Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
3 Juil 2022 | L'Info
 

Tous les établissements de restauration et de brasserie ont perdu un avantage de taille depuis ce 1er juillet. Le plafond du titre-restaurant, qui s’élevait à 38 euros par jour depuis juin 2020, repasse à 19 euros. Quant à son utilisation, elle est de nouveau interdite le week-end et les jours fériés.

Décidé par le gouvernement pour faciliter la relance d’un secteur durement touché par la pandémie, ce coup de pouce n’avait pas vocation à perdurer, rappelle Le Figaro. Alors que son effet s’est avéré très positif.

Selon la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), il a permis d’augmenter de 50 % le panier moyen des utilisateurs de titres-restaurants dans la restauration traditionnelle, le faisant passer de 14 à 21 euros.

•• Le Gouvernement avait prévenu qu’il n’y aurait plus de prolongations, mais il y met un terme à un moment difficile.

Certes, la restauration sort la tête de l’eau : pour la première fois en mai, l’activité a dépassé de +4 % celle de 2019, selon le cabinet Food Service Vision. Mais l’inflation (produits alimentaires, énergie…) est une menace pour les dépenses de loisirs des Français, en particulier leurs sorties au restaurant.

« C’est une manière de détourner les Français de la restauration traditionnelle, où un repas coûte généralement plus de 20 euros. Ce n’est pas le moment de faire cela » regrette Alain Fontaine, président de l’association des maîtres restaurateurs (voir 3 février).

•• La Commission nationale des titres-restaurants (CNTR) avait demandé de passer le plafond du titre-restaurant à 29 euros de manière pérenne pour les restaurateurs, et 19 euros pour les autres points de vente agréés (distribution alimentaire, commerce de bouche…). Elle n’a pas obtenu gain de cause auprès des ministères de l’Économie et du Travail. Lire la suite »

18 Juin 2022 | Observatoire
 

Il y a dix ans, ces cantines ambulantes avaient envahi les espaces publics des grandes villes, notamment à Paris. Aujourd’hui, ils sont beaucoup moins nombreux et se sont repliés sur les sites privés, l’événementiel ou l’activité traiteur. Le concept de food truck à l’anglo-saxonne, au coin de la rue, n’a pas pris en France.

Pourquoi ? Une enquête des Échos.

« C’est un échec cuisant. En 2014, on était monté à 750 food trucks en France, pour tomber aujourd’hui à une soixantaine » recense Bernard Boutboul, à la tête de Gira Conseil, cabinet spécialisé dans la consommation alimentaire.

Ce n’est pas la faute des clients. Pour le spécialiste, trois éléments les ont plombés : les restaurants qui ont brandi l’argument de la concurrence déloyale, les municipalités qui ne veulent pas de camions dans les villes … et une réglementation très contraignante.

•• Au fur et à mesure des appels à projets tous les deux ans de la Ville de Paris pour occuper les 20 emplacements dédiés, le nombre de candidatures a chuté. En 2015, 158 créateurs avaient postulé (et 56 retenus), contre 53 candidats en 2017.

« En réalité, à Paris, ils se sont déplacés du centre-ville pour aller en banlieue francilienne, où les règles sont moins compliquées ; on les retrouve dans les festivals ou sur les sites privés » décrypte Olivier Lignon, à la tête de Street food en mouvement, association qui rassemble 120 food trucks.

« La sauce n’a pas pris dans la capitale, ni sur les parvis des gares, car les gens sont trop pressés, et le télétravail n’a pas arrangé les choses dans les quartiers de bureaux », décrit-il, lui-même se repliant dans le Val-de-Marne avec ses deux camions Mobile Burger.

Pour sa part, Lyon n’a jamais sauté sur le phénomène. Les food trucks se limitent à huit camions pizzas historiques et à une poignée de camions cantine. Mais la nouvelle municipalité écologiste a l’intention de faire le ménage. Les places sont désormais attribuées pour six ans, à 41 euros la journée, et 453 euros le mois. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire de la proximité : le modèle des « food-trucks » complètement cassé   ,
28 Mai 2022 | Observatoire
 

La réouverture des restaurants n’a pas détourné les Français de la livraison de repas tout faits à domicile.

Au premier trimestre, le phénomène a atteint de nouveaux sommets, avec des commandes en progression de 35 % par rapport au premier trimestre 2021, période au cours de laquelle les restaurants étaient pourtant fermés, souligne une étude du cabinet spécialisé NPD, reprise dans Le Figaro (voir 7 mai 2022 et 18 mars 2020). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire de la proximité : la livraison de repas à domicile ancrée dans le quotidien des Français  ,
24 Mai 2022 | Profession
 

La saison estivale et le retour des touristes donnent des sueurs froides aux professionnels du CHR. Car le serveur se fait rare. Le turn-over habituel s’est accentué, les anciens ne sont pas tous revenus après le confinement, et le recrutement est de plus en plus ardu, constate Le Parisien.

Les besoins sont importants : en Île-de-France, les patrons de cafés et restaurants souhaitent recruter 13 645 serveurs cette année, c’est 50 % de plus que l’an dernier, selon l’enquête sur les besoins en main-d’œuvre récemment publiée par Pôle emploi. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac-Brasserie : le grave problème posé par la difficulté de trouver des serveurs   ,
19 Mai 2022 | Profession
 

Une enquête IFOP pour France Boissons confirme l’attachement des Français à ces lieux de convivialité : plus d’un Français sur deux (54 %) affirme s’être rendu en terrasse à la sortie du confinement dès les jours qui ont suivi leur réouverture (voir 7 mai).

Extraits du communiqué.

•• Une habitude ancrée dans le mode de vie des Français qui sont près de 9 Français sur 10 à fréquenter les terrasses au moins une fois par mois, quel que soit leur âge, catégorie sociale ou situation géographique.

En outre, 71 % déclarent être attachés aux terrasses, et c’est particulièrement vrai chez les 25-34 ans (81 %). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac-Brasserie : l’indéfectible attachement des Français aux terrasses  ,
7 Mai 2022 | Profession
 

« Souvenez-vous, il y a presque un an, les terrasses des cafés-hôtels-restaurants rouvraient après six mois de fermeture, permettant aux Français de renouer avec le plaisir de se retrouver et de savourer un moment ensemble après des semaines de restrictions » annonce France Boissons dans un communiqué que nous reproduisons.

« Parce que ces espaces de vie sont si chers aux Français, France Boissons, partenaire historique des cafés-hôtels-restaurants, lance la toute première Journée des Terrasses, le mercredi 18 mai.

« À l’occasion de cette 1ère édition, France Boissons révèlera les résultats d’une étude IFOP exclusive sur l’attachement des Français à ces lieux de partage et de convivialité, caractéristiques de l’art de vivre à la Française. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac-Brasserie : France Boissons lance la Journée des Terrasses  ,
4 Avr 2022 | Profession
 

Nous continuons le passage en revue des mesures que souhaiterait voir pris en compte le secteur CHR à l’occasion de l’élection présidentielle et des législatives (voir 3 avril).

Après le GNI, nous présentons les propositions de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), présidée par Roland Héguy (voir 12 août 2021). En voici une synthèse avec la reprise de certaines mesures.

Redynamiser l’industrie touristique et l’inscrire comme priorité de l’économie française : nommer un ministre du Tourisme rattaché à Bercy (…) Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Élections : les propositions du secteur CHR (2), l’UMIH  ,
3 Avr 2022 | Profession
 

À l’occasion de l’élection présidentielle est des législatives suivantes, les principales organisations du CHR ont établi leur catalogue des mesures qu’ils souhaiteraient voir pris en compte dans le cadre du prochain mandat.

Dans un premier temps, nous commençons par les propositions de GNI (Groupement national des Indépendants), présidé par Didier Chenet (voir 24 décembre 2021). Elles sont 35 au total mais nous en avons extrait les plus significatives pour nos lecteurs.

Pour un renforcement de la gouvernance du tourisme et une organisation plus agile et efficace de la promotion du secteur : création d’un ministère du tourisme de plein exercice (…)

• Pour améliorer l’attractivité des emplois et la compétitivité des entreprises : réduire les charges sociales dans les entreprises à forte intensité de main d’œuvre, à coût nul pour les finances de l’état ; encadrer le montant des  commissions exigées par les émetteurs de titres restaurant et leurs pratiques ; investir encore dans l’apprentissage ; simplifier l’alternance en fusionnant les dispositifs dans un contrat unique ; améliorer l’accueil de la clientèle par la formation ; rendre obligatoire les cours de cuisine pendant toute la scolarité (…)

• Pour accompagner la compétitivité digitale des CHR : créer une plateforme d’alerte des mauvais agissements des plateformes numériques ; permettre aux entreprises de s’assurer contre les cyberattaques (…)

• Pour stimuler les démarches éco-responsables dans les CHR : inciter les entreprises à s’engager dans une démarche éco responsable (…)

• Pour assurer et fluidifier la pérennité des entreprises (financement, créations et transmissions) : adapter le remboursement des PGE aux possibilités des entreprises; défiscaliser les transmissions d’entreprises patrimoniales au sein de la famille et au profit des salariés; améliorer le sort des conjoints collaborateurs; étendre aux PME le bouclier tarifaire face à la hausse du prix de l’énergie.

 Commentaires fermés sur Élections : les propositions du secteur CHR (1), le GNI  ,
1 Avr 2022 | Pression normative
 

Pour certains, cela aurait pu passer pour un poisson d’avril . Mais non … À partir de ce vendredi 1er avril, tous les dispositifs chauffant (ou climatisant) les terrasses extérieures des bars et restaurants sont prohibés.

Pour rester chauffée, une terrasse devra être hermétiquement close : plus d’ouverture permanente sur l’extérieur ; en conséquence, les fumeurs ne peuvent y être acceptés.

Prévue pour le printemps dernier, la mesure à visée écologique avait été repoussée pour permettre aux cafetiers et restaurateurs de se préparer. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Terrasses chauffées : on débranche ce 1er avril  ,
29 Mar 2022 | Profession
 

La saison des terrasses estivales redémarre le 1er avril.

La mairie de Paris assure s’être montrée plus exigeante vis-à-vis des commerçants. 1 600 autorisations ont déjà été délivrées, selon Le Parisien (voir 19 février). Plus question de les laisser se développer de manière anarchique sur les trottoirs et la chaussée.

Le nouveau Règlement des Étalages et des Terrasses (RET) oblige, dans un premier temps, les professionnels à déposer des dossiers dont l’instruction sollicite à la fois les services de l’urbanisme de la mairie centrale, les mairies d’arrondissement mais aussi la préfecture de police. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CHR / Paris : le retour « très encadré » des terrasses estivales  ,