Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
2 Sep 2022 | Profession
 

Sept ans après avoir repris un bar-tabac à Bellême (1 400 habitants, au cœur du Perche, dans l’Orne), ce couple de buralistes a rénové son établissement, une décision prise en début d’année, avec le soutien du Fonds de Transformation. 

« La vente de tabac est l’ADN du buraliste, mais les paquets ont augmenté et cela impacte nos ventes et notre chiffre d’affaires », souligne le patron dans Le Perche, « La Civette est donc devenue commerce d’utilité locale ».

•• « Avec notre amplitude horaire, nous pouvons rendre des services à la population, nous avons donc intégré le Paiement de Proximité pour les amendes, les impôts ou les factures par exemple; nous avons aussi développé le compte Nickel, nous commercialisons la vape » poursuit-il. Il est possible également d’y faire sa carte grise, d’ y reproduire ses clés, ou bien d’y aller chercher des timbres. Lire la suite »

25 Août 2022 | Profession
 

Dans la dernière édition de sa publication destinée aux entrepreneurs, la CCI Corse accueille un entretien avec José Oliva (président de la fédération des buralistes de Corse et administrateur de la Confédération) qui fait le point sur la Transformation (voir 22 août 2022) parmi ses 215 collègues de l’Ile-de-beauté (voir 2 mai 2022, 17 décembre 2021).

• À ce jour, un tiers des buralistes de Corse ont sollicité le Fonds de Transformation : ça vous paraît satisfaisant ?

José Oliva : D’ici la fin de l’année, je pense qu’une centaine de bureaux de tabacs en auront bénéficié. La Corse est d’ailleurs en tête des régions de France à s’engager dans cette transformation et nous négocions avec le gouvernement la prolongation du dispositif. Lire la suite »

22 Août 2022 | Profession
 

Le protocole d’accord sur la Transformation des buralistes (avec son Fonds de Transformation) conclu entre le ministère des Comptes publics et la Confédération portait initialement jusqu’à fin 2021 (voir 2 et 4 février 2018).

En octobre 2021, était obtenu son prolongement d’un an jusqu’à fin 2022 (voir 23 octobre 2021). Philippe Coy avec les élus de la Confédération travaillent actuellement à la suite. Avec leurs interlocuteurs gouvernementaux.

Mais les dispositions du protocole actuel s’inscrivent dans un calendrier qui doit être pris en compte pour les projets de transformation menés en ce moment. En voici les dates-clés (voir 11 juillet 2022).

Rappels utiles :

10 septembre 2022 : date limite conseillée pour le dépôt par les buralistes de leur dossier de pré-validation auprès de la plate-forme des Douanes.

 31 décembre 2022 : date limite d’acquittement aux prestataires des factures de travaux.

 31 mars 2023 : date limite de dépôt, auprès des Douanes, du dossier pour la mise en paiement des aides à la Transformation.

22 Août 2022 | Profession
 

« Nous voulions moderniser notre commerce, car nous avons le devoir d’accueillir nos clients dans de bonnes conditions, dans un magasin adapté, pour des achats plaisir, et tendre également vers un outil de travail plus plaisant et une nouvelle conceptualisation » soulignent le couple de buralistes qui a inauguré, ce 9 août, un tabac-presse « transformé » à Couëron (20 000 habitants, métropole de Nantes), voisin de l’ancien.

« Déjà, lors de notre arrivée dans le précédent magasin juste à côté il y a deux ans, nous songions à cette réalisation » poursuivent-ils dans Ouest France … L’établissement s’appuie toujours sur les bases du tabac-presse -loto, et poursuit l’activité Relais Poste, débutée il y a un an et demi pour le quartier, reprise désormais à 100 %. Lire la suite »

17 Août 2022 | Profession
 

Patron du tabac presse à Châtenoy-le-Royal (5 kilomètres de Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire) depuis un peu moins de 18 mois, ce buraliste va se lancer dans une profonde rénovation de son point de vente. Pendant que celui-ci sera hors service, il transférera tous ses produits dans une boutique éphémère … aménagée dans un container.

« Le local a été construit il y a plus de cinquante ans et il n’y a eu aucun rafraîchissement. Nous allons entreprendre une profonde rénovation et réorganisation de la surface de vente, de la réserve de stockage et renouveler la devanture du magasin. Ce sont les raisons pour lesquelles le tabac presse ne sera pas du tout accessible » explique-t-il au Journal de Saône-et-Loire. Lire la suite »

16 Août 2022 | Profession
 

Cet été, Ouest-France revient sur le dynamisme commercial de la ville de Laval (Mayenne). Laurent Savinel, patron d’un bar-tabac-presse, est le dernier en date à avoir développé une activité épicerie dans son quartier de La Filature. 

« Je suis un homme à projets » assure d’emblée le buraliste installé depuis septembre 2015. « Donc pour moi, il était temps soit de faire évoluer mon commerce, soit de bouger ailleurs. J’avais besoin d’un nouveau défi ».

•• Son idée de diversification dans l’épicerie de quartier a mûri au fil de ces derniers mois. La population est assez nombreuse et les gens sont obligés soit d’aller près de la gare, soit dans le centre-ville pour se ravitailler à pied. Lire la suite »

6 Août 2022 | Profession
 

Des cafés, Frontenay-Rohan-Rohan (village de 3 000 âmes, situé à une petite quinzaine de kilomètres de Niort, Deux-Sèvres) en a autrefois hébergé plusieurs. Mais les années ont passé, les communes et les habitudes ont changé.

Il n’en reste aujourd’hui qu’un, repris il y a un an. Et le bar-tabac-presse – à la décoration encore un peu vieillotte mais parfaitement tenu – vit. C’est Ouest France qui en témoigne.

« Notre première impression a été la bonne. Les gens sont accueillants. Je ne connais pas bien l’histoire du Monaco mais certaines personnes ont organisé ici, il y a pas mal d’années, leur vin d’honneur de mariage … Parmi les critères de recherche qui étaient les nôtres, il y avait le fait de pouvoir habiter sur place et bien évidemment de diriger quelque chose capable de faire vivre toute la famille », confie le buraliste à Ouest France. « Pour l’instant, on ne se plaint pas » ajoute-t-il. Lire la suite »

4 Août 2022 | Profession
 

Point Plus, nouvelle version du Mag Presse, se développe sous l’impulsion du groupe Nap (voir 11 décembre et 19 juin 2021). Lancée début 2020, la nouvelle enseigne compte déjà plus de 20 magasins sur le territoire français. Un nouveau point de vente vient d’ouvrir à Strasbourg. Témoignage du patron dans actuStrasbourg.

L’ambition de l’enseigne Point Plus est « d’incarner la modernité du commerce de proximité avec un positionnement sur des activités de services, de dépannage et alimentaire ». Les points de vente peuvent proposer jusqu’à huit types de services : colis, confiserie, e-cigarettes, jeux, presse, produits fumeurs, snack et téléphonie.

•• La quasi-totalité des ces services étaient déjà possiblement proposés au sein des Mag Presse, hormis la partie alimentaire, qui constitue la véritable nouveauté des Point Plus. Le patron strasbourgeois n’a pourtant pas l’intention de développer cette partie alimentaire, « essentiellement pour des questions d’hygiène », explique-t-il. Lire la suite »

28 Juil 2022 | Profession
 

Dans Le Losange de cet été (voir 2 juillet 2022) est publiée une interview de Jean-François Brochard (directeur général de Sodebo). Il y présente les enjeux de la collaboration entre la Confédération et Sodebo (voir 24 février et 11 mars 2021). Nous en reprenons des extraits.

•• Le marché de la pause-déjeuner

« Tout d’abord, il faut savoir que nous avons créé ce marché en France, que ce soit pour les réseaux de la grande distribution ou de la Restauration Hors Domicile. Plus d’un foyer sur deux en France consomme des produits de notre marque et nous continuons à recruter (+ 0,8 % l’année dernière).  Lire la suite »

26 Juil 2022 | International, Profession
 

La tabaculture ne représente plus que 1% de l’économie du Kenya. Mais cela devrait aller en diminuant encore plus. Les autorités y ont lancé tout un programme de reconversion de la tabaculture.

C’est ainsi que plus de 100 anciens tabaculteurs viennent de réaliser leur première récolte de haricots : 135 tonnes au total.

Ceci, dans le cadre d’un programme financé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).