Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
12 Juil 2024 | Profession
 

Entre hausse du prix des cigarettes et développement dun marché parallèle, les buralistes vendent moins de tabac. Une réalité qui les oblige à proposer dautres services pour continuer à faire tourner leur commerce. Exemple à Orange (Vaucluse).

« On ne peut plus vendre seulement des cigarettes, ce nest plus viable économiquement », explique une buraliste au Dauphiné Libéré.

•• Depuis quelques années, elle ne cesse de se renouveler pour apporter de nouveaux services aux clients. « On a les classiques que sont la Française des jeux ou la presse, mais ce nest plus suffisant. On a dorénavant une petite épicerie avec la vente de boissons et quelques produits de première nécessité. » Lire la suite »

8 Juil 2024 | Profession
 

Michel Philippe – président des buralistes dEure-et-Loir (voir 25 janvier 2024) – a réuni plus de 70 professionnels, le 9 juin, à lHippodrome de Chartres pour leur assemblée générale. Trois dossiers ont été particulièrement développés, selon le compte rendu de L’Écho Républicain.

•• « Nous avions organisé une réunion sur la convention nationale de sécurité entre les forces de l’ordre et la profession, qui a été signée aussi en Eure-et-Loir. Par ailleurs, jai relancé la préfecture pour faire vivre cette convention. Le préfet Hervé Jonathan nous a reçus en présence des représentants de la police, de la gendarmerie, du directeur régional de la douane. Nous sommes en train de monter une formation de sensibilisation à la sécurité de nos commerces qui sera aidée par ladministration de la Douane. » Lire la suite »

1 Juil 2024 | Profession
 

« Nous devons continuer à transformer nos magasins. Cela va plus loin quune simple diversification. Dans les Pyrénées-Atlantiques, 26 % des buralistes ont déjà sauté le pas. Nous devons désormais arriver à convaincre les autres » a insisté Philippe Coy, ce 27 juin, en déplacement dans les Pyrénées-Atlantiques pour une Journée de la Transformation « saison 2 » (2023-2027).

Avec Jérôme Récapet, président de la fédération des buralistes Pyrénées-Atlantiques / Béarn, les deux hommes ont fait le point sur l’avancée de cette stratégie, lors de plusieurs rencontres chez des buralistes (photo : tabac-presse à Jurançon).

•• 4 500 dentre eux ont sauté le pas pour le premier Plan de Transformation, dont 26 % des buralistes du 64. « Le résultat est probant ! Ces buralistes ont investi, mais ont vu leur activité et chiffre daffaires augmenter. Un sur deux a même embauché, un sur trois a rajouté une caisse pour faire face à laffluence » se félicite Philippe Coy selon La République des Pyrénées.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Transformation des buralistes : « persévérer dans notre volonté de devenir le drugstore du quotidien des Français » (Jérôme Recapet)  ,
24 Juin 2024 | Profession
 

Après presque dix ans passés place des Martyrs-de-la-Résistance dans le centre de Bordeaux, Alfonso Camarero vient de déménager son établissement dans le nouveau quartier Amédée-Saint-Germain, près de la gare. Le buraliste mise sur la transformation de son établissement et la diversification de son offre. Philippe Coy est venu assister à linauguration du lieu ce 21 juin.

En plus des traditionnels rayons journaux, magazines, mots fléchés et des paquets de cigarettes, il propose un espace où se côtoient articles de maroquinerie, vin, cigares, paniers en osier pour la plage, mais aussi un stand de la Poste, le compte Nickel et bientôt une machine à reproduire les clefs …

« La base, cest davoir de la place » observe-t-il pour Sud-Ouest, « sinon, on ne peut pas évoluer. » Lire la suite »

23 Juin 2024 | Profession
 

Cap sur ledépartement des Ardennes pour les équipes de la Confédération ce jeudi 20 juin, dédié à une Journée de la Transformation dans le cadre de la « saison 2 » (2023-2027) du Fonds (voir 20 janvier 2023 ).

Philippe Coy a donc rejoint Christophe Biani, président des buralistes ardennais, qui n’hésite pas à exprimer, dans LArdennais, l’inquiétude des professionnels « car ils manquent de visibilité ce qui nincite pas à se lancer dans la Transformation ». En cause : la concurrence de la Belgique comme du Luxembourg et la contrebande.

•• Et pourtant, un quart des buralistes ardennais a osé franchir le pas : devenir véritablement commerçants de proximité. Aujourd’hui dans ces tabacs « transformés », on peut acheter tabac, vapote, presse et jeux mais aussi retirer de l’argent, envoyer ou récupérer un colis, payer ses impôts et même la crèche ou sa facture d’eau, voire acheter des produits locaux … Lire la suite »

14 Juin 2024 | Profession
 

Alors que les volumes de vente de tabac sont en baisse, les buralistes diversifient leurs activités et dynamisent leur établissement, rapporte Paris-Normandie.

Et pour les aider, une convention a été renouvelée entre la fédération des buralistes de lEure et la Chambre de Commerce et dIndustrie (CCI) « Portes de Normandie » (secteurs de lEure et de lOrne) dans le cadre de la « saison 2 » (2023-2027) du Fonds de Transformation (voir 20 janvier 2023).

Elle permet de réaliser un audit qui prévoit de faire un diagnostic du point de vente, une étude de marché et de préconiser les évolutions. Lire la suite »

10 Juin 2024 | Profession
 

Le vaste programme de diversification se poursuit afin de sauver ces commerces de proximité de la baisse de consommation. C’est ainsi que débute un article du Journal du Dimanche, signé Stanislas de Guerny, de ce 9 juin que nous reprenons.

Philippe Coy, le président de la puissante Confédération des buralistes, a très rapidement flairé le danger. « Pas question pour la profession » indique-t-il au JDD, « de vendre des produits énergisants à sniffer. Nous y voyons un véritable danger pour notre image. » Si ces poudres sont à 90 % naturelles, fabriquées notamment à base de caféine, leur méthode d’administration fait étrangement penser à celle du rail de cocaïne. « 90 % des buralistes, continue Philippe Coy, se déclarent opposés à cette offre qui pose clairement des questions dordre éthique. » (Voir 7 juin et 27 mai).

•• Et ce d’autant plus que le président des buralistes se bagarre au quotidien pour améliorer l’image de la profession, avec l’ambition assumée de « faire de nos commerces de véritables drugstores de proximité » en présentant une très large offre de produits et services, parfois très éloignés du tabac dont chacun connaît les méfaits. Lire la suite »

9 Juin 2024 | Profession
 

La fédération des buralistes du Var a tenu son assemblée générale, le 23 mai, en présence de Philippe Coy, président national, Pierre Romero (président régional et administrateur de la Confédération) et de représentants des services des Douanes, de la Gendarmerie  et de la Police.

À lordre du jour : la stratégie du réseau des buralistes, dans un contexte d’« urgence » selon Var Matin.

« Le marché du tabac français perd des volumes. En cause : les achats transfrontaliers, avec lesquels les écarts de prix se creusent, les ventes à la sauvette, les achats sur internet (…) Ces facteurs nous ont conduits à diversifier loffre de produits à la vente. Jusqu’à reconsidérer le métier … », a résumé le président départemental, Philippe Valentin (et administrateur de la Confédération).  Lire la suite »

4 Juin 2024 | Profession
 

Ce 31 mai, les représentants la Chambre de Commerce et dIndustrie des Hautes-Alpes (CCI) et la fédération départementale des buralistes se sont donné rendez-vous dans un bar-tabac à Gap pour signer une convention de partenariat sur la « saison 2 » du Fonds de Transformation (2023-2027 /voir 20 janvier 2023).

Parmi les signataires, Jean-Maurice Bonnardel et Gwendoline Bonin (président et vice-présidente de la fédération des Hautes-Alpes) ainsi que Frédéric Cavallino (président de la CCI). L’objectif est de « faciliter leur accompagnement dans la transformation et la modernisation de leur tabac » précise ce dernier dans Le Dauphiné Libéré. Lire la suite »

30 Mai 2024 | Profession
 

Non, « apaisés » nest pas le mot. « Parce quon continue d’être attaqués régulièrement » selon Philippe Coy, « mais nous sommes plutôt sereins, tournés vers lavenir.  Pendant des années, nous avons subi lhistoire, sans trop de visibilité, sans cap et sans projet. Aujourdhui, on est combatif, imaginatif pour relever tous les défis. »

Le ton est donné pour l’assemblée générale de la fédération des buralistes du Morbihan, qui s’est déroulée ce mardi 28 mai, suivie par Ouest France.

Dans le département, ils sont 372 buralistes actifs. « On a perdu trois buralistes depuis trois ans » détaille Jean-François Le Labourier, président départemental. « Souvent des départs à la retraite non compensés. Le réseau du Morbihan est donc dans une stabilité après avoir connu une très grosse érosion il y a une dizaine dannées. » Lire la suite »