Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Mai 2021 | Profession
 

Épisode numéro 39 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 11 et 3 mai).

•• Comment garder une activité et entretenir les liens avec ses habitués quand la partie bar-restaurant est fermée depuis fin octobre ? Faire des plats à emporter ? D’accord.  Et de la bière ? Encore mieux … Et pourquoi pas de la bière pression à emporter ? C’est ce qu’a imaginé un buraliste de Plédéliac (1 400 habitants, à 12 kilomètres de Lamballe, Côtes-d’Armor).

Un système monté par une société lamballaise – et déjà mis en place chez des brasseurs bretons qui ont trouvé là le moyen d’écouler leur stock pendant le confinement – lui a servi de modèle. Un spécialiste des machines dans les débits de boissons, lui a installé un bec spécial, relié à des fûts dédiés remplis d’une « bonne bière pression de qualité ».

« C’est de l’embouteillage en contre-pression » explique à Ouest France le buraliste, « la bouteille remplie et fermée se conserve environ trois semaines au frais ». Et se garde 24 à 48 heures au réfrigérateur, une fois entamée. Cette « alternative à la cannette et à la bière en bouteille de supermarché » ouvre des perspectives : faire découvrir les productions de qualité des brasseries bretonnes, « les textures, les mariages de houblon, leurs arômes … »

Quand ses clients s’installeront enfin au bar, ils goûteront une de ces cervoises locales. Et pourront continuer à déguster à la maison, en emportant une bouteille en verre consignée Mise en service le 19 avril, la machine a rempli « 200 bouteilles » en deux semaines. Pour un match télévisé, « un fût y est passé en vente à emporter ».

•• Seul débit de tabac au Cheylard (à l’est de l’Ardèche, 2 600 habitants), ce buraliste, depuis avril 2020, a fait le choix de promouvoir acteurs et services locaux, outre les différentes casquettes que sa profession assume déjà. Il sert gracieusement de vitrine à des artisans et artistes locaux.

Son commerce propose ainsi, dans une partie de la boutique, des bijoux, des objets en bois, des paniers en osier, des photographies, des objets décoratifs ou encore du miel. La liste étant loin d’être exhaustive, d’autant plus qu’en fonction des saisons, les artisans exposés tournent. Autre intérêt, les clients ont le loisir d’acheter sur place bien sûr, mais ils peuvent également faire des commandes sur mesure. Lire la suite »

11 Mai 2021 | Profession
 

Épisode numéro 38 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 3 mai et 28 avril).

Nouvelle identité, nouvelle décoration, nouveau concept … après trois mois de travaux intensifs, un bar-tabac à Saint-Junien (11 150 habitants, 30 kilomètres de Limoges) a rouvert ses portes ce lundi 26 avril.

« L’immeuble était vieillissant, on a tout refait du sol au plafond » détaille le patron des lieux dans Le Populaire du Centre. L’ancien hôtel-restaurant a ainsi tout changé : son mobilier, son comptoir, son organisation avec un coin tabac-presse et une partie bar. Lire la suite »

3 Mai 2021 | Profession
 

Épisode numéro 37 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 28 et 22 avril).

20 % des buralistes du secteur Béarn et Soule, dans les Pyrénées-Atlantiques, ont fait appel au Fonds de Transformation. « L’objectif c’est que 30 % d’entre eux la réclament d’ici 2022 » assure Jérôme Recapet, président de la Fédération départementale dans La République des Pyrénées.

Exemples. Lire la suite »

28 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 36 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 22 et 20 avril).

« Avoir un espace libre, une envie de se diversifier et soutenir les petits producteurs locaux, voilà ce qui a donné lieu à ce partenariat avec la Coop des Sources » explique, au Bien Public, la patronne d’un bar-tabac-presse de Bligny-lès-Beaune (1 244 habitants, près de Beaune) qui vend depuis un mois des denrées en vrac issus de l’épicerie participative.

Dans un aménagement tout en bois, la clientèle peut trouver un assortiment de produits de type farine, céréales, jus de fruits et vins bio, produits laitiers, mais également des produits à tendance zéro déchets comme des savons, du shampoing, des lingettes démaquillantes lavables … Lire la suite »

22 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 35 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 20, 19 et 13 avril).

Face aux multiples fermetures de bars à cause du Covid, un buraliste de Moreuil (4 000 habitants, 22 kilomètres d’Amiens) a décidé d’arrêter pour de bon son activité bar en janvier dernier pour proposer de nouveaux services. La nouvelle devanture donne le ton  : vaping, cigares, jeux, presse, épicerie.

 •• « Je pense que la crise va durer longtemps et si c’est pour fonctionner trois mois dans l’année, ce n’est pas la peine. Cela devenait compliqué » explique-t-il au Courrier Picard. « On a investi des fonds dans le commerce donc on ne voulait pas tout perdre. Je me suis dit qu’il était temps de changer. Plus on attend, plus on s’enfonce dans la crise ».

Les clients ont désormais un accès plus large aux produits de la vape, à un choix d’épicerie, à une partie cave avec de la bière et du vin, mais aussi à du high-tech comme des câbles de téléphone ou des piles, à des bijoux et à de la maroquinerie.

•• « On a beaucoup de demandes sur la presse et les cadeaux. Comme les gens n’ont pas le droit d’aller à plus de 10 kilomètres, ils ont une offre près de chez eux. Le PMU aussi fonctionne bien ». Les services de relais colis et de compte Nickel aussi. Le patron se félicite de ce changement qui semble avoir séduit une nouvelle clientèle : « je suis passé de 150 clients jour à 300 ».

D’ici peu, il devrait installer une enseigne presse sur la devanture du magasin afin de se faire encore davantage connaître. Mais déjà, il en est sûr, son pari a été gagnant : « cela ne fait que deux mois que c’est en route. Ça commence à venir. Proposer un peu de tout au même endroit est un bon choix ».

 •• Un choix approuvé par Philippe Laveau, président des buralistes de la Somme : « je suis ravi qu’il y ait des gens qui prennent des risques et ce, même si les risques étaient calculés ».

La diversification est pour lui l’une des solutions : « …comme la rénovation des locaux, la localisation, les horaires, mais oui, la diversification y contribue ».

20 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 34 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 19, 13 et 1er avril). 

Rostrenen (Côtes d’Armor) : 3 500 habitants et trois débits de tabacs. Le plus récent a ouvert en juillet 2020 entre deux confinements après d’ambitieux travaux : « nous avons reçu l’autorisation de construire une véranda de près de 20 mètres carrés pour agrandir notre bar  » expliquent les buralistes à Bretagne Économique.

Entre les travaux d’agrandissement et le rachat du fonds, la facture s’élevait à 150 000 euros. Lire la suite »

19 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 33 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 13 et 1er avril, 29 et 26 mars). 

•• En plein confinement, le projet d’agrandissement d’un bar-tabac-presse du centre de Bourg-en-Bresse (Ain), lancé il y a plus d’un an, se concrétise : l’enseigne déménage de quelques mètres et la diversification est au programme. « Il faut se diversifier. Avec le coût du tabac en hausse, il faut s’orienter vers d’autres produits pour maintenir la rentabilité du commerce » assure le buraliste qui avait repris l’établissement en 2004.

« On passe de 37 à 130 mètres carrés. De 600 clients par jour, on devrait en avoir 1 000 » s’enthousiasme-t-il  dans Le Progrès. Depuis fin 2019, le chantier est en cours, ralenti pas la crise sanitaire : « on a fait d’énormes travaux, et avec les surprises du chantier dans ce bâtiment qui a 150 ans, l’investissement de départ a doublé en un an. Mais il fallait ça, il faut avancer ». Lire la suite »

15 Avr 2021 | Profession
 

Laurent Maquart va quitter, à la fin avril, son tabac-presse de Montceau-les-Mines. Il va encore poursuivre ses responsabilités de président des buralistes de Saône-et-Loire jusqu’à octobre prochain et de président de la Coopérative des Buralistes encore pendant un an.

Et il va « souffler, se remettre au sport et revisiter la France » comme il l’a confié à L’informateur de Bourgogne.

•• Son établissement, devenu Mag Presse depuis le 1er juillet 2000, s’est énormément transformé : « il a fallu s’adapter. J’ai autant de clients mais sur le tabac, nous réalisons 50 % de volume en moins » précise-t-il. Lire la suite »

13 Avr 2021 | Profession
 

Toujours une bonne tendance dans le nombre des dossiers de Transformation (voir 15 mars). Le Losange d’avril (voir 7 avril) nous délivre les chiffres-clés de la Transformation au 15 mars.

 Buralistes engagés dans la démarche : 4 225

Buralistes ayant réalisé leur audit préalable : 2 731

Buralistes ayant leur dossier de pré-validation signé par la Douane : 1 734

Montants pré-validés par la Douane : 31,4 millions d’euros

13 Avr 2021 | Profession
 

Épisode numéro 32 de la revue de presse des témoignages sur la Transformation et le développement commercial des buralistes (voir 1er avril, 29 et 26 mars). 

•• Un bar-tabac-presse de Brest pousse les murs pour se diversifier et intégrer, prochainement, une brasserie. Le couple, à la tête du commerce depuis 2015, a fait l’acquisition du local attenant, inoccupé depuis une dizaine d’années. Les travaux ont commencé ce mercredi 7 avril et vont durer huit à dix semaines.

Aux 80 mètres carrés actuels s’en ajouteront 60 supplémentaires : « nous pourrons ainsi proposer une brasserie de 20 à 25 places assises. » Lire la suite »