Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Oct 2021 | Profession
 

La buraliste blague avec ses clients, connaît leurs prénoms et leurs petites habitudes. Difficile à croire quand on sait qu’elle a repris ce tabac-presse de Lacrouzette (15 kilomètres de Castres),  il y a à peine trois mois. Gros plan dans le 13 heures de TF1 ce lundi 11 octobre. 

Après avoir exercé en boulangerie, cette Tarnaise voulait sa boutique. Elle a trouvé son bonheur sur SOS Villages.

Ses débuts sont encore mieux que dans ses rêves. « On est même content de nous. On ne s’attendait pas à vivre ça », confie-t-elle. Isolé, ce village de 1 600 habitants a la chance d’avoir aussi son boulanger et son coiffeur. Pour les habitants, conserver le tabac-presse était essentiel. Les clients sont donc nombreux au rendez-vous.

À 54 ans, la commerçante, aidée par son mari retraité, ne manque ni d’énergie ni de projets. Elle vient de créer un rayon de produits alimentaires 100 % tarnais. Un vigneron lui amène les bouteilles de rosé. Depuis une semaine, la boutique fait aussi service-relais pour les colis.

10 Oct 2021 | Profession
 

Pour Philippe Coy, c’est une « première mi-temps réussie » dans sa quête de transformation des 24 000 bureaux de tabac de France, lancée en 2017 après son élection à la tête de la Confédération (voir 19 octobre 2017), annonce Le Journal du Dimanche de ce 10 octobre, alors que le congrès national des buralistes se tient les 14 et 15 octobre.

Nous reprenons l’intégralité de la suite de l’article du JDD (diffusion : 150 000 exemplaires, audience estimée à 1 million de personnes en tenant compte du numérique).

« Reste désormais à entamer la seconde période. Lors du congrès qui se tiendra les 14 et 15 octobre, Philippe Coy se présente à sa réélection. Sa victoire est assurée : il est le seul candidat.  Lire la suite »

6 Oct 2021 | L'essentiel, Profession
 

Dans son numéro d’octobre (voir 29 septembre), Le Losange revient sur les chiffres-clés de la Transformation. Des chiffres « bilan provisoire » significatifs.

Nombre de buralistes ayant pris contact avec la plateforme et ayant ouvert un dossier : 4 445

 Nombre de dossiers déposés aux Douanes : 2 326

 Montants versés aux buralistes depuis le début du dispositif : 24,8 millions d’euros

• Montants pré-validés depuis le début du dispositif : 43,1 millions d’euros

Voir aussi 8 septembre.

28 Sep 2021 | Profession
 

Une semaine après la tenue de l’assemblée générale des buralistes de l’Isère (ce 18 septembre), Thierry Meyronin (administrateur de la Confédération et président de la fédération du département) a confirmé dans un entretien au Dauphiné Libéré les différents leviers de la Transformation en cours.

Par exemple, que 100 buralistes avaient déposé un dossier de transformation en Isère.

« Des études qualitatives des magasins vont être réalisées, grâce au fonds de Transformation, dans l’idée de transformer les bureaux de tabac en drugstore du futur  » note le président. « Moi qui suis à la campagne par exemple, je fais épicerie, des doubles de clés, des photocopies. Il faut en fait se situer là où il y a une demande pour activer ces leviers de croissance ». Lire la suite »

28 Sep 2021 | Profession
 

Les assemblées générales de buralistes sont de retour … Une cinquantaine de buralistes du département, sur 160 membres de la fédération des buralistes d’Eure-et-Loir, ont participé, ce dimanche 26 septembre, à leur assemblée générale.

Philippe Coy, et le président de la fédération départementale, Michel Philippe, étaient accompagnés par des représentants de la Chambre de commerce et d’industrie d’Eure-et-Loir, de la Française des Jeux services, du Trésor public, du directeur des Finances publiques et du directeur régional de La Poste, pour répondre aux questions des buralistes, rapporte L’Écho Républicain. Lire la suite »

27 Sep 2021 | Profession
 

Ce jeudi 23 septembre, de nombreux buralistes de la Drôme étaient réunis à Montélimar pour leur assemblée générale annuelle. À l’ordre du jour : se réinventer pour continuer de faire vivre leurs entreprises de proximité, relate Le Dauphiné Libéré

« Le but d’un entrepreneur, c’est de faire évoluer son entreprise. Il faut être offensif sur notre métier » a déclaré Philippe Coy présent à la réunion.

•• Il s’est d’ailleurs félicité du tournant pris par nombre de ses confrères, avec, par exemple, l’essor du Point Paiement de Proximité : « dans la Drôme, 96 buralistes proposent ce service, sur les 215 que compte le département ». Lire la suite »

26 Sep 2021 | Profession
 

Patrice Soihier vient de quitter la présidence de la fédération des buralistes du Bas-Rhin au bout de sept ans (voir 21 septembre) , passant la main à Thierry Moreno (Molsheim). En livrant ce constat dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace : « je pars dans une phase où on est davantage dans le dialogue que dans les manifestations de mécontentement ».

Les buralistes craignent toujours les hausses du prix du tabac et ont vu repartir les fumeurs en Allemagne … Pourtant, il reste quelque chose de cette période inédite des confinements. Lire la suite »

25 Sep 2021 | Profession
 

Lors de son déplacement dans le Vaucluse pour une nouvelle Journée de la Transformation, ce 22 septembre, Philippe Coy a expliqué à France Bleu les enjeux de cette démarche de la profession. 

« C’est une opportunité pour ré-enchanter son commerce, le rendre encore plus attrayant, conduire le développement de nouveaux services … vape, services publics, circuits courts de produits régionaux. Ainsi que le snacking, la petite restauration, peut-être imaginer une activité bar dans certains milieux ruraux. 

« Cela englobe l’ensemble des activités que l’on a la capacité de développer. C’est tout l’enjeu de cette Transformation ».

24 Sep 2021 | Profession
 

« Tous les métiers s’adaptent, nous aussi ! » … Philippe Coy était dans le Vaucluse, ce mercredi 22 septembre, pour faire la promotion de la transformation des buralistes, message relayé par Vaucluse Matin et La Provence

« Il faut repenser notre univers marchand avec de nouveaux produits. Certains hésitent, je suis à leur écoute pour lever les doutes et les convaincre » a-t-il précisé.

•• Une évolution qualifiée de « naturelle mais aussi forcée » pour une profession « qui doit faire face à la baisse des ventes de tabac en volume et au succès du vapotage ». Lire la suite »

23 Sep 2021 | Profession
 

« Ici, on vend du tabac, mais aussi des spiritueux, des chargeurs de téléphones portables et des coques. On peut y prendre un café à emporter à la machine en libre-service. Le plafond en forme de carotte est rétro-éclairé » … 

Le Courrier Picard revient sur la Journée de la Transformation à Beauvais (Oise, voir 21 septembre) avec un zoom sur « La Carotte » ouvert il y a deux ans.

•• Un bâtiment cosy avec un sol à la matière venue des États-Unis. Du bois plutôt chic. Ambiance presque lounge … « l’architecte a fait un super travail » commente le buraliste qui travaillait auparavant dans la logistique et le transport.

L’investissement global de 500 000 euros – comprenant le coût de construction du bâtiment et l’installation d’un « vap-shop » à côté du bureau de tabac – a reçu une contribution à hauteur de 33 000 euros par le Fonds de Transformation des buralistes.

•• Dans le département de l’Oise, 61 dossiers ont été ouverts pour instruction : soit un buraliste sur cinq prêt à entrer dans cette nouvelle voie.

« Nous avons pris 3 euros d’augmentation des prix du paquet de cigarettes sur trois ans. Il y a donc deux solutions : abandonner ou se battre. On a décidé de se battre pour aller négocier ce fonds et aujourd’hui on constate que ça fonctionne. On a redonné envie aux gens d’investir dans notre réseau. Il y a eu 30 % de transactions en plus en 2020, contre une moyenne de 8 % auparavant » explique Philippe Coy au Courrier Picard.

« Un seul tabac a fermé en l’espace de deux ans dans l’Oise » complète de son côté Serdar Kaya, président de la fédération des buralistes du département.