Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
17 Nov 2022 | L'essentiel, Profession
 

Après les statistiques douanières sur le marché officiel du tabac pour octobre (en volume au niveau de la France continentale, voir 16 novembre), quelques éléments d’évaluation complémentaire (source : livraisons Logista, voir 19 octobre).

SUR LE MOIS D’OCTOBRE
Sachant que ce mois d’ octobre  correspond au même nombre de jours de livraison qu’en octobre 2021.

• En volume (par rapport à octobre 2021)
• marché global : -5,2 % (- 9,3 % en septembre, -0,6 % en août)
• cigarettes : -4,6 %
• tabac à rouler : -8,7 %
• cigares/ cigarillos : -8,3 %

• En valeur (par rapport à octobre 2021)
• marché global : -5 % (- 9,1 % en septembre, -0,6 % en août)
• cigarettes : -4,6 %
• tabac à rouler : -8,2 %
• cigares / cigarillos : -5,9 %

SUR LES 9 PREMIERS MOIS DE L’ANNÉE

• En volume  (par rapport à 2021)
• marché global : -7,1 %
• cigarettes : -5,6 %
• tabac à rouler : -14,4 %
• cigares/cigarillos : -9,1 %

• En valeur (par rapport à 2021)
• marché global : -7,1 %
• cigarettes : -5,9 %
• tabac à rouler : -13,9 %
• cigares/ cigarillos : -7,2 %

On notera qu’avec la mise en place du moratoire fiscal, dès le début 2021, les chiffres en valeur ne profitent plus de l’effet hausse des prix.

9 Nov 2022 | L'essentiel, Vapotage
 

Le Sénat à majorité de droite a voté, ce 8 novembre, dans le cadre de l’examen en première lecture du Projet de budget de la Sécu pour 2023, l’instauration d’une « taxe dissuasive » sur les « puff », ces cigarettes électroniques jetables qui ciblent les plus jeunes.

Selon l’AFP dont nous reprenons la dépêche.

Avec ses saveurs sucrées ou fruitées – « marshmallow », « ice candy », « choco noisette » … – , ses emballages aux couleurs vives évoquant des friandises et son petit prix allant de 8 à 12 euros pour 500 bouffées, la puff, qui existe sous une vingtaine de marques, inquiète car elle cible les adolescents, alors que la cigarette électronique est interdite aux mineurs (voir 26 et 19 octobre).

•• Pour l’auteur de l’amendement, Catherine Procaccia (LR), l’instauration dune taxe « à hauteur de 6 euros par millilitre aurait pour effet daugmenter considérablement leur prix », et par conséquent aurait un effet dissuasif. Cet amendement ne concerne pas la cigarette électronique classique.

« Il faut empêcher les jeunes de commencer à vapoter, à fumer », a affirmé la sénatrice, vantant « un article de prévention ».

•• La ministre Olivia Grégoire a dit partager « totalement » la préoccupation des sénateurs sur les puff, « produit d’appel sans pareil » pour l’entrée des adolescents dans le tabagisme. Mais elle a jugé que l’amendement n’était « pas la bonne méthode », invitant les parlementaires à « dialoguer ensemble à Bercy », pour « proposer un cadre fiscal ».

« L’arme fiscale c’est l’arme par défaut, en attendant », a estimé Bernard Jomier dont le groupe PS a soutenu l’amendement. « Mais « il faut aller vers l’interdiction », a-t-il dit. Alain Milon (LR) a pour sa part espéré que la taxe « restera dans le texte définitif, malgré le 49.3 ». Lire la suite »

9 Nov 2022 | L'essentiel, Profession
 

Ce mardi 8 novembre est paru au Journal Officiel l’arrêté du 26 octobre portant homologation des prix de vente au détail des tabacs manufacturés en France continentale qui seront en vigueur à partir du jeudi 1er décembre.

Lien : prix au 01-12-2022

Pas de changements de prix notables au niveau des cigarettes comme du tabac à rouler ainsi que des cigares / cigarillos.

On notera que les références Lucky Strike (Ice) qui étaient à 9,80 euros passent à 9,90 euros.

 Commentaires fermés sur Prix au 1er décembre  
 

L’acte délégué interdisant le tabac à chauffer avec arômes au sein de l’Union européenne est paru. Comme cela avait été annoncé le 29 juin dernier (voir 29 juin).

Tous les arômes sont concernés sauf le tabac. Dans les pays membres ou ce n’est pas encore le cas, les avertissements sanitaires – comme pour les autres produits du tabac – seront obligatoires sur les packagings de tabac à chauffer.

Ces dispositions entrent en application à partir du 23 novembre. En fait, les États-membres ont jusqu’au 23 juillet 2023 pour les transposer dans leurs réglementations, la mesure devant être effective sur le terrain à partir du 23 octobre 2023.

Certains États membres avaient exprimé le regret (dans une prise de position commune) que cette disposition fasse l’objet d’une simple décision de la Commission (un acte délégué) et ne soit pas entrée dans une procédure plus concertée avec les Pays membres et le Parlement (comme pour la révision d’une Directive).

Cela a été le cas de l’Italie, la Grèce, la Bulgarie et Chypre. En vain.

5 Nov 2022 | L'essentiel, Profession
 

Le Losange de novembre (voir 1er novembre) présente un bilan de la Transformation, à fin octobre :

5 470 buralistes impliqués dans la démarche de Transformation. 4 500 audits réalisés.

4 337 dossiers de prévalidation reçus par la plateforme des Douanes de Boissy.

• 3 500 dossiers de demande d’aide reçus à la plateforme des Douanes de Boissy.

• 2 300 buralistes ont achevé leur Transformation.

77,2 millions d’euros pré-validés par les Douanes depuis le début du dispositif (20 500 perçus en moyenne par buraliste).

Attention : suite à l’annonce d’un nouveau Protocole de la Transformation 2023-2027 par le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal (voir 21 octobre), la Confédération conseille aux buralistes n’ayant pas encore commencé leur Transformation, ou ayant juste réalisé l’audit, d’attendre les communications officielles de la Confédération (faisant suite aux textes réglementaires) pour entamer leur démarche.

22 Oct 2022 | L'essentiel, Trafic
 

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a annoncé, ce vendredi 21 octobre, « un nouveau plan de lutte contre le trafic de produits du tabac 2022-2025 » prévoyant de renforcer les moyens des Douanes, pour mieux traquer les ventes sur internet, via les réseaux sociaux et les plateformes de vente en ligne notamment, annonce l’AFP. 

Promettant sa « détermination absolue à lutter sans relâche contre les trafics » de tabac, devant le congrès de la Confédération des buralistes (voir 21 octobre), M. Attal a indiqué que ce plan, qui sera « finalisé d’ici à la fin de l’année », renforcerait les moyens des Douanes pour leur permettre d’intercepter davantage de produits vendus illicitement via les réseaux sociaux et les envois postaux.

•• Les services des Douanes se verront dotés de neuf nouveaux scanners mobiles de nouvelle génération,  dont le nombre sera porté à 20 d’ici fin 2025 , ainsi que « deux scanners industriels pour améliorer les contrôles des colis postaux et du fret express », a-t-il dit devant les 600 buralistes, réunis jeudi et vendredi pour leur congrès annuel.

En outre, seront déployés des « groupes de lutte anti-trafic de tabac dans les grandes agglomérations », inspirés de celui mis en place à Lyon, qui « s’attaqueront aux organisations criminelles et mèneront des opérations coups de poing », a précisé le ministre. Et la « cellule cyber-Douanes sera décentralisée, étendue aux services locaux d’enquête » pour mieux traquer les ventes illicites en ligne, car « désormais les trafics locaux passent aussi par les réseaux sociaux et passent sous les radars », selon M. Attal.

•• En 2020-2022, « 1 046 tonnes de tabac ont été saisies, soit 49 affaires par jour, et à fin août 2022, 464 tonnes de tabac avaient été interceptées par la Douane, contre 402 sur toute l’année 2021 (…). Si cette tendance se poursuit, l’augmentation des saisies pourrait atteindre 73 % en 2022 », a rapporté le ministre, y voyant « un préjudice pour l’État et la Sécurité sociale de 2,5 à 3 milliards d’euros par an, pour 500 millions de TVA non recouvrée ».

Ces chiffres traduisent « une implication très forte de la Douane » mais aussi le fait que « les trafics continuent à augmenter » ce qui doit pousser le Gouvernement à les combattre « plus efficacement », a jugé le ministre sous des applaudissements nourris, promettant aussi un « renforcement des sanctions pénales » sur lequel « une réflexion est en cours » avec le ministre de la Justice.

Enfin une prochaine circulaire va mobiliser les préfets sur la lutte contre les ventes illicites de tabac, a déclaré M. Attal.

21 Oct 2022 | L'essentiel, Profession
 

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a annoncé vendredi que l’État allait prolonger son soutien aux buralistes, en continuant à financer à hauteur de 20 millions d’euros par an jusqu’en 2027 leur diversification entamée ces dernières années, pour pallier la baisse régulière des ventes de tabac.

C’est ce qu’ annonce l’AFP dans une dépêche que nous reprenons.

Un nouveau « protocole pluri-annuel 2023-2027 » sera noué avec ces professionnels et le Fonds de transformation, mis en place sur 2018-2022, continuera à être abondé pendant les cinq ans à venir, a-t-il déclaré lors du congrès annuel de la Confédération des buralistes, qui se tient jeudi et vendredi à Paris (voir ce jour et 20 octobre).

« Je ne vais pas vous en préciser les contours, puisque les négociations vont commencer » entre le gouvernement et la Confédération, pour conclure ce protocole d’ici la fin de l’année, a poursuivi M. Attal, qualifiant ce soutien de l’État au secteur de « formidable réussite ».

•• Doté de 20 millions d’euros par an, ce fonds a accompagné les buralistes qui transforment leur point de vente pour accueillir d’autres activités – produits de vapotage, relais-colis, conciergerie, « snacking », vente de journaux, gestion de colis postaux … – que la vente de tabac, dont les volumes ont baissé de 13 % sur les neuf premiers mois de 2022.

Les buralistes espéraient le renouvellement de cette aide de l’État d’un montant maximum de 33 000 euros, qui peut représenter jusqu’à 40 % des dépenses en mobilier et équipement permettant de rénover les bureaux de tabac.

« Depuis la création de l’aide à la transformation en 2018, plus de 4 300 dossiers ont été transmis (…) c’est plus de 18 % des buralistes de l’Hexagone. L’État a aujourd’hui versé plus de 47 millions d’euros aux buralistes ayant achevé leurs travaux de transformation », a détaillé M. Attal. 

•• Les quelque 23 500 buralistes du territoire, dont le réseau emploie 80 000 personnes, ont réalisé 44 milliards d’euros de ventes en 2021, dont 21,6 milliards tirés des produits du tabac, sur lesquels ils perçoivent une commission de 8,1%, ce qui représente encore leur principale source de revenus. L’objectif, selon la Confédération des buralistes, est de ramener le tabac à 50% de leurs revenus, contre souvent plus de 80 % à l’heure actuelle.

Ce soutien de l’État, a estimé M. Attal, a »permis de limiter l’hémorragie »: « là où en 2017, 500 débits de tabac fermaient chaque année, nous devrions être à moins de 200 en 2022 », grâce notamment au versement d’« aides directes de 380 millions d’euros sur le dernier protocole ».

23 Mar 2015 | Associations, L'essentiel
 

Ns 13www.nous-sommes-13-millions.comTelle est l’adresse du site, réservé aux fumeurs adultes et responsables : avec un tas d’informations d’actualités et pratiques – quelques coups de gueule, aussi – susceptibles d’intéresser les fumeurs. Cette population des fumeurs dont on parle tant et auxquels on demande si peu leur avis …

Le site se présente, lui même, de la façon suivante : « Nous sommes 13 millions de fureurs adultes et responsables en France. Il est souhaitable qu’une politique soit appliquée contre les dangers du tabagisme dont nous sommes, par ailleurs, amplement informés. « Mais le tabac est un produit légal. Et notre choix est respectable. Ce site d’informations et d’opinions est notre espace de libre expression contre la stigmatisation et le dénigrement. Quitte à y répondre avec le détachement et l’ironie du fumeur tranquille ».

Des faits, des histoires, des opinions. Ni promotion, ni propagande. L’éditeur – la société Porte-Plume, spécialisée en blogs et newsletters – est le même que celui du « Monde du tabac ».

 Commentaires fermés sur Fumeurs adultes et responsables