Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
2 Déc 2021 | Profession
 

« Regardez dehors, qui en voudrait dans de telles conditions ? » se plaint le patron d’un bar-tabac installé devant le kiosque à journaux de la porte de Clignancourt, à Paris (XVIIIe).

Dans Le Parisien, Franck Yabas pointe du doigt les vendeurs à la sauvette de cigarettes et les dealeurs installés en permanence devant son établissement ainsi que tout autour du carrefour.

« À cause d’eux, notre chiffre d’affaires a baissé de 30 % au comptoir. Plus aucun touriste ne passe par ici pour aller aux Puces, ils savent que c’est trop dangereux. Et les Parisiens, pourquoi viendraient-ils ? Le chiffre de baisse est identique pour la vente de cigarettes, que les clients finissent par acheter dans la rue. »

•• Pour contrer ce manque à gagner, le buraliste a bien eu l’idée de se mettre à la restauration le midi. Mais là encore, l’ambiance de la place a très vite mis fin à la tentative.

Cette occupation de l’espace public ainsi que de son établissement provoque régulièrement des situations tendues. « Ils se croient tout permis. Certains entrent chez nous, ne demandent rien, vont aux toilettes, en ressortent et nous réclament un verre d’eau. Quand l’un commande un café, ils se mettent à dix dehors en terrasse. Il suffit que je leur fasse une réflexion pour que ça parte en vrille. »

•• La dernière fois, c’était en septembre. Franck Yabas reproche à un homme d’avoir utilisé ses toilettes sans avoir commandé. Celui-ci l’insulte, attrape un verre et le casse sur la tête du patron. Qui termine aux urgences, la tête en sang, et demeure en observation durant vingt-quatre heures face à la gravité des coupures.

« J’ai fini trois fois à l’hôpital à cause des dealeurs. C’est désolant. Le plus dur, c’est moralement. Nous sommes là pour travailler, pas pour nous faire agresser », s’agace Franck Yabas. Lire la suite »

29 Nov 2021 | Récents, Trafic
 

Début novembre, les buralistes d’un bar-tabac de Saint-Georges-des-Groseillers (limitrophe de Flers dans l’Orne) avaient déposé plainte à la police en raison d’un vol par effraction de cartouches de cigarettes. Montant du butin : 3 000 euros. 

Dès le lendemain, des cigarettes étaient proposées à la vente sur Facebook, rapporte Ouest France. Mais là, réaction …

Après identification, trois personnes sont placées en garde à vue et ont reconnu le recel. Des perquisitions sont faites, alors, à l’issue de laquelle les cigarettes issues du casse chez le buraliste ont été identifiées par leur code-barres (voir 5 et 13 août 2019). Lire la suite »

29 Nov 2021 | Profession
 

À l’heure de l’ouverture

• Bouches-du-Rhône. Deux individus, dont un tenait une arme de poing, ont attaqué un buraliste de La Roque-d’Anthéron (30 kilomètres au nord d’Aix-en-Provence) ce samedi 27 novembre, peu de temps après l’ouverture, vers 7 heures 30. 

Apparemment pas très bien organisés, ils sont repartis avec quelques billets et des jeux à gratter.

Plus au sud, un buraliste de Gardannes (14 kilomètres au sud d’Aix-en-Provence) a fait les frais du même type d’attaque à l’ouverture. Cette fois-ci, ce sont trois individus armés d’un fusil à pompe qui sont passés à l’action avant de s’enfuir avec un butin conséquent.

28 Nov 2021 | Profession
 

Prise de risques du buraliste 

• Vaucluse. Armé d’une carabine, un jeune individu a braqué deux commerces, presque coup sur coup en plein centre de Carpentras, ce mercredi 24 novembre.

Aux alentours de 5 heures 45 du matin, il a tout d’abord fait irruption dans un tabac-presse qui venait d’ouvrir ses portes quelques minutes auparavant. Il a menacé immédiatement le buraliste avec son arme … lequel ne s’est pas laissé impressionner. Fonçant sur son agresseur, il est parvenu à le faire fuir.

Un peu plus d’une heure après cette tentative de braquage avortée, le malfaiteur a décidé de s’attaquer à un commerce de restauration rapide, situé quelques centaines de mètres plus loin. Lire la suite »

27 Nov 2021 | Profession
 

Par la vitrine 

• Somme. Dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 novembre, un bar-tabac du centre-ville d’Albert (30 kilomètres d’Amiens) a été vandalisé.

La vitrine a été cassée et du tabac a été volé.

Un peu plus tard c’est une charcuterie du centre qui a été visitée.

Verdict

• Saône-et-Loire. Après sept mois derrière les barreaux, trois mineurs – au moment des faits – ont été jugés ce mercredi 24 novembre devant le tribunal pour enfants pour le braquage, dans la même journée, d’une épicerie-tabac à Lessard-en-Bresse et d’un buraliste à Romenay (voir 21 janvier 2019). Lire la suite »

24 Nov 2021 | Profession
 

Un gang de voleurs de recettes condamné

• Alpes-Maritimes. Les 29 janvier à Golfe-Juan et 3 février 2019 à Antibes, deux buralistes avaient été violemment agressés en pleine rue au moment où ils allaient déposer leurs recettes à la banque.

Les auteurs, des malfaiteurs particulièrement bien renseignés, agissaient avec le même mode opératoire. Gantés et casqués, surgissant au guidon d’un scooter volé, ils ont gazé leurs victimes pour leur faire lâcher leur précieuse sacoche.

La première tentative a échoué. La victime s’était agrippée à son bien, faisant fuir les voleurs à deux roues. La deuxième victime a tenté également de résister, en enfouissant sa sacoche dans un sac à dos recouvert par sa doudoune. Elle a été gazée par deux fois, puis projetée à terre, par des individus déterminés. Ils sont finalement parvenus à leur fin.

Les enquêtes ont révélé – à l’aide de traces ADN, de vidéos exploitées au moyen des caméras de vidéosurveillance, de géolocalisation par la téléphonie – l’identité de deux Marseillais. Ces derniers, qui avaient pris la fuite vers la cité phocéenne à bord d’un véhicule conduit par un complice, ont été tués lors d’un règlement de compte.

D’autres investigations ont permis d’identifier tous les protagonistes encore en vie. Ils ont comparu le 9 novembre devant le tribunal judiciaire de Grasse. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes : chronique d’une insécurité ordinaire  ,
23 Nov 2021 | Profession
 

À la scie électrique … en vain 

• Rhône. Un buraliste à Corbas (métropole de Lyon) a retrouvé la grille métallique de son tabac-presse découpée ce lundi 22 novembre au matin.

Deux ou trois malfaiteurs étaient à l’action aux alentours de 2 heures 30. Ils ont détruit le boîtier d’alimentation du rideau métallique mais ça ne leur a pas permis d’ouvrir la grille, alors ils ont eu recours à la scie électrique. La partie droite de la grille a cédé, mais quand ils ont vu qu’il y avait une seconde grille, à l’intérieur du local, ils ont abandonné.

L’établissement est, de plus, équipé de plusieurs caméras, ce qui devrait permettre de résoudre l’affaire plus rapidement. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes : chronique d’une insécurité ordinaire  ,
22 Nov 2021 | Profession
 

Trois ans ferme pour l’agresseur du buraliste gravement blessé 

• Haut-Rhin. Ses empreintes génétiques ne figuraient pas au fichier national automatisé, contrairement à celles de deux de ses proches, défavorablement connus de la justice.

Or l’ADN de ces derniers « smatchait » avec celui figurant sur une paire de lunettes, retrouvée par les gendarmes sur les lieux du braquage d’un buraliste à Issenheim (à une vingtaine de kilomètres de Mulhouse / voir 13 janvier 2020).

Le suspect a reconnu sans détour avoir commis ce très violent vol à main armée qui s’est soldé par de multiples fractures au visage et à la boîte crânienne, justifiant pas moins de 45 jours d’incapacité totale de travail pour le buraliste.

Le tribunal correctionnel l’a condamné à quatre ans de prison dont trois ferme.

Le braqueur ayant pris le temps d’indiquer à la barre avoir choisi ce lieu notamment en raison de l’absence de caméras dans le quartier. Depuis, et à la suite de plusieurs pétitions de commerçants, des systèmes de vidéosurveillance ont été installés.

 Commentaires fermés sur Buralistes : chronique d’une insécurité ordinaire  ,
21 Nov 2021 | Profession
 

Des arnaques à l’Euromillions et à d’autres jeux de la FDJ circulent dans les boîtes mails des Français rapporte Capital

•• L’escroquerie prend la forme d’un e-mail agréable pour son destinataire … lui annonçant qu’il a été tiré au sort et lui demandant de répondre rapidement en communiquant plusieurs informations personnelles pour récupérer le gain …

L’e-mail est assorti d’un document reprenant les couleurs et les logos FDJ et se trouve signé par le PDG de la FDJ lui-même. Sauf que la présence de fautes d’orthographe dans le message et le relatif flou des images et logos qui sont sur le mail devrait soulever les soupçons.

•• Contactée par Capital, la FDJ met en avant ses parades  : « face à ce genre de tentative d’arnaque, la FDJ est dans une démarche constante d’information et de prévention à destination de ses joueurs et du grand public.

« Il peut s’agir d’alertes dédiées en page d’accueil du site fdj.fr, avec des exemples concrets de tentatives d’arnaque qui circulent. Il y a aussi un espace dédié de conseils sur les bonnes pratiques en matière de sécurité sur notre site Internet. FDJ a également travaillé avec cybermalvaillance.gouv.fr pour informer sur ces tentatives d’escroquerie.

« Par ailleurs, le service clients de la FDJ se tient en permanence à la disposition de ses clients pour les conseiller et répondre à leurs questions. »

L’escroquerie peut aussi concerner d’autres jeux comme My Million, la Loterie, Mega Million ou Joker +, mais fonctionne toujours sur le même principe, reprend Capital. Sachant que ce genre d’arnaque de phishing (hameçonnage) fonctionne aussi par SMS.

 Commentaires fermés sur FDJ : ces arnaques commises en son nom …  ,
20 Nov 2021 | Profession
 

Parieur mauvais payeur

• Meurthe-et-Moselle. Un beau jour de septembre 2019, un trentenaire s’était présenté chez un buraliste de Toul (23 kilomètres de Nancy) pour faire un tiercé. Il a fait 5 paris pour 100 euros chacun.

Tickets en main, il s’est éclipsé pour soi-disant aller chercher de quoi régler son paiement … il ne reviendra jamais, laissant au buraliste une ardoise de 500 euros.

Le mauvais parieur et mauvais payeur a pu être identifié sur des images de vidéosurveillance. Il a été formellement reconnu par le buraliste. Bien qu’absent de l’audience, il a été jugé ce mardi 16 novembre pour escroquerie par le tribunal correctionnel de Bar-le-Duc. Le tribunal a totalement suivi les réquisitions du ministère public : 4 mois de prison avec sursis. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Buralistes : chronique d’une insécurité ordinaire  ,