Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
21 Juin 2022 | Profession
 

Cette année encore, Heineken Entreprise (voir 8 avril 2021) participe à la Moisson des Brasseurs organisée par l’Association des Brasseurs de France. Le vendredi 24 juin prochain, c’est sa brasserie historique de La Valentine, située en plein cœur de Marseille, qui ouvrira ses portes aux visiteurs à l’occasion de ses 150 ans.

Un événement unique pour les habitants de la région qui pourront découvrir les coulisses de ce lieu chargé d’histoire, le métier de brasseur mais aussi l’élaboration de bières emblématiques telles que Heineken, Desperados, Amstel, Pelforth ou encore Affligem qui y sont brassées.

•• Inscrite au patrimoine gastronomique français, la bière est une boisson connue de tous. Pourtant, combien savent vraiment comment elle est élaborée afin de pouvoir en apprécier toutes les saveurs ? C’est dans cette démarche qu’Heineken ouvre au grand public les portes de sa brasserie de La Valentine à Marseille. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : porte-ouverte à la brasserie Heineken de Marseille  
28 Mai 2022 | Profession
 

Le groupe italien, qui a largement profité du succès du Spritz avec son Apérol, vient de s’offrir pour 119 millions d’euros une très vieille liqueur française, le Picon.

Elle appartenait au leader mondial des spiritueux, le britannique Diageo.

Créée en 1837 par Gaëtan Picon, la marque approche les 200 ans. Son chiffre d’affaires s’est élevé à 21,5 millions d’euros au cours de l’exercice clos en juin 2021.

•• Selon Les Échos, Le Picon, habituellement mélangé à la bière, réunit plusieurs qualités pour Campari . Il étoffe son portefeuille d’amers, qu’il souhaite internationaliser. C’est l’occasion de faire un pas de plus en France, un marché « stratégique » à ses yeux.

Vendu à 80 % dans l’Hexagone, Picon  « un des leaders de la catégorie des apéritifs amers », le reste des recettes provenant principalement du Benelux, précise Campari.

•• En France, Campari a successivement acquis la liqueur Grand Marnier en 2016, les rhums Trois Rivières et La Mauny, après s’être offert le champagne Lallier.

L’été dernier, l’italien a créé une coentreprise à 50/50 pour la vente de vins et liqueurs en ligne avec Moët Hennessy, la filiale dédiée aux vins et spiritueux du numéro un mondial du luxe, LVMH. Peu avant Lallier, le groupe avait acheté Baron Philippe de Rothschild France Distribution, un spécialiste de la distribution en France de vins, champagnes et spiritueux et distributeur des produits de l’entreprise milanaise en France.

Fondé en 1860, Campari s’est lancé dans des acquisitions à partir de 1995, se transformant en multinationale présente sur plus de 190 marchés, avec un portefeuille comptant désormais une cinquantaine de marques. Il a doublé son activité en dix ans.

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac / Alcool : Picon tombe dans l’escarcelle de l’italien Campari  
15 Mai 2022 | Profession
 

D’ici à la fin de l’année, seule l’étiquette différenciera les bouteilles en verre de Fanta, Sprite, Fuze Tea, Tropico et Minute Maid vendues en CHR.

La filiale française de Coca-Cola Europacific Partners (CCEP), l’embouteilleur des marques du géant d’Atlanta, a fait fabriquer un modèle unique de bouteille de 25 centilitres pour toutes les boissons. 

Selon Le Figaro, c’est le moyen d’en finir avec le « verre perdu » (bouteilles jetées à la poubelle) et de convaincre les professionnels d’adopter son système de consigne, déjà en vigueur pour la gamme Coca-Cola.

•• Cela facilite la gestion des retours de bouteilles vides pour les points de vente et les grossistes: elles sont stockées dans les mêmes casiers pour repartir en usine, être nettoyées, puis remplies à nouveau. CCEP France fera ainsi l’économie de 15 millions de bouteilles en verre à usage unique, qui ne seront pas produites en 2022, au bénéfice de nouvelles bouteilles réutilisables 25 fois.

La société a réduit de 30 % ses émissions carbone en 10 ans et s’est fixée pour objectif la neutralité carbone en 2040. « Nos emballages représentent la moitié des 560 000 tonnes de carbone que nous émettons chaque année » confie, au quotidien, François Gay-Bellile, le PDG de CCEP France. « La réduction (quantité et poids), le recyclage et le réemploi sont nos trois priorités pour réduire l’impact. Le passage du verre perdu à la consigne permet de diviser par trois l’empreinte carbone de chaque bouteille. »

•• La société espère que la généralisation de la consigne lui permettra de gagner des parts de marché dans un réseau qui repart fort. Au premier trimestre, les ventes de CCEP France ont bondi de 12,5 % par rapport à la même période de 2021, où les bars et les restaurants étaient fermés.

« Leur réouverture n’a pas handicapé notre activité dans les grandes surfaces, qui est toujours en croissance », assure le dirigeant, « nous nous rapprochons de notre niveau d’activité de 2019, et j’ai bon espoir que nous dépasserons ce niveau cet été, grâce à la reprise du tourisme étranger et à l’envie des Français de socialiser. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac-Brasserie / RSE : Coca-Cola généralise la consigne   
8 Avr 2022 | Observatoire
 

Suntory, le propriétaire d’Orangina, Schweppes et Oasis attaque le marché des boissons énergétiques, le segment le plus dynamique du « sans alcool ». Le groupe va lancer la marque océanienne V Energy en France, annonce Les Échos.

La fermeture des cafés, pendant le confinement, et la baisse de fréquentation des linéaires ont coûté cher au « sans alcool » et à ses innovations. Néanmoins, Suntory annonce un investissement de 25 millions d’euros dans ses quatre usines françaises, afin d’accroître sa production.

D’autant que les colas se sont fait souffler le leadership par les autres boissons en tombant à 46 % des ventes (contre 54 % en 2013). En neuf ans, ils ont perdu 1,5 million d’acheteurs, selon les données Nielsen.

•• Suntory a décidé de s’attaquer au créneau le plus dynamique du marché, dominé par Red Bull, en lançant sa première boisson énergétique avec V Energy. Ces boissons, qui ont vu leurs ventes doubler en cinq ans, sont promises à une croissance de 10 % d’ici à 2025.

La marque a plus que largement fait ses preuves en Océanie depuis vingt ans. Elle s’y est arrogé une position de numéro 1 en Nouvelle-Zélande, avec 50 % des ventes, très loin devant Red Bull (21 %). En Australie, la concurrence entre les deux marques est féroce. V Energy est deuxième avec une part de marché de 33 % derrière Red Bull, qui en contrôle 36 %.

La boisson, enrichie en vitamine B contient toutes sortes de composantes de l’énergie, du guarana à la taurine en passant par la caféine. Elle est pétillante, fruitée et moitié moins sucrée que la moyenne des boissons sans alcool. Elle cible les 18-40 ans.

•• Deuxième arme de Suntory pour assurer sa relance : les boissons au thé. Un autre segment majeur en forte croissance. Le groupe japonais « souhaite aller chercher la deuxième place sur ce créneau avec MayTea, la marque de thé infusé préférée des adultes et avec la marque numéro un des familles, Oasis ». Suntory lance Oasis Ice tea saveur pêche, sans colorants, sans conservateur, ni arômes artificiels, et peu sucré.

 Commentaires fermés sur Tendances Boissons : le propriétaire d’Orangina-Schweppes lance l’offensive contre Red Bull  
9 Jan 2022 | Profession
 

Un an après l’ouverture de son bar-tabac-presse à Mouzon (18 kilomètres de Sedan, Ardennes) une jeune buraliste de 21 ans vient de lancer sa propre bière. Une nouvelle corde à son arc …

•• « Je voulais me diversifier encore plus, et faire une bière ardennaise car j’aime vendre les produits locaux », explique-t-elle dans L’Ardennais.

Car aujourd’hui, dans son établissement, elle propose moult produits et services comme le point relais, le paiement des impôts ou des amendes, des produits ardennais alimentaires ou non. Et plus classiquement, un service postal, des cartes de pêche ou des jeux de grattage, de la carterie. Elle a également investi dans la restauration rapide. Lire la suite »

26 Oct 2021 | International, Profession
 

Selon Bloomberg, British American Tobacco vient d’investir – par l’intermédiaire de sa filiale Btomorrow Ventures – 3,5 millions de dollars dans le fabricant de boissons énergisantes Tru Inc.

Tru a été fondé par un ancien joueur de hockey professionnel américain, Jack McNamara. Ses produits sont écoulés dans quelque 500 magasins dans tous les Etats-Unis.

« Le projet est de challenger de grandes marques comme Red Bull et Vitamin Water » déclare sans ambages Jack McNamara. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur BAT investit dans les boissons énergisantes  ,
16 Sep 2021 | Profession
 

Les ventes de Pernod Ricard ont bondi de 10 % sur son exercice annuel clos fin juin. Le groupe s’est en effet vite et bien remis de sa gueule de bois héritée du plus fort de la pandémie de Covid-19, entre février et mai 2020, analyse Le Figaro.

Sur son exercice annuel clos fin juin 2021, le numéro deux mondial des spiritueux a réalisé des performances légèrement supérieures à celles de 2019, où elles avaient atteint des records. Après avoir plongé de 9,5 % sur l’exercice clos fin juin 2020, le chiffre d’affaires du groupe a rebondi sur le tout dernier exercice de 9,7 %, à 8,8 milliards d’euros (voir 4 septembre et 26 juin).

•• « La crise du Covid n’a pas incité les gens à boire plus, comme l’a prouvé le milliard d’euros de chiffre d’affaires perdu lors de l’exercice 2020 » insiste Alexandre Ricard, PDG du groupe, « de façon générale, la consommation d’alcool a même baissé. »

Dans ce contexte de modération globale, le groupe propriétaire de Martell, Jameson, Chivas, Absolut et Havana Club a profité des évolutions des modes de consommation pour tirer son épingle du jeu : « les clients ont reporté à la maison leur consommation d’alcool dans les restaurants, bars et boîtes de nuit. Dans ce contexte, le groupe a gagné des parts de marché avec des marques fortes, visibles et activées grâce au digital » précise le dirigeant.

À l’exception du travel retail (boutiques d’aéroport), le groupe a vu ses ventes progresser sur la totalité de ses marchés, y compris la France (+1 %). Surtout, il a battu ses records d’activité sur ses deux principaux marchés, qui figurent aussi parmi les plus rentables : les États-Unis (+11 %), où il réalise plus de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires, et la Chine (+44 %), où il a passé la barre de milliard d’euros.

•• Partout dans le monde, le groupe, dont les ventes en ligne ont bondi de 63 % sur l’exercice, a tiré profit de l’agilité opérationnelle héritée de son plan transform&accelerate engagé en 2018.

Les consommateurs font leurs courses moins souvent et passent moins de temps dans les rayons ? Pernod Ricard développe ses grands formats (1 litre en France, 1,5 litre aux États-Unis…). Ils veulent retrouver à domicile l’expérience du cocktail ? Le groupe organise des « master class » en ligne avec des experts en mixologie et signe des partenariats avec des bars proposant des cocktails prêts-à-boire en vente à emporter. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Stratégie Boissons : des marques fortes activées grâce à l’international et au digital (Pernod-Ricard)    ,
20 Juin 2021 | Profession
 

Face aux producteurs italiens et espagnols de Prosecco et autres Cava, la marque « Chandon » de Moët Hennessy (LVMH) surfe sur la vague du cocktail spritz et veut devenir un acteur de poids sur le marché du vin pétillant dont la croissance est cinq fois plus forte que celle du vin.

Depuis les années 1950, Moët Hennessy exploite en Argentine, au Brésil, aux États-Unis et en Australie des vignes qui produisent un vin pétillant et vendu pour l’essentiel dans ses zones de production. Selon Les Échos, les dirigeants de la branche vins et spiritueux du groupe LVMH estiment qu’elle peut prendre le risque d’enrichir l’offre et élargir la distribution de « Chandon » à de nouveaux horizons sans risque de cannibaliser ses marques de champagnes, à commencer par Moët & Chandon. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendances Boisson : LVMH mise sur le spritz pour lancer le vin pétillant « Chandon » en Europe  ,
15 Juin 2021 | Profession
 

La crise sanitaire n’a pas durablement affecté l’industrie des spiritueux. Les entreprises se sont adaptées à la fermeture des bars et des aéroports en tirant parti des nouveaux modes de consommation et sans bouleversement des usines.

Les tendances qui préexistaient ont pris de l’ampleur, d’autres sont apparues, selon Les Échos.

En avril 2020, l’heure n’était pas à l’optimisme … Un an après, tous les dirigeants des entreprises de spiritueux ont le sourire. « La consommation sera à nouveau en positif dès cette année. Les spiritueux s’en sortent très bien » se réjouit Christian Porta, directeur général adjoint du développement chez Pernod Ricard. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Alcools : sortie de crise inattendue pour les fabricants … grâce aux nouveaux usages    , ,
18 Mai 2021 | Profession
 

Produit frais, la bière ne se conserve que quelques mois. Informées, le 30 avril dernier, de la réouverture des terrasses le 19 mai prochain, les 2 000 brasseries françaises jugent le délai bien serré pour remettre leur production à flot.

Les 500 distributeurs-grossistes regroupés au sein de la Fédération nationale desBoissons  se préparent à gérer des flux perturbés par des risques de surproduction, de péremption de nombreux fûts et même de pénuries ponctuelles.

•• Selon le syndicat professionnel Brasseurs de France, 10 millions de litres ont été perdus pendant le premier confinement et 30 millions supplémentaires le seront d’ici à la reprise. Lire la suite »