Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
17 Mai 2022 | Institutions
 

Ce lundi soir, l’Élysée a annoncé dans un communiqué qu’Emmanuel Macron avait décidé de nommer Élisabeth Borne comme Première ministre.

Il n’a pas échappé aux observateurs qu’Élisabeth Borne est vapoteuse et ne s’en cache pas … quitte à montrer son dispositif jusque sur les bancs de l’Assemblée nationale (voir 11 avril 2022 et 13 janvier 2021).

Rappelons qu’en tant que ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne avait rapidement appuyé la démarche des buralistes sur la vente de billets de train : « (…) Permettre aux Français d’acheter leurs billets de train chez les buralistes est une très bonne idée. Comme La Poste qui a transféré certains services chez les buralistes (…). » (voir 18 mars 2019).

À suivre …

16 Mai 2022 | Institutions
 

La Journée mondiale sans Tabac approche avec pour thème « Le tabac, une menace pour notre environnement » (voir 10 mai).

Lors d’une conférence, l’OMS a lancé l’offensive médiatique, de concert avec STOP (Stopping Tobacco Organizations and Products), créé en 2018 par Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York dont on connaît l’activisme financier contre le tabac comme le vapotage (voir 14 août 2018, 11 septembre 2019). 

« Jusqu’à aujourd’hui les dégâts dus à l’industrie du tabac ont reçu peu d’attention des politiques comme du public » a déploré le directeur du département Promotion de la Santé de l’OMS. « Le tabagisme empoisonne les personnes mais aussi la planète », a-t-il assené selon Les Échos dont nous reprenons l’article. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur L’OMS et sa nouvelle cible : l’impact du tabac sur l’environnement …  ,
10 Mai 2022 | Institutions, International
 

Dans un nouveau communiqué, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) dévoile les visuels et rappelle les principaux messages de la Journée mondiale sans tabac du mardi 31 mai 2022 qui a pour thème : « Le tabac : une menace pour notre environnement » (voir 14 mars).

On notera la nette accentuation « environnementale » de ces messages.

•• Le tabac est néfaste pour l’environnement
La culture, la production et la consommation de tabac libèrent des produits chimiques, des déchets toxiques, des filtres de cigarettes, des microplastiques et des déchets de cigarettes électroniques qui empoisonnent les eaux, les sols, les plages et les rues des villes. 

Ne vous laissez pas avoir par les tentatives de l’industrie du tabac de détourner votre attention de cet impact environnemental grâce des techniques de greenwashing consistant à faire des dons à des initiatives durables et à rendre compte de « normes » environnementales que les producteurs de tabac fixent bien souvent eux-mêmes.

•• Obligez l’industrie du tabac à prendre en charge les conséquences de ses activités
L’industrie du tabac fait des bénéfices en détruisant l’environnement. Elle doit être tenue pour responsable de la détérioration environnementale et doit prendre en charge les coûts induits par ces déchets et ces dommages, y compris en couvrant les frais de collecte de ces déchets.

•• Arrêter le tabac
Chaque cigarette ou produit du tabac consommé a nécessité l’utilisation de ressources précieuses dont notre existence dépend. Arrêtez le tabac pour votre santé et pour la santé de notre planète.

•• Aidez les cultivateurs de tabac à passer à des cultures durables
Les pays et les responsables de l’élaboration des politiques doivent aider les cultivateurs de tabac à adopter de nouveaux moyens de subsistance plus durables pour réduire l’impact environnemental de la culture et du séchage du tabac, ainsi que de la fabrication de produits du tabac, tout en poursuivant la mise en œuvre de mesures de lutte antitabac.

 Commentaires fermés sur Journée mondiale sans tabac 2022 : des messages-clés … très liés à l’environnement  ,
4 Mai 2022 | Institutions
 

En amont de la Journée mondiale sans tabac (voir 14 mars 2022), Santé publique France rediffuse, du 2 au 31 mai, sa campagne « Bienvenue dans une vie sans tabac » (voir 4 juin 2021), incitant le grand public à rejoindre les 50 millions de Français qui vivent sans tabac. Nous reprenons ci-dessous des extraits du communiqué.

(…) Les dernières données du Baromètre de Santé publique France 2020 (voir 26 mai 2021) montrent une rupture dans la tendance à la baisse observée depuis 2016 (tendance à confirmer par les prochains résultats du Baromètre santé 2021, disponibles fin 2022). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Journée mondiale sans tabac 2022 : Santé publique France rediffuse et renforce sa campagne « Bienvenue dans une vie sans tabac »  , ,
2 Avr 2022 | Institutions
 

Le cancer du poumon risque de devenir d’ici quelques années une véritable « pandémie » chez les femmes, invitées en ce moment en France à se faire dépister dans le cadre d’une expérimentation, avant une éventuelle généralisation.

C’est ce qu’annonce une dépêche AFP, signée Isabelle Tourné, que nous reproduisons. Elle confirme une information déjà annoncée ici-même (voir 2 février).

« Le cancer du poumon n’est plus une maladie d’hommes » : tel est le principal constat d’une étude présentée en janvier au Congrès de Pneumologie de langue française. Réalisée tous les dix ans depuis 2000, elle mesure l’évolution de ces cancers pris en charge et diagnostiqués dans les centres non-universitaires en France. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tabagisme : les femmes invitées à se faire dépister contre le cancer du poumon (AFP)  ,
14 Mar 2022 | Institutions
 

Le 31 mai 2022, la Journée mondiale sans Tabac aura pour thème : « Le tabac : une menace pour notre environnement ». Soit une évolution significative (voir 31 mai 2021 et 29 mai 2019). Même si certains arguments sont hautement discutables. 

En France, cette campagne peut d’ailleurs trouver un écho particulier avec la mise en place de la REP Mégots (voir 10 mars 2022 et 12 août 2021). Extraits du communiqué (publié dans une première version dès décembre 2021).

•• La campagne vise, en effet, à sensibiliser le grand public à l’impact du tabac sur l’environnement : culture, production, distribution et déchets. Elle donnera aux consommateurs de tabac une raison de plus de renoncer au tabac, souligne le communiqué de l’OMS.

La campagne dénoncera aussi les efforts que fait l’industrie du tabac pour « verdir » sa réputation et ses produits en les commercialisant comme des produits respectueux de l’environnement.

•• Avec des émissions de gaz à effet de serre équivalant à 84 mégatonnes de dioxyde de carbone par an, l’industrie du tabac contribue au changement climatique et amoindrit la résilience face à ces changements, gaspille des ressources et endommage les écosystèmes. Chaque année, environ 3,5 millions d’hectares de terres sont détruits pour y cultiver du tabac.

La culture du tabac contribue à la déforestation, surtout dans le monde en développement. L’abattage des forêts pour y planter du tabac provoque une dégradation des sols et une baisse des rendements, c’est-à-dire la capacité du sol à accueillir d’autres plantes ou cultures.

•• « Les conséquences de la consommation de tabac sur l’environnement ajoutent une pression inutile sur les ressources déjà limitées et les écosystèmes fragiles de notre planète. C’est particulièrement dangereux pour les pays en développement, or c’est là que la plus grande partie du tabac est produit », a déclaré le docteur Ruediger Krech, Directeur du Département Promotion de la santé de l’organisation. « Quand vous fumez une cigarette, vous brûlez littéralement des ressources là où elles sont déjà rares, des ressources dont notre propre existence dépend ».

La diminution de la consommation de tabac doit être considérée comme un levier essentiel pour atteindre tous les objectifs de développement durable, pas seulement ceux qui sont directement liés à la santé.

La campagne appelle ainsi les gouvernements et les responsables politiques à durcir la législation, notamment à appliquer et à renforcer les dispositifs existants pour rendre les producteurs responsables des coûts environnementaux et économiques des déchets issus des produits du tabac.

 Commentaires fermés sur Journée mondiale sans Tabac 2022 : « protéger l’environnement » devient la thématique centrale  ,
17 Fév 2022 | Institutions, Observatoire
 

Malgré l’interdiction de vente de jeux d’argent et de hasard aux mineurs dans les bureaux de tabac et sur internet, plus d’un tiers d’entre eux jouent, avec des pratiques à risques pour une part croissante de ces jeunes, révèle une enquête.

C’est ainsi que débute une dépêche AFP, signée Rébecca Frasquet, que nous reprenons dans son intégralité.

•• Commandée par l’Autorité nationale des jeux (ANJ / voir 24 août et 12 juillet 2021) à l’association Sedap (Société d’entraide et d’action psychologique), cette enquête réalisée auprès de 5 000 jeunes de 15 à 17 ans révèle que 34,8 % d’entre eux étaient joueurs en 2021, depuis l’âge de 13,3 ans en moyenne, une pratique « un peu plus marquée chez les garçons » et « répandue dans tous les milieux socioculturels ».

La protection des mineurs a beau être une priorité de santé publique, la part des joueurs dits « problématiques » – c’est-à-dire à risque soit modéré, soit excessif de perdre le contrôle de leur pratique – au sein des jeunes joueurs de 15 à 17 ans a plus que triplé : passant de 11 % en 2014 à 34,8 % l’an dernier. Rapporté à la population générale, cela représente plus d’un jeune Français sur dix (12,1 %) âgé de 15 à 17 ans.

•• Parmi les joueurs sondés, les adeptes des jeux de loterie ou de tirage ont peu de comportements à risque, alors que les joueurs « excessifs » pratiquent déjà divers jeux en ligne, légaux ou illégaux : machines à sous ou jeux de casino en ligne, paris sur des compétitions esport – interdits en France -, paris financiers, poker …

Ces joueurs problématiques déclarent « être retournés (jouer) un autre jour pour se refaire », avoir « misé plus d’argent » qu’ils ne pouvaient « se permettre de perdre » et avoir « besoin de miser de plus en plus d’argent pour avoir la même excitation ». Ils ont « vendu quelque chose ou emprunté pour obtenir l’argent pour jouer » et le jeu leur a causé « des problèmes de santé dont stress ou angoisse », voire « des difficultés financières ».

•• Et alors que la publicité pousse à jouer nombre de jeunes, certains déclarent « être submergés » par les spots publicitaires et contenus sponsorisés de Winamax, la Française des jeux (Loto, Euromillion, Illiko, Parions Sport) suivis par ceux de Betclic, PMU, Zebet et Poker Starsk, notamment sur Snapchat, Instagram ou Twitch, des applications musicales ou des jeux de téléphone.

Un « recours massif à des influenceurs -pronostiqueurs, influenceurs de la TV-réalité, rappeurs », assure la promotion de sites de pronostics ou de paris sportifs tels Winamax, Betclic, Unibet, Vbet, Zebet. Ce matraquage publicitaire renforce les croyances des jeunes autour du gain : « cela me permet d’imaginer ce que je pourrais acheter avec mes gains », disent-ils.

•• Sept jeunes sur dix savent que la vente des jeux d’argent leur est interdite, mais plus de la moitié jugent « très ou assez facile » de jouer à des cartes à gratter, participer à des tirages ou miser sur des paris sportifs chez un buraliste, pourtant tenu de vérifier que leurs clients sont majeurs.

Parmi les jeunes joueurs, 45,7 % jouent avec leur mère et 35,7 % avec leur père.

Or « plus le jeu d’argent et de hasard est précoce, plus le risque d’addiction est grand », souligne Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de l’Autorité nationale des jeux (ANJ), organisme qui a demandé fin janvier aux opérateurs de jeux d’argent agréés de renforcer la protection des mineurs.

« Ils doivent mettre à disposition des logiciels de contrôle parental, renforcer l’information sur l’interdiction aux mineurs, sur tous les supports de jeu et de communication, ainsi que leurs dispositifs de contrôle d’identité. La FDJ notamment doit encore renforcer les contrôles de ses points de vente et prévoir des sanctions plus strictes dès les premiers manquements constatés », affirme Morgane Austruy, en charge de la protection des mineurs à l’ANJ.

Mercredi la FDJ a promis 2 000 contrôles cette année et des « sanctions » pour les « détaillants pris en flagrant délit » : ils verront leur agrément suspendu pendant « 15 jours », a annoncé sa PDG Stéphane Pallez (voir 16 février 2022 ).

L’ANJ doit bientôt publier des lignes directrices pour encadrer les pratiques publicitaires des opérateurs de jeux.

 Commentaires fermés sur FDJ / PMU : l’ANJ publie une étude alarmiste sur les mineurs et les jeux  , ,
16 Fév 2022 | Institutions
 

Santé publique France, en partenariat avec le Ministère de la Santé, a lancé, du 14 février au 13 mars, une campagne d’incitation à l’arrêt du tabac à destination des fumeurs et en particulier des publics les plus fragiles sur le plan socio-économique. 

Son objectif : réamorcer la tendance à la baisse et mieux cibler les actions de prévention est-il annoncé dans un communiqué que nous reprenons pour l’essentiel.

•• Les dernières estimations de la prévalence tabagique en 2020 (25,5% de fumeurs quotidiens parmi les 18-75 ans / voir 26 mai 2020) n’ont pas montré d’évolution significative en population générale par rapport à 2019, mais elles soulignent une hausse significative parmi le tiers de la population française dont les revenus sont les moins élevés (voir 6 mai 2021).

La prévalence du tabagisme pour ce groupe est en effet passée de 30 % en 2019 à 33 % en 2020. Les inégalités sociales concernant le tabagisme restent ainsi très marquées en 2020, avec 15 points d’écart entre les plus bas et les plus hauts revenus.

•• Cette campagne a pour objectif de déconstruire les peurs liées à l’arrêt du tabac et à inciter les fumeurs à se faire aider.

C’est pourquoi elle intègre pleinement « la notion d’accessibilité et s’appuie sur des leviers essentiels pour atteindre les personnes à qui elle s’adresse » explique le communiqué : situations ancrées dans la vie quotidienne, témoignages filmés, le tout allié à une communication de proximité grâce à un dispositif multicanal (vidéos en digital, sur les réseaux sociaux, affichage de proximité, en version imprimée et digital et une opération spéciale en TV/Radio).

En plus de ses partenaires institutionnels, Santé publique France a établi un partenariat avec le Journal International de Médecine (JIM) ou encore avec de nombreux intervenants en capacité de relayer les messages auprès des demandeurs d’emplois, des personnes précaires, des personnes en situation de handicap, etc. L’Agence s’appuie également sur les professionnels de santé avec par exemple l’élaboration d’outils spécifiques destinés aux médecins pour la prise en charge de leurs patients dans l’arrêt du tabac.

••La campagne met en lumière le moment de bascule vers l’arrêt du tabac pour dédramatiser le passage à l’acte et inspirer les fumeurs sur la base de témoignages vidéos, d’anciens fumeurs ou de fumeurs en cours d’arrêt.

Quatre histoires, quatre raisons d’arrêter et, pour chacun, une stratégie afin d’y parvenir (substituts nicotiniques, accompagnement d’un professionnel ou recours à un groupe de soutien, application Tabac info service ).

Ces témoignages permettent ainsi au public de s’identifier à un pair qui aurait vécu la même situation, de déconstruire les peurs et de montrer que l’arrêt du tabac est possible et accessible, grâce notamment à Tabac info service, qui propose des outils gratuits pour disposer d’un accompagnement personnalisé (voir 10 février 2021).

 Commentaires fermés sur Sevrage tabagique : Santé publique France lance une campagne pour les fumeurs aux revenus les moins élevés  ,
22 Jan 2022 | Institutions
 

« Détendu », « zen », « heureux » … Sur une palette d’émotions, comment classer ces différentes nuances ? Au collège André Chénier d’Eaubonne, dans le Val-d’Oise, cet exercice lexical vise un objectif inattendu : la prévention contre l’usage d’alcool, de tabac et de cannabis.

Tel est le début d’une dépêche AFP, signée Romain Fonsegrives, portant sur un travail de fond qui s’avère efficace. Nous reprenons ce texte intégralement.

•• « C’est difficile », souffle Owen, parmi ses camarades de sixième qui ont chacun hérité d’un sentiment inscrit sur une carte et doivent former une ligne allant de l’émotion la plus heureuse à la plus désagréable.

Face à la pression de ses pairs, qui veulent le reléguer au second rang malgré sa carte « émerveillé », ce petit brun esquisse un « non » poli et insiste pour s’installer tout devant. Une preuve d’esprit critique et d’estime de soi, deux qualités phares que ses professeurs cherchent à développer grâce à un programme de prévention novateur, « Unplugged ».

•• « Le but, c’est qu’ils s’affirment pour pouvoir s’assumer et savoir dire non à des produits qu’on expérimente souvent pour être considéré comme cool » résume à l’AFP Hella Aloui, l’une des neuf professeurs en charge du programme, dispensé aux 160 élèves de sixième de l’établissement.

Chaque enseignant a été formé spécialement pour assurer ces douze heures d’atelier. Grâce à des jeux de rôles et des débats en classe, ils développent les « compétences psychosociales » des adolescents, pour les aider à gérer leurs émotions, mieux communiquer et interagir en groupe.

« C’est en travaillant ces compétences qu’on retarde au maximum les consommations. Or, plus on commence à toucher à un produit tôt, plus on risque de développer une addiction dans sa vie », explique Charlène Pistiaux, l’éducatrice spécialisée en addictologie qui épaule l’équipe pédagogique. Lire la suite »

24 Déc 2021 | Institutions
 

Sans le dire, les autorités sanitaires attendaient beaucoup de l’édition 2021 du Mois sans Tabac après toutes ces périodes de confinement.

L’édition 2020 avait été décevante mais le contexte sanitaire n’était pas simple.

Pour cette année, une grande campagne de communication devait faire repartir la dynamique. Avec, notamment, des spots télévisés plutôt réussis et basés sur les témoignages d’ex-fumeurs expliquant simplement leur démarche. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Temps forts 2021 (1) : un « Mois sans tabac » poussif  ,