Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Août 2021 | Profession
 

À l’encontre de bien des commerces, les librairies indépendantes ont peu souffert de la crise et continuent à surfer sur ce vent porteur depuis janvier. Elles se sont numérisées, ont fidélisé leur clientèle, et s’apprêtent à voir leur croisade contre la gratuité des livraisons pratiquée par Amazon portée devant les parlementaires. Un panorama des Échos.

Malgré les semaines de fermeture, les confinements et les couvre-feux, l’activité globale accuse un léger recul de -3,3 % en 2020, par rapport à 2019, selon le Syndicat de la librairie française (SLF), qui réunit un tiers environ de la profession.

•• Un vent porteur qui continue, puisque les premiers mois de l’année 2021 démarrent en fanfare, avec de janvier à mai une activité en hausse de 23 % par rapport à 2019 !

« C’est d’autant plus exceptionnel que le marché du livre est en général très stable, ce n’est pas du tout un secteur cyclique » s’étonne Guillaume Husson, délégué général du syndicat. L’afflux des clients, mais surtout le panier moyen en augmentation, semblent donc perdurer. « Non seulement nos clients habituels ont plus lu, mais ceux qui achetaient sur les plateformes en ligne sont venus chez nous » poursuit-il.

•• Une fois n’est pas coutume, ce sont les petites structures qui ont le mieux résisté, avec aux deux extrémités du spectre les librairies pesant moins de 300 000 euros par an, enregistrant une croissance de 14,8 % en 2020 tandis que celles réalisant plus de 4 millions affichent un recul de 9 %. `

« C’est assez logique, les gros vendent souvent beaucoup de livres de tourisme, universitaires ou scolaires, or, ce sont les secteurs qui ont le plus souffert de la crise », décrypte Guillaume Husson. Sans compter que ce sont souvent les plus gros qui sont installés dans les centres commerciaux, qui ont été fermés administrativement.

•• Dans les changements appelés à durer, la digitalisation tient une place majeure. « Généralement, les ventes sur le site Internet représentaient 2 à 3 % du chiffre d’affaires du libraire, on est aujourd’hui entre 6 et 7 % », détaille-t-on au SLF. Une mini-révolution qui ne se fait pas sans heurts, nécessitant réorganisation logistique, investissement informatique, et coût de livraison.

« La crise a joué en notre faveur, elle a mis notre secteur sous les feux des projecteurs, mais la librairie est fragile, c’est le commerce le moins rentable », conclut Guillaume Husson. La rentabilité moyenne tourne à moins de 1 % du chiffre d’affaires.

 Commentaires fermés sur Tendance consommation : les librairies de quartier ont bien résisté à la crise sanitaire  ,
22 Août 2021 | Profession
 

Buraliste à Cormeilles (17 kilomètres de Pont-Audemer, Eure), Sandira Quirin est également l’auteure d’un roman, de deux recueils de nouvelles et de deux albums pour enfants.

Portrait d’une buraliste remarquable. Tout au long de l’année scolaire, elle est intervenue aussi dans les écoles pour partager sa passion avec les plus jeunes.

C’est en 2006 qu’elle a posé ses bagages dans ce village de 1 150 habitants. Une dizaine d’années plus tard, elle rencontre une éditrice, rencontre qui va tout changer. « Je ne pense pas que cette rencontre soit un hasard. C’était mon destin. C’était écrit. Il fallait que ça sorte, que je m’exprime » raconte-t-elle à L’Éveil de Pont-Audemer. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Une buraliste qui fait partager sa passion d’écrire et de faire lire  ,
20 Juin 2021 | Observatoire
 

Normalien et agrégé de philosophie, Nathan Denvers (22 ans) vient de publier aux éditions Grasset « Espace fumeur » dans lequel il dresse un portrait du fumeur au travers de ses expériences et de ses souvenirs personnels.

Avec pour ligne conductrice, une question : peut-on s’arrêter de fumer sans oublier le fumeur qu’on a été ?

•• Dans ce livre, à mi-chemin entre l’essai et le récit, Nathan Devers raconte sa vie à la lumière de la relation qu’il a entretenue, pendant plus de dix ans, avec le tabac.

Il revient sur des expériences qu’ont sans doute partagées la plupart des fumeurs: la première cigarette, l’apparition de la dépendance, ses effets bénéfiques et néfastes, l’incapacité de faire quoi que ce soit sans « en allumer une », les vaines tentatives de sevrage – et puis l’invention d’une méthode, résolument personnelle, pour en finir avec cette addiction. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Espace fumeur » : un livre de souvenirs personnels et de réflexion sur la cigarette et son imaginaire  ,
23 Mai 2021 | Profession
 

Le 52ème Prix Maison de la Presse, organisé par NAP, est décerné cette année à Éric Fouassier pour son roman « Le bureau des affaires occultes «, publié aux éditions Albin Michel.

Le jury, composé essentiellement de libraires sous enseigne Maison de la Presse, était présidé par Adélaïde de Clermont-Tonnerre, romancière et directrice de rédaction de Point de Vue, qui vient de publier son 3ème roman « Les jours heureux » aux éditions Grasset, et elle-même lauréate du Prix Maison de la Presse en 2010 pour son premier roman Fourrure. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur NAP : le prix Maison de la Presse, une belle opération de promotion culturelle  , ,
9 Mai 2021 | L'Info
 

Dans son dernier ouvrage « La Fin d’un monde », Patrick Buisson (l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, analyste politique et polémiste) explore les années 1960-1975 pour mieux éclairer notre modernité, à ses yeux déshumanisée … Dont une séquence sur la destruction des lieux de sociabilité : les bistrots. Extraits.

« Le bistrot était dans les trente-six mille communes de France le plus répandu des clubs masculins (…) On l’a longtemps cru indestructible en raison même des services de toutes natures qu’il rendait à une clientèle de toutes conditions (…)  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bistrots : « Les Trente Glorieuses auront été les trente piteuses du comptoir » (Patrick Buisson)  ,
11 Avr 2021 | Observatoire
 

Frédéric Ploquin, journaliste spécialisé dans la criminalité hexagonale depuis plus de 30 ans, vient de publier son 24ème livre : « les narcos français brisent l’omerta » (Albin Michel).

Soit un vaste panorama sur le trafic de drogue en France dont l’entame est la suivante : « vous pensez peut-être qu’un livre sur la drogue ne vous concerne pas, je vais vous démontrer le contraire. »

•• Stéphane Peu, député communiste de Seine-Saint-Denis, y déclare textuellement en parlant des multiples retombées du trafic de drogue dans son département : « l’immense majorité des gens ne bénéficie pas des retombées du trafic (…)

« Cette économie ne diffuse pas. Les dealers peuvent faire un geste pour des obsèques, par exemple, mais la distribution s’arrête là, un peu comme le pétrole ne profite en Algérie qu’à un petit cartel de généraux.

« Moins on partage, mieux on se porte. Ils préfèrent investir dans les bars-tabacs, les salons de coiffure, les sociétés de VTC, qui ont surfé sur la loi mobilité, ou l’immobilier, avec une efficience qui déstabilise l’économie réelle. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Les propos surprenants d’un député de Seine-Saint-Denis  ,
7 Mar 2021 | Profession
 

Marin Ledun est un jeune auteur dynamique, prolifique, ardéchois, marathonien et fumeur. Son dernier polar fait l’objet d’une honorable promotion. On va en entendre parler.

Paru dans la célèbre collection Série Noire (Gallimard), « Leur âme au diable » a pour principal protagoniste « le lobby du tabac » dans une France et une Europe confrontées à la montée en puissance des mesures anti-tabac (l’action se déroule de 1986 à 2006) et aux premières polémiques sur les origines de la contrebande. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « Le lobby du tabac » entre dans la série noire  ,
12 Jan 2021 | Pression normative
 

Un livre manifeste qui amène à réfléchir.

Le professeur David Khayat (ancien chef du service d’oncologie de la Pitié-Salpétrière / voir 3 mai 2016 et 28 septembre 2019) vient de publier un ouvrage qui brise nombre d’idées reçues et « invite à une reprise en main positive et responsable de notre santé ».

Il s’en ouvre dans une interview qui fait l’objet de la couverture du dernier numéro du Figaro Magazine. Extrait surprenant :

« Nous avons laissé s’immiscer dans notre esprit trop d’interdits ou trop d’obligations : ne pas manger trop gras, ne plus manger de sucre, surveiller son poids, ne pas manger entre les repas, ne pas consommer de laitages après 50 ans, ne pas boire plus d’un verre par jour, ne pas fumer, faire l’amour dix fois par mois, etc.  Lire la suite »

 Commentaires fermés sur « L’OMS est en retard d’un train en permanence ! »  ,
29 Avr 2019 | Associations
 

Les éditions Dargaud viennent de publier « Cigarettes, le dossier sans filtre », une enquête-pamphlet qui veut mettre en lumière le business du tabac sous tous ces aspects : historique, économique, marketing, médical, politique, environnemental, etc.

Signé Pierre Boisserie et dessiné par Stéphane Brangier, l’album de 160 pages a pour personnage principal M Nico, un individu acerbe et cynique, censé incarner l’attitude « hypocrite et décomplexée des industriels du tabac aujourd’hui comme hier. Manipulateur, il dépeint les « Big Tobacco », et leurs activités pour attirer le maximum de clients ».

La bande dessinée a été conçue avec le partenariat du CNCT (Comité national contre le Tabagisme).

18 Mar 2018 | Observatoire
 

D’après l’étude publiée jeudi dernier – à la veille de l’ouverture au public du « Salon Livre Paris » – par l’institut GfK, les Français ont acheté 356 millions de livres, soit une diminution de 1 %, quand le chiffre d’affaires du marché a baissé de 1,2 % pour s’établir à près de 4 milliards d’euros.

S’il a connu des pics durant les mois de juillet et décembre, les ventes ont même subi une chute record de 8 % au premier trimestre de l’année dernière (sur fond de campagne des présidentielles ?)

Si le livre numérique affiche une nette progression de 9 %, à 13,2 millions d’exemplaires vendus, la prédominance du papier demeure. Le physique représente toujours 95 % des ventes et génère à lui seul 3,88 milliards d’euros de chiffre d’affaires, contre 97,5 millions d’euros pour le numérique. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Tendances tabac-presse : le livre reste le cadeau préféré des Français   ,