Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
2 Nov 2021 | International, Profession
 

Résultats satisfaisants dus à des augmentations de parts de marchés alors que les volumes sont restés stables, tel est le message en substance de Masamichi Terabatake, président et CEO du groupe Japan Tobacco à l’occasion de la présentation de ses comptes du troisième trimestre (voir 4 mai et 3 août).

•• « Au Japon, nous enregistrons un feedback très encourageant des consommateurs par rapport à la Ploom X (voir 20 juillet). Cependant, le problème global d’approvisionnement en semi-conducteurs a un impact sur la production des devices, nous allons donc donner la priorité au marché japonais où nous avons déjà lancé la Ploom X ».  Lire la suite »

1 Nov 2021 | Vapotage
 

En amont de la COP 9 qui se déroulera en ligne, en raison de la Covid, du 8 au 13 novembre prochain (voir 29 avril 2020), le débat s’échauffe …

Sur le site Génération sans Tabac, la tribune des 100 experts indépendants, médecins, chercheurs et scientifiques – interpellant l’OMS et les participants à la convention-cadre sur les alternatives à la cigarette dans les moyens de lutte contre le tabagisme (voir 25 octobre 2021)  – est qualifié de « fronde » utilisant « des arguments très similaires à l’industrie du tabac ». Nous en reproduisons l’essentiel.

•• « Les Conférences des Parties sont ainsi prises pour cible par de petits groupes de fumeurs ou de vapoteurs, le plus souvent liés à l’industrie du tabac, qui manifestent et communiquent abondamment autour de l’événement pour réclamer des assouplissements ou l’ouverture à des produits dits de réduction des risques.

Cette année, c’est sous la forme d’une lettre ouverte signée par cent « spécialistes » qu’est attaquée la CCLAT. Conduit par Clive Bates, un ancien dirigeant d’Action on Smoking and Health-UK (ASH-UK, de 1997 à 2003) devenu depuis un allié de l’industrie du tabac avec son site The Counterfactual, ce groupe d’experts s’insurge contre ce qu’il considère comme une vision trop restrictive de la lutte contre le tabagisme et souhaite qu’y soient intégrés les nombreux produits de tabac et de la nicotine sans fumée promus par les industriels du tabac.

 S’appuyant sur des études financées par l’industrie du tabac qui entendent démontrer l’intérêt de ces produits sans fumée, la lettre ouverte défend l’idée d’introduire la notion de réduction des risques et plaide notamment pour intégrer les cigarettes électroniques et les dispositifs de tabac chauffé/grillé parmi les outils de lutte contre le tabagisme. Reprenant de nombreux arguments de l’industrie du tabac, la lettre s’en prend ouvertement à l’OMS, soupçonnée d’immobilisme sur les produits de vapotage et d’entrave à la santé publique en s’opposant à la politique dite de réduction des risques.

•• Bien que s’affichant comme indépendant de l’industrie du tabac et « prudent » vis-à-vis d’elle, le groupe de signataires reprend nombre de ses arguments typiques, en particulier ceux défendant le tabac chauffé/grillé. La défense du tabac chauffé/grillé est pourtant l’une des signatures indiquant la présence de l’industrie du tabac, qui promeut intensément ces produits dont elle tire des bénéfices bien plus importants que ceux du tabac fumé.

Une certaine confusion est d’ailleurs alimentée en mettant ces produits sur le même pied que la cigarette électronique, dont les émissions toxiques sont pourtant nettement moindres.  Lire la suite »

28 Oct 2021 | Vapotage
 

Une nouvelle étude internationale établit que les fumeurs sont encore très mal informés sur l’existence de produits alternatifs à la cigarette conventionnelle. Quand ils ne sont pas les victimes de « fake news » sur le sujet.

C’est du moins ce qui ressort de la vaste enquête du cabinet Povaddo (voir 16 avril 2019), réalisée dernièrement auprès de 30 000 adultes dans 26 pays et commandée par Philip Morris International.

On retiendra parmi les informations significatives apportées par cette enquête : Lire la suite »

20 Oct 2021 | Profession
 

Philip Morris International vient de publier ses résultats pour le 3ème trimestre 2021 (voir 21 juillet 2021). On y apprend que le volume de cigarettes conventionnelles livrées par le groupe, dans le monde, se monte à 164,4 milliards d’unités (-0,4 % par rapport au 3ème trimestre 2020).

Alors que le volume d’unités pour le tabac chauffé a atteint le niveau de 23,4 milliards, soit une progression de +23,8 %. Lire la suite »

20 Oct 2021 | Profession
 

Le tabac chauffé fait l’objet de plusieurs amendements contradictoires dans le cadre des discussions budgétaires de cet automne … alors que, globalement, il y a moins d’amendements que d’habitude sur les autres sujets.

Ces amendements sur le tabac chauffé n’aboutissent pas pour le moment (voir 9 et 12 octobre). Il n’empêche, on n’en retrouvera pas moins de sept qui passeront en séance publique, à partir d’aujourd’hui, lors de la discussion du PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale).

Comme précédemment, certains visent à fiscaliser les produits chauffés avec un régime similaire à celui applicable aux cigarettes conventionnelles (Philippe Vigier, Modem / François-Michel Lambert, Libertés et Territoires) ou, à tout le moins, renforcer cette fiscalité (Jean-Louis Touraine, LREM). Lire la suite »

12 Oct 2021 | Profession, Vapotage
 

Nouvel amendement sur le tabac chauffé, dans le cadre des discussions budgétaires de cet automne (voir 9 et 4 octobre). Mais concernant le PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2022), cette fois. Et pour discussion en commission des Affaires sociales demain.

Cet amendement, déposé par Philippe Vigier (Eure-et-Loire), a été cosigné par l’ensemble du groupe des députés Modem. En voici la teneur. Lire la suite »

9 Oct 2021 | Profession
 

Toujours à l’occasion de la discussion parlementaire sur le Projet de Loi de Finances (PLF 2022) – mais pour la séance publique à l’Assemblée nationale de la semaine prochaine – de nouveaux amendements sur le tabac chauffé sont déposés (voir 4 octobre 2021).

Mais cette fois-ci, ils ne vont pas tous dans le même sens.

En fait, les amendements de la semaine dernière ont été déclarés irrecevables ou rejetés en commission. Mais leurs auteurs persistent et signent. Lire la suite »

7 Oct 2021 | International, Profession
 

British American Tobacco vient d’annoncer l’ouverture d’un « Innovation Hub » à Trieste, en Italie.

Ce « Hub » devrait comprendre un grand centre de production global consacré à tous les produits à moindre risque, le siège d’une boutique digitale et un centre d’excellence pour la transformation digitale et le marketing digital.

Mais ce sont les unités de recherche et développement ainsi que de production, au service de tous les produits de nouvelle génération de BAT, qui seront au cœur du dispositif.

•• De quoi faciliter les synergies dans ces domaines où les innovations s’enchaînent au rythme des retours d’expériences clients.

Sur 20 000 mètres carrés, seront ainsi accueillies des lignes de production pour les produits des marques Vuse (vapotage), glo (tabac à chauffer) ou Velo (modern oral, sachets de nicotine). Essentiellement pour les marchés européens. L’investissement porte sur une enveloppe de 500 millions d’euros sur 5 ans.

La première tranche de travaux s’entamera fin novembre. Pour de premières mises en fonctionnement à partir de mai prochain. Bien évidemment, la conception de la construction se veut ayant le moins d’impact possible sur l’environnement : tant en termes de matériaux utilisés (matières renouvelables) que de gestion de l’énergie (impact carbone neutre, systèmes photovoltaïques).

•• « L’Innovation Hub de Trieste va jouer un rôle-clé dans notre démarche A Better Tomorrow Transformation, dans la mesure où nous nous efforçons de réduire l’impact négatif de notre activité sur la santé » a déclaré, à l’occasion de cette annonce, Kingsley Wheaton, Chief Marketing Officer de British American Tobacco (voir 26 juillet 2021). « Notre but consiste à développer de nouveaux produits, basés sur la science, procurant aux fumeurs adultes des alternatives moins risquées. »

Voir aussi 30 mars 2020 et 19 février 2021.

5 Oct 2021 | Vapotage
 

Suite au débat sur le thème « Repenser la fiscalité des nouveaux produits du tabac et de la nicotine pour lutter contre le tabagisme » – organisé le 28 septembre à Paris par l’Institut de Recherche et d’études sur la Fiscalité/ IREF (voir 26 et 22 septembre) – ce dernier a publié un communiqué de synthèse que nous reprenons.

Aujourd’hui en France, il y a encore plus de 11 millions de fumeurs, c’est-à-dire, 25 % de la population adulte. Malgré les contraintes de taxes et de prix imposées par l’État, les chiffres relatifs à la prévalence tabagique sont repartis à la hausse en 2020 selon le dernier rapport de Santé Publique France, publié en mai dernier (voir 26 mai 2021).

Toutefois, il existe aujourd’hui des alternatives à nocivité réduite à la cigarette, telles que la cigarette électronique et le tabac à chauffer, qui permettent de délivrer la nicotine en réduisant les émissions de substance novices du fait de l’absence de combustion.

C’est dans ce sens que l’IREF, a organisé une rencontre-débat autour la fiscalité comportementale des nouveaux produits du tabac et de la nicotine pour lutter contre le tabagisme, en présence de : Jean-Philippe Delsol, président de l’IREF ; Daniel Pryor, de l’Adam Smith Institute (think tank anglais) ; Patrick Coquart, chercheur à l’IREF et auteur du rapport présenté ; Emeric Christiansen, responsable des affaires fiscales chez Philip Morris France.

•• Les principaux enseignements du rapport « Repenser la fiscalité des nouveaux produits du tabac et de la nicotine pour lutter contre le tabagisme » :

L’augmentation du prix du paquet de cigarettes, en France, de 212 % entre 2000 et 2020, n’a fait diminuer le nombre de fumeurs quotidiens que de 15 % ;

La prévalence du tabagisme n’est pas toujours corrélée au prix, comme en attestent les exemples de la Suède et l’Italie :
. en Suède, la prévalence du tabagisme est d’environ 10 %, avec un taux qui baisse depuis les années 1980, grâce au développement du « Snus » (tabac oral), 5 fois moins taxé que la cigarette ;
. en Italie, la fiscalité est liée au niveau de nocivité des produits, de manière à appliquer des taxes moins élevées sur les produits moins nocifs que la cigarette; ainsi le tabac à chauffer et la cigarette électronique y sont aujourd’hui taxés entre 75 % et 95 % de moins que la cigarette.

En France, la recommandation d’utilisation des alternatives à nocivité réduite se fait timidement, alors que celles-ci ont fait leurs preuves dans de nombreux pays dont des pays européens.

•• Patrick Coquart, à travers son rapport, invite les autorités publiques à prendre en compte les connaissances scientifiques, l’innovation des entreprises et les expériences étrangères pour adopter une politique de réduction des risques efficace et à l’écoute des besoins des fumeurs en France.

La prévalence tabagique au Royaume-Uni est deux fois moindre qu’en France. Ce pays a mis en œuvre une approche de santé publique qui intègre la réduction des risques, en recommandant aux fumeurs (pour ceux qui autrement continueraient de fumer) de passer à des alternatives à nocivité réduite. En termes de fiscalité, le Royaume-Uni vise à mettre en place une taxation des produits du tabac et de la nicotine basée sur le niveau de risque (concept de « risk-based-taxation »).

•• Afin d’apporter des solutions concrètes à ce sujet, en se basant sur les éléments-clés du rapport, l’IREF propose :

Un fort travail de pédagogie sur la nocivité des produits du tabac et de l’alcool, à travers un « noci-score » – une échelle d’évaluation des produits – et d’adapter la taxation en fonction de la nocivité du produit. L’idée est que le consommateur puisse être éclairé dans ses choix par l’information qu’on lui donne et pas seulement par une taxe, qui en elle-même ne véhicule aucun message;

Afin que ce « noci-score » soit intégré et légitime, il faut l’asseoir sur une analyse scientifique et multidisciplinaire qui peut évoluer dans le temps, avec un renouvellement régulier des expertises. Cela donnera une assise à la fois en matière de santé publique, d’économie mais également en matière juridique.

La proportionnalité de la taxe par rapport à la personne ou à la matière est un principe fondamental du droit fiscal : appliquer une taxation sur la base du « noci-score » sera ainsi une solution réelle à cette problématique.

4 Oct 2021 | Vapotage
 

Comme l’année dernière (voir 11 décembre et 5 octobre 2020), la discussion sur le Projet de Loi de Finances pour l’année prochaine (PLF 2022) fait l’objet de plusieurs amendements concernant le tabac chauffé. Ils seront examinés en Commission des Finances cette semaine.

Les auteurs de ces amendements sont signés par Lise Magnier (Agir / Marne) et Charles de Courson (Territoires & Libertés / Marne).

Ils demandent une modification de la « fiscalité du tabac à chauffer dans un objectif de santé publique » et un rapport « sur l’opportunité, les modalités et l’impact de la création, dans le Code général des Impôts, d’une catégorie fiscale dédiée pour le tabac à chauffer. » Lire la suite »