Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Sep 2021 | Profession
 

Pas facile de s’engager dans le développement durable quand on fabrique des milliards de produits jetables. Pourtant, Bic place la rentrée des classes sous le signe de la protection de la planète.

Un moment clé pour le fabricant français de stylos et de briquets, la reprise de l’école représentant près de 40 % de ses ventes de stylos en France.

Depuis 2004, l’inventeur du « quatre couleurs » a commencé à travailler sur des gammes plus « vertes ». Son objectif : que 100 % de ses emballages soient réutilisables, recyclables ou compostables d’ici à 2025, et qu’en 2030, 50 % de plastique recyclé ou alternatif soit utilisé dans ses produits, selon Les Échos.

•• L’usine de Samer (Pas-de-Calais), inaugurée en 2017, fait figure de pilote dans ce domaine. Plus importante que celle de Marne-la-Vallée, elle fabrique des instruments d’écriture, notamment les crayons à papier Évolution et les porte-mines Big Matic – soit 900 millions de pièces par an.

C’est là qu’est installé le laboratoire de R&D pour les produits de papeterie du groupe. Le site (220 salariés), lui-même s’inscrit dans une démarche responsable.

•• Cette année, Bic a décidé de mettre en avant ses produits les plus écolos, une vingtaine de références, pensée dès la phase de conception, dont le Bic 4 Couleurs, le Cristal Original, ou son ardoise Velleda fabriquée à partir de résidus des crayons à papier.

Pour rendre ses crayons plus durables, le géant mondial a décidé de réduire l’utilisation des matières. Déjà au fil des années, ses produits ont perdu environ 25 % de leur masse, avec moins de plastique et moins de métal. Le groupe veut aller plus loin, tout en conservant la forme de ses crayons. C’est à l’intérieur, et donc invisible à l’oeil, que va s’opérer ce nouveau changement.

Comme pour son porte-mines Bic Matic, qui contient déjà 65 % de plastique recyclé. « Il y a six pièces dans un Bic Matic, dont la mine, sa gaine, et l’enveloppe en plastique recyclé » poursuit Emmanuel Barthelemy, directeur industriel France et Europe, « c’est cette gaine intérieure qui permettra d’atteindre 75 % de matière recyclé en 2022 ». Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bic/ RSE : un début de collecte des stylos usagés   
16 Sep 2021 | Profession
 

Les ventes de Pernod Ricard ont bondi de 10 % sur son exercice annuel clos fin juin. Le groupe s’est en effet vite et bien remis de sa gueule de bois héritée du plus fort de la pandémie de Covid-19, entre février et mai 2020, analyse Le Figaro.

Sur son exercice annuel clos fin juin 2021, le numéro deux mondial des spiritueux a réalisé des performances légèrement supérieures à celles de 2019, où elles avaient atteint des records. Après avoir plongé de 9,5 % sur l’exercice clos fin juin 2020, le chiffre d’affaires du groupe a rebondi sur le tout dernier exercice de 9,7 %, à 8,8 milliards d’euros (voir 4 septembre et 26 juin).

•• « La crise du Covid n’a pas incité les gens à boire plus, comme l’a prouvé le milliard d’euros de chiffre d’affaires perdu lors de l’exercice 2020 » insiste Alexandre Ricard, PDG du groupe, « de façon générale, la consommation d’alcool a même baissé. »

Dans ce contexte de modération globale, le groupe propriétaire de Martell, Jameson, Chivas, Absolut et Havana Club a profité des évolutions des modes de consommation pour tirer son épingle du jeu : « les clients ont reporté à la maison leur consommation d’alcool dans les restaurants, bars et boîtes de nuit. Dans ce contexte, le groupe a gagné des parts de marché avec des marques fortes, visibles et activées grâce au digital » précise le dirigeant.

À l’exception du travel retail (boutiques d’aéroport), le groupe a vu ses ventes progresser sur la totalité de ses marchés, y compris la France (+1 %). Surtout, il a battu ses records d’activité sur ses deux principaux marchés, qui figurent aussi parmi les plus rentables : les États-Unis (+11 %), où il réalise plus de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires, et la Chine (+44 %), où il a passé la barre de milliard d’euros.

•• Partout dans le monde, le groupe, dont les ventes en ligne ont bondi de 63 % sur l’exercice, a tiré profit de l’agilité opérationnelle héritée de son plan transform&accelerate engagé en 2018.

Les consommateurs font leurs courses moins souvent et passent moins de temps dans les rayons ? Pernod Ricard développe ses grands formats (1 litre en France, 1,5 litre aux États-Unis…). Ils veulent retrouver à domicile l’expérience du cocktail ? Le groupe organise des « master class » en ligne avec des experts en mixologie et signe des partenariats avec des bars proposant des cocktails prêts-à-boire en vente à emporter. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Stratégie Boissons : des marques fortes activées grâce à l’international et au digital (Pernod-Ricard)    ,
10 Sep 2021 | L'essentiel, Profession
 

La SAF propose, deux fois par an, un catalogue cadeaux aux buralistes.

Une source de produits incontournables et tendances du moment enrichissant la démarche de diversification et de développement commercial des buralistes (voir 5 avril). Avec 104 pages, et plus de 600 références, il offre un large choix d’articles à petits prix très appréciés des consommateurs.

•• Parmi les nouveautés de cette édition, la SAF dévoile une large gamme de briquets de collectionneurs, de briquets blueflamme, de chichas, de grinders et la « to box green », la petite boite à tabac multifonctions pour rouler en toute tranquillité.

À l’honneur, aussi, des bracelets de montre, des bracelets en pierres naturelles, une nouvelle gamme de maroquinerie et de couteaux.

•• Sans oublier les best-sellers sur les briquets, et accessoires pipier, couteaux Opinel, les accessoires de téléphonie, les bougies, les papiers cadeaux et les voiturettes à collectionner de la marque Majorette.

Pour toute demande, un contact avec un commercial SAF ou sur lasaf.fr. Dates de prise de commande jusqu’au 1er octobre prochain.

 Commentaires fermés sur SAF : catalogue Cadeaux  
9 Août 2021 | Profession
 

Antoine Lainé (CEO de Devlyx, filiale du groupe DL Software / voir 30 avril) nous a adressé une tribune libre traitant des enjeux actuels de la profession de buraliste et de l’importance de sa digitalisation.

Nous reproduisons intégralement sa contribution.

« Le buraliste cross-canal est né !

Depuis plusieurs années, le métier de buraliste se repense en raison d’une taxation toujours plus importante du tabac. La crise sanitaire a accéléré cette mue devenue indispensable pour préserver ce commerce de proximité aux prises à de nouvelles habitudes d’achat et de consommation. Ainsi est né un buraliste cross-canal dont la performance dépend désormais de son niveau de digitalisation. 

Si les acteurs transfrontaliers ont boosté leurs ventes de tabac en raison de la fermeture des frontières, les autres ont capitalisé sur les activités lancées avant et pendant la COVID-19 pour performer leurs résultats. Ainsi, ce ne sont pas moins de 59 % des professionnels récemment interrogés qui ont vu leur chiffre d’affaires et leur fréquentation augmenter (voir 21 mai).

Suivant la tendance de ces dernières années, le local tire son épingle du jeu du contexte sanitaire. En effet, un commerçant sur deux a noué des partenariats avec des producteurs locaux de produits alimentaires durant cette période. En bonne place également figurent les activités de relais-colis (41 % des commerçants interrogés), banque et transfert d’argent (25 %), ventes à emporter et paiement de proximité (20 %).

Pour faciliter la résilience de leur activité, les buralistes n’ont aujourd’hui d’autres choix que de se doter d’une solution capable d’intégrer de nouvelles fonctionnalités au fil de l’eau. Cela suppose une digitalisation raisonnée et de long terme auprès d’un partenaire capable de concevoir, intégrer et héberger leurs outils de gestion.

•• ENJEU #1 : Diversifier son activité – Cap sur la résilience

Voilà plus d’une décennie que les buralistes français subissent les hausses exponentielles et régulières du tabac.  Pour contrer ce phénomène et les chutes de chiffre d’affaires associées, certains d’entre eux ont adopté une stratégie de diversification pour pérenniser leur activité : un choix judicieux que la récente crise sanitaire a récompensé d’une belle croissance. 

De collecteurs d’impôts à commerçants cross-canal

 Depuis les premières réglementations au XVIIème siècle, l’État français a le monopole sur la vente de tabac. De fait, les buralistes ont longtemps été considérés comme des collecteurs d’impôts aux revenus assurés.

Mais, la réglementation renforcée sur la vente aux mineurs et les augmentations successives des prix ont fortement impacté leur activité, favorisant la contrebande et le commerce transfrontalier. Pour compenser leur baisse de fréquentation, un quart des buralistes a donc fait le choix, bien avant la COVID-19, de la diversification de leurs produits et de leur mode de commercialisation.

Le pari réussi de la « drugstorisation » 

 Cartes prépayées, relais-colis, presse, bornes d’achat de billets de train, monnaie électronique, règlement de factures en ligne, codes prépayés, etc., les buralistes engagés dans la « drugstorisation » de leur activité ont noué des partenariats très divers.

Cette polyvalence, bien loin de brouiller leur image auprès de leur clientèle, a ainsi favorisé la résilience de leur commerce, notamment dans les campagnes et les petites villes. Mieux, durant la crise sanitaire, 54 % des commerçants ont observé une augmentation de leur chiffre d’affaires.

Une tendance confirmée en 2021

Prendre conscience de l’importance de la diversification de leurs activités est une nécessité désormais bien intégrée par les professionnels. En effet, 65 % des buralistes interrogés ont déclaré qu’ils lanceraient des nouveaux services en 2021. Cela confirme que la diversification n’est plus la conséquence d’une évolution du marché, mais le cœur d’un business cross-canal qui nécessite d’être appuyé par une solution aux fonctionnalités spécifiques.

•• ENJEU #2 : Miser sur la proximité – Le local, un levier de croissance

10 milliards d’euros, c’est le chiffre d’affaires de l’ensemble du commerce de proximité en 2020. Cette tendance s’inscrit dans le désir des Français de privilégier les commerçants de quartier ou les artisans bio, figures rassurantes dans un monde en crise. Le local, la proximité sont donc des leviers de croissance importants pour les buralistes, devenus des commerçants « couteaux suisses » dans un parcours client phygitalisé.

Les différentes dimensions de la proximité

La crise sanitaire a accentué la recherche de proximité qui englobe différentes dimensions : la proximité d’accès, un indispensable pour la majorité des clients ; la proximité fonctionnelle que l’on peut caractériser par l’optimisation du temps d’attente, par exemple ; la proximité relationnelle qui s’inscrit dans une recherche de contacts plus humanisés ; la proximité identitaire entretenue par le consommateur avec le point de vente ; enfin la proximité du processus qui porte sur l’importance accordée par le client au fonctionnement même du point de vente, notamment le choix des fournisseurs.

La proximité, un surplus de rendement

Il est peu aisé de chiffrer avec exactitude l’excès de performance généré par chacune des dimensions de la proximité.

Mais, les gains sont palpables au regard du taux de fréquentation constaté chez les buralistes qui ont misé sur le local et la mise en place de partenariats avec les producteurs et commerçants locaux de produits alimentaires. Argument choc dans un monde incertain, le local est une fenêtre ouverte sur un imaginaire collectif en quête de repères.

La proximité en version phygitale

Les consommateurs évoluent dans un monde ultra-connecté qui leur offre différents points de contact (téléphone, SMS, internet…) pour effectuer une diversité d’actions : information, achats en ligne, click & collect, recherche du buraliste le plus proche… Les frontières entre commerce physique et digital n’existent plus.

Pour un commerce de proximité, ne pas investir dans une solution informatique cross-canal entraine une perte de valeur.

•• ENJEU #3 : Digitaliser son point de vente – Les clés d’un déploiement malin

Apprivoiser l’environnement phygital ne s’improvise pas.

Pour offrir une expérience client réussie, il est essentiel d’opter pour des solutions capables de répondre à l’ensemble des enjeux de la transformation numérique des buralistes. Simples d’usage et de paramétrage, les outils doivent permettre aux commerçants de se concentrer sur leur cœur de métier en les déchargeant de l’administration et de la gestion des informations.

Opter pour un logiciel ouvert et flexible

Pour répondre aux enjeux liés à la transformation numérique des buralistes, il est essentiel de sélectionner un partenaire et une solution qui facilitent la gestion opérationnelle et personnalisable de son activité. Cela n’est possible qu’en optant pour un logiciel qui permet la connexion de son système avec ceux des différents partenaires.

Faire le choix d’un éditeur, intégrateur et hébergeur

Lorsqu’on est commerçant, il est essentiel de disposer d’un seul interlocuteur. Ce dernier doit à la fois être capable de fournir l’ERP métier, de l’intégrer dans les systèmes existants et de l’héberger pour assurer la sécurité des données clients et fournisseurs. Le professionnel s’évite ainsi les situations de blocage entre prestataires tout en disposant d’une solution tout-en-un, facile à prendre en main.

• Déployer vite, mais déployer bien

Avec un seul interlocuteur, le buraliste s’assure de pouvoir challenger son partenaire dans le déploiement de son outil. Il gagne ainsi du temps dans la mise en place de sa solution. Ainsi, il est possible de se placer dans une démarche d’intégration structurée respectant les objectifs du commerçant (qualité, délai, budget) tout en performant dans les meilleurs délais ses usages quotidiens.

•• EN RÉSUMÉ

1# La réussite d’un buraliste à l’ère du web 2.0 repose sur le trio gagnant :
Diversification, pour un point de vente résilient et ouvert aux univers partenaires
Proximité, pour booster sa croissance de façon pérenne
Digitalisation, pour un back-office facile à prendre en main

2 # Ces enjeux institués doivent être le fil conducteur de la solution logicielle retenue

3 # Le logiciel métier doit aider efficacement au pilotage de l’activité en couvrant tous les besoins du buraliste

4 # Conforme aux obligations de la loi de finances 2018 (LNE ou NF525), le logiciel doit également pouvoir intégrer au fil de l’eau toutes les évolutions réglementaires.

 Commentaires fermés sur Tribune : « un buraliste cross-canal dont la performance dépend désormais de son niveau de digitalisation » (Antoine Lainé, CEO de Devlyx)  ,
22 Juin 2021 | Profession
 

Plus de 5 500 références sont disponibles sur lasaf.fr, accessibles facilement 24 heures sur 24 et livrables rapidement. 

Avec de nouveaux services, le site se transforme en partenaire réactif des buralistes pour tous leurs besoins y compris les plus urgents. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur SAF : ces nouveaux services de lasaf.fr mis en place à la demande des buralistes  
1 Juin 2021 | Profession
 

Bruno Bich, fils du fondateur de la société française connue pour ses stylos, briquets et rasoirs, et ancien PDG de l’entreprise, est mort, dimanche, à l’âge de 74 ans, a annoncé Bic dans un communiqué. Il a consacré́ toute sa vie professionnelle au groupe Bic, dont il a été PDG de 1993 à 2006 (voir 29 mai 2016). 

Bruno avait reçu en héritage le développement du groupe familial fondé en 1945, qui fabriquait à ses débuts des pièces détachées de stylos-plumes et de porte-mines. C’est en récupérant en 1950 le brevet du désormais célèbre stylo-bille que l’entreprise connaît un essor mondial depuis son fief de la banlieue parisienne. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Bic : décès d’un capitaine d’industrie  
18 Mai 2021 | Profession
 

La livraison est un point-clé dans le métier de distribution.

Alors, la SAF met à la disposition de ses clients un nouveau service permettant le suivi des commandes en temps réel.

Ce nouveau service permet aux clients d’être informés de l’état d’acheminement de leur commande : de l’expédition depuis les entrepôts SAF jusqu’à la livraison dans leur point de vente.

Ce recours, très utile pour s’organiser, est désormais accessible en quelques clics sur lasaf.fr. dans la rubrique « Mon Compte/Mes livraisons ».

11 Mai 2021 | Profession
 

« Nous sommes convaincus que la reprise sera très forte » déclare, dans Les Échos, Yann Guelorget, directeur commercial du hors domicile chez Coca-Cola European Partners France (CCEP). « Les cafés et les restaurants, cela fait partie de l’art de vivre à la française. Les jeunes plus encore que les autres sont extrêmement impatients d’y retourner ». »

Il anticipe pour Coca-Cola un été 2021 « comparable à celui de 2020 », qui avait été très bon.

•• Le secteur du « Hors domicile » est stratégique en France pour le géant d’Atlanta.

Outre son poids dans les ventes (30 %) en temps normal, c’est là où le leader américain « développe les habitudes de consommation » explique Bertrand Desclaux, directeur de l’usine de Clamart, qui a fait repasser ses équipes en 2/8 depuis le mois de mars et prévoit le retour aux 3/8 en juin.

•• Coca a donc mis sur pied un plan de relance qu’il qualifie lui-même de « très ambitieux » pour aider le CHR à préparer sa réouverture. « La moitié de nos clients va reprendre l’activité dans deux semaines » poursuit le dirigeant.

Le groupe accorde des facilités de paiement et aide à gérer les stocks périmés. « Depuis le mois de janvier, nous avons récupéré 3 millions de bouteilles de verre consignées, afin d’en assurer le re-remplissage » précise Bertrand Desclaux.

Toujours selon Les Échos, Coca-Cola aidera les cafés à proposer toutes « les solutions sur mesure », susceptibles de favoriser le retour des consommateurs. Ses 300 commerciaux les aideront notamment pour les livraisons à domicile, un mode de consommation qui a explosé en 2020.

« La commande en ligne s’est ancrée dans les comportements d’achat. Pour 25 % des Français la vente à emporter restera, malgré la levée des restrictions », souligne-t-on chez Coca-Cola, prêt à « accompagner cette tendance de fond ».

•• Enfin, Coca annonce le lancement de Coca Cherry en bouteille de verre dans le circuit CHR. Commercialisé depuis des années en bouteilles de plastique dans les supermarchés, le produit a recruté nombre d’adeptes dans les plus jeunes générations.

(Voir 5 et 27 août 2020, 23 mars 2021).

30 Avr 2021 | Profession
 

Devlyx, société du groupe DL Software (voir 26 novembre 2018) qui conçoit des solutions de gestion et d’encaissement pour les activités des commerces de proximité (buralistes, supérettes, épiceries), annonce la nomination d’Antoine Lainé au poste de directeur général, la date de prise de fonction étant effective depuis le 1er avril.

Il prend la succession de Joël Jolly qui occupait le poste depuis 2003.

•• Antoine Lainé débute chez Devlyx en 2005 en tant que technicien support. Il va ensuite gravir tous les échelons de la société en passant par le technico-commercial le SAV et la R&D. Lire la suite »

 Commentaires fermés sur Devlyx : Joël Jolly passe le témoin à Antoine Lainé  ,
5 Avr 2021 | Profession
 

Dans cette nouvelle édition, un assortiment de nouvelles références qui peuvent inspirer les buralistes dans l’élargissement de leur offre commerciale alors qu‘ils restent ouverts (voir 1er octobre et 16 avril 2020).

Parmi elles, la marque de e-Liquides premium, So Good, qui propose 53 arômes disponibles en 5 taux de nicotine. Pour mettre en avant cette nouvelle marque, la SAF vous propose une offre complète de vitrines, avec notamment un modèle de comptoir compact et design (voir 17 mars).

•• Au rayon drugstore

• les produits high tech de Teknee, marque positionnée en « access price » (chargeurs de téléphone, etc.)
• Une nouvelle gamme de jeux de cartes de la marque française Ducale.

•• Au rayon confiserie

• Kit Kat Dark : pour les amateurs de chocolat noir, Kit Kat revisite ses célèbres barres avec un enrobage chocolat noir à 70% de cacao
• Tic Tac Parfum Orange : retour du parfum vintage en édition limitée
• Bottles Mentos Pure fresh parfum bubble gum : des dragées de chewing-gum sans sucres au parfum gourmand et fruité. Pratique, refermable et recyclable, la boite est appréciée des consommateurs, soit +25 % de ventes !

Avec plus de 2 400 références disponibles dans ce nouveau catalogue, la SAF annonce accompagner ainsi la diversification et le développement des activités commerciales des buralistes.

 Commentaires fermés sur SAF : les 200 nouveautés du catalogue général