Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
18 Fév 2021 | Trafic
 

C’est l’un des effets collatéraux de la crise sanitaire : les réseaux sociaux permettent de vendre et de s’approvisionner en tabac illégal sans se déplacer … rapporte la journaliste du Figaro, Karen Lentschner, dans un second volet de son article sur le marché du tabac (voir 17 février) que nous reprenons ci-dessous. 

« Les sites internet et les places de marché étaient facilement repérés » explique Didier Douilly, un ancien gendarme spécialisé dans la cybercriminalité, qui conseille plusieurs cigarettiers. « Par ailleurs, à moins d’être bien référencé, cela devenait compliqué et coûteux pour les vendeurs de toucher un public assez large. Ils ont donc basculé vers les réseaux sociaux, avec une accélération de ce phénomène l’an passé. »

•• La hausse des prix ces deux dernières années y a aussi contribué. « À chaque augmentation de 50 centimes du prix du paquet, on constate 50 à 120 vendeurs supplémentaires » note l’expert.

Les vendeurs se sont invités en particulier sur Facebook et sur Snap, plus prisé des jeunes. Ils s’infiltrent dans des groupes d’amis ayant souvent pour thématique les bonnes affaires ou le troc, certains pouvant rassemblent jusqu’à 50 000 membres. « En l’espace de quelques clics, si leur message est transféré ou s’ils s’inscrivent dans plusieurs groupes, ils peuvent atteindre rapidement 2 millions de personnes » relève Didier Douilly.

L’utilisation de «stories» sur Snap, éphémères, leur permet de passer encore plus inaperçus. Ils y mettent souvent en avant leurs lieux de tournées. Depuis quatre mois, la place de marché de Facebook est également devenue un canal de vente.

•• Au total, ces deux réseaux compteraient quelque 1 200 comptes dédiés à la vente de cigarettes illégales, issues de la contrebande et surtout de la contrefaçon. Les volumes proposés sont de plus en plus importants, rarement moins d’une ou deux cartouches. Ce qui leur permet d’offrir de meilleurs prix (autour de 30 euros l’unité).

Promotions, livraisons à domicile, points de retrait … Les trafiquants utilisent les recettes de la distribution classique. Ils se sont même mis au Black Friday.

Si l’offre se fait via les réseaux sociaux, la transaction, elle, a lieu « en physique ». « L’étendue du web nécessite la coopération des forces de police et de la Douane mais beaucoup passent entre les mailles du filet » constate Didier Douilly.

 Commentaires fermés sur Marché parallèle du tabac : 1 200 comptes de vente illégale de tabac sur Facebook et Snapchat (Le Figaro)  , ,
29 Jan 2021 | Profession
 

Le marché des points de paiement en espèces, de proximité, est en plein développement. La preuve. Brink’s France, connu par ailleurs pour ses activités de transporteur de fonds, vient de lancer une nouvelle solution de paiement : « Point Cash Service » révèle Le Parisien du 26 janvier.

•• Comment cela marche ? 

Au moment de finaliser un achat sur Internet, le client sélectionne « Point Cash Service » comme moyen de paiement, plutôt que PayPal ou par carte bancaire par exemple. Ensuite, il suffit de se rendre dans l’un des 1 600 buralistes partenaires pour finaliser la transaction, annonce toujours l’article. Lire la suite »

21 Jan 2021 | Trafic
 

Contrôlé ce mardi 12 janvier par les gendarmes d’Annecy, un conducteur a été épinglé en possession de 26 cartouches ainsi que de 300 euros en liquide. 

L’Isérois, commercial de profession, a rapidement reconnu le trafic qui l’amenait à effectuer plusieurs centaines de kilomètres, dans la région chaque semaine, pour livrer les commandes passées : via le Marketplace de Facebook.

Il a également expliqué qu’il se fournissait en grosse quantité dans la région lyonnaise, pour commercialiser au détail sa marchandise et la livrer dans toute la région, en diffusant des annonces proposant les cartouches à moitié prix : achetées chacune à 36 euros pour les revendre 50 euros. Lire la suite »

14 Déc 2020 | Trafic
 

Alors qu’ils agissaient dans le cadre d’une procédure portant sur un trafic de stupéfiants, les gendarmes de Pontchâteau ont mis la main, le mercredi 9 décembre, sur 509 paquets de cigarettes chez l’une des personnes mises en cause.

Les perquisitions menées ont permis de trouver un peu de résine de cannabis, des carnets, des sommes d’argent dissimulées et probablement acquises grâce à la revente.

Après investigations, la Brigade de recherche et le Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie de Saint-Nazaire ont procédé, dès le lendemain, à des perquisitions sur le lieu de commercialisation. Ils ont, cette fois, mis la main sur 7 500 paquets de cigarettes de contrebande.

Selon les enquêteurs, ce marché parallèle se réalisait via Snapchat. Mode opératoire qui semble de plus en plus prisé (voir 30 novembre). Les trois personnes impliquées feront l’objet de poursuites devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire.

 Commentaires fermés sur Loire-Atlantique : démantèlement d’un nouveau trafic de cigarettes via Snapchat  ,
11 Déc 2020 | Observatoire
 

Les TPE déjà présentes sur internet, avant la pandémie, ont pu maintenir une activité pendant le confinement et le reconfinement. Enquête du Figaro.

« Avoir un site web nous a permis de sauver Pâques et de vendre tous nos chocolats lors du premier confinement. Notre boutique était restée ouverte mais Pornic était devenue une ville fantôme », raconte un couple d’artisan pâtissier au Pornic (Loire-Atlantique).

Au départ, le couple avait lancé son site internet de vente en drive pour régler en partie le problème du stationnement sur le port de Pornic. « Notre visibilité sur le web et le trafic quotidien sur le site font venir les gens en magasin et nous apportent de nouveaux clients. Nous restons une entreprise locale artisanale et les gens aiment le contact », explique-t-il.

•• Les commerçants prennent aujourd’hui conscience de l’importance du numérique dans leur activité. Ainsi 68 % des TPE et PME sont convaincues qu’il leur apporte un bénéfice réel, selon une étude menée par le BCG et EY de décembre 2019 à mars 2020 pour la Direction générale des Entreprises au ministère de l’Économie.

À ce jour, 37 % des petites entreprises seulement ont leur propre site internet et 9 % à peine un site marchand.

Mais le temps et les fermetures successives des commerces font leur œuvre. « Il y a eu une véritable accélération avec ce deuxième confinement. Les entreprises ont vu ce que le numérique pouvait leur apporter et essaient de sauver ce qui peut l’être », constate Maxime Garreta, coordinateur régional du numérique à la CCI Paris Île-de-France. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Nouvelle proximité : le « petit commerce « se convertit bel et bien au numérique  ,
7 Déc 2020 | Trafic
 

Un Douaisien de 33 ans, officiellement « directeur général » d’un bar à chicha, a été piégé par des gendarmes de Villeneuve d’Ascq, spécialisés dans la cybercriminalité. 

Au détour d’une veille sur les réseaux sociaux en mai dernier, les enquêteurs ont, en effet, repéré plusieurs annonces publiées sur Facebook et Snapchat : ventes de cigarettes, de tee-shirts et de chaussures de sport à prix cassés : 35 euros la cartouche, par exemple. En se faisant passer pour un client intéressé, un gendarme a fixé un rendez-vous, le 8 juillet à Douai, au vendeur qui a fini en garde à vue.

•• « L’e-commerçant » a reconnu avoir revendu des produits de contrebande depuis 2016 : « une période où je ne travaillais plus ». Il aurait commencé seul, multipliant les allers-retours pour se fournir Porte de Clignancourt à Paris, puis aurait revendu pour le compte d’un grossiste : « un gars de Wazemmes » ou « un gars de Douai » selon ses versions.

D’après les enquêteurs, l’homme a fait près de 2 000 euros de bénéfices mensuels. En quatre ans, il aurait vendu ainsi quelque 10 000 paquets de cigarettes de contrebande.

•• Cette semaine, au tribunal, l’URSSAF a chiffré son préjudice à 50 217 euros au total. Le contrebandier a été condamné à huit mois de prison, avec sursis probatoire, et à une interdiction de toute activité commerciale pendant deux ans.

 Commentaires fermés sur Douai : 10 000 paquets de cigarettes en 4 ans pour un contrebandier au long cours   , ,
30 Nov 2020 | Trafic
 

En mai 2020, une alerte anonyme adressait à la gendarmerie des captures d’écran d’un compte Snapchat sur lequel étaient proposées à la vente des cigarettes étrangères, au prix de 80 euros la cartouche. Dans un langage plus ou moins codé, le même compte faisait, aussi et surtout, la publicité de résine de cannabis. 

•• En créant leur propre compte avec un pseudonyme fictif, les enquêteurs n’ont pas tardé à identifier un habitant de Saint-Michel-de-Maurienne, déjà connu de la justice pour des affaires de stupéfiants. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Savoie : « ma petite entreprise » de contrebande de tabac sur Snapchat  , ,
18 Oct 2020 | Observatoire
 

Le géant de la vente en ligne a décidé de se lancer sur le marché des produits à base de CBD. Pour le moment Amazon a décidé une phase de test au Royaume-Uni.

Le CBD n’est donc disponible que sur la plateforme Amazon UK, mais si les tests sont concluants, il est fort probable que le commerce se développe sur d’autres plateformes en fonction de l’évolution de la réglementation par pays. Lire la suite »

14 Oct 2020 | Profession
 

La demande d’interdiction volontaire de jeux va être simplifiée.

Les joueurs en ligne pourront lancer la procédure via le site Internet de la nouvelle Autorité nationale des Jeux  (ANJ / voir 17 et 25 juin) et n’auront plus à se déplacer au commissariat de police. Moins culpabilisante, la procédure sera aussi deux fois plus rapide.

Actuellement, un accro aux casinos, aux tournois de poker ou aux paris sportifs en ligne qui veut être interdit de toutes ces pratiques doit en faire la demande auprès du ministère de l’Intérieur. Il est ensuite convoqué par la police chargée de la surveillance des jeux d’argent, précise Le Parisien / Aujourd’hui en France. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Addictions jeux : dématérialisation de la demande d’interdiction volontaire … pour les joueurs en ligne   , ,
23 Sep 2020 | Institutions
 

Les Français sont invités à s’exprimer sur la stratégie de lutte contre le cancer, pour les dix prochaines années, via un site web mis en place par l’Institut national du Cancer (INCa), rapporte l’AFP.

Cette consultation, lancée mardi sur la plateforme consultation-cancer.fr, va durer jusqu’au 15 octobre et invite les participants à « apporter leurs idées » pour en finir avec le cancer.

Une campagne d’information (presse, réseaux sociaux…) est destinée à faire connaître cet appel aux contributions citoyennes.

•• Après trois « plans cancers » d’une durée de quatre ou cinq ans, l’INCa est chargé d’élaborer une nouvelle stratégie décennale, qui sera remise au gouvernement en décembre (voir 25 juin).

Aujourd’hui, en France, 3,8 millions de personnes vivent avec un cancer ou après un cancer, note cet organisme pour qui la lutte contre cette pathologie est l’affaire de tous.

•• Ce plan d’action est construit autour de trois priorités : améliorer la prévention ainsi que la qualité de vie des patients (44,4% des malades estiment qu’elle reste dégradée 5 ans après le diagnostic) et lutter contre les cancers pour lesquels les chances de survie sont les plus faibles (cancer du poumon, du pancréas, de l’œsophage ou du foie).

Ces trois axes stratégiques s’accompagnent de 220 actions qui en découlent. « Nous avons 220 idées pour mettre fin aux cancers. Et si on ajoutait les vôtres ? » invite l’INCa dans un communiqué.

•• Également disponible sur la plateforme, « un bilan des avancées majeures » du plan cancer 2014-2019, comme la réduction du tabagisme ou la baisse du taux de mortalité observée entre 2010 et 2018 : moins 0,7 % chez les femmes, moins 2 % chez les hommes.

 Commentaires fermés sur Lutte contre le Cancer : appel aux contributions citoyennes pour les dix ans à venir   ,