Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
24 Nov 2022 | Trafic
 

Incitation à la surconsommation, générateur de pollution mais aussi pourvoyeur de contrefaçons : les critiques pleuvent à l’encontre du Black Friday.

Alors que cette grand-messe de la consommation, héritée de la tradition américaine, a débuté le 18 novembre, les contrefaçons fleurissent, alerte l’Union des fabricants (Unifab / voir 26 novembre 2021)

Alors que 70 % des personnes ayant déjà effectué des achats sur internet ont l’intention de participer au Black Friday, selon un sondage de la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad), l’Unifab rappelle que les « offres alléchantes et promotions hors du commun constituent une aubaine pour des vendeurs peu scrupuleux qui n’hésitent pas à abuser des consommateurs en leur vendant des contrefaçons ».

•• Les articles contrefaits sont « synonymes de dangers pour la santé et la sécurité, l’environnement, ainsi que l’économie », poursuit dans un communiqué l’Unifab, qui regroupe plus de 200 entreprises en France ( … )

Le commerce de contrefaçons profite à la « criminalité organisée et aux réseaux mafieux » et entraîne, selon l’Unifab, la perte de 6,7 milliards d’euros par an de ventes directes en France. Cela représente « 1,34 milliard d’euros d’impôts perdus et 38 000 emplois supprimés chaque année ».

•• « À l’heure où 80 % des jeunes Européens se sentent concernés par la préservation de la planète (selon une étude réalisée par l’institut ObSoCo pour Greenpeace France en février 2022, ndlr), acheter des produits contrefaits revient à cautionner ce que l’on condamne et met en péril les efforts communs que nous devons fournir pour protéger l’environnement » souligne Christian Peugeot, le président de l’Unifab, cité dans le communiqué.

23 Nov 2022 | Observatoire
 

Le Black Friday, cette période de promotions importées des États-Unis, sera cette année encore le pic commercial de l’année pour la plupart des distributeurs, surtout les e-commerçants puisque c’est Amazon qui a lancé la mode (voir 3 décembre et 21 novembre 2021). Décryptage des Échos.

Les Français se ruent sur les offres pour faire leurs cadeaux de fin d’année à prix cassés. Dans une enquête, PWC indique que 43 % des achats de Noël sont effectués pendant le Black Friday par les 70 % des consommateurs qui prévoient de participer à l’opération.

•• La fête de la consommation s’étend sur dix jours, du vendredi précédent (le 18 novembre) au lundi suivant (le 28) et l’intensité promotionnelle va crescendo du début à la fin avec un pic le jour dit. Les professionnels parlent de la « Black Week ».

Certains commerçants comme Cdiscount poussés par l’atonie des ventes de produits d’équipement provoquée par les arbitrages des consommateurs en temps d’inflation (on mange d’abord, on change sa machine à café ensuite) ont commencé au début du mois leur « Black November ».

•• L’inflation pousse à l’action. Dans une étude sur Noël, NielsenIQ pointe que 65 % des consommateurs anticipent la hausse des prix des produits tels que l’alimentation, les boissons, les cadeaux ou bien encore ceux d’hygiène-beauté et que 71 % d’entre eux s’attendent à une augmentation des prix de 15 % sur l’alimentaire, quand 67 % anticipent une hausse de près de 20 % sur les cadeaux.

Si PwC indique que le textile est le premier segment en termes d’intentions d’achat, les opérateurs mettent traditionnellement en avant les promotions sur le jouet et les produits techniques, bruns ou blancs. « Le Black Friday, c’est l’occasion d’acheter un produit qui vaut cher avec une belle décote », explique Julien Peyrafitte. Les rabais iront jusqu’à 50 %, voire 60 %.

•• Cette année, le Black Friday correspond au début de la Coupe du monde de football. Le Mondial est à chaque fois l’occasion d’un pic de ventes de téléviseurs. Lire la suite »

15 Sep 2022 | Observatoire
 

La régulation du secteur par le Gouvernement (voir 8 septembre) est un nouveau coup dur pour des start-up qui brûlent beaucoup de cash et sont déjà en train de réduire la voilure. Leur survie sur le marché tricolore est en jeu, selon une analyse des Échos.

Le Gouvernement a estimé mardi que les « dark stores » devaient être considérés comme des entrepôts logistiques, et ce même s’ils disposent de points de retrait. Un décret et des arrêtés sont attendus dans les prochains jours. Ils permettront aux collectivités locales de réguler ou d’interdire cette activité « en fonction de leurs souhaits ». Les maires des grandes villes (Paris, Lyon, etc.), qui mènent une fronde contre ces entreprises depuis plusieurs mois, ne devraient pas s’en priver.

•• Cette décision constitue un coup dur pour des start-up qui sont déjà sous la pression de leurs investisseurs pour trouver un chemin crédible vers la rentabilité. Or, pour l’instant, le compte n’y est pas. Ces deux dernières années, les acteurs du quick commerce ont mené une offensive aussi coûteuse que spectaculaire pour ouvrir des entrepôts, recruter des livreurs et les équiper en deux roues électriques.

Ils ont aussi dépensé sans compter en marketing afin de fidéliser leur clientèle et augmenter leur part de marché. Une étude de YipitData estime, par exemple, que plus de 80 % des commandes passées au printemps chez Getir en France bénéficiaient de réductions. « Quand il faudra payer le vrai prix des produits, les clients seront-ils encore au rendez-vous ? », tacle un investisseur.

•• Cette générosité a été financée par des levées de fonds gigantesques. Le turc Getir a levé 1,8 milliard de dollars et était valorisé 12 milliards lors de son dernier tour de table. L’américain GoPuff a amassé 3,8 milliards de dollars sur une valorisation de 15 milliards. Les allemands Gorillas et Flink ont récolté 1,3 et 1 milliard de dollars … En comparaison, la start-up française Cajoo , qui avait levé 47,2 millions de dollars et s’était alliée à Carrefour , faisait figure de petit poucet.

Alors que les nuages noirs s’accumulent sur l’économie mondiale, les acteurs du secteur ont commencé à se serrer la ceinture. Au printemps, Getir a licencié 14 % de ses effectifs, soit près de 5 000 personnes. Gorillas, qui brûlait 90 millions de dollars par mois à la fin 2021 selon le média britannique Sifted, a licencié 300 personnes et choisi de se recentrer sur cinq marchés (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis et Pays-Bas). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Nouvelle proximité : le quick-commerce en survie sur le marché français ?  ,
8 Sep 2022 | Observatoire
 

À l’issue d’une dernière journée de concertation avec les associations d’élus et les représentants des métropoles, ce mardi 6 septembre – au ministère chargé de la Ville et du Logement – la ministre déléguée chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme Olivia Grégoire, et le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein, ont mis les points sur les « i ». 

Les dark stores sont considérés comme des entrepôts, et « il n’y a plus de sauf » a précisé Olivia Grégoire, selon L’Usine digitale.

•• Dans le cadre des consultations menées depuis le 6 juillet pour réglementer l’implantation de ces dark stores dans les villes et éviter les nuisances qu’ils causent aux riverains et aux commerces, il avait été envisagé un temps de créer une exception à la « sous-destination » de ces locaux utilisés par les entreprises du quick commerce en centre-ville …

En créant une nouvelle catégorie ou en les assimilant à des commerces dans la mesure où ils disposeraient d’un point de collecte accessible au public (voir 25 août). Eh bien, cette option n’a pas été retenue.

•• Les dark stores ne peuvent donc être que des entrepôts. Un texte réglementaire l’écrira noir sur blanc dans les prochaines semaines, ce qui devrait, espèrent les élus, mettre fin aux ambiguïtés sur lesquelles surfaient Gorillas (voir 7 mai 2022, 8 novembre 2021), Getir ou Flink (voir 4 novembre 2021).

Ce texte sera « un outil mis à disposition des maires pour réguler » l’activité de ces opérateurs, explique le Gouvernement, qui estime qu’un « entrepôt n’a rien à faire en ville ».

••« Aujourd’hui, le gouvernement confirme l’illégalité de dizaines de dark stores, et donc la nécessité de fermeture administrative ou judiciaire » » se félicite Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. « Notre interprétation va être traduite en droit ».  Lire la suite »

27 Juin 2022 | Observatoire
 

Selon Le Figaro, le spécialiste lituanien de la seconde main a annoncé développer un réseau de casiers automatiques, à l’image des « lockers » d’Amazon. Et la plateforme a choisi la France, un de ses plus grands marchés dans le monde, pour déployer les premières briques de ce réseau (voir 19 mai).

Toujours selon Le Figaro, les premiers casiers seront installés en région parisienne dans des Franprix ou des Carrefour.

•• « Ce mode de livraison est particulièrement pratique pour les clients, qui peuvent récupérer leur colis en allant faire leurs courses » souligne Vytautas Atkocaitis, le vice-président de Vinted Go (entité de Vinted dédiée à la logistique), « son bilan carbone est par ailleurs meilleur que la livraison à domicile. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Service Colis : Vinted se lance dans ses propres casiers automatiques  ,
8 Avr 2022 | International, Vapotage
 

Alibaba International, la plus grande plateforme de commerce B2B au monde, annonce renoncer à la vente de tout produit du vapotage à partir du 1er mai.

Cette décision comprend les dispositifs de vapotage, les e-liquides, tous les accessoires et la nicotine sous toute ses formes. Elle correspond à la publication, par l’autorité du monopole de tabac chinois, de « mesures pour l’administration de la cigarette électronique » qui entrent en vigueur ce 1er mai : notamment la stricte interdiction de vente aux mineurs de moins de 18 ans.

Une mesure dont on sait qu’il n’est pas toujours possible de la garantir sur Internet. (Voir aussi 12 octobre 2019).

 Commentaires fermés sur Chine : Alibaba renonce à la commercialisation de produits du vapotage  ,
3 Déc 2021 | Observatoire
 

Selon les premières données disponibles livrées en exclusivité par Le Parisien, l’activité s’est rapprochée des standards du Black Friday 2019. 

« En 2020, sur l’e-commerce, nous étions à + 32 % par rapport à 2019 sous le double effet de la pandémie, qui désavantageait le commerce physique, et de la date du 4 décembre, plus proche de Noël » explique Nicolas Rieul, directeur général Europe de l’Ouest de Criteo, acteur majeur de la publicité en ligne.

 •• « Là, nous sommes à -32 %, comparé à l’an passé et retrouvons donc les mêmes niveaux qu’il y a deux ans » analyse-t-il en se basant sur les données de plus de 1700 commerçants français.

« Nous assistons à un retour à la normale avec un Black Friday qui marque le début de la période des fêtes et de l’accélération fulgurante de la consommation avant Noël » poursuit Nicolas Rieul qui présume d’une tendance similaire pour le commerce physique dont les chiffres seront disponibles en milieu de semaine.

 •• Du côté des produits plébiscités, les consommateurs rentrent aussi dans le rang avec, selon l’étude de Criteo, un retour au panier classique : au sommet, l’électronique (+ 185 % par rapport à 2020), la mode (+ 179 %) et les bijoux (+ 174 %). L’an passé, le podium était occupé par le jouet – porté notamment les jeux vidéo (avec la sortie de la PS5 et de la Xbox Series) – devant le segment de la beauté et celui de la mode. « En 2021, on revient sur des achats onéreux, à forte valeur ajoutée » commente Nicolas Rieul, « on attend qu’ils soient en promo pour les acheter. »

 •• Les enseignes et les commerçants espèrent que cette dynamique s’étende jusqu’aux fêtes. Mais les bons chiffres de novembre et du Black Friday pourraient aussi cacher des anticipations d’achat liées aux informations sur les difficultés de la chaîne logistique mondiale.

Ou aux mauvaises nouvelles sur le front du Covid avec l’arrivée de la 5ème vague et l’inquiétant variant Omicron. « Nous avions fait une étude fin octobre et 73 % des clients interrogés nous disaient qu’ils anticiperaient leurs achats de Noël en novembre » note Franck Mathais de Joué Club, « pour l’instant, ça se vérifie mais on compte que ça se maintienne à ce niveau jusqu’au 25 décembre. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Consommation : le Black Friday retrouve son niveau d’avant la crise du Covid  
26 Nov 2021 | L'Info
 

Plus de 9,89 millions d’annonces en ligne de produits ont été retirées entre juillet et octobre par des fabricants pour cause de contrefaçon, dévoile l’Union des fabricants (Unifab / voir 13 novembre ), à l’issue d’une enquête auprès de ses adhérents et reprise dans Le Figaro

•• Ce qui porte à plus de 27 millions le nombre d’annonces illicites supprimées depuis le début de l’année.

« Les chiffres colossaux des annonces illicites sont révélateurs de l’étendue de la contrefaçon à tous les pans de l’industrie », estime Christian Peugeot, le président de l’Unifab. En d’autres termes, aucun secteur n’est à l’abri, et cela encore davantage depuis la pandémie, puisque l’essor de l’e-commerce avec la crise a provoqué une explosion des offres de faux produits.

•• L’association lance ainsi cette semaine une campagne de sensibilisation pour le Black Friday (voir 23 novembre).

Une véritable nécessité quand on sait que, d’après une étude Ifop, 37 % des consommateurs français âgés de 15 ans et plus ont déjà acheté une contrefaçon en pensant que le produit était authentique.

Cette campagne survient alors qu’une proposition de loi « visant à moderniser la lutte contre la contrefaçon » déposée par des députés de la majorité doit être examinée mercredi en commission des lois à l’Assemblée nationale (voir 20 novembre 2021).

23 Nov 2021 | Observatoire
 

Le Black Friday s’impose chaque année un peu plus comme le grand rendez-vous commercial de fin d’année. Officiellement fixée ce vendredi 26 novembre, la séquence de promotions importée des États-Unis par Amazon connaît un succès chaque fois plus important et étend sa durée.

En sept ans, les volumes d’achat ont été multipliés par six, rapporte Les Échos (voir 8 décembre 2020, 20 novembre 2018).

Sites marchands et magasins : toutes les formes de commerce jouent le jeu des ristournes avant les fêtes. De l’ordinateur au foie gras, en passant par des diamants : tous les produits sont concernés.

L’embouteillage mondial des porte-conteneurs et le manque de chauffeur routier ne pénaliseront pas ce qui est devenu un événement. De Carrefour à FNAC Darty en passant par Cdiscount, tous les professionnels affirment que les stocks sont en magasin ou en entrepôt.

•• Si le Black Friday a construit sa réputation sur les tarifs « incroyables » proposés sur les produits techniques (ordinateurs, smartphones, etc.), il s’est étendu à tous les rayons. La Redoute évoque plus de 200 000 articles en promotion. Carrefour cassera les prix sur les téléviseurs, mais aussi sur le textile à sa marque (Tex) et les produits alimentaires, dans tous les canaux de vente, supers et hypermarchés, drives, livraison à domicile.

Cdiscount et les 14 000 marchands tiers de sa place de marché misent sur tous les produits de Noël, y compris le foie gras. Le jouet sera très demandé, les distributeurs spécialisés ayant agité la crainte d’une pénurie . La filiale de Casino promet des ristournes majeures sur des articles Apple, Dyson et Puma.

FNAC et Darty auront des offres sur la mobilité, leur nouvelle marotte (trottinettes et vélos électriques) et proposent une possibilité de retour jusqu’au 15 janvier, histoire de lever les craintes du cadeau qui déplaît sous le sapin. Carrefour fera même des offres sur des diamants. Elles seront réservées à la séance de « live shopping » qui se tiendra en ligne le 22 pendant trois heures. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Observatoire consommation : les volumes d’achat du Black Friday multipliés par six en 7 ans  ,
7 Juil 2021 | Observatoire
 

À l’heure où Jeff Bezos passe la main, la part de marché du géant américain dans le commerce en ligne plafonne à 20 %, dans l’Hexagone. Les sites des enseignes traditionnelles sont en pleine expansion et le rival direct Cdiscount se porte bien. Un décryptage des Échos.

La France est le pays d’Europe qui canalise le mieux le torrent commercial de Jeff Bezos.

•• La part de marché d’Amazon dans le commerce électronique s’ y est établie à 19 % en 2020, selon le panéliste Kantar. Elle était de 22 % en 2019. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur E-commerce : pourquoi la France résiste – relativement – à Amazon