Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Mai 2021 | L'essentiel, Profession
 

27 juin. Après cette période de confinements et restrictions … ce sera le premier grand rendez-vous de buralistes se retrouvant entre eux et pour de bon (dans le respect des règles sanitaires du moment, bien sûr).

Organisé à l’occasion de l’assemblée générale des buralistes Ile-de-France – pendant la journée du dimanche 27 juin, au Parc Floral de Paris (bois de Vincennes) – Bural’Date se présente comme un événement professionnel adapté au rythme d’aujourd’hui.

Soit un « speed dating » professionnel où les buralistes auront réservé à l’avance des rendez-vous précis, avec des partenaires précis, sur des sujets précis : utiles et sans perte de temps.

Un mode de rendez-vous très opérationnel, déjà pratiqué dans d’autres secteurs d’activités. Une véritable convention professionnelle orientée business. Des exemples de sujets évoqués dans ces rdv « one to one » : « Comment me diversifier ? » ; « Comment mieux valoriser mon offre ? » ; « Comment mieux se sécuriser ? »

Les principaux partenaires et fournisseurs de la filière buralistes seront sur place. La Plate-Forme de la Transformation aussi. Des animations sont prévues pour la famille. On pourra se restaurer sur place.

D’ores et déjà, les buralistes franciliens prennent date et rendez-vous: www. buraldate.fr

10 Mai 2021 | L'essentiel, Profession
 

Après les statistiques douanières sur le marché officiel du tabac pour avril (en volume au niveau de la France continentale, voir 7 mai), quelques éléments d’évaluation complémentaire (source : livraisons Logista, voir 9 avril).

•• Pour avril, sachant que ce mois a connu le même nombre de jours de livraison qu’en 2020. Et que la comparaison porte sur deux périodes à confinement (l’année dernière et celui plus relatif de ces dernières semaines).

EN VOLUME (par rapport à avril 2020)

marché global : -8,8 % (+18,6 % en mars,-5,7 % en février)
• cigarettes : -7,1 %
• tabac à rouler : -19 %
• cigares/ cigarillos : +3 %

EN VALEUR (par rapport à avril 2020).

marché global : -3,5 % (+24,9 % en mars, +5,8 % en février)
• cigarettes : -2,2 %
• tabac à rouler : -13,5 %
• cigares/cigarillos : +11,7 %

•• Sur les quatre premiers mois de l’année

EN VOLUME (par rapport à 2020)

• marché global : -1,8 %
• cigarettes : -3,5 %
• tabac à rouler : +0,4 %
• cigares/cigarillos : +4 %

EN VALEUR

• marché global : +6,7 %
• cigarettes : +4,8 %
• tabac à rouler : +10,9 %
• cigares/cigarillos : +17,4 %

8 Mai 2021 | L'essentiel, Trafic
 

Un réseau européen de vente de cigarettes contrefaites – portant sur plus de 400 000 cartouches – a été démantelé, conduisant à l’interpellation de onze personnes en Belgique et une au Mans, a annoncé vendredi soir le parquet de Rennes dans un communiqué, repris par l’AFP.

Mardi et mercredi, une opération conduite par un juge d’instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes a eu pour objectif de démanteler ce réseau « initialement détecté par la gendarmerie et la Douane de l’agglomération du Mans », indique Philippe Astruc, procureur de la République de Rennes.

•• « Cette coopération judiciaire et policière européenne » a démontré l’existence d’un trafic global « de 456 000 cartouches de cigarettes (45 millions d’euros de valeur marchande) pour les années 2020 et 2021, entreposées dans des hangars en Belgique », selon le procureur. La marchandise était « principalement destinée aux marchés belge, français, britannique et hollandais ».

Côté français, l’information judiciaire a mis au jour un réseau de distribution de cigarettes contrefaites, débuté en 2018, par des individus d’origine tchétchène implantés au Mans. Ces derniers possèdent des liens « avec une structure criminelle russophone au rayonnement international, spécialisée dans le trafic de tabac et localisé en Belgique », souligne le procureur.

Lors des perquisitions, plus d’un million d’euros en numéraire, onze véhicules, du matériel informatique, des téléphones, du papier cartonné estampillé d’une marque de cigarettes, destiné à la confection des paquets, ainsi qu’une centaine de cartouches contrefaites ont été saisis.

•• Deux fournisseurs du revendeur manceau seront remis aux autorités françaises tandis qu’un troisième, semi-grossiste au Mans, a été présenté à un juge d’instruction.

Déjà condamné à cinq ans d’emprisonnement pour des faits d’aide au séjour et extorsion avec violence, l’homme, âgé de 55 ans, a été notamment mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un ou plusieurs délits punis de dix ans d’emprisonnement et blanchiment en bande organisée.

Il a été placé en détention provisoire, d’après la même source. (Voir aussi 3 mai, 22 et 14 mars).

7 Mai 2021 | L'essentiel, Profession
 

Philip Morris International nomme Jacek Olczak au poste de Président Directeur Général/ CEO réaffirmant ainsi son engagement pour un avenir dans lequel les cigarettes seront remplacées par de meilleures alternatives fondées sur la science (voir 6 mai 2021).

C’est ce qu’annonce PMI dans un communiqué que nous reprenons dans son intégralité.

•• Philip Morris International Inc. (PMI) a le plaisir d’annoncer que Jacek Olczak a été nommé PDG à la suite de l’assemblée annuelle des actionnaires de la société le 5 mai 2021. Jacek Olczak, qui était jusqu’à présent directeur général d’exploitation, a également été élu au conseil d’administration. 

André Calantzopoulos, qui a occupé le poste de Président Directeur Général de PMI de 2013 au 5 mai 2021, a été nommé président exécutif du conseil d’administration. Ces nominations font suite à l’annonce de la transition à la direction de PMI de décembre 2020 (voir 14 décembre 2020). 

•• En acceptant cette nomination, Jacek Olczak s’est engagé à accélérer la transformation de PMI, annoncée en 2016. L’entreprise se concentre sur le développement, la justification scientifique et la commercialisation responsable d’alternatives sans combustion moins nocives, dans le but de remplacer les cigarettes dès que possible.

Jacek Olczak a déclaré : « Je suis honoré et ravi de diriger PMI alors que nous accélérons notre transformation en une entreprise de produits sans combustion. PMI est un leader de l’industrie en matière d’innovation scientifique, et notre ambition est que plus de la moitié de nos revenus nets proviennent de produits sans fumée en 2025. L’évolution de notre portefeuille sera le moteur de notre avenir à long terme. Nous nous appuierons sur notre recherche et notre expertise scientifiques, en utilisant nos compétences collectives et notre imagination pour innover au-delà de notre portefeuille existant et explorer de nouveaux domaines de développement commercial ».

•• Jacek Olczak, 56 ans, a démarré sa carrière chez PMI en 1993.

Il a d’abord occupé des postes de direction financière et de direction générale dans toute l’Europe, notamment en tant que directeur général en Pologne et en Allemagne et en tant que président de la région Union européenne, avant d’être nommé directeur financier du groupe en 2012. Il a occupé ce poste jusqu’en 2018, date à laquelle il est devenu directeur général d’exploitation de PMI. Il est titulaire d’un master en économie de l’Université de Lodz, en Pologne.

Jacek Olczak a été un moteur essentiel de la transformation de PMI, qui est entrée dans sa phase de commercialisation avec le lancement d’IQOS à Nagoya, au Japon, en 2014. Sous sa supervision en tant que Directeur général d’exploitation, PMI a augmenté la part de ses revenus nets provenant des produits sans fumée qui atteint 28% au premier trimestre de 2021.

En outre, sous son impulsion, la société a augmenté la couverture géographique des produits sans combustion de PMI qui, au 31 mars 2021, sont présents dans 66 pays, dans des villes clés ou à l’échelle nationale.

Il a également dirigé la transformation commerciale de PMI, pour en faire une entreprise de plus en plus orientée vers les consommateurs.

•• André Calantzopoulos a déclaré : « En tant que PDG, Jacek est idéalement placé pour concrétiser la vision d’un monde sans fumée de PMI. 

« Sa passion pour l’entreprise et ses employés sous-tend sa volonté d’obtenir des résultats, tout comme sa connaissance approfondie de nos produits, nos systèmes, notre culture et nos investisseurs. Je pense qu’il est le leader idéal pour assurer la croissance continue de notre entreprise et créer de la valeur pour les actionnaires. J’ai hâte de continuer à travailler avec lui dans mes nouvelles fonctions de président exécutif du conseil d’administration ».

•• Jeanne Pollès, Présidente de Philip Morris France, a déclaré : « Jacek a conduit la transformation de PMI au niveau international. Ses compétences et son expertise laissent présager un nouveau chapitre passionnant pour PMI, qui verra aboutir le projet visionnaire initié par André Calantzopoulos.

« Aujourd’hui, il y a encore plus d’un milliard de fumeurs dans le monde, plus de 11 millions en France. Notre enjeu est de leur proposer, à travers les alternatives sans combustion telles que le tabac à chauffer ou les cigarettes électroniques, une solution qui leur permette de sortir de la cigarette.

« À l’image de ce qui est fait dans de nombreux pays dans le monde et en Europe dans lesquels la prévalence tabagique chute, il est urgent d’intégrer les alternatives aux politiques de santé publique en France. Pour y parvenir il faut balayer les clivages et réunir autour d’une même table toutes les parties prenantes – politiques, chercheurs, associations et industriels qui innovent – pour construire ensemble le cadre qui permettra aux fumeurs de sortir de la cigarette.

« En se posant une seule question : les politiques de santé publique ne devraient-elles pas être repensées à l’aune des progrès de la science et des innovations technologiques qui existent et sont à la disposition des fumeurs ? »

3 Mai 2021 | L'essentiel, Trafic
 

Entre 2017 et 2020, les interpellations liées aux ventes de tabac de contrebande se sont multipliées de manière vertigineuse sur Paris et sa proche banlieue : +500 % pour le nombre de mis en cause, +630 % pour les gardes à vue.

Mais du côté de la Préfecture de police, l’heure est à un net renforcement des contrôles, selon Le Parisien.

•• Depuis une dizaine de jours, il y a une intensification très forte des contrôles à la Goutte-d’Or. Barbès est presque vide. C’est du jamais-vu … mais à la gare du Nord, à quelques centaines de mètres, en revanche, « c’est devenu l’embouteillage de vendeurs à la sauvette là-bas. Ils vous sautent dessus dès la sortie du métro » témoigne un riverain.

En effet, la vente illicite de tabac, de contrebande ou de contrefaçon, a pris une ampleur inédite ces dernières années à Paris et en petite couronne avec les augmentations du prix des cigarettes, reprend Le Parisien.

•• La Direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomeration parisienne (DSPAP) de la préfecture de police a donc resserré la pression. Selon le quotidien, entre 2017 et 2020, le nombre de suspects interpellés a explosé : + 500 % pour les personnes mises en cause, + 630 % pour les gardes à vue. Mais pour quelle réponse pénale ? « Pour une petite quantité de tabac, c’est très souvent un simple rappel à loi » regrette un policier en poste dans le Val-de-Marne.

En 2019, plus de 180 000 paquets de cigarettes, 1 100 paquets de tabac à chiquer et 152 kilos de tabac ont été saisis par la police parisienne.

En 2020, ces saisies de paquets de cigarettes ont plus que doublé (427 000 unités) et celles de tabac ont été multipliées par huit (près de 1,2 tonne). Avec le démantèlement d’un réseau alimentant les revendeurs de Barbès et d’Aubervilliers (voir 9 juillet 2020).

•• La « capitale » de la vente à la sauvette est le 18ème arrondissement, avec pour points névralgiques : Marx-Dormoy, la place de la Chapelle (photo), Barbès, les portes de Montmartre et de Clignancourt. Pour y remédier, le commissariat d’arrondissement a créé une brigade « sauvette et contrefaçon ».

Dans le 10ème arrondissement, le phénomène, jusque-là cantonné au boulevard de la Chapelle et à la gare du Nord, gagne du terrain vers le sud.

•• Les communes limitrophes, côté Seine-Saint-Denis, sont également très touchées. À elles seules, Saint-Denis et Aubervilliers représentent 20 % des faits constatés dans le département.

À Saint-Denis — au centre-ville et à la gare centrale —, une Zone d’Action prioritaire a été mise en place en janvier 2020 (voir 18 août et 28 septembre 2020).

•• Enfin, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne sont les départements relativement moins affectés de la petite couronne. Le trafic s’y concentre essentiellement aux abords de la station de métro Châtillon-Montrouge (voir 10 octobre 2020 et 16 janvier 2021) et à Créteil.

Avec un autre point noir : la commune de Villeneuve-Saint-Georges, qui concentre à elle seule plus de la moitié de l’activité du Val-de-Marne (voir 8 mars 2021 et 5 décembre 2020).

 

Grosse opération que celle réalisée sous l’égide d’Europol, l’agence européenne spécialisée dans la répression des menaces criminelles (voir 21 avril 2021).

On a appris, en fin de semaine dernière, qu’un réseau d’une trentaine de membres, actif entre la Pologne et les Pays-Bas, vient d’être démantelé avec, sous son contrôle, 94 tonnes de tabac et 5,4 millions de cigarettes de contrefaçon. Le tout pour inonder divers marchés d’Europe de l’Ouest.

Le gang avait déjà été repéré pour divers vols avec violences. Nom de code de cette traque aux fabricants : Pitbuul.

•• Et première phase aux Pays-Bas, fin mars (voir 12 octobre 2020 et 14 mars 2021). Deux usines clandestines y ont été découvertes à Schaijk et Heerlen, pas loin de la frontière avec l’Allemagne. Capacités de production totale : 1 million de cigarettes par jour.

21 ouvriers polonais et ukrainiens ont été arrêtés sur place. Les saisies se montant à 5,4 millions de cigarettes de contrefaçon, 40 tonnes de tabac brut et 800 kilos de tabac à chicha.

•• Deuxième opération (et épilogue de la précédente) en Pologne, fin avril. Avec l’arrestation de 9 contrebandiers, à travers le pays, ainsi que la saisie de 54 tonnes de tabac et d’équipements pour chaînes de production de tabac. Lors des perquisitions, des armes, des uniformes de forces de l’ordre et des outils de communication sophistiqués ont été découverts.

L’ensemble de l’enquête a été supervisée par Europol. Des rebondissements sur d’autres marchés européens ne sont pas exclus.

1 Mai 2021 | L'essentiel, Vapotage
 

Comme prévu et craint, le rapport SCHEER (Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Products / voir 29 mars 2021 et 2 novembre 2020) commandé par la Commission européenne et portant sur l’e-cigarette en vue de la prochaine Directive sur les produits du tabac (TPD / voir 11 mai 2020) ne déborde pas de conclusions favorables poussant à la mise en avant du vapotage (voir 29 avril 2021). C’est un euphémisme.

On reviendra sur ce rapport volumineux et très technique, publié le jeudi 29 avril au soir, mais il apparaît que les avantages généralement attribués au vapotage y sont minimisés.

•• Par exemple, ses conclusions mettent en avant un manque de données significatives pour pouvoir affirmer que la vape est un moyen permettant aux fumeurs de tabac traditionnel d’arrêter ou de diminuer leur consommation (« les preuves sont faibles »).

Autre exemple : le rapport souligne certains risques de voir de jeunes vapoteurs passer au tabac combustible.

•• Certes, il est délicat de résumer, comme cela, un rapport de cette nature. Mais les spécialistes se rejoignent sur le fait que les conclusions sont décevantes pour la vape. Quand ils ne contestent pas franchement la méthode et les données utilisées (au détriment d’autres … oubliées).

Conclusion : la voie vers de nouveaux ajustements réglementaires et fiscaux « rapprochant » la vape du tabac traditionnel est un peu plus ouverte par Bruxelles.

À suivre.

30 Avr 2021 | L'essentiel, Profession
 

Il est déjà en ligne pour ses buralistes abonnés, le numéro de mai du magazine mensuel édité par la Confédération.

Avant d’arriver, dans sa version papier de 84 pages, auprès de ses abonnés.

Sous une couverture attrayante qui donne envie d’entrer dans le magazine, on retrouvera des développements sur toute l’actualité de la Confédération et de ses fédérations départementales.

Mais aussi deux dossiers professionnels complets :

• la carterie : une activité que l’on croit connaitre … mais non. La carterie comprend plusieurs segments et pas mal de possibilités de chiffre d’affaires additionnel pour ceux qui en ont envie et se donnent les moyens de bien la mettre en place.

• le café à emporter : soit 11 questions/réponses pour pérenniser dans le temps une offre qui s’est pas mal implantée dans le réseau, ces derniers mois, pour les raisons que l’on sait. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Losange de mai  
27 Avr 2021 | L'essentiel, Vapotage
 

Dans le dernier numéro du Losange, la parole est donnée à Olivier Partouche, directeur général de Republic Technologies International (marque de vape E-CG qui a repris récemment So Good / voir 1er octobre 2020 et 17 mars 2021). Extraits.

•• Olivier Partouche : Nous devons être attentifs aux discussions au niveau européen mais aussi en France. Je regrette que les institutions européennes envisagent de regrouper dans une seule catégorie les produits du vapotage et les produits du tabac et que les produits du vapotage puissent faire l’objet d’une fiscalisation ou que la communication soit aussi limitée.

Nous considérons que les e-liquides devraient bénéficier d’une réglementation à part, spécifique et adaptée.

Il existe des exemples intéressants comme l’avis favorable des autorités sanitaires britanniques sur la vape. Gageons que les pouvoirs publics français sauront encourager les produits du vapotage et leur conférer un statut distinct des produits du tabac. 

Que manque-t-il au réseau des buralistes pour pleinement prendre le marché en main ?

• Olivier Partouche : Les orientations prises par le réseau, sous l’impulsion de la Confédération et de son président, Philippe Coy, vont dans le bon sens. Au plus fort de la crise, nous avons pu voir combien ils sont devenus des commerçants d’utilité locale. Je crois à cette évolution de la profession qui devrait encore se renforcer afin que les buralistes deviennent de véritables « drugstores » du quotidien.

C’est là que les produits du vapotage prennent tout leur sens : participer de cette Transformation. Pour ce faire, il est important de donner à cette catégorie de produits toute la place qu’elle mérite et donc ne pas hésiter à investir dans un mobilier adapté et spécifique.

Selon l’étude indépendante eCig Intelligence, la part de marché de la vape dans le réseau des buralistes représente 20 % en 2020 alors qu’elle n’était que de 10 % en 2017. Cette progression montre tout l’intérêt et la pertinence de cette catégorie de produits au sein du réseau.

Êtes-vous optimiste pour votre société et pour le secteur de la vape en 2021 ?

•• Olivier Partouche : Il convient de rester prudent par rapport à la crise sanitaire que nous tra- versons encore.

La France reste un marché très porteur pour trois raisons principales : la hausse du prix du tabac qui vient stimuler la demande sur les e-cigarettes, la visibilité croissante de cette offre chez les buralistes et l’innovation et la qualité des produits.

Les consommateurs attendent des produits de qualité mais aussi avec des arômes particulièrement travaillés parce que nous sommes au pays de la gastronomie et du parfum.

21 Avr 2021 | L'essentiel, Trafic
 

L’agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité, Europol (voir 23 décembre et 28 août 2020), est intervenue dans l’une des enquêtes qui ont mené au démantèlement des grands réseaux de tabac de contrebande que nous vous avons relaté la semaine dernière (voir 13 avril).

Ce n’est pas un hasard. Europol est de plus en plus actif dans le domaine de la contrebande de tabac. Comme en témoigne son rapport EU Socta 2021 (Serious and Organised Crime Threat Assessment).

•• Dans ce rapport, parmi 9 activités criminelles particulièrement ciblées – des trafics d’humains et de stupéfiants à la cybercriminalité en passant par les agressions sexuelles sur mineurs – le tabac illégal est clairement désigné comme une activité en croissance.

Notamment avec le développement des usines clandestines « plus professionnelles et établies près des marchés cibles » (voir 4 février 2021 et 26 décembre 2020).

•• Le rapport revient également sur le déferlement des cigarettes « illicit white » (cigarettes produites officiellement dans un pays mais n’ayant pas été homologuées sur les marchés où on les retrouve) dans plusieurs pays d’Europe de l’Ouest.

Sont cités les pays d’ où sortent majoritairement ces cigarettes « illicit white » : Biélorussie, Bulgarie, Moldavie, Macédoine du Nord, Russie, Ukraine et Émirats Arabes Unis.

 Commentaires fermés sur Le tabac, priorité d’Europol