Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
28 Jan 2022 | Observatoire
 

La filiale de services numériques de confiance de La Poste, Docaposte, a racheté, à la toute fin de 2021, les activités de signature électronique du groupe français Idemia. 

Ce secteur des services numériques de confiance est dynamisé par l’essor du télétravail et les besoins croissants de parapher des documents sans se déplacer, rappelle Les Échos.

•• Docaposte revendique désormais 30 % de part de marché en France, dans un secteur dominé par l’américain DocuSign. L’an passé, la société a sécurisé 33 millions de signatures en ligne et compte doubler ce chiffre avec ses nouvelles équipes. Docaposte met aussi la main sur une activité de stockage numérique pour les marchés réglementés (le jeu en ligne, notamment).

« La signature électronique est devenue un outil indispensable à la numérisation des parcours clients. En matière de RH, pendant les confinements, des embauches n’ont pas pu se faire parce que la signature du contrat de travail n’était pas dématérialisée. Le marché est aujourd’hui en croissance de 30 % par an » note Olivier Vallet, PDG de Docaposte.

•• Spécialiste de la lettre recommandée électronique, du vote en ligne, de l’identité numérique et de l’archivage, Docaposte a cumulé 750 millions d’euros de recettes en 2021, contre 450 millions d’euros en 2017.

Son patron compte dépasser le milliard d’euros de chiffre d’affaires au plus vite, par un mélange d’acquisition et de croissance organique sur les marchés de la confiance numérique. « Nous sommes au cœur du plan stratégique de diversification et de croissance du groupe La Poste », assure Olivier Vallet.

Voir aussi 26 décembre et 1er mars 2021.

 Commentaires fermés sur La Poste : une prometteuse diversification dans la signature électronique avec Docaposte   
26 Déc 2021 | Profession
 

Dans le Journal du Dimanche/ JDD de ce 26 décembre, Philippe Wahl (PDG de La Poste) revient sur une stratégie de transformation de La Poste … sans évoquer le large soutien des finances publiques dont il bénéficie (voir 26 juillet, 10 et 18 novembre). Extraits.

•• Après deux ans de pandémie, comment se porte le groupe ?

La crise sanitaire a des conséquences profondes, mais La Poste reste surtout confrontée au choc persistant de la révolution numérique. La forte chute des lettres cause une perte de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires chaque année, de façon continue depuis neuf ans. Soit plus de 5 milliards d’euros, l’équivalent de l’activité totale de grandes entreprises françaises.

Face à cette menace, la lucidité impose de changer de modèle comme de stratégie. En gardant à l’esprit qu’aucune autre entreprise en France n’a autant de missions de service public à assumer que La Poste.  Lire la suite »

10 Nov 2021 | Profession
 

Le Gouvernement avait promis cet été de puiser dans le budget de l’État pour compenser le déficit de la mission historique de La Poste (service universel postal / voir 26 juillet), plongée depuis 2018 dans le rouge vif, sur fond de baisse structurelle des volumes et de crise sanitaire.

C’est par voie d’amendement au projet de budget 2022 que Bercy a validé cet engagement de l’État, qui ouvre la voie au versement chaque année de 500 à 520 millions d’euros « en fonction des résultats de qualité de service ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur La Poste : plus de 500 millions d’euros pour le service public ou pour rattraper le mauvais service ?   
2 Juin 2021 | Profession
 

L’ancien député du Lot Jean Launay propose de taxer les opérateurs de télécommunications et de piocher directement dans le budget de l’État pour combler le déficit du service universel de La Poste, dans un rapport remis au ministre de l’Économie Bruno Le Maire, selon une dépêche AFP.

Le service universel postal (les prestations de base, dont la levée et la distribution six jours sur sept), imposé par la loi, est déficitaire depuis 2018 et le trou s’est creusé à 1,32 milliard d’euros l’an dernier. Ce déficit est attribuable à l’effondrement des volumes du courrier transporté par La Poste, que l’essor des colis ne compense pas (voir 2 et 1er mars). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur La Poste : l’État appelé à combler les … milliards de déficits du « service public postal »  ,
1 Mar 2021 | Observatoire
 

La crise sanitaire et les confinements se sont soldés par 1,6 milliard de plis en moins pour La Poste, accélérant la tendance au déclin du courrier. Alors que les gains d’activité dans les colis ne compensent pas cette chute. Ceci, alors que la Poste lance un nouveau plan stratégique 2030.

« Nous avons connu un effet falaise tout à fait considérable » a observé son PDG, Philippe Wahl, à l’occasion du lancement du plan stratégique 2021-2030, ce jeudi 25 février. « D’un seul coup, cela représente pour nous presque trois années de baisse des volumes ! » rapporte Les Échos.

Le déclin des lettres affranchies (hors courrier publicitaire), qui était calé sur un rythme annuel de -7 % à -8 %, a atteint l’an dernier -18,1 %. La croissance record des livraisons issues de l’e-commerce, autre conséquence imprévue des confinements (+38 %, soit 645 millions de colis supplémentaires), n’a pas compensé cette chute.

•• Conséquence, l’activité historique de La Poste, qui représentait 70 % du chiffre d’affaires en 1990, est passée sous la barre des 20 %, à seulement 18,7 % du chiffre d’affaires.

Soit moins que les colis ou les services financiers … Et comme un point de non-retour, « en l’absence de perspectives de rattrapage à court terme de ces volumes », l’entreprise a déprécié à hauteur de 900 millions d’euros ses actifs dans le courrier (logiciels de tri, etc.). Une sorte d’amortissement accéléré du matériel témoignant qu’il y a péril en la demeure.

•• Le nouveau plan stratégique à horizon 2030, baptisé « La Poste 2030, engagée pour vous », est décliné autour de cinq pôles d’activité :

• logistique,
• bancassurance,
• « services numériques de confiance »,
• « services de proximité humaine »,
• réseau de distribution.

•• La Poste assure souhaiter « consolider son empreinte dans les territoires, en passant en 2025 à 40 000 points d’accès avec au moins un service postal, contre 32 000 aujourd’hui ».

Cette définition large qui s’entend avec des « relais commerçants » (dont des buralistes),  des relais pick-up pour les colis (dont des buralistes encore). Lire la suite »

 Commentaires fermés sur La Poste : de nouveau axes stratégiques sur fond de dégringolade du courrier  ,
6 Oct 2020 | Observatoire
 

Dans une interview aux Échos, le Pdg de La Poste, Philippe Wahl, revient sur l’impact de la crise du coronavirus sur le Groupe. Il souligne la nécessaire … transformation de l’entreprise publique. Extraits

« La Poste n’a toujours pas retrouvé son niveau d’activité d’avant-mars . Mais cela varie beaucoup, selon les métiers. Dans le colis, nous sommes à plus de 30 % en volume par rapport à l’avant-crise. De même, notre site enregistre beaucoup plus de visites qu’avant, mais le courrier est à 90 % de la normale, et nos réseaux connaissent une baisse de fréquentation d’environ 15 % » (…)  Lire la suite »

7 Mai 2020 | Profession
 

La Poste – dont l’image ne sortira pas grandie de cette crise du Coronavirus – a dévoilé son plan de réouverture.

Ses 7 700 bureaux, dont la plupart étaient fermés pendant la crise sanitaire, vont progressivement rouvrir d’ici à fin mai. La tournée du samedi sera, elle aussi, rétablie.

•• À partir du 11 mai, le facteur retrouvera petit à petit son rythme habituel, soit six jours par semaine, pour « distribuer les colis, les lettres recommandées et prioritaires (avec des timbres rouges), la presse quotidienne, collecter le courrier et assurer les services de proximité » a indiqué le groupe dans un communiqué.

•• L’entreprise publique a expliqué n’envisager la réouverture des bureaux de poste que « dans le strict respect des directives gouvernementales et des mesures de protection pour les postiers et clients ». Ce qui signifie que les horaires d’ouverture et les services assurés dépendront d’abord de la situation sanitaire locale. La fréquentation du bureau rendra également pertinente (ou non) son ouverture.

•• Après être tombé à 1 600 bureaux de poste ouverts en début de confinement, le groupe est à ce jour parvenu à relever le rideau d’à peu près 5 000 d’entre eux.

La Poste compte également 2 985 agences postales communales ouvertes (qui ont été fermées pour la plupart) et 2 113 points postaux chez les commerçants : dont 1 200 buralistes ouverts.

30 Avr 2020 | Observatoire
 

« Une plate-forme d’e-commerce sera mise en place par la Poste à compter du 30 avril et distribuera à ceux qui en ont besoin chaque semaine plusieurs millions de masques grand public » : c’est, aussi, une annonce d’Édouard Philippe, ce mardi 28 avril, dans son allocution devant l’Assemblée nationale.

•• Combien de masques ? De quel type ? Distribués à partir de quand ? Par les facteurs ? À quel prix ? Questions sans réponses posées par Le Parisien / Aujourd’hui en France (édition du 28 avril) qui croit savoir qu’il s’agit d’une plate-forme à destination uniquement des TPE et des PME. Lire la suite »

10 Avr 2020 | Observatoire
 

Confronté en audition, ce mercredi 8 avril, au mécontentement de sénateurs, qui relaient les griefs des maires et de leurs administrés face aux fermetures unilatérales des bureaux de poste et la diminution drastique du service postal (voir 2 avril), le PDG de La Poste, Philippe Wahl, a promis un « notable allègement du service minimum » pour la fin avril, selon Les Échos.

•• Manifestation concrète de la relance du service postal : « élargir le plus possible le nombre de nos points d’accueil ».

Après avoir sérieusement réduit la toile (1 600 bureaux de poste ouverts et tournées ramenées à seulement trois jours par semaine), les ouvertures vont graduellement s’étoffer : tout d’abord en passant à 2 500 bureaux ouverts dès la fin de cette semaine, comme annoncé précédemment, grâce au renfort de 3 000 personnes, dont des intérimaires ou CDD, et surtout, un nouvel objectif de 5 000 bureaux en fonctionnement à la fin avril.

•• En ajoutant les réseaux partenaires – soit les agences postales communales (APC) et les « relais poste » chez les commerçants, dont les buralistes, dans les petites communes – l’objectif est de revenir sous peu à 10 000 « points de contact postaux » dans tout le pays à la fin du mois.

Sur un total théorique de 17 000 points, le niveau incompressible inscrit dans la loi depuis dix ans. Comme prévu également avec les éditeurs de journaux, la distribution des quotidiens passera progressivement de 3 à 5 jours par semaine, à compter du 14 avril.

•• Seulement, pour reprendre ses tournées, l’état-major de La Poste doit faire avec les moyens disponibles.

L’absentéisme chez les postiers est différent selon les métiers et les régions, pouvant aller jusqu’à 35 % ou 40 % en zone urbaine, reconnaît le PDG, qui compense par de la mobilité entre établissements. La première cause étant la garde d’enfants, plus les salariés médicalement fragiles ou âgés, confinés à domicile. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Coronavirus / Poste : 10 000 points de contact, à la fin avril ? 30 000 colis en souffrance, aujourd’hui   , ,
2 Avr 2020 | Observatoire
 

Le service minimum instauré par La Poste afin de limiter les risques de contamination de ses agents au Covid-19 n’aura tenu que quelques jours (voir 1er avril).

Face à la vague d’indignation que cette décision a soulevée, le président-directeur général du groupe public, Philippe Wahl, a détaillé ce mercredi en fin d’après-midi un nouveau dispositif.

« Nous avons assumé une manière de service minimum en réduisant le nombre de jours de distribution du courrier et des colis, de cinq jours il y a deux semaines, à quatre jours la semaine dernière, et à trois jours cette semaine » a-t-il rappelé, « nous ne l’aurions pas fait, c’est toute notre activité qui aurait été désorganisée ».

Entre arrêts-maladie, parents gardant et confinement, un quart des 220 000 postiers ont manqué à l’appel, a-t-il indiqué, tout en assurant que le nombre de salariés exerçant leur droit de retrait était « marginal ».

•• Cependant, a reconnu Philippe Wahl, ce service minimum de courrier a créé de grandes difficultés pour la presse quotidienne nationale et la presse quotidienne régionale, notamment. Des négociations ont donc très vite été engagées, notamment avec l’Alliance de la presse quotidienne, afin de revenir à une distribution plus large des journaux. Ce sera le cas dès lundi prochain sur quatre jours pour une moitié de la France, et dès mardi pour l’autre moitié.

•• Le groupe postal va ensuite progressivement augmenter son activité pour le courrier et les colis. Le renfort de quelque 3 000 personnes – salariés de la filiale MediaPost, volontaires dans le groupe, intérimaires et CDD – devrait permettre de revenir à une distribution jusqu’à 4 jours « le plus vite possible ». Philippe Wahl a insisté sur la grande complexité d’organisation de La Poste, avec des centres de tri comptant jusqu’à 300 personnes dans des conditions de promiscuité habituelles pour les postiers.

••L’autre priorité du groupe a été d’assurer le paiement des prestations sociales. Grâce à un accord avec la Sécurité sociale et la Caisse des dépôts, actionnaire de La Poste, le million et demi de bénéficiaires pourront retirer leur prestation sociale, dès la fin de cette semaine aux distributeurs automatiques de billets et dans plus de 250 bureaux de poste dès lundi prochain, particulièrement dans les quartiers prioritaires et le monde rural.