destin d’un prestigieux site … du tabac au cinéma   ,
 

La (trés) populaire série documentaire Netflix sur les coulisses de la Formule 1 offre aux géants du tabac un moyen efficace de faire la promotion de leurs produits malgré les interdictions en vigueur, constate une étude publiée ce 8 mars. C’est ainsi que s’entame une dépêche AFP, signée Nina Larson, que nous reprenons.

Netflix a lancé récemment la cinquième saison de « Formula 1 : Pilotes de leur destin ». 

•• Mais selon des observateurs, cette émission ne fait pas qu’augmenter la popularité de la F1, elle diffuse aussi des images de voitures sponsorisées par des marques de cigarettes y compris dans les pays où la publicité pour le tabac est interdite.

« Au total, 1,1 milliard de minutes d’images diffusées dans le monde entier montraient du contenu lié au tabac » pendant la quatrième saison de « Pilotes de leur destin », indique dans une récente étude Formula Money, qui recueille des chiffres sur la F1 et l’organisation l’ONG anti-tabac STOP.

La moitié des épisodes de cette saison contiennent des marques liées au tabac dès la première minute, selon ce rapport intitulé « Driving Addiction : F1, Netflix and Cigarette Company Advertising ». Les marques Philip Morris International (PMI), sponsor de Ferrari (voir 25 novembre 2021), et British American Tobacco (BAT), sponsor de McLaren (voir 20 novembre 2022), ont été « très présentes dans la série », constate ce rapport.

« Les recherches suggèrent que PMI et BAT atteignent de nouveaux publics grâce à la série, y compris auprès des personnes qui ne regardent pas les courses de F1 », une audience généralement plus jeune.

•• La série a contribué à accroître la notoriété de ce sport à travers le monde. « Cette hausse du nombre de téléspectateurs signifie que plus de gens voient la marque que les sponsors de la F1 placent sur les voitures », selon le rapport. « Netflix a la responsabilité de ne pas fournir de contenu qui promeut, même indirectement, les marques des cigarettiers », explique à l’AFP Jorge Alday, de STOP. Interrogée par l’AFP, Netflix n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur F1 / Tabac : les anti-tabac s’en prennent aux images d’archives  , ,
6 Mar 2023 | Profession
 

Buraliste à Simandre (11 kilomètres de Tournus, Saône-et-Loire), Benoît Thomas a participé, comme figurant, au tournage du long métrage « Juste Ciel ! » avec Valérie Bonneton (en salles actuellement / voir 2 mai 2021).

Il revient sur ce tournage dans Le Journal de Saône-et-Loire. Une expérience qu’il n’oubliera jamais, tant il rêvait de la vivre.

« J’avais découvert un casting dans le JSL pour des figurants. Étant très grand et pesant plus de 100 kilos, je semblais correspondre à la recherche alors j’ai envoyé ma candidature », explique Benoît Thomas.

•• Démarre alors un premier jour de tournage, à Baume-les-Messieurs (Jura), avec plus d’une centaine de figurants. Le buraliste est remarqué par le réalisateur Laurent Tirard, qui lui donne la possibilité de donner la réplique à Valérie Bonneton. « Est-ce mon bandana noir, que ma femme m’avait dit de prendre, qui a fait la différence ? Je ne sais pas. Mais on m’a rappelé un jour pour me proposer un petit rôle, le lendemain même, avec deux phrases. Je n’ai pas hésité une seconde. J’ai fait nuit blanche pour répéter » se souvient-il.

•• Pour le deuxième jour de tournage, plus rapide et pour lequel il a été maquillé et costumé, ce dernier s’est rendu à Toulouse-le-Château (Jura). « Le réalisateur m’a mis super à l’aise. Je pouvais mettre le ton et la gestuelle que je voulais. On a dû refaire la scène 15-20 fois sous différents angles, puis c’était fini. Il y a une certaine pression des caméras mais Valérie Bonneton m’a donné des conseils, comme le fait de rester naturel et de faire abstraction du monde autour. Elle me faisait même des grimaces pour me détendre », sourit-il.

•• Une expérience que les habituels clients du commerce, ainsi que les curieux venus parfois de loin, sont venus commenter. « Quand le premier article du JSL est sorti, on a eu plus de monde au magasin. On me posait des questions. Une sexagénaire, fan de Valérie, est même venue de Lyon pour que je lui raconte le tournage, elle en tremblait. Depuis, on ne faisait que me demander quand le film allait sortir » se rappelle Benoît Thomas.

Il pourrait se retrouver sur le grand écran. « J’ai reçu un mail, mardi 21 février, pour un tournage en Bourgogne Franche-Comté. On m’a annoncé que je serai recontacté en mai-juin pour tourner cet été ». Photo : Benoît Thomas

 Commentaires fermés sur Buraliste / Cinéma  : « on ne faisait que me demander quand le film allait sortir »  ,
27 Déc 2022 | Profession
 

… C’est en tout cas le souhait de la Communauté de Communes Sarlat Périgord Noir – nouveau propriétaire de l’ancien site de première transformation de tabac de de France Tabac (fermé en 2019 / voir 28 août 2019, 3 octobre 2021) – qui a participé à l’appel à projets « La grande fabrique de l’image, France 2030 » lancé par le Centre national du Cinéma (CNC).

Il s’agit du site où était transformé le tabac des tabaculteurs du Sud-Ouest. Les résultats de l’appel à projets devaient être connus à la fin de l’année, le département de la Dordogne accueillant déjà 100 à 150 journées de tournages par an. Pour séduire davantage les productions, en particulier anglophones, des locaux en intérieur seraient un atout considérable pour ce département déjà prisé pour ces nombreux décors naturels. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Sarlat : des studios de cinéma sur l’ancien site de France Tabac ?  ,
 

Des parlementaires américains veulent limiter l’exposition des jeunes aux images de personnages en train de fumer ou de vapoter.

« Nous exhortons » la société à prendre des mesures « plus agressives » pour limiter les images avec des cigarettes, et réduire la consommation des « jeunes pour ces contenus nocifs » expliquent trois sénateurs américains démocrates dans un courrier transmis aux dirigeants de Netflix.

Selon Les Échos, les sénateurs citent un rapport de Truth Initiative, organisation américaine de lutte antitabac, indiquant que le géant du streaming a diffusé plus de scènes avec des cigarettes ou des e-cigarettes dans les programmes plébiscités des jeunes comparativement aux autres plates-formes, au cours des quatre années.

•• Cette étude de Truth Initiative, publiée en janvier, dénombre plus de 200 scènes avec de la nicotine pour chacune de deux fictions (« The Umbrella Academy », « Le jeu de la dame ») sur la saison 2020.

Elle estime également que presque les deux tiers des programmes les plus consommés en binge-watching (séries regardées d’affilée) sur les plates-formes montrent des scènes avec du tabac. Or, selon cette organisation, il y a un lien direct entre l’exposition aux images et le fait que de commencer à vapoter et à fumer pour un jeune.

Ce n’est pas la première fois que Netflix est pointé du doigt sur ce sujet (voir 5 juillet 2019). Les sénateurs veulent savoir d’ici au 21 avril si et comment Netflix a respecté ses engagements rapporte l’agence de presse Bloomberg.

•• Contacté par Les Échos, Netflix France veut rassurer : « nous sommes attentif aux images. Par exemple, le public ne verra jamais dans une bande-annonce ou des images de promotions, des personnages en train de fumer ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur États-Unis : trop de cigarettes sur Netflix ?  ,
 

La Ligue contre le Cancer dénonce à nouveau la valorisation du tabagisme dans les films français en publiant mercredi une enquête sur plus de 150 films, en amont de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, selon l’AFP.

« Le tabac demeure quasi omniprésent dans les films français: entre 2015 et 2019, 90,7 % comprennent au moins un événement, un objet ou un discours en rapport avec le tabac : personnes en train de fumer, présence de cendriers, cigarettes, personnage qui parle de tabac … », note la Ligue d’après la 3ème édition de son enquête menée depuis seize ans avec l’institut Ipsos, assortie cette fois d’un sondage auprès de jeunes adultes. Lire la suite »

2 Mai 2021 | Profession
 

Benoît Thomas, buraliste à Simandre (1 700 habitants, 11 kilomètres de Tournus), est encore sur son nuage.

Il a participé la semaine dernière au tournage, dans le Jura, du film de Laurent Tirard « Juste ciel » avec les comédiennes Valérie Bonneton (« Fais pas ci, fais pas ça », « Les Petits Mouchoirs ») et Sidse Babett Knudsen (« Borgen »). 

•• En mars dernier, il tombe sur une annonce pour le casting du film. L’équipe cherche des figurants: « des hommes entre 25 et 65 ans, pour incarner des détenus dangereux (physique impressionnant et atypique) », précise l’annonce. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes / Cinéma : « lundi, je vendais des clopes … et vendredi, je donnais la réplique à Valérie Bonneton »  ,
1 Jan 2021 | Profession
 

Monument du théâtre et du cinéma, le comédien et metteur en scène Robert Hossein est décédé ce jeudi 31 décembre.

En 2007, le metteur en scène était venu au Mans présenter son spectacle « N’ayez pas peur ! » sur la vie de Jean-Paul II et avait expliqué à Ouest-France son attachement au département de la Sarthe.

Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, l’école du jeune pensionnaire Robert avait été déplacée au Mans. Les enfants avaient été répartis dans des familles et le jeune Robert, âgé de 12 ans, avait été hébergé plusieurs mois dans une famille qui tenait un bar-tabac à Saint-Célerin(26 kilomètres du Mans). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Robert Hossein : « je me suis retrouvé dans une merveilleuse famille qui tenait un bar tabac … »  ,