Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
28 Nov 2021 | Associations
 

Le jeudi 18 novembre a eu lieu la première édition des « Prix 5.3 : pour des politiques sans tabac et sans lobby », organisée par le Comité national contre le Tabagisme (CNCT). À l’issue de deux tables rondes sur ces thématiques, un jury a décerné le Grand 5.3 à la journaliste Stéphane Horel pour récompenser son travail d’investigation.

Un Mégot d’Or a été décerné à Jeanne Pollès, Présidente de Philip Morris France, pour l’activité d’ingérence de cette entreprise, et son rôle dans la perpétuation de l’épidémie tabagique : c’est ce qu’annonce le CNCT dans un communiqué que nous reprenons.

•• La première table ronde s’est intéressée à la nouvelle stratégie de l’industrie du tabac, visant à se réapproprier la notion de réduction des risques, et se faire passer pour un acteur de santé publique.

Pour Yves Martinet, pneumologue et président du Comité national contre le Tabagisme, « le discours sur la réduction des risques par l’industrie du tabac n’a aucune valeur scientifique. Les cigarettiers, directement responsables de la mort de huit millions de personnes dans le monde, sont le principal obstacle à l’amélioration de la situation sanitaire. »

•• La seconde table ronde a établi un état des lieux de l’ingérence de l’industrie du tabac en France et à l’international, et les solutions à mettre en œuvre pour garantir l’indépendance des politiques publiques. La table ronde a conclu sur la nécessité de faire connaître et appliquer les dispositions existantes, comme la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT), et son article 5.3.

Le député Jean-Louis Touraine a averti : « les générations futures nous jugeront sévèrement pour la lenteur des progrès que nous faisons dans la lutte contre le tabagisme. »

•• Un jury, composé de l’ensemble des intervenants à l’exception de Stéphane Horel, a voté pour récompenser les meilleures initiatives de lutte contre l’ingérence, et pour distinguer les pires pratiques d’influence de l’industrie du tabac et ses alliés. Le 5.3 de l’information, décerné à la journaliste Stéphane Horel pour son travail d’investigation.  Lire la suite »

20 Nov 2021 | Associations
 

16 organisations anti-tabac demandent le retrait d’un amendement mettant en péril la stratégie décennale de lutte contre le cancer, annonce l’Alliance contre le Tabac sur son site. En cause : le budget du Fonds de Lutte contre les Addictions (voir 8 août 2019, 17 novembre et 4 juin 2018). Nous la reproduisons ci-dessous.

•• Ce mardi 16 novembre, une lettre ouverte a été envoyée au ministre des solidarités et de la santé Olivier Véran, demandant le retrait immédiat de l’amendement voté au Sénat qui vise à élargir, sans prévoir de financements complémentaires, le champ d’action du fonds de lutte contre les addictions dédié aux substances psychoactives (tabac, alcool, produits illicites) à l’ensemble des addictions (notamment jeux et écrans) Lire la suite »

12 Nov 2021 | Associations
 

À l’occasion de la tenue de la COP 9 (voir 10 novembre), le Comité national contre le Tabagisme (CNCT) a publié un communiqué repris ci-dessous.

En raison du contexte sanitaire actuel, la 9ème session de la Conférence des Parties (COP9) au traité de l’OMS, la Convention Cadre pour la Lutte Antitabac se tient sous une forme virtuelle du 8 au 13 novembre.

Ratifié par 182 pays et organisations, couvrant plus de 90 % de la population mondiale, l’application de ce traité pour lutter contre le tabagisme actif et passif est plus que jamais requise dans un contexte de crise Covid inachevée et d’efforts de relance par les pays.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Les politiques de hausse des taxes sont susceptibles de financer les systèmes de santé fortement éprouvés » (CNCT)  ,
10 Nov 2021 | Institutions, International
 

Alors que l’on parle beaucoup de la COP 26 sur le climat de Glasgow, les médias se sont moins intéressés à une autre COP. La COP 9 pour la lutte anti-tabac.

En effet, depuis lundi et jusqu’à samedi se tient sous forme virtuelle (et non à La Haye comme nous l’avions annoncé par erreur) une autre COP sous l’égide de l’Organisation mondiale de la Santé.

Il s’agit de la Conférence des Parties à la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac : la COP 9 qui devait se tenir à La Haye avant la crise sanitaire (voir 23 octobre 2018 et 29 avril 2020). Là où se dessinent les grandes lignes de politiques ensuite fortement suggérées aux États (fiscalité, paquet neutre, suppression des arômes, etc.). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Les enjeux d’une 9ème conférence sur la maîtrise du tabagisme … à huis clos  
 

Nous reproduisons l’intégralité du communiqué du Comité national contre le Tabagisme publié en appui du Mois Sans Tabac (voir 2 novembre et 31 octobre).

En novembre 2021, la 6ème édition de l’action « Mois sans tabac » dont est partenaire le CNCT, rappelle les enjeux et bienfaits de l’arrêt du tabac. Cette campagne est l’occasion de rappeler que le tabagisme n’est pas qu’une question individuelle, le soutien de l’entourage compte et les professionnels de santé ont un rôle majeur à jouer, ce qui suppose cependant qu’ils soient formés et mobilisés.  Lire la suite »

10 Nov 2021 | Associations
 

En ce « Mois sans tabac », Le Figaro donne la parole à Loïc Josseran (président d’Alliance contre le Tabac / ACT) qui milite pour frapper fort et régulièrement au portemonnaie des fumeurs. Sans nuances. 

« Le tabac a coûté 26 milliards d’euros de soins à l’État en 2015 alors que les taxes lui ont rapporté 11 milliards. Le paquet devrait être à 45 euros pour compenser tous ses effets. 10 euros, c’est une étape, pas un objectif » rappelle le président de l’ACT. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coût social du tabac : « le paquet devrait être à 45 euros pour compenser tous ses effets » (Loïc Josseran, ACT)  ,
1 Nov 2021 | Vapotage
 

En amont de la COP 9 qui se déroulera en ligne, en raison de la Covid, du 8 au 13 novembre prochain (voir 29 avril 2020), le débat s’échauffe …

Sur le site Génération sans Tabac, la tribune des 100 experts indépendants, médecins, chercheurs et scientifiques – interpellant l’OMS et les participants à la convention-cadre sur les alternatives à la cigarette dans les moyens de lutte contre le tabagisme (voir 25 octobre 2021)  – est qualifié de « fronde » utilisant « des arguments très similaires à l’industrie du tabac ». Nous en reproduisons l’essentiel.

•• « Les Conférences des Parties sont ainsi prises pour cible par de petits groupes de fumeurs ou de vapoteurs, le plus souvent liés à l’industrie du tabac, qui manifestent et communiquent abondamment autour de l’événement pour réclamer des assouplissements ou l’ouverture à des produits dits de réduction des risques.

Cette année, c’est sous la forme d’une lettre ouverte signée par cent « spécialistes » qu’est attaquée la CCLAT. Conduit par Clive Bates, un ancien dirigeant d’Action on Smoking and Health-UK (ASH-UK, de 1997 à 2003) devenu depuis un allié de l’industrie du tabac avec son site The Counterfactual, ce groupe d’experts s’insurge contre ce qu’il considère comme une vision trop restrictive de la lutte contre le tabagisme et souhaite qu’y soient intégrés les nombreux produits de tabac et de la nicotine sans fumée promus par les industriels du tabac.

 S’appuyant sur des études financées par l’industrie du tabac qui entendent démontrer l’intérêt de ces produits sans fumée, la lettre ouverte défend l’idée d’introduire la notion de réduction des risques et plaide notamment pour intégrer les cigarettes électroniques et les dispositifs de tabac chauffé/grillé parmi les outils de lutte contre le tabagisme. Reprenant de nombreux arguments de l’industrie du tabac, la lettre s’en prend ouvertement à l’OMS, soupçonnée d’immobilisme sur les produits de vapotage et d’entrave à la santé publique en s’opposant à la politique dite de réduction des risques.

•• Bien que s’affichant comme indépendant de l’industrie du tabac et « prudent » vis-à-vis d’elle, le groupe de signataires reprend nombre de ses arguments typiques, en particulier ceux défendant le tabac chauffé/grillé. La défense du tabac chauffé/grillé est pourtant l’une des signatures indiquant la présence de l’industrie du tabac, qui promeut intensément ces produits dont elle tire des bénéfices bien plus importants que ceux du tabac fumé.

Une certaine confusion est d’ailleurs alimentée en mettant ces produits sur le même pied que la cigarette électronique, dont les émissions toxiques sont pourtant nettement moindres.  Lire la suite »

 

Dans le cadre du projet « Ville Libre Sans Tabac », qui vise à accélérer le mouvement de dénormalisation du tabac, la municipalité de Thionville (Moselle) a inauguré, ce vendredi 8 octobre, 35 « Espaces sans tabac », confirme (voir 15 septembre) le Comité national contre le Tabagisme (CNCT) dans un communiqué que nous reprenons.

Avec une prévalence tabagique plus élevée que la moyenne nationale dans le département, le maire de la ville, Pierre Cuny, a décidé d’agir pour améliorer la santé et la qualité de vie des Thionvillois.

Depuis 2014, des mesures de lutte antitabac ont été mises en place sur le plan national (mois sans tabac, paquet neutre, hausse des taxes, remboursement des substituts nicotiniques) mais il est nécessaire d’articuler ces efforts avec des actions locales au plus près de la population.  Pour cela, de plus en plus de villes et intercommunalités placent la santé publique au cœur de leur engagement politique et agissent, en particulier pour dénormaliser la consommation de tabac dans une perspective de génération sans tabac d’ici 2030.

•• Thionville, actrice de la lutte contre le tabagisme

La ville s’était déjà engagée en 2020 avec la mise en place du premier volet du projet : Mairie Libre Sans Tabac, proposé par l’association Grand Est Sans Tabac (GEST), en partenariat avec le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT) avec le soutien financier de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est et la Mildeca. Ce dispositif est la mise en œuvre adaptée à l’échelon local d’un ensemble de mesures démontrées comme efficaces de lutte contre le tabagisme.

Thionville fait ainsi partie des toutes premières villes en France à mettre en place un dispositif complet et cohérent d’actions pluriannuelles dans le cadre d’un Programme Local de Lutte contre le Tabac, Ville Libre Sans Tabac, permettant de réduire la consommation de tabac à l’échelle d’une agglomération ( …)

La ville mettra ainsi progressivement en place un ensemble de mesures de lutte contre le tabagisme intégrant aussi bien des axes de prévention, de promotion de l’arrêt, de contrôle des interdits protecteurs, de protection des politiques publiques à l’égard du lobby tabac, etc.  Lire la suite »

8 Oct 2021 | Vapotage
 

British American Tobacco (BAT) a été condamné par la Cour d’appel de Versailles à payer 38 000 euros au Comité national contre le Tabac (CNCT), une amende plus lourde qu’en première instance, pour avoir vanté ses produits de vapotage Vype sur son site, selon l’AFP dont nous reprenons la dépêche.

Dans un arrêt rendu jeudi consulté par l’AFP, BAT France, dont le siège est à Courbevoie, a été condamnée à payer une provision de 30 000 euros à valoir sur la réparation de son préjudice, à laquelle s’ajoute une somme de 8 000 euros en remboursement des frais de justice de la partie adverse. Lire la suite »

1 Oct 2021 | Associations, Trafic
 

Le Comité national contre le Tabagisme a réagi, par un communiqué, à la publication du rapport de la mission parlementaire d’information relative à la consommation et la fiscalité du tabac (voir 29 et 30 septembre). Nous le reproduisons ci-dessous.

Pour le Comité national contre le Tabagisme, ce rapport confirme les hausses de taxes comme un outil efficace de lutte contre le tabagisme, et atteste de la stabilité des marchés parallèles en France.

•• Le CNCT partage par ailleurs une partie du diagnostic établi par les auteurs du rapport, notamment sur la nécessité d’une harmonisation fiscale à la hausse sur les produits du tabac en Europe et rappelle que la poursuite de hausses de taxes significatives est indispensable pour réduire la consommation de tabac qui demeure encore très élevée.

Cependant, le CNCT regrette que la responsabilité de l’industrie du tabac dans l’organisation des marchés parallèles ne soit pas davantage pointée et qu’un certain nombre de mesures indispensables ne figurent pas dans le rapport. Le CNCT appelle à la vigilance sur les modalités de la mise en œuvre concrète de ces propositions.

La mission d’information évalue l’ampleur du marché parallèle de tabac entre 14 % et 17 % de la consommation française et entre 16 % et 20 % des volumes de vente. En 2011, une étude publiée par les Douanes chiffrait ce même marché parallèle aux alentours de 20 % de la consommation nationale.

Ainsi, malgré les hausses de prix significatives appliquées aux produits du tabac, force est de constater que les niveaux de marché parallèle sont restés stables depuis dix ans en valeur relative. En valeur absolue, compte tenu de la baisse générale de la consommation de tabac en France observée depuis quelques années, le marché parallèle est même en diminution.

•• De ce constat opéré par la mission d’information, on peut tirer deux conclusions. D’abord, ces chiffres confirment les hausses de taxes sur le tabac comme un outil efficace et indispensable aux objectifs de santé publique. Par ailleurs, ces estimations battent en brèche le discours en particulier porté par l’industrie du tabac, laissant croire à une inflation permanente des marchés parallèles du fait des augmentations des taxes. En revanche, la mission ne pointe pas suffisamment la responsabilité de l’industrie dans l’importance des marchés parallèles.  Lire la suite »