Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Jan 2021 | International, Observatoire
 

Aux dernières nouvelles, la légalisation du cannabis au Luxembourg était envisagée pour l’automne prochain (voir 3 septembre et 13 août 2019). Mais le Grand-Duché n’est pas prêt pour ce grand bond.

La crise sanitaire explique largement ce contretemps. Aucune nouvelle projection de calendrier n’a été établie.

Le projet consiste à autoriser culture, vente et consommation de cannabis à usage récréatif. 14 points de vente dédiés étant prévus dans un premier temps (pour une population de près de 600 000 habitants). Les habitants de plus de 18 ans pouvant acheter 30 grammes par mois et la consommation sera interdite dans tout espace public, y compris dans la rue. Lire la suite »

20 Jan 2021 | Observatoire
 

Alors que la mission parlementaire d’information sur la réglementation et les usages du cannabis – dont on attend toujours le rapport sur le CBD – a lancé une consultation citoyenne sur le cannabis dit « récréatif » (voir 14 janvier 2021), Le Parisien (édition du 18 janvier) s’est intéressé au point de vue des élus d’Ile-de-France et de l’Oise, les premiers concernés par les trafics.

En effet, cette région représente « plus du quart » des points de deal en France, selon le décompte du ministère de l’Intérieur (voir 22 décembre 2020). Lire la suite »

19 Jan 2021 | Observatoire
 

Selon les chiffres de Carte Bancaire (CB), obtenus par Les Échos, quasiment la moitié des paiements par carte chez les commerçants ont été réalisés sans contact l’année dernière, contre à un gros tiers en 2019. Une véritable explosion.

« En 2019, 3,3 milliards de paiements par carte CB sans contact avaient été réalisés en magasin. Nous avons passé la barre des 4 milliards en 2020 », affirme Loÿs Moulin, le directeur du développement du GIE Carte bancaire.

•• Le paiement sans contact a ainsi représenté 47 % des transactions par carte dans les commerces physiques en 2020. Le maître des paiements reste cependant le cash : bien qu’en lent déclin, il représentait encore 6 transactions 10 en 2019, tous paiements confondus. Lire la suite »

16 Jan 2021 | Observatoire
 

Fermer à 18 heures aura un impact certain sur leur chiffre d’affaires, mais les représentants des commerces en général se disent soulagés de pouvoir rester ouverts, plaçant tous leurs espoirs sur la période des soldes d’hiver qui débute le 20 janvier, rapporte l’AFP dans un papier d’angle.

«  Reconfiner aurait été une catastrophe, le pire scénario et l’anéantissement d’un bon mois de décembre. Ce couvre-feu à 18 heures est un moindre mal, mais devrait représenter une baisse de chiffre d’affaires de 15 à 20 % », souligne Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France.

•• « Le reconfinement aurait été dramatique pour nous, et notamment pour les enseignes de la mode puisqu’on est à quelques jours des soldes qui sont une période essentielle », renchérit Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du comme

« Ce qu’on ignore, c’est quel va être le comportement des clients, est-ce qu’ils vont pouvoir aller en magasin à d’autres moments de la journée ? C’est pas du tout certain. La pause déjeuner, ça reste assez limité », estime Yohann Petiot, directeur général de l’ Alliance du Commerce (habillement ) qui estime également qu’il « faut aussi faire attention à un autre effet collatéral : qu’on se retrouve avec plus de monde dans les magasins le week-end pour réaliser les achats qui ne pourraient plus être faits en semaine ».

•• « Je ne sais pas quel est l’effet sanitaire car du coup les gens qui sortent du bureau essaient de s’agglutiner dans la dernière heure avant de rentrer chez eux », soulignait  à ce sujet sur CNews Michel-Édouard Leclerc.

Alors qu’un quart des centres Leclerc étaient déjà concernés par les couvre-feux régionaux, la semaine dernière, « les fermetures des magasins ont été avancées d’une heure ou deux, il faut aussi laisser le temps au personnel de regagner la maison. Cela change la structure logistique, les approvisionnements ».  Dans la grande distribution, un quart des ventes de la journée sont habituellement réalisées après 18 heures, selon les données de l’institut spécialisé Nielsen.

•• Les aménagements mis en place varient d’un magasin à l’autre pour les commerçants situés dans des zones déjà sous couvre-feu : « certains ont fait le choix de fermer à 17 heures 30 pour laisser la possibilité à leurs salariés de rentrer chez eux, parce qu’il faut aussi parfois aller chercher ses enfants. D’autres ferment leur magasin à 18 heures et les salariés ont une attestation », indique Yohann Petiot (Alliance du commerce). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Couvre-feu / Commerces : « fermer à 18 heures : un moindre mal ? » (AFP)  ,
15 Jan 2021 | Observatoire
 

Un titre surprenant pour une situation surprenante. Mais qui permet de mettre en lumière la formidable vitalité que représente aujourd’hui l’activité de commerce de proximité par rapport à la grande distribution.

De quoi s’agit-il ? Le groupe canadien Couche-Tard a annoncé son intention de rapprochement – en vue d’une acquisition – avec le groupe français Carrefour.

•• Une opération qui peut apparaître étonnante : les deux groupes sont dans la distribution mais se montrent complètement différents. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Ces vendeurs de tabac qui veulent acheter Carrefour : la revanche de la proximité ?  
14 Jan 2021 | L'essentiel, Observatoire
 

La mission d’information parlementaire sur la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis (voir 23 décembre 2019) a lancé, ce mercredi 13 janvier, une consultation citoyenne en ligne sur le cannabis dit « récréatif ». 

Objectif : instaurer un débat serein sur une question sensible. C’est à voir.

•• Cette consultation prend la forme d’un questionnaire mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale jusqu’ à fin février, alors que la mission d’information doit rendre son rapport sur le cannabis « récréatif » aux alentours de « fin mars-début avril », a indiqué à l’AFP son président, le député de l’Essonne Robin Reda (LR). Lire la suite »

8 Jan 2021 | Observatoire
 

Les ennuis judiciaires d’un gérant de la boutique de CBD « Sa-Tea-Va », au Mans, se poursuivent (voir 25 avril 2019). La Cour de cassation a rejeté, ce 5 janvier, son recours qui demandait la restitution de sa marchandise saisie.

Après deux perquisitions consécutives – en février et avril 2019 – herbe, liquides pour cigarette électronique, sucettes … avaient été confisqués (respectivement 61 000 euros et 58 000 euros de stocks), la fermeture administrative prononcée et la saisie du compte bancaire ordonnée. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur CBD / Le Mans : saisie du stock d’une boutique confirmée en cassation  ,
8 Jan 2021 | Observatoire
 

Pour neuf Français sur dix, le tabac est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires ou d’AVC, mais seulement les deux tiers savent que ce risque existe avec moins de dix cigarettes par jour, selon une enquête réalisée en 2019 de Santé publique France, relayée par l’AFP.

De plus, seule « une personne sur quatre avait connaissance d’un risque cardiovasculaire augmenté de manière immédiate chez les fumeurs » , ajoutent les auteurs dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence sanitaire, publié ce mardi 5 janvier. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tabac : la population semble avoir un bon niveau de connaissance du lien avec les maladies cardiovaculaires (étude Santé publique France)  ,
7 Jan 2021 | Observatoire
 

Avec le Brexit, la possibilité de créer des zones de vente de produits détaxés aux frontières avec le Royaume-Uni suscite les convoitises, notamment dans les ports français ou dans le centre de Calais qui rêve de doper son attractivité et espère un feu vert du gouvernement., annonce l’AFP dans une dépêche de Marie Heuclin.

« Le duty-free est en vigueur sur nos navires depuis le 1er janvier 2021, uniquement sur les lignes entre le Royaume-Uni et la France, et seulement dans les eaux internationales », indique ainsi à l’AFP un porte-parole de la compagnie Brittany Ferries.

•• À terre on se prépare. Un grand magasin duty-free doit s’installer d’ici à octobre dans un bâtiment du nouveau port de Calais, selon le président de la société des ports du détroit Jean-Marc Puissesseau. La société a lancé un appel d’offres pour choisir le futur opérateur.

Parmi les acteurs de ce marché, en pleine tourmente avec la crise sanitaire, figurent des groupes français comme LVMH et sa filiale DFS, axée sur les produits de luxe, ou encore la branche du groupe Lagardère, Lagardère Travel Retail, mais aussi le suisse Dufry. « Pour nous, ça sera des recettes supplémentaires », explique M. Puissesseau à l’AFP, même si « les estimations ne sont pas faites à ce stade ».

•• La ville de Calais voit quant à elle plus grand. Sa maire, Natacha Bouchart, voudrait que le régime du duty-free soit étendu à l’ensemble de la ville, ou au moins au « périmètre du centre-ville » avec « des lieux de vente » dédiés, a-t-elle déclaré à l’AFP.

Le dossier est dans les mains du gouvernement, qui prendra des décisions dans les prochaines semaines, a indiqué à l’AFP une source gouvernementale, des discussions étant notamment en cours avec Bruxelles sur ce dossier.

•• Pendant ce temps, chez Getlink, le groupe exploitant le tunnel sous la Manche, et même à la SNCF, qui gère la gare du Nord à Paris d’où part l’Eurostar vers Londres, on ronge son frein. Car la réglementation interdit actuellement le duty-free au transport ferroviaire. « On attend » un feu vert du gouvernement pour une potentielle ouverture au niveau du terminal français à Calais, a indiqué un porte-parole de Getlink à l’AFP, confirmant que cela faisait bien partie des projets de l’entreprise.

Chez SNCF Gares & Connexions, on se dit aussi « favorable à une évolution de la réglementation ». Le surplus de recettes généré par le duty free « constituerait ainsi une source de revenus supplémentaire pour les infrastructures de transport et l’entretien des gares », souligne-t-on.

•• Mais ces projets ne font pas que des heureux, en particulier chez les buralistes, qui y voient « une menace directe à l’équilibre économique du réseau des buralistes sur la zone de l’agglomération de Calais », déjà fragilisé par « la concurrence déloyale des points de vente belges », selon le président de la Confédération des buralistes Philippe Coy, interrogé par l’AFP.

L’organisation a notamment adressé mi-novembre un courrier de protestation au président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

 

C’est confirmé. Après la ruée, dès les prémices du premier confinement en mars dernier, les consommateurs réguliers de cannabis, au Canada, ont fréquenté assidument les magasins ou les sites de commandes en ligne (voir 20 mars 2020).

Le marché du cannabis récréatif, légalisé en octobre 2018 au Canada (voir 17 octobre 2018 et 18 novembre 2020) est l’un des rares secteurs de l’économie à avoir connu un coup d’accélérateur en pleine pandémie de Covid-19. Une enquête de la correspondante du Monde à Montréal l’explique.

•• La Société québécoise du cannabis – seule entreprise sous contrôle public à être habilitée à la vente légale dans cette province – a annoncé, pour le deuxième trimestre de l’année 2020, un record de ventes de 120 millions de dollars canadiens, contre 56,6 millions de dollars pour la même période l’année précédente.

À l’échelle de tout le Canada, les ventes ont été évaluées à 2,6 milliards de dollars canadiens (soit 1,6 milliard d’euros), contre 1,1 milliard de dollars l’année précédente, soit une augmentation de 118 %, selon une enquête menée par Statistique Canada.

•• Au Québec, ou encore en Alberta, à chaque fois qu’il s’est agi de fermer les magasins de vente de cannabis dans l’espoir de contrer les nouveaux assauts du virus, les autorités politiques ont préféré les consacrer « commerces essentiels », et donc de les laisser ouverts.

« La pandémie a surtout été une aubaine pour le commerce légal du cannabis », insiste David Soberman, professeur de marketing à l’université de Toronto. Le marché noir, qui constituait, selon lui, encore 80 % de la vente totale avant la pandémie, est apparu moins « sûr » aux consommateurs.

« La consommation légale de cannabis a sans aucun doute grignoté des parts du marché noir, d’autant que le prix de la marijuana légale s’est beaucoup rapproché de celui du cannabis illicite », poursuit-il. « Dans la mesure où les habitudes prises pendant la pandémie vont perdurer, c’est un formidable accélérateur de consolidation du marché au Canada » conclut-il.

•• Ce secteur qui craignait l’an dernier l’éclatement d’une bulle spéculative, née après l’engouement de la légalisation il y a deux ans, a profité de ce rebond de la consommation pour continuer à se structurer. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Canada : le marché du cannabis récréatif a profité à plein de la Covid-19