Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Fév 2017 | Profession
 

« La caisse ou je vous plante ! » 

• Côtes-d’Armor. Trois clients venaient de quitter le bar-tabac-presse de Pontrieux, ce jeudi 16 février, et les deux employées s’apprêtaient à fermer l’établissement. Un homme armé d’un gros couteau et le visage masqué par une écharpe déboule alors en criant : « la caisse ou je vous plante ! ». Les deux jeunes femmes n’ont opposé aucune résistance, comme leur avaient recommandé plusieurs fois leur patron. 

L’argent en poche et avant de s’enfuir à pied, le malfaiteur leur ordonne de ne pas appeler les forces de l’ordre avant un quart d’heure : « un homme vous surveille dehors avec un fusil ». Là, elles n’ont pas obtempéré. Lire la suite »

18 Fév 2017 | Profession
 

Comme un antidote aux paquets neutres. L’entreprise familiale française Verquin Confiseur lance une nouvelle série de « Têtes Brûlées Star », ces bonbons acides à effet rose à lèvres très prisés des amateurs.

L’innovation remarquée : une bille pas comme les autres qui, humidifiée, permet de se colorer les lèvres avant de libérer dans la bouche une saveur à sensations. Après la « framboise », débarquent la bille à la fraise pour un effet rouge à lèvres et la bille parfum cassis pour un effet violet à lèvres.

Outre un emballage « flash » (sachet de 100 grammes), les nouvelles « Têtes brûlées Star » vont bénéficier d’une campagne media pendant le premier trimestre 2017 : spot TV sur les chaînes de la TNT les plus regardées par les ados pendant trois semaines. Le lancement sera également accompagné de promotions en magasins, d’opérations d’échantillonnage et de publications sur les réseaux sociaux (Instagram, Twitter et Facebook).

Créé en 1912, Verquin Confiseur conçoit et fabrique tous ses bonbons en France, dans ses deux sites de production du Nord de la France (Tourcoing et Neuville-en-Ferrain).

17 Fév 2017 | Trafic
 

Ils étaient placés sous surveillance policière depuis plusieurs semaines. Trois hommes âgés de 30 à 48 ans ont été interpellés, ce mardi 14 février, en flagrant délit de revente de cigarettes sur la place du Commerce à Nantes.

L’enquête devra le confirmer, mais apparemment, la marchandise provenait d’Algérie. Les trois vendeurs comparaîtront devant le tribunal correctionnel prochainement, pour vente à la sauvette en réunion.

Philippe Glory (président de la chambre syndicale des buralistes de Loire-Atlantique) rappelle que la part du marché parallèle du tabac est estimée à 23 % dans le département. « Mais, c’est une estimation. Les opérations « ramasse paquets » ne portent que sur la voirie publique et ne vont pas jusqu’aux poubelles des particuliers. Désormais, la façon de repérer les paquets du marché parallèle est plus facile puisque la France est le seul pays à avoir adopté le paquet neutre. Alors, dès qu’on voit une note de couleur … ».

 

On ne pourra utiliser le produit de nouvelle génération iQOS, de Philip Morris International, dans « tout lieu public couvert et fermé » du canton de Vaud.

Cette décision fait suite à l’interpellation de la députée suisse Fabienne Freymond Cantone s’inquiétant de la prochaine ouverture, dans un quartier branché de Lausanne, d’un « flagship store », sur trois étages, comprenant un grand espace de présentation et de vente de l’iQOS, un café-restaurant et un espace événementiel (voir Lmdt des 10 octobre 2016 et 10 février 2017). 

Le Conseil d’État du canton de Vaud (le gouvernement du canton) a tranché « par mesure de précaution et en l’absence d’une étude complète sur le dispositif de tabac chauffé ».

• En préambule à son annonce, le Conseil a quand même salué « toute stratégie du type de celle concernée par le projet iQOS visant à substituer la consommation de cigarettes par des produits dont la nocivité, si elle ne peut être exclue, est en tout cas notablement moindre ». Néanmoins, toujours selon le Conseil d’État, l’iQOS s’apparente à un produit du tabac, contrairement à la cigarette électronique, et il y a donc application de la loi sur le tabagisme passif. De plus, comme pour tout produit du tabac, aucune publicité de l’iQOS ne doit être présente sur le domaine public (ni dans le domaine privé dès lors qu’il est visible depuis l’espace public).

• Appelé à se prononcer sur la stratégie poursuivie par Philip Morris avec l’iQOS, le Conseil d’État a estimé que « dans la mesure où cette offre est conçue comme un produit de substitution à la cigarette, et que ce dernier a pour but de réduire la toxicité des produits consommés, il suit avec intérêt les développements de l’industrie dans ce domaine. Il en irait autrement s’il s’agissait essentiellement de capter de nouveaux consommateurs ».

 

À l’unanimité. Le parlement slovène vient d’adopter le paquet neutre. Et l’interdiction de toute publicité tabac. Mais le tout pour 2020.

Et le ministre de la santé, Milojka Kolar Celarc, d’annoncer que l’objectif est de faire passer la prévalence tabagique des 15-64 ans de 25 % à 5 %.

Après la Hongrie (voir Lmdt du 28 août 2016), ce serait le deuxième pays de l’Est à adopter la mesure.

17 Fév 2017 | Profession
 

Voici les principaux messages de Pascal Brie (président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube) – repris dans les médias – lors de l’opération menée, ce jeudi matin, devant la préfecture de Troyes (voir Lmdt de ce 16 février).

« Les carottes sont l’emblème des buralistes. Elles sont déversées parce qu’on est des laissés pour compte. On est là aujourd’hui parce qu’on a un gros souci avec le marché parallèle et depuis l’arrivée du paquet neutre, on a perdu 15 % de volume de ventes, en moyenne, en décembre et janvier. Et ce ne sont pas les fumeurs qui ont arrêté, mais les fumeurs qui ont acheté aux frontières. » 

« C’est une opération symbolique d’une vingtaine de collègues pour montrer qu’on n’est pas content. Beaucoup voulaient venir, mais ils ont dû rester travailler dans leur établissement parce que les temps sont très durs actuellement.

« On fait une demande concrète aux élus. On attend d’avoir un plan d’action contre le marché parallèle, on veut qu’ils le mettent dans leur programme de campagnes. On veut la traçabilité jusqu’à nos caisses et des peines plus sévères contre tous les contrevenants ».

17 Fév 2017 | Profession
 

Employée complice

• Loire-Atlantique. L’ex-employée d’un bureau de tabac de Nantes, et son petit ami de l’époque, ont été condamnés, ce mercredi 15 février, par le tribunal correctionnel pour le cambriolage de l’établissement au cours de la nuit du 2 au 3 juin 2016. Les malfaiteurs étaient repartis avec du liquide, le stock de cartons et de cartouches de cigarettes ainsi qu’un coffre-fort … de 350 kilos renfermant seulement des titres de transport. Un butin qui n’a jamais été retrouvé. Lire la suite »

16 Fév 2017 | Profession
 

Entre 750 personnes selon la police et 1 400 selon la CGT ont manifesté, ce jeudi 16 février, contre la fermeture de l’usine Seita à Riom (Puy-de-Dôme), dernière fabrique de cigarettes en France continentale, promise à la fermeture, annonce une dépêche AFP que nous reproduisons à la suite.

Fin novembre, le numéro 2 du marché du tabac en France avait annoncé qu’il allait « se désengager des sites de Riom et de Fleury-les-Aubrais » (Loiret), à partir du « second semestre 2017 » (voir Lmdt des 29 novembre 2016, 11 janvier et 11 février 2017).

Les 239 emplois que compte l’usine de Riom devraient être délocalisés en Allemagne et en Pologne, selon la CGT. Lire la suite »

16 Fév 2017 | Trafic
 

Le travail de sensibilisation – effectué auprès de toutes les institutions – par la fédération des buralistes de Midi-Pyrénées porte ses fruits. Y compris auprès des magistrats.

Ainsi, ce début de semaine, le tribunal correctionnel de Toulouse a condamné à deux mois ferme, avec maintien en détention, un vendeur à la sauvette du quartier Arnaud-Bernard, haut-lieu du marché illégal du tabac à Toulouse (voir Lmdt du 31 décembre).

Il faut dire que le prévenu a donné du sien, si l’on ose dire.

• « Le revoilà ! » s’est exclamé le procureur Chastenet en voyant entrer au tribunal, accompagné de son interprète, Abdallah, un demandeur d’asile algérien de 19 ans. Lire la suite »

16 Fév 2017 | Profession
 

Ce jeudi 16 février, vers 7 heures du matin, une vingtaine de buralistes de l’Aube ont déversé deux tonnes de carottes devant la préfecture de Troyes.

À l’instar de leurs collègues parisiens, il y a trois semaines (voir Lmdt du 25 janvier), il s’agit de sensibiliser tant l’opinion publique que les élus politiques sur le marché parallèle du tabac, à quatre jours d’une augmentation sensible du prix du tabac à rouler (voir Lmdt du 2 février).

Selon le président de la chambre syndicale des buralistes de l’Aube, Pascal Brie, « le marché parallèle est devenu un fléau qui touche tous les buralistes de France et l’Aube est fortement impactée.

« C’est un manque à gagner pour l’État d’environ 3 milliards d’euros … et de 250 millions d’euros pour le réseau des buralistes.

« Nous demandons la traçabilité jusqu’à nos caisses des produits du tabac. Nous demandons une législation européenne de santé publique, un moratoire sur toute hausse du prix du tabac. Lire la suite »