Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Fév 2020 | Profession
 

Un peu terne en 2018, l’activité de la restauration hors domicile, en France, a repris des couleurs l’an dernier.

Au global – des fast-foods aux cafés et brasseries – le secteur a connu une croissance en valeur de +1,7 %, les Français ayant dépensé 57,3 milliards d’euros, selon le bilan annuel réalisé par la société d’études The NPD Group et repris dans Les Échos. La fréquentation a augmenté, elle, de +0,8 %.

•• Ce sont les deuxième et troisième trimestres qui ont particulièrement vu le nombre de visites augmenter, malgré une base de comparaison en 2018 portée par la Coupe du Monde. À la meilleure conjoncture économique s’est ajoutée une météo favorable.

Ce qui a aidé à compenser un mois de décembre plus chaotique, surtout en région parisienne, avec les problèmes de transport (350 millions de pertes selon le Synorcat- GNI).

•• Sur l’ensemble de 2019, pour une fois, tous les grands segments progressent. Même si c’est toujours la restauration rapide qui tire le mieux son épingle du jeu, engrangeant une hausse record de 4,5 % des dépenses.

Du côté du service à table, la catégorie résiste globalement, mais les établissements à thème et les cafétérias enregistrent un recul.

•• « La déstructuration des repas a pris de l’ampleur et dynamise le secteur. Les frontières se font plus floues entre les différents moments de consommation. Le petit-déjeuner, en pleine progression hors domicile, peut ainsi se prendre jusqu’à midi. Et le salé s’y invite » constate Audrey Adnet, directrice exécutive du département foodservice France de NPD.

Le phénomène contribue à expliquer le recul du déjeuner, qui perd 0,8 % en fréquentation, alors que le dîner progresse de 2,6 %, souligne le cabinet. Une partie des actifs prend en outre de moins en moins de temps pour déjeuner.

•• La livraison ne représente encore que 3 % des « visites », selon le bilan de NPD, mais concentre 25 % de la progression du marché. Elle n’échappera cependant pas aux attentes environnementales fortes des clients, en restauration comme ailleurs. « Elle va devoir s’adapter pour devenir plus durable, au-delà de l’utilisation du vélo » estime Audrey Adnet.

À l’heure du rejet de plus en plus fort du plastique par les consommateurs, il lui reste encore de gros efforts à faire.

21 Fév 2020 | Profession
 

Un premier salon international consacré au cidre vient de fermer ses portes à Caen.

Les producteurs veulent dépoussiérer l’image d’une boisson encore trop associée aux crêpes. Premier signal : les ventes « hors grande distribution » ont progressé de plus de 10 % sur les dix premiers mois de l’année 2019.

« Nous avons cent ans de retard par rapport au vin. Mais il y a une vraie effervescence. Une nouvelle génération se bouge et tire toute la filière » affirme, dans Les Échos, Jean-Baptiste Aulombard, à la tête depuis deux ans de la cidrerie Hérout, une maison du Cotentin fondée en 1946. Ce trentenaire fait partie de cette vague de jeunes entrepreneurs récemment installés, comme ceux de la maison Sassy (Orne) ou Antoine Marois, du domaine du même nom (Calvados). Lire la suite »

9 Fév 2020 | Observatoire
 

Profitant de la grande incertitude juridique actuelle et sans attendre les conclusions de la Mission d’Information parlementaire qui vient d’être mise en place (voir 23 décembre et 12 juillet 2019) …, de plus en plus de restaurants, bars et acteurs de l’alimentation créent des recettes à base de cannabidiol ou CBD.  

Certains experts poussent le bouchon à présenter le cannabidiol parmi les grandes tendances food de 2020. L’Obs a testé cette nouvelle offre à Paris où l’on retrouve du tout et du n’importe quoi. Pas sûr que tout cela contribue à donner la clarté nécessaire et sereine pour contribuer à l’établissement d’un cadre juridique sécurisant pour le Chanvre Bien-Être. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD et food : une communication qui peut prêter à confusion   ,
5 Fév 2020 | Profession
 

Pour bien comprendre les nouvelles orientations du groupe Orangina Schweppes et, peut-être, les coupes actuelles dans les soutiens aux CHR …

Makiko Ono a rejoint le groupe nippon Suntory en 1982. Neuf ans plus tard, en 1991, elle est nommée Directrice générale adjointe de Suntory France, où elle développe la branche Vins du groupe à Bordeaux. Elle y acquiert une maîtrise complète du français, ainsi qu’une excellente connaissance de la culture et du marché hexagonal des boissons.

Elle a participé activement au rachat d’Orangina Schweppes en 2009, ou encore à l’acquisition des marques Lucozade et Ribena au Royaume-Uni en 2013. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Boissons : Makiko Ono, nouvelle présidente d’Orangina Suntory France   ,
1 Fév 2020 | Observatoire
 

Selon la Fédération pour la Promotion du Commerce spécialisé (Procos), les magasins parisiens ont subi une chute de 18 % de chiffre d’affaires en décembre dernier du fait des mouvements sociaux, alors qu’elle a été limitée à 4 % au niveau national, reprend Les Échos

À la Chambre de Commerce Paris-Ile-de-France, on confirme que les baisses de chiffre d’affaires des commerces, hôtels et restaurants sont « significatives » et d’autant plus notables qu’elles sont constatées par rapport à des chiffres de 2018, déjà en baisse en raison des manifestations des gilets jaunes.

•• Une enquête de l’observatoire consulaire Crocis, réalisée début janvier, indique que 95 % des commerçants parisiens ont été affectés par les grèves, et que 96 % ont constaté une baisse de fréquentation de leurs boutiques de 20 à 60 %. Ils sont aussi nombreux à déplorer une baisse de chiffre d’affaires, de 20 à 60 % selon les cas. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire du commerce de proximité : la grève de décembre a fait surtout des dégâts à Paris  , ,
27 Jan 2020 | Pression normative
 

Après l’interdiction du chauffage sur les terrasses, décidée à Rennes (voir 3 décembre 2019 et 3 janvier 2020), certains candidats écologistes aux municipales en font un engagement de campagne. Problème : c’est aussi un enjeu économique rappelle certains édiles.

Le point dans Libération.

•• À Nantes, la tête de liste écologiste, Julie Laernoes, considère que l’interdiction des braseros, poêles à gaz, parasols chauffants et autres rampes à infrarouges « va dans le sens de l’histoire », alors que la maire sortante PS, Johanna Rolland, qui accueille pourtant des écologistes sur sa liste, se montre plus prudente.

Le projet Nancy Écologie Citoyenne, lui aussi soutenu par EE-LV, promet également la fin des terrasses chauffées sauf que, là encore, le maire, Laurent Hénart (Mouvement radical), malgré sa volonté d’« accélérer la transition écologique », refuse de prendre une telle décision.

Ainsi, depuis le début du mois, les édiles en place comme les candidats qui se piquent d’écologie sont priés de se positionner. Beaucoup se disent préoccupés par le sujet, assurent y réfléchir. Mais la plupart restent frileux et se réfugient derrière la nécessité d’une concertation avec les professionnels. Comme à Bordeaux, Lille, Toulouse, Angers ou encore Paris (voir 12 décembre 2019).

•• S’il est écologique, l’enjeu est aussi économique. « Sur les 38 800 débits de boissons [hors hôtels, restaurants, discothèques, ndlr] que compte la France, un bon tiers dispose d’une terrasse    chauffée » chiffre Laurent Lutse, président « cafés, brasseries et établissements de nuit » à l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (Umih).

Depuis l’interdiction de fumer dans tous les lieux publics en 2008, les cafetiers ont investi dans divers appareils de chauffage pour ne pas perdre leur clientèle de fumeurs. Résultat, les terrasses comptent souvent pour « 30 % à 50 % du chiffre d’affaires » d’un établissement, selon Laurent Lutse. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-Tabac : terrasses chauffées … et campagne des municipales   ,
20 Jan 2020 | Observatoire
 

En France, Segafredo Zanetti a réalisé 102 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et se pose, par exemple, en numéro 4 du café en GMS, avec 3,4 % de parts de marché en volume (avec les marques Segafredo et San Marco).

Mais le groupe familial entend bien se tailler une part plus grande du gâteau sur le marché du café … responsable. Tous les lancements de 2020 seront bio. Et, surtout, toute sa gamme de capsules Nespresso compatibles passera au 100 % bio. 

« Le café est en retard sur le bio. Le taux de pénétration n’est que de 16,2 %, quand d’autres secteurs comme les produits laitiers ultrafrais sont à 36 %. Mais il connaît une forte progression », explique, dans Le Journal du Dimanche, Nicolas Peyresblanques, PDG France et Benelux. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Nouvelles tendances consommation : Segafredo fonce vers l’espresso bio …cela ne laisse pas la concurrence indifférente  ,
3 Jan 2020 | Profession
 

Depuis ce 1er janvier, le chauffage des terrasses est interdit sur le territoire de la commune, suite à une décision de la municipalité rennaise (voir 3 décembre 2019).

Mesure prise non pas pour chasser les fumeurs – du moins, à priori – mais en fonction de raisons environnementales, au nom de la « transition écologique et environnementale » comme il se doit.

Avec un argument réducteur qui se veut imparable : « comment expliquer qu’un appareil de 2 000 watts chauffe la rue ? » (on peut aussi se poser la question : comment expliquer qu’un établissement cherche à accueillir ses clients, fumeurs ou non-fumeurs, dans les conditions de détente les plus confortables ? ndlr). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : quelles suites à l’interdiction des terrasses chauffées de Rennes ?  ,
24 Déc 2019 | Profession
 

On s’en doute. Noël 2019 à Paris n’est pas folichon pour les commerces de proximité. Nombre d’acteurs du CHR parisiens expliquent n’avoir jamais vécu une période aussi difficile. Même par rapport à 1995.

Bistrots et restaurants – 10 % environ des 60 000 commerces que compte la capitale – sont particulièrement dans l’œil du cyclone avec les magasins textiles.

Les bistrots qui s’en sortent sont ceux qui ont une clientèle de quartier. Les autres – à commencer par les brasseries à la clientèle de bureau venant de banlieue – sont désertés le midi. Et le soir, moins de touristes en goguette que d’habitude. Ajoutez à cela, le super-bonus d’une fermeture d’une journée si vous avez la malchance d’être situé sur le parcours d’une manif ! Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Paris : les bar-tabacs et brasseries éternuent … la filière s’enrhume  
22 Déc 2019 | Observatoire
 

Plus de 80 % des Français déclarent boire du vin, contre 72 % pour la bière et 70 % pour les spiritueux. Et si les jeunes de moins de 35 ans sont moins nombreux à en prendre, 76 % d’entre eux déclarent encore en consommer, dont un tiers toutes les semaines.

Autre enseignement de l’enquête réalisée pour la deuxième édition de « Wine Paris » du 10 au 12 février prochain : toutes les catégories d’âge estiment que le vin « est un fondamental de l’expérience au restaurant » et que « la qualité du vin joue un rôle majeur dans la réussite d’un repas à l’extérieur ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bar-tabac : « le vin reste la boisson alcoolisée la plus consommée par les Français » (Opinionway)   , ,