Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
24 Nov 2022 | Institutions
 

Dans Le Canard Enchaîné du 23 novembre, on apprend qu’un haut-fonctionnaire travaillant à la Commission européenne a quitté ses fonctions pour rejoindre un grand groupe spécialisé dans la traçabilité des paquets de cigarettes. Ce haut-fonctionnaire était justement chargé à la Commission de la question de la traçabilité. De quoi brandir le « conflits d’intérêts » pour l’hebdomadaire satirique. Extraits. 

Retour en arrière. En décembre 2018, ce haut-fonctionnaire aurait contribué à faire du groupe anglo-nippon Dentsu (voir 11 août 2022 et 20 mai 2019) l’un des prestataires de l’Union européenne pour gérer cette traçabilité. Dentsu a, en effet, été retenu pour faire partie des huit entreprises auxquelles les fabricants de cigarettes doivent remettre toutes les données nécessaires au suivi des marchandises. Ce même groupe centralisera par ailleurs les données des sept autres entreprises choisies par la Commission.

•• Et c’est justement dans cette entreprise, Dentsu, que Jan Hoffman a été recruté au poste de directeur des affaires réglementaires en janvier 2021. Le Canard précise par ailleurs que ce fonctionnaire se trouvait, avant sa démission, au « cœur du réacteur » puisqu’il a participé, de juin 2016 à janvier 2020, à tous les sous-groupes constitués autour de cette question de la traçabilité, soit une vingtaine de réunions au total.

Selon les informations du Palmipède, confirmées à Marianne par l’institution transnationale, « la Commission européenne a autorisé le transfert [de Jan Hoffman] en décembre 2020 ».

•• Le départ de Jan Hoffman se serait donc fait dans les règles, assure l’institution, qui rappelle que « même après avoir quitté leurs fonctions, les fonctionnaires européens demeurent liés par des obligations limitées dans le temps ». Parmi celles-ci : l’interdiction de divulguer des informations reçues pendant l’exercice de ses fonctions et l’obligation de continuer à se conduire avec intégrité et discrétion (…)

« L’industrie du tabac n’a aucun intérêt à mettre en place un système qui suive ses paquets à la trace », explique l’hebdomadaire satirique. Et de citer un expert antitabac : « Un exemple : la consommation du Luxembourg est de 600 millions de clopes par an, mais l’industrie en livre 3,1 milliard d’unités, dont 1 milliard revient en France. ».

26 Oct 2022 | International, Profession
 

La Commission européenne a approuvé, ce 25 octobre, « sous conditions » le rachat du suédois Swedish Match, spécialiste des sachets de nicotine, par Philip Morris International (PMI) pour un montant de quelque 16 milliards d’euros (voir 25 octobre) annonce l’AFP dans une dépêche que nous reproduisons.

Pour répondre aux préoccupations de l’exécutif européen, Philip Morris International s’est engagé à vendre SMD Logistics, une filiale de Swedish Match qui donnait à ce dernier un « monopole de facto dans la distribution de tabac et de produits à base de nicotine en Suède », indique la Commission dans un communiqué. Lire la suite »

29 Août 2022 | Pression normative
 

La Commission européenne vient d’enregistrer officiellement (le 24 août) la démarche de plusieurs associations anti-tabac demandant l’instauration d’une « vraie génération sans tabac en 2028 » dans le cadre « d’une initiative citoyenne européenne ».

Ceci en interdisant, notamment, la vente de tabac ou de produits avec nicotine à toute personne née après 2010.

•• Précisons que, mise en place en 2011, la procédure d’« initiative citoyenne européenne » doit réunir 1 million de signatures pour appeler la Commission européenne à légiférer sur un sujet donné (1,3 million en fait, compte tenu des déperditions habituelles : signatures invalides, doublons, etc.). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Europe : la Commission européenne enregistre le lancement d’une pétition … pour instaurer une génération sans tabac en 2028  , ,
5 Août 2022 | Profession
 

Mieux taxer les paris en ligne pour soutenir la filière équestre. Bruxelles a autorisé une mesure française – déjà appliquée – visant à soutenir l’organisation de courses hippiques.

«  Cette taxe n’est pas nouvelle » précise, dans Le Figaro, Emmanuel de Rohan Chabot, directeur général de Zeturf. « Elle existait depuis 2013, avec une assiette calculée sur les mises, et non sur le produit des jeux. Il fallait l’approbation de la Commission pour changer le mode de calcul et l’aligner sur la fiscalité générale sur les paris sportifs et hippiques. »

•• Cette taxe est établie « sur la base de l’intérêt commun que le PMU et les opérateurs concurrents de paris hippiques en ligne attachent à l’organisation des courses sur lesquelles les paris sont pris  » explique la Commission. Elle s’appliquera jusqu’au 31 mai 2026, avant d’être, très probablement, renouvelée.

Profitant aux sociétés de courses, son taux sera compris entre 22 % et 31  % du produit brut des jeux des opérateurs de paris hippiques en ligne. Son budget annuel sera d’au maximum de 88 millions d’euros. « Dans son principe, le nouveau mode de calcul ne change pas le montant de la taxe » insiste-t-on au PMU.

•• Selon la Commission, cette taxe est nécessaire et appropriée pour maintenir la viabilité de la filière hippique et du marché des paris hippiques. Elle contribuera au développement des courses et de l’élevage de chevaux ainsi qu’à l’amélioration de la race chevaline et de l’offre de paris.

« Les organisateurs de paris et les sociétés de courses ont besoin l’un de l’autre et doivent se soutenir mutuellement » assure Édouard de Rothschild, président de France Galop. « Dans un contexte économique très difficile, la filière hippique cherche à se maintenir. Elle bénéfice des résultats du PMU. Mais afin de rester compétitive par rapport aux autres grands pays de courses (États-Unis, Japon, Australie), elle a besoin de recettes additionnelles ».

29 Juin 2022 | Pression normative, Vapotage
 

La Commission européenne a proposé, ce mercredi 29 juin, d’interdire dans les 27 pays de l’UE la vente des versions aromatisées du « tabac chauffé » annonce l’AFP dans une dépêche dont nous reprenons des extraits.

La proposition ne concerne pas les cigarettes électroniques et les e-liquides, a précisé un porte-parole de l’exécutif européen, Stefan De Keersmaecker. « L’interdiction d’arômes pour ces liquides est une décision à prendre par les États membres, ce n’est pas couvert par notre proposition d’aujourd’hui », a-t-il ajouté (…)

Mais la Commission relève que la « chauffe » vise malgré tout à libérer de la nicotine, et provoque l’émission d’autres produits chimiques potentiellement néfastes pour la santé. L’idée est donc d’instaurer des législations plus strictes dans les États membres pour décourager ce nouveau tabagisme. Lire la suite »

14 Juin 2022 | Observatoire
 

Il apparait que l’Autorité européenne de Sécurité des Aliments (l’EFSA) a « mis en pause » les évaluations du CBD comme Novel Food (nouvel aliment n’existant pas comme tel auparavant), ceci « en raison de lacunes dans les données et d’incertitudes quant aux dangers potentiels ».

Rappelons que la Commission européenne avait classé le CBD comme Novel Food en 2019 et que l’EFSA est chargée d’attribuer la qualité « Novel Food » aux extraits présentés par les entreprises voulant écouler leurs produits sur les marchés européens l’ayant autorisé.

Il s’avère donc que celles-ci vont devoir fournir des preuves d’innocuité supplémentaires avant que l’EFSA reprenne ses évaluations. Généralement l’attribution « Novel Food » – en Europe – pour n’importe quel nouveau produit alimentaire prend plusieurs années. Pour le CBD, cela devrait prendre encore plus de temps. À suivre.

 Commentaires fermés sur CBD : son évaluation européenne comme « Novel Food » est bloquée  ,
27 Avr 2022 | Profession
 

La FDJ est « extrêmement confiante » quant à l’issue, « d’ici la fin de l’année », de l’enquête menée par la Commission européenne sur les droits exclusifs accordés par l’État français pour exploiter des loteries et paris sportifs pendant 25 ans, selon sa PDG (voir 27 juillet 2021). C’est ce qu’annonce une dépêche AFP que nous reprenons.

« Cette enquête a été ouverte, nous sommes dans une procédure contradictoire, comme c’est la règle, dans laquelle la Commission a formulé un certain nombre de questions : l’État français y a répondu, les parties intéressées et nous-mêmes aussi », a déclaré mardi Stéphane Pallez, devant l’assemblée générale des actionnaires de l’entreprise. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur FDJ : à propos de la plainte de Bruxelles  ,
 

On sait que le gouvernement danois a annoncé – il y a un mois (voir 16 mars) par le biais de son ministre de la Santé Magnus Heunicke – un plan pour que l’on ne puisse plus vendre, désormais, tout produit contenant de la nicotine à tous ses ressortissants nés à partir de 2010.

Une mesure concernant tant le tabac que le vapotage. C’est-à-dire, par exemple, qu’en 2030 un jeune de 20 ans ne pourrait plus accéder à la nicotine, sous une forme ou une autre.

Malgré certains sondages favorables à la mesure, publiés par des associations anti-tabac, celle-ci n’est pas si populaire qu’annoncé initialement. Au parlement danois (le Folketing), trois importantes formations s’y opposent (les libéraux, les conservateurs et les populistes). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Danemark : l’UE s’opposerait à la politique d’une «génération sans tabac»  , ,
7 Nov 2021 | Vapotage
 

« Apparue il y a 20 ans, la vape est une innovation majeure pour la santé publique (…) depuis son arrivée, elle a permis à plus d’un million de fumeurs français de sortir du tabac, dont la moitié a aussi arrêté la vape par la suite. »

Jean Moiroud (président de la Fivape / voir 5 novembre)

13 Oct 2021 | Profession
 

Philippe Coy était l’invité de Cécile de Menibus, ce mardi 12 octobre, lors du Grand Matin de Sud Radio. 

Parmi les sujets, le rapport parlementaire de la « mission d’information sur la consommation de tabac et le rendement de sa fiscalité pendant le confinement » (voir 29 septembre).

« C’est un constat que l’on partage malheureusement depuis de trop nombreuses années. Le premier confinement a montré l’étendue du volume de tabac qui échappe au réseau légal des buralistes.  Lire la suite »