Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
8 Mai 2024 | Observatoire
 

Basée dans l’Hérault, la société biopharmaceutique vient de lever 3 millions d’euros pour produire des milliers de doses en vue de la commercialisation de son « candidat » médicament botanique NFL-101 destiné au sevrage tabagique (voir 20 mars).

Selon Les Échos, le but de l’opération est de financer la mise en place d’une chaîne de fabrication pour produire chaque année des milliers de lots cliniques de phase III, en vue de la commercialisation future du médicament, qui devrait être confiée à un groupe pharmaceutique à l’horizon 2026. Lire la suite »

7 Mai 2024 | Vapotage
 

Nouveau retour sur le dernier baromètre France Vapotage / Harris Interactive – concernant « le regard des Français sur les enjeux liés au vapotage » (voir 30 avril et 6 mars) – afin de mesurer le sentiment général de l’opinion publique sur le rôle concret que peut jouer le vapotage pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette.

•• Rappel : nous avons indiqué ici le sentiment des interrogés (représentant la population française) par rapport à l’affirmation suivante : « la cigarette électronique est un moyen efficace pour arrêter la consommation de tabac ».
• Tout à fait d’accord : 13 %
• Plutôt d’accord : 37 %
• Plutôt pas d’accord : 27 %
• Pas du tout d’accord : 23 % Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapoyage : les vapoteurs, premiers convaincus de son utilité pour arrêter de fumer  , ,
6 Mai 2024 | Institutions, L'essentiel
 

Santé publique France rediffuse une campagne de dénormalisation du tabac pour la troisième année de suite, du 2 mai jusquau 31 mai, Journée mondiale sans tabac. Nous reprenons des extraits du communiqué publié à cette occasion.

Son objectif ? Poursuivre les efforts engagés et renforcer le mouvement de dénormalisation du tabac pour toute la société.

En effet, la France compte près de 15 millions de fumeurs quotidiens et occasionnels (source : Santé publique France) et la consommation de tabac est la première cause de mortalité évitable. Il reste important de poursuivre les actions de prévention liées au tabagisme.

Sur un ton positif et inspirant, la campagne de Santé publique France invite les fumeurs à rejoindre les 50 millions de Français qui vivent sans tabac, afin d’amplifier le mouvement de dénormalisation du tabac. Elle comprend une vidéo diffusée à la télévision et sur internet, une campagne d’affichage (par exemple dans les transports), ainsi que des bannières digitales et une animation des réseaux sociaux. Une opération spéciale est prévue au travers du parrainage de plusieurs programmes télévisés.

Ndlr : on remarquera que cette campagne ne stigmatise pas les fumeurs. C’était déjà le cas pour la précédente (voir 5 mai 2023).

5 Mai 2024 | Vapotage
 

50 %

Il s’agit de la proportion des Français répondant par « d’accord » à l’affirmation suivante : « la cigarette électronique est un moyen efficace pour arrêter la consommation de tabac. » (Source: baromètre France Vapotage / Harris Interactive / voir 30 avril).

30 Avr 2024 | Vapotage
 

Revenons sur le dernier baromètre France Vapotage / Harris Interactive – concernant « le regard des Français sur les enjeux liés au vapotage » (voir 6 mars et 11 janvier) – afin de mesurer le  sentiment général sur le rôle que peut jouer le vapotage pour aider les fumeurs à arrêter la cigarette.

•• Il a été mesuré le sentiment des interrogés par rapport à l’affirmation suivante : « la cigarette électronique est un moyen efficace pour arrêter la consommation de tabac ».
Tout à fait d’accord : 13 %
Plutôt d’accord : 37 %
Plutôt pas d’accord : 27 %
Pas du tout d’accord : 23 %

Soit la même proportion entre « d’accord » et « pas d’accord » : 50 %  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Vapotage : 50 % des Français pensent que l’e-cig est un moyen efficace pour arrêter le tabac (France Vapotage / Harris)  , ,
21 Mar 2024 | Observatoire
 

Quand on arrête de fumer, les compteurs tardent à revenir à zéro. Deux études récentes témoignent des effets durables du tabagisme sur la santé. Notre immunité, notamment, semble encore plus abîmée que ce qui était envisagé.

C’est ainsi que débute une dépêche AFP, signée Julien Dury, que nous reproduisons.

•• « Fumer modifie l’immunité adaptative de manière persistante », conclut une étude publiée, le 14 février, dans la revue Nature. Ce travail marque une avancée importante dans la compréhension des effets délétères sur la santé du tabagisme qui, selon l’Organisation mondiale de de la Santé (OMS), tue quelque huit millions de personnes par an dans le monde.

Il met en évidence un élément jusqu’alors ignoré : l’immunité adaptative, qui se construit au fur et à mesure des infections, reste abîmée pendant des années après avoir arrêté de fumer.

Ces conclusions se basent sur un échantillon de mille personnes. Celles-ci ont été sélectionnées voici plus de dix ans, dans le cadre d’un projet porté par l’Institut Pasteur à Paris, et leur immunité a ensuite été régulièrement étudiée via différents examens, notamment sanguins. Ce type de projet, dit de cohorte, est d’une grande solidité pour évaluer combien différents facteurs influent au fil du temps sur la santé et le métabolisme. 

Et, dans le cas présent, c’est le tabagisme qui se distingue par son influence, plus que d’autres facteurs comme le temps de sommeil ou le degré d’activité physique, selon les chercheurs emmenés par la biologiste Violaine Saint-André.

•• Ce n’est pas totalement une nouveauté. On savait que le fait de fumer affecte l’immunité « innée » – celle qui est commune à tous – en aggravant les réponses inflammatoires. L’étude le confirme, constatant que cet effet-ci se résorbe tout de suite après l’arrêt du tabac. Mais, et c’est là la grande nouveauté, ce n’est pas la même chose pour l’immunité acquise. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Arrêt du tabac : ce long retour à la normale … (AFP)  , ,
20 Mar 2024 | Observatoire
 

La société biopharmaceutique NFL Biosciences, basée à Montpellier (voir 16 juin 2021) a annoncé fin janvier le succès d’une étude avec le CEA mettant en avant une action cérébrale de NFL-101 sur lenvie irrépressible de fumer.

Nous reprenons son information.

•• Initiée en février 2023 et conduite par l’équipe neuro-imagerie pharmacologique du CEA, l’étude met en évidence le mécanisme d’action de NFL-101 par sa capacité à réduire l’envie irrépressible de fumer (« craving ») via la restauration de l’activité cérébrale normale de la région du cerveau associée à cette envie.

Les données suggèrent aussi une communication entre le système immunitaire et le système nerveux central, ce qui met en évidence un mode d’action différent de ceux des médicaments de sevrage tabagique actuels qui ciblent directement les récepteurs nicotiniques. NFL Biosciences utilise les protéines naturelles extraites de feuilles de tabac, mais dépourvues de nicotine, comme aide au sevrage tabagique.

•• NFL-101 est un dérivé dun traitement sous-cutané de désensibilisation qui avait été développé par lInstitut Pasteur contre les allergies chez les ouvriers des manufactures de tabac. Cet extrait allergénique a été ensuite commercialisé par Stallergenes jusqu’en 2004 avant un changement de réglementation sur les extraits allergéniques.

La société rappelle que NFL-101 a déjà été testé dans deux études cliniques : une étude de phase I (première étape des essais cliniques), baptisée Cesto, qui a confirmé l’innocuité ; une autre de phase IIa, Precesto, qui a confirmé la capacité à réduire significativement la satisfaction procurée par les cigarettes chez des fumeurs ne souhaitant pas arrêter.

Une étude clinique de phase IIb, Cesto 2, est en cours dans neuf centres cliniques en France sur 318 fumeurs souhaitant arrêter dont les résultats sont attendus en juillet 2024.

8 Fév 2024 | Observatoire
 

Une application qui vise à changer les comportements et mettre fin à l’addiction au tabac. C’est l’ambition de Quitoxil, le dispositif développé par Klava Innovation, créé en 2021 à Boulogne-Billancourt, qui a mis au point un outil conjuguant le recours à l’intelligence artificielle et à la pair-aidance (entraide avec d’autres patients) pour accompagner ceux qui souhaitent arrêter la cigarette.

Disponible sur un smartphone, il fait appel à des algorithmes d’IA dressant un bilan de santé de l’utilisateur en fonction des réponses qu’il apporte aux questions posées. Les contenus imbriqués dans l’outil regroupent des stratégies et des thérapies comportementales et cognitives.

« Ces approches, validées cliniquement, aident le patient à identifier les mécanismes à l’origine de ses difficultés et à essayer de nouveaux comportements qui l’aideront à décrocher » souligne, dans Les Échos, Didier Adda, président et co-fondateur de Klava.

•• Quitoxil se distingue par son modèle mixte qui combine l’IA et le facteur humain, en donnant la possibilité de se connecter à une communauté d’anciens fumeurs certifiés experts en addictologie, dans un espace anonyme et confidentiel. Cette fonctionnalité a été brevetée en partenariat avec l’association France patients experts addictions (FPEA). Les études en vie réelle menées auprès d’utilisateurs par Klava révéleraient, selon la société, un taux de d’efficacité de plus de 50 %.

Pour le démontrer scientifiquement et décrocher le sésame de l’Assurance Maladie, des études cliniques sont en cours. L’une d’elles a démarré à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne), sous la direction du professeur Amine Benyamina, chef du service de psychiatrie et d’addictologie, qui est aussi le président de la Fédération française d’Addictologie (voir 30 mai 2021).

•• « Quitoxil devrait être remboursé à titre dérogatoire dans le cadre du programme Pecan – Prise en charge anticipée numérique – avant la fin de l’année. Le prix négocié avec l’Assurance Maladie serait compris entre 290 et 480 euros pour trois mois », précise Didier Adda. En attendant, l’entreprise a signé des partenariats stratégiques avec des mutuelles, comme LMP ou Lola Health.

Klava Innovation, qui a investi 500 000 euros dans le développement de Quitoxil, vient de lever 1 million d’euros auprès de business angels pour poursuivre les démarches réglementaires, faire connaître le dispositif aux prescripteurs et développer de nouvelles fonctionnalités. La société travaille ainsi avec l’Inria à un outil de reconnaissance faciale qui identifiera les signes avant-coureurs d’une rechute du fumeur.

 Commentaires fermés sur Quitoxil : l’IA au service du sevrage tabagique ?  
28 Déc 2023 | Observatoire
 

Le « Dry January », qui invite tout un Chacun à ne pas boire d’alcool pendant un mois, aura de nouveau lieu en janvier à l’initiative d’une soixantaine d’organisations mais sans soutien de l’État, une absence persistante et regrettée par nombre d’addictologues.

C’est ainsi que débute une dépêche AFP, datée du 27 décembre, que nous reprenons.

•• « Malgré l’absence de soutien de l’État, le « Défi de Janvier « (ou) « Dry January «  se prépare », ont annoncé les organisateurs de cette opération. Lancé pour la cinquième année consécutive en France, sur le modèle d’opérations semblables dans le monde anglo-saxon et scandinave, le « Dry January » (qui signifie littéralement « Janvier sec ») consiste à ne pas boire d’alcool pendant tout janvier (voir 9 et 21 janvier 2023). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Addictions / Alcool : pas de soutien de l’État pour le « Dry January »  , ,
14 Déc 2023 | Institutions
 

À trois semaines de cette 5ème édition, portée par les associations, les médecins demandent aux autorités la preuve de leur engagement. Dans un courrier que sest procuré Le Parisien, 48 addictologues de toutes les universités de France réclament expressément à Aurélien Rousseau dafficher son soutien sans équivoque au « Défi de janvier », le mois sans alcool (« Dry January, voir 21 et 9 janvier 2023).

Parmi les signataires, laddictologue Amine Benyamina (en charge dune mission sur les conduites addictives chez les jeunes, voir 11 décembre) enfonce le clou : « Les preuves scientifiques on les a ! Réduire sa consommation permet de mieux dormir, de diminuer sa tension artérielle et le taux de sucre dans le sang. On ne comprend pas que le ministère ne soutienne pas une campagne en faveur de la santé. »

•• Leur rancune prend racine fin 2019, rappelle Le Parisien. Très populaire, le « Dry January », né en Angleterre quatre ans plus tôt, s’exporte outre-manche. La France se prépare à lancer l’opération.

« En novembre, jai été convié à découvrir la campagne dans les locaux de Santé publique France », raconte Bernard Basset, président de lassociation Addictions France, « le budget était fixé, tout était prêt. » Mais le projet ne plaît pas au syndicat des vignerons de la Champagne qui le fait savoir au chef de l’État lors d’un déplacement dans la région le 14 novembre. Coup de théâtre, le gouvernement retire son soutien à l’opération, laissant aux associations le soin de l’assumer seules, en dehors de toute politique publique. Bernard Basset tombe de sa chaise, encore ému de cette volte-face, annoncé de surcroît par la filière.

•• Depuis, d’autres polémiques ont émaillé la confiance.

En janvier, Vin et société, le principal lobby français du vin écrit une missive incendiaire à Emmanuel Macron après la diffusion d’un spot de prévention (voir 11 janvier). Le clip ne sera jamais rediffusé.

En prévision de la Coupe du monde de rugby de novembre, Santé publique France est cette fois amenée à travailler sur une nouvelle campagne. Un coach de supporters rappelle : « Ne laissez pas lalcool vous mettre KO ». Elle ne verra jamais le jour. Fin septembre, un spot est finalement retenu. Et il indigne les soignants. Elle appelle à « boire aussi de l’eau » lorsqu’on consomme de l’alcool. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Dry January / Mois sans alcool : 48 addictologues demandent le soutien de l’État  , ,