Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
12 Juin 2022 | Profession
 

« Des buralistes pour faire vivre nos bourgs » …

On en discutait ce 8 juin, dans le centre Finistère à Châteauneuf-du-Faou, lors d’une table ronde sur la ruralité à l’initiative de la FNSEA et de la Confédération des buralistes. En présence notamment de Richard Ferrand (député de la circonscription et président de l’Assemblée nationale / voir 10 juin). 

Objectif : une recherche de solutions conjointes pour faire vivre la proximité entre municipalités et commerçants. Commentaire d’Alain Clouet (vice-président de la Confédération, chargé de la ruralité) sur France Bleu Breizh Izel. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Finistère : « contribuer au bien vivre de la population en milieu rural » (Alain Clouet)   ,
10 Juin 2022 | Profession
 

Défendre et valoriser la ruralité a été le fil rouge de la table ronde qui a réuni – ce 8 juin à Châteauneuf-du-Faou (centre Finistère) – différents élus et acteurs du monde économique autour de Philippe Coy et Alain Clouet (vice-président de la Confédération des buralistes) rapporte un article du Télégramme que nous reproduisons. 

Cette rencontre était initiée notamment par la FNSEA et faisait écho à l’élaboration d’un manifeste coproduit par 40 organisations du monde économique – dont la Confédération des buralistes – qui œuvrent au quotidien en milieu rural (voir 24 septembre et 8 décembre 2021).

Au cœur d’un tabac-presse, récemment transformé et offrant une multitude de services, Philippe Coy a donc présenté un réseau « qui milite pour la qualité de vivre ensemble », comptant 23 500 buralistes en France (300 en Bretagne), 41 % de ces commerçants exerçant dans des communes de moins de 3 000 habitants. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Finistère : « nous pouvons être à la source de solutions d’aménagement du territoire » (Philippe Coy)  ,
25 Mar 2022 | Profession
 

C’est le seul commerce à des kilomètres à la ronde. Il fait épicerie générale, charcuterie/ traiteur, dépôt de pain, mais aussi … tabac, point relais bancaire, bistrot de jour et bar de nuit. Une oasis de services dans le petit bourg d’Hémonstoir (Côtes-d’Armor), commune rurale de 720 âmes située en périphérie de Loudéac.

« L’épicerie du village », c’est son nom, a ouvert en juillet 2019. Ranimant un bourg abandonné, orphelin de tout commerce depuis la fermeture de l’ancienne boulangerie-épicerie en juillet 2017. Les repreneurs, Geneviève 37 ans et Didier Lassalle, 51 ans, sont des agriculteurs de la commune. « Il y a eu une occasion de reprendre, on s’est lancés », résume la buraliste multiservices pour Ouest France. Ils ont racheté le bâtiment et « tout refait », reprenant aussi au passage la licence de l‘ancien bar-tabac de la commune. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buraliste rural : quand des agriculteurs deviennent buralistes   ,
15 Fév 2022 | Profession
 

Dans le cadre d’une convention de partenariat signée au niveau national en 2018 entre l’Association des Maires de France et la Confédération nationale des Buralistes (voir 19 octobre 2018), sa déclinaison départementale a été concrétisée, ce 10 février, pour les Alpes-de-Haute-Provence, rapporte la radio Alpes 1.

Un document paraphé à Sisteron par Daniel Spagnou, président de l’AMF 04 et Laurent Spinosa, président de la Fédération des Buralistes, en présence de Philippe Coy (voir aussi 12 février 2022). Son objectif est simple : apporter plus de services publics et réduire la fracture numérique dans les 198 communes bas-alpines. Lire la suite »

12 Déc 2021 | Observatoire
 

« La ruralité redevient tendance. La ruralité est aussi synonyme de modernité, nous ne sommes pas un vieux conservatoire de musée, nous sommes un secteur d’innovations. »

Christiane Lambert (présidente de la FNSEA) en présentant le « manifeste pour des réalités vivantes » dont la Confédération des buralistes est co-signataire aux côtés de 35 autres associations et organisations professionnelles (voir le 8 décembre).

 Commentaires fermés sur La phrase de la semaine  
8 Déc 2021 | Profession
 

Une trentaine d’organisations, principalement d’acteurs économiques actifs dans les zones rurales, ont appelé, ce mardi 7 décembre, les candidats à la présidentielle à reprendre leurs propositions visant à développer le dynamisme et l’attractivité de ces territoires.

Philippe Coy et Sandra Salgado (secrétaire générale de la Confédération) ont participé, hier à Paris, au lancement de ce manifeste. Nous reprenons le communiqué de l’AFP sur l’événement.

•• Ces 36 organisations d’entrepreneurs (Confédération des petites et moyennes entreprises, Association nationale des industries alimentaires, Domaines skiables de France, Confédération nationale des buralistes …), d’élus (Association des départements de France, Association des petites villes de France) ainsi que l’association Familles rurales ont signé un « manifeste pour des ruralités vivantes » qui demande de « remettre, au cœur des priorités, l’activité économique des zones rurales ».

« Dans la perspective de l’élection présidentielle, les candidats ont de grandes oreilles. On espère qu’ils écouteront nos aspirations », a déclaré lors d’une conférence de presse Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, syndicat agricole majoritaire à l’initiative du document.

•• Les signataires souhaitent notamment voir « 100 000 entreprises reprises ou nouvellement implantées dans des communes très peu denses d’ici 2030 ». Ils demandent une « réduction de l’ensemble des taxes de production qui impactent la compétitivité des entreprises » ou encore une exonération de cotisations patronales « pendant trois ans (pour) tous les emplois créés en CDI pour les entreprises implantées ou qui s’implantent dans des communes de moins de 3 000 habitants jusqu’à cinq salariés ».

« La ruralité redevient tendance » alors qu’elle était considérée « par le passé avec une certaine condescendance ou nostalgie », a souligné Mme Lambert, évoquant une « vraie volonté de montrer un sentiment de fierté d’être rural ». « La ruralité est aussi synonyme de modernité, nous ne sommes pas un vieux conservatoire de musée, nous sommes un secteur d’innovations », a-t-elle défendu.

•• Mais en dépit de l’envie grandissante exprimée par les Français de quitter les métropoles, les organisations disent leur difficulté à recruter des salariés, notamment du fait des « contraintes actuelles des territoires ruraux (services publics et au public moindres comparé à la ville, numérique, réseau mobile et internet, mobilités, enseignement, etc.) ».

Les signataires suggèrent la création d’une « aide forfaitaire annuelle dédiée au maintien des commerces alimentaires de première nécessité dans les communes de moins de 700 habitants » ainsi que le développement de « tiers lieux » qui associent espaces de coworking, commerces, activités culturelles …

 Commentaires fermés sur Buralistes / Ruralité : 36 organisations professionnelles (dont la Confédération) signent un manifeste pour l‘attractivité des territoires  ,