Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
11 Août 2022 | International, Profession
 

Le gouvernement de Madrid vient de prendre, par décret, un certain nombre de mesures d‘urgence pour économiser l’énergie. Elles concernent autant les particuliers que les entreprises, notamment les commerces dont les estanqueros (buralistes) dont un certain nombre offrent de larges plages horaires.

Les régions sont chargées d‘appliquer ces mesures même si certaines les contestent. En lançant des recours.

Le dispositif est en vigueur depuis ce 10 août. Ses mesures principales étant :
l’extinction des vitrines et de tout éclairage ou signalisation extérieurs après 22 heures (même si le point de vente ou le bar sont encore ouverts et éclairés à l’intérieur)
limitation de la température de l‘air conditionné au seuil minimum de 27 degrés dans tous les commerces. Sachant que le décret prévoit pour l‘hiver un chauffage maximal de 19 degrés.

25 Juil 2022 | Observatoire
 

Extrait de l’interview d’Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, à propos de l’effort collectif demandé pour réduire la consommation énergétique (voir 3 juillet) dans le JDD du 24 juillet.

Le Journal du Dimanche : « La grande distribution a pris des engagements cette semaine, qu’en est-il des commerces ? »

Agnès Pannier-Runacher : « Les Français sont à juste titre choqués par certaines pratiques. Dans les prochains jours, je vais prendre deux décrets :

. le premier généralise l’interdiction des publicités lumineuses quelle que soit la taille de la ville entre 1 heure et 6 heures du matin, sauf rares exceptions comme les gares et les aéroports ;
. et le second interdit aux magasins d’avoir leurs portes ouvertes alors que la climatisation ou le chauffage fonctionne. La clim à fond la porte ouverte, ce n’est plus acceptable !
» (sic).

22 Juil 2022 | Pression normative
 

Le sujet peut paraître quelque peu « déconnecté » en cette période estivale marquée par la canicule. Mais voilà, une petite actualité parlementaire nous y ramène.

On sait qu’il est désormais interdit d’équiper les terrasses extérieures d’établissements de dispositifs de chauffage (ou de climatisation, d’ailleurs / voir 2 avril). Mais une question écrite du député de l’Eure Kevin Mauvieux (RN) à Bérangère Couillard, secrétaire d’État à l’Écologie auprès de Christophe Béchu (ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires) vient s’insérer dans ce dispositif d’interdiction.

Quid des bancs chauffants ? Nous reprenons sa question. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac-Brasserie : et si les « bancs chauffants » étaient autorisés en terrasses, cet hiver ?  ,
19 Juil 2022 | Observatoire
 

Perifem (la fédération qui regroupe l’ensemble des acteurs de la distribution autour des préoccupations d’environnement, d’énergie, de sécurité et d’innovation) annonce la mobilisation des grands acteurs de la distribution (de Leclerc à Système U en passant par Carrefour et Lidl) autour d’un protocole énergétique de crise qui devrait être mis en œuvre le 15 octobre prochain.

Nous reproduisons des extraits de son communiqué.

•• Devant le risque de possibles pénuries d’approvisionnement électrique annoncées par le Gouvernement pour cet hiver, Perifem coordonne les travaux des grands intervenants pour, comme pendant le Covid, adopter une position responsable dans cette nouvelle gestion de crise et mettre en place des initiatives permettant une sobriété énergétique inédite des magasins Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire du commerce : la grande distribution prend l’initiative « pour la sobriété énergétique »   ,
3 Juil 2022 | Profession
 

Les patrons d’Engie, EDF et TotalEnergies ont appelé les Français à la « sobriété » en leur demander de limiter « immédiatement » leur consommation d’énergie, dans une tribune publiée dans la presse. Mais les efforts individuels ne sont pas le seul levier.

Côté consommation d’électricité, les enseignes des magasins ainsi que les panneaux publicitaires allumés la nuit pourraient être éteints, ce qui représenterait une intéressante économie d’énergie, suggère Ouest France en utilisant en illustration … une carotte de buraliste.

•• Pour les enseignes lumineuses, un décret de 2012, appliqué en 2018, oblige en principe déjà les magasins concernés de les éteindre entre 1 heure et 6 heures du matin. Selon le ministère de la Transition écologique, cette mesure aurait permis d’économiser 1 000 gigawatts par heure, soit l’équivalent de la consommation de 370 000 ménages.

Cette mesure avait été prise à l’époque d’abord pour réduire la pollution lumineuse, nuisible aux oiseaux et affectant notamment la biodiversité. Cette économie d’électricité prend une autre dimension aujourd’hui, face au risque de pénurie et de flambée des prix de l’énergie attendus l’hiver prochain. Selon plusieurs organismes, ce décret de 2012 n’est cependant pas encore complètement respecté.

•• Autre tendance forte du marché publicitaire, les panneaux publicitaires éclairés. Selon le rapport Analyse sociétale du gestionnaire du Réseau de Transport d’Électricité (RTE) datant de février 2022, plus de 9 000 de ces panneaux étaient installés en France en 2019, dans les métros et aéroports notamment.

Une forte progression, d’environ 20 % par an, et qui pourrait bien remplacer la moitié des panneaux publicitaires papier d’ici 2050, estime RTE. Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie (Ademe), ces panneaux ont un fort coût environnemental. L’impact de chaque panneau serait de 245 kilos d’équivalent CO2 par année d’utilisation, en comptant la phase d’utilisation et le coût de production de l’écran.

Mais son coût énergétique au fil du temps pose également question. L’Ademe estime « qu’au bout de dix ans d’utilisation, [chaque] panneau aura consommé 20 477 kWh », soit la dépense énergétique annuelle de quatre ménages français, ou 8,8 personnes. Multipliez par 9 000, et on obtient la consommation annuelle de 79 200 personnes. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire du commerce : pourquoi n’éteint-on pas les enseignes et panneaux publicitaires lumineux ? (Ouest France)  
28 Avr 2022 | Profession
 

Premier réseau de commerces de proximité en France, les buralistes représentent 23 500 points de vente répartis sur tout le territoire. Très dynamique, ce secteur emploie 80 000 salariés et accueille chaque jour 10 millions de clients.

Face à la baisse régulière des ventes de tabac, le Gouvernement a élargi la palette d’activités des buralistes, leur permettant de devenir des commerçants multi-services. Ainsi débute un communiqué de Michel Simond (voir 23 mars 2016) que nous reproduisons.

Avec une augmentation de 41 % des transactions de bureaux de tabac en 2021, le Groupe Michel Simond, spécialiste de la transmission de commerces et d’entreprises, relève un dynamisme sans précédent de ce secteur. Après une année 2021 record, les perspectives pour 2022 s’annoncent très encourageantes. En 2021, 1 débit de tabac vendu tous les 2 jours par le Groupe Michel Simond. 

•• La pandémie n’a pas ralenti le nombre de transactions de tabacs en 2021, au contraire ! Le Groupe Michel Simond, 1er réseau national de conseil en cession et reprise de commerces et entreprises, a enregistré une augmentation du nombre de ses ventes de près de 41%. Le nombre de nouveaux mandats confié au cabinet a augmenté de +11 %. Des chiffres sans précédent pour ce secteur d’activité !

Boosté par la revalorisation du métier, devenu synonyme de lien social et de services de proximité, mais également par sa bonne rentabilité et l’envie de reconversion de bon nombre de Français à la suite de la crise, le nombre de nouveaux acquéreurs a bondi en 2021 avec une augmentation de +37,5 %. Une tendance qui se confirme pour 2022.

•• Aujourd’hui, le nombre de demandes est largement supérieur à celui des offres et les perspectives pour 2022 s’annoncent très positives. Le Groupe Michel Simond compte aujourd’hui 2 750 demandes de tabac pour 1 000 tabacs à vendre, dont une bonne partie dans les zones touristiques françaises. 

Véritables lieux d’échanges, les bureaux de tabac contribuent, à leur façon, à la vie économique et sociale des quartiers et villages. 41 % des buralistes exercent dans des communes de moins de 3 500 habitants et 42 % de leurs clients ne consomment pas de tabac.

« Dans ce contexte encore morose, l’année 2022 s’annonce très positive pour ce secteur, de plus en plus prisé et présent principalement dans des zones touristiques qui ont connu un fort regain d’attractivité avec la pandémie. L’explosion du nombre de personnes qui ont voulu changer de vie a également profité à ce secteur » explique Vivien Boualem, Directeur Réseau du Groupe Michel Simond.

21 Avr 2022 | Observatoire
 

La plupart des associations de consommateurs membres du Conseil national de la consommation, notamment l’UFC-Que Choisir ou Familles Rurales, se sont opposées, ce mardi 19 avril, à la suppression par défaut du ticket de caisse prévue à compter de 2023 (voir 27 avril 2021), en réclamant que l’impression d’un ticket soit « systématiquement proposée », rapporte une dépêche AFP.

Douze associations de consommateurs – sur les quinze que compte l’organisme paritaire consultatif qu’est le Conseil national de la Consommation – estiment que supprimer « par défaut » le ticket de caisse « aboutit à priver les consommateurs d’un véritable choix, et par voie de conséquence de leurs droits ». Lire la suite »

21 Fév 2022 | Profession
 

Bimedia s’engage avec EcoTree pour contribuer à la plantation et à la gestion durable de la forêt française, annonce un communiqué que nous reprenons.

Bimedia, éditeur de logiciels d’encaissement et de gestion de point de vente pour les commerces de proximité (voir 25 et 16 octobre 2021), s’engage pour la création de puits de carbone en France.

En coopération avec ses partenaires Solutions 30, FEC, Posbank et Leascorp, Bimedia devient donc propriétaire de 2 000 arbres (pins Laricio, chênes, thuyas et douglas) répartis dans 4 forêts locales situées en Bretagne, dans les Pays de la Loire et en Bourgogne. Un arbre pouvant absorber en moyenne 25 kilos d’équivalent CO2, au bout de trois ans, la « forêt Bimedia » (6 000 arbres) représentera 12,6 hectares et séquestrera 180 Teq de Co2 /an (environ 2,5 fois la consommation annuelle de la société).

•• Ancré depuis toujours dans la philosophie et les valeurs du groupe, l’engagement pour la protection de la planète et la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre n’est pas nouveau chez Bimedia.

Innovations logicielles et matérielles pérennes,
partenariats événementiels ou durables,
bâtiment BBC,
près de 30% de flotte de véhicules hybrides d’ici fin 2022,
politique Responsabilité Sociale d’Entreprise valorisée,
engagement citoyen des collaborateurs,

les actions sont nombreuses et sont au cœur de la stratégie de l’entreprise.

•• « Notre partenariat avec EcoTree concrétise notre engagement sociétal qui résonne tout particulièrement en cette période de fragilité environnementale. Nous sommes fiers d’associer nos collaborateurs, nos clients, et nos fournisseurs partenaires à ce beau projet qui nous rappelle l’importance d’une forêt en bonne santé. Un moyen pour Bimedia et ses partenaires de contribuer, à leur échelle, à la mobilisation pour la neutralité carbone mondiale » explique Guillaume Dewaël, PDG du groupe Bimedia.

20 Fév 2022 | Profession
 

Le groupe Logista devient le seul distributeur/ logisticien européen à recevoir une prestigieuse reconnaissance internationale, pour la sixième année de suite, mettant particulièrement en valeur sa lutte contre le changement climatique.

C‘est ce qu‘annonce un communiqué de Logista dont nous reprenons les passages les plus significatifs.

Logista obtient, une fois de plus, la note A qui est la plus élevée et uniquement attribuée à un nombre restreint d’entreprises parmi les 12 000 postulantes qui ont été évaluées partout dans le monde par le CDP (anciennement Carbon Disclosure Project, classant les performances environnementales des grands groupes).

•• Sur la base des données communiquées – dans le cadre du questionnaire 2021 du CDP Sur le changement climatique – l’entreprise a été reconnue pour ses actions visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à atténuer les risques climatiques et à développer l’économie à faible émission de carbone. Lire la suite »

17 Fév 2022 | International, Profession
 

Japan Tobacco s’engage à intensifier ses efforts pour réduire ses émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) afin de parvenir au zéro émission d’ici 2050.

C’est ce qu’annonce un communiqué du Groupe JT que nous reprenons (voir 9 décembre et 19 novembre 2021).

Face à l’urgence toujours plus pressante des défis environnementaux planétaires, le Groupe JT mesure pleinement sa responsabilité en termes de contribution à la transition vers une société décarbonée. Nous avons, à cette fin, revu nos objectifs en matière de consommation d’énergie et d’émissions du « Plan environnement 2030 du Groupe JT », avec pour ambition la neutralité carbone pour nos propres activités d’ici 2030.

•• C’est ainsi que le Groupe JT a défini une série d’initiatives, dont un accroissement de la part du renouvelable dans sa consommation d’électricité.

Ces nouveaux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 s’inscrivent dans le cadre d’une approche scientifique, le Groupe JT cherchant à obtenir la validation de ses objectifs par l’Initiative Science Based Targets (iSBT/ permettant notamment de confirmer que les objectifs du groupe sont alignés sur l’Accord de Paris sur le Climat).

•• Le plan environnement 2030 de Japan Tobacco est basé sur les ambitions et objectifs suivants :

ambitions :
. neutralité zéro pour l’ensemble de sa consommation énergétique d’ici 2050 ;
. neutralité carbone pour ses propres activités d’ici 2030 ;
. zéro émission tout au long de sa chaîne de valeur d’ici 2050.

objectifs :
. part du renouvelable dans l’électricité, consommée par le groupe, portée à 50 % d’ici 2030 et à 100 % d’ici 2050 ;
. réduction des émissions de gaz à effet de serre pour ses propres activités de 47 % d’ici 2030 ;
. réduction des émissions de gaz à effet de serre associées aux achats de biens et services du groupe de 28 % d’ici 2030
(avec 2019 comme année de référence).

•• Masamichi Terabatake, Président-Directeur général du Groupe JT, a déclaré à cette occasion : « Ces initiatives en matière de développement durable jettent les bases du développement à long terme de nos activités. Elles sont nécessaires, et s’inscrivent dans la droite ligne des principes énoncés par notre modèle 4S (de responsabilité vis-à-vis de notre environnement).

« Notre statut d’acteur mondial de premier plan nous impose de placer les défis environnementaux planétaires, tout particulièrement les enjeux relevant du changement climatique, au premier rang de nos priorités dans la gestion de nos activités. Notre nouvel objectif est désormais de parvenir au zéro émission sur l’ensemble de notre chaîne de valeur d’ici 2050. Dans l’intervalle, nous nous sommes fixés – à titre intermédiaire – d’atteindre la neutralité carbone de nos propres activités d’ici 2030.

« Nous entendons ainsi mériter toujours la confiance de nos partenaires, et poursuivre sans relâche nos efforts de réduction de notre impact environnemental, gage d’un environnement durable à long terme. »