Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
3 Nov 2022 | Associations, L'Info
 

Invité sur RMC et RMC Story, ce 1er novembre, pour le démarrage du « Mois sans Tabac » (voir 30 et 31 octobre), Loïc Josseran, président de l’Alliance contre le Tabac, a rappelé qu’il n’y a pas une seule et même méthode pour arrêter de fumer. Il est revenu à la charge sur les dangers de la puff très utilisée chez les jeunes (voir 26 octobre). Extraits. 

« Avec le Mois sans Tabac, il y a eu un énorme démarrage quand ça a été lancé, avec 900 000 inscrits. On est donc peut-être, maintenant, sur une ligne de fond qui est autour de 110 000 à 130 000 personnes prêtes à s’arrêter tous les ans à ce mois-ci » a-t-il commenté.

•• L’un des objectifs de l’association est le passage progressif au paquet à 15 euros en 2027. « Il faut un vrai courage politique pour aller dans ce sens et marquer le coup. L’OMS le dit, et cela est prouvé, l’augmentation du prix du paquet est la meilleure façon, notamment, de ne pas entrer dans le tabagisme » a-t-il affirmé. Lire la suite »

31 Oct 2022 | Institutions
 

Le « Mois sans Tabac », une opération de santé publique menée chaque novembre en France pour encourager les fumeurs à s’arrêter, débutera ce mardi, avec peu de nouveautés malgré une tendance à l’essoufflement ces dernières années. C’est ainsi que débute une dépêche AFP que nous reprenons (voir 30 et 10 octobre).

« Chaque année, cet événement est l’occasion pour les fumeurs de rejoindre un mouvement collectif les invitant à s’engager ensemble dans une démarche d’arrêt du tabac pendant un mois », a rappelé l’agence Santé publique France dans un communiqué Lire la suite »

30 Oct 2022 | Institutions
 

À J-3 de la 7ème édition du Mois sans Tabac, Santé publique France tente de booster la mobilisation … qui se fait encore attendre.

« Il est encore temps de s’inscrire pour relever le défi ! » … Effectivement, un communiqué fait état de 100 873 inscrits sur le site dédié au 28 octobre. C’est à peine mieux qu’à la veille des éditions précédentes déjà en berne (voir 27 octobre 2021 et 31 octobre 2020). Et ce, malgré l’annonce d’une nouvelle hausse de la fiscalité tabac pour 2023. Lire la suite »

25 Oct 2022 | Vapotage
 

Dans les discussions budgétaires sur le prochain Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023 – avant que le Gouvernement ne déclenche l’article 49.3 pour faire adopter sans vote le texte par l’Assemblée nationale avant sa présentation au Sénat – est apparu le projet de hausse de la fiscalité des produits du tabac annoncé par la première ministre Élisabeth Borne (voir 26 septembre).

Rappelons qu’outre les cigarettes et le tabac à rouler, le tabac à chauffer est également concerné (voir 3 octobre).

•• Le sujet du tabac à chauffer a donc été abordé et le ministre de la santé,  François Braun, a été interpellé sur le sujetSa réponse est prudente, certes, mais il en ressort une certaine volonté de comprendre qui diffère des a priori et des prises de position doctrinales qui ont trop longtemps entravé les nécessaires évaluations que doivent lancer les pouvoirs publics sur la moindre nocivité. Puisque le problème se pose pour ceux qui continuent de fumer. Lire la suite »

10 Oct 2022 | Institutions
 

Après deux années marquées par la pandémie de COVID-19 et leurs résultats décevants (voir 3 et 24 décembre 2021), cette nouvelle édition de Mois sans tabac remet le collectif au centre de l’opération grâce à un dispositif qui « met en avant le moteur motivationnel de l’arrêt collectif et l’importance du soutien dans le sevrage », annonce le communiqué de lancement de Santé publique France.

En parallèle, le dispositif propose toujours des informations et des conseils pour que chacun puisse choisir sa stratégie et se lancer dans l’arrêt du tabac. Nous reprenons des extraits du communiqué de Santé Publique France.

•• Cette année, l’habillage de Mois sans tabac fait aussi peau neuve avec une nouvelle charte graphique et un nouveau slogan : « Vous n’étiez pas seul quand vous avez commencé. Vous ne serez pas seul pour arrêter ». Mois sans tabac est un challenge qui se relève, chaque mois de novembre, collectivement, grâce au soutien des différents acteurs (professionnels de santé, partenaires, commerces de proximité, proches…).

Des actions de terrain sont ainsi à nouveau déployées pour être au plus proche des fumeurs. Dans chaque région, deux stands Mois sans tabac animés par les ambassadeurs régionaux, et accompagnés par les partenaires locaux, seront présents lors de journées dédiées dans des centres commerciaux afin de fournir les informations utiles sur l’arrêt du tabac.

•• Parmi l’ensemble des outils disponibles pour soutenir les participants, on retrouve :

Tabac info service, dispositif majeur de l’accompagnement à l’arrêt du tabac, qui comprend le site internet tabac-info-service.fr, le numéro d’aide à distance 39 89, la ligne téléphonique gratuite de Tabac info service, l’application d’e-coaching Tabac info service

les réseaux sociaux

un kit d’aide à l’arrêt Mois sans tabac comprenant le programme de 40 jours (composé de deux phases : 10 jours de préparation et 30 jours de défi), une roue des économies et aussi cette année deux flyers d’informations, l’un détaillant les différents outils disponibles pour arrêter de fumer et l’autre expliquant comment avoir recours à un professionnel de santé pour être accompagné tout au long de l’arrêt.

•• Depuis ce dimanche 9 octobre, 3 spots TV de 30 secondes sont diffusés sur les chaînes nationales, reprenant le slogan de la campagne : « Vous n’étiez pas seul quand vous avez commencé, vous ne serez pas seul pour arrêter ». Ils mettront en scène différentes époques de la vie de fumeurs et différents styles de fumeurs, toujours dans le cadre d’un collectif : le moment où ils se sont mis à fumer et le moment où ils arrêtent. Ces spots seront également déclinés en formats radio et vidéo en ligne pour accroître leur visibilité.

Depuis le début du mois, une campagne d’affichage aux nouvelles couleurs de Mois sans tabac est déployée à grande échelle dans 18 000 pharmacies, ainsi que les centres commerciaux, commerces de proximité et gares. Côté digital, des post sur les réseaux sociaux et des bannières sont visibles sur de nombreux sites.

Le site annonce à ce jour 26 851 inscrits.

5 Juil 2022 | International, Vapotage
 

Le Conseil supérieur de la Santé de Belgique vient de publier un nouveau rapport « sur la base de nouvelles publications et suite à une série de questions posées par le Service public fédéral (SPF) Santé ».

Avec un certain nombre de recommandations concernant le vapotage. Le Conseil précise que « la e-cigarette n’est pas sans risque ; elle n’est donc pas recommandée pour les non-fumeurs, en particulier aux jeunes ».

« Mais la e-cigarette est considérée comme moins nocive que les cigarettes classiques; elle constitue une meilleure alternative au tabac pour les fumeurs et peut être utilisée comme aide au sevrage tabagique ». Lire la suite »

2 Juin 2022 | Institutions
 

À l’occasion de la Journée Mondiale sans Tabac 2022, Santé publique France a déployé la plateforme « Les Employeurs pour la Santé », un dispositif inédit pour accompagner les structures (publiques, privées et associatives) dans une démarche de prévention et de promotion de la santé de leurs collaborateurs.

La première thématique traitée concerne l’arrêt du tabac, annonce un communiqué que nous reprenons ci-dessous.

•• Le milieu du travail est un milieu favorable au développement d’actions de prévention et de promotion de la santé au bénéfice des salariés, et les employeurs peuvent ainsi jouer un rôle décisif pour la santé de leurs collaborateurs. 

Lors de la dernière édition de Mois sans tabac en 2021, près de 5 000 structures se sont inscrites sur le site qui leur est dédié et ont commandé les outils (affiches, dépliants vidéos, campagne 3989) mis à disposition par Santé publique France. Cela a montré la volonté de ces structures en leurs qualités d’employeur de renforcer leurs actions pour la promotion de la santé au sein de leurs entités.  Lire la suite »

21 Mai 2022 | Institutions
 

Olivier Véran était ministre des Solidarités et de la Santé. Brigitte Bourguignon (qui était sa ministre déléguée chargée de l’autonomie) est la nouvelle ministre de la Santé et de la Prévention. Nuance.

Ancienne députée socialiste du Pas-de-Calais, elle a soutenu en son temps la mise en place du paquet neutre et la trajectoire fiscale menant au paquet à 10 euros (voir 28 juin 2017). Elle a contribué, aussi, à la mise en place de la « Mission d’information parlementaire sur les différents usages du cannabis » (voir 12 juillet 2019).

De nombreux sujets prioritaires l’attendent dans la feuille de route qu’on lui prête : bon fonctionnement et recrutement des hôpitaux ; lutte contre les déserts médicaux. Mais surtout « renforcer la prévention en santé tout au long de la vie ». Lire la suite »

20 Mar 2022 | Vapotage
 

« Leur consommation par un public mineur se développe aussi sous l’effet des pratiques de promotion et de vente via les réseaux sociaux. Il convient dès lors de rappeler le cadre légal et réglementaire en vigueur.

« La vente aux mineurs de ces produits, comme de tout produit de vapotage, est interdit ».

Extrait d’un communiqué du ministère de la Santé à propos des cigarettes « Puffs » (voir 18 mars).

18 Mar 2022 | Vapotage
 

Elle était attendue cette prise de position, suite aux remous sur la commercialisation (n’importe comment et n’importe où …) des dispositifs de vapotage dits « puffs » (voir 9 mars, 26 février et 16 janvier).

Le ministère des Solidarités et de la Santé vient de publier un communiqué que nous reproduisons intégralement.

Les dispositifs de type « puff » sont des produits de vapotage jetables, ce qui les différencie des produits de vapotage couramment commercialisés qui sont rechargeables. Ils contiennent le plus souvent de la nicotine.

Les pouvoirs publics ont été alertés sur la diffusion auprès d’un public jeune, y compris adolescents, de produits « puff » aux emballages colorés et aux arômes fruités ou sucrés, rendus particulièrement attrayants pour cette population. La consommation par un public mineur se développe aussi sous l’effet des pratiques de promotion et de vente via les réseaux sociaux. Il convient dès lors de rappeler le cadre légal et réglementaire en vigueur. 

1• En premier lieu, en tant que produits du vapotage, les dispositifs de type « puff » sont tenus de remplir les obligations réglementaires associées à ces produits :

. notification des produits avant leur mise sur le marché aux autorités compétentes,
. taux de nicotine inferieur à 20mg/ml, le cas échéant,
. étiquetage,
. interdiction de publicité et de promotion directe ou indirecte.

La liste complète des produits du vapotage notifiés pour le marché français est disponible sur le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Bien que certains fabricants nationaux et étrangers aient rempli l’obligation de notification de leurs produits destinés au marché français, d’autres produits, non notifiés aux autorités françaises, sont également accessibles au public, notamment via internet, et pour certains avec des taux de nicotine qui peuvent dépasser le taux autorisé pour ce type de produit.

2• En deuxième lieu, la publicité et la promotion de produits du vapotage sont interdites.

Compte tenu de l’observation d’une forte promotion de ces dispositifs de type « Puff » sur des réseaux sociaux fréquentés majoritairement par des jeunes, un signalement a été adressé au Parquet par le ministère des solidarités et de la santé en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale.

3 • Enfin, la vente aux mineurs, de ces produits, comme de tout produit de vapotage, est interdite.

De plus, la nicotine, que la plupart des dispositifs « puff » contiennent, est une substance qui entraine une forte dépendance. Les jeunes sont particulièrement vulnérables, en raison des effets de la nicotine sur le développement de leur cerveau.

Le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a rappelé dans son dernier avis, relatif aux « bénéfices-risques de la cigarette électronique », de novembre 2021, que les données scientifiques disponibles à ce jour sont plutôt en faveur du rôle initiateur des produits de vapotage, pour les adolescents, à la consommation de tabac (voir 6 et 11 janvier).

Sarah El-Hairy, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, accompagne ce dispositif.