Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
22 Mar 2018 | Profession
 

D’après la Douane, le marché officiel du tabac en février (livraisons chez les buralistes) s’est configuré – en volumes et par segments – de la façon suivante (même nombre de jours de livraisons).

Cigarettes : -4,42 % (par rapport à février 2017)

Tabac à fumer : -18,55 %

Cigares / cigarillos : -8,61 %

Manifestement, il n’y a pas eu d’effets stockage de la part des consommateurs avant la hausse du 1er mars.

Le recul, constaté déjà en janvier (voir Lmdt du 8 février), se confirme.

18 Nov 2017 | Profession
 

Quand le dialogue de bon sens peut s’établir.

L’amendement gouvernemental qui a été adopté au Sénat, ce jeudi – et qui permet d’atténuer relativement l’augmentation de la fiscalité des cigarillos dans le cadre de l’article 12 du PLFSS (voir Lmdt du 16 novembre) – est une réponse à une inquiétude des buralistes qui s’était exprimée à l’occasion de leur dernier congrès.

En gros : le paquet de 20 cigarettes à 10 euros pour novembre 2020, c’est déjà dur à avaler. Mais la boite de 20 cigarillos à 10 euros, dès mars 2018 … c’est à ne rien y comprendre.

De fait, lors de sa venue au congrès des buralistes, il y a un peu moins d’un mois, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait concédé une séquence de questions-réponses, en direct avec la salle, à la suite de son allocution. Et la première question posée a porté sur ce sujet précis de la fiscalité des cigarillos. Elle a émané de Sylvain Hodicq (président de la chambre syndicale de Calais dans le Nord / voir Lmdt du 20 septembre). Lire la suite »

16 Nov 2017 | Profession
 

L’article 12 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018) instituant la programmation d’un calendrier de hausses de la fiscalité de tous les produits du tabac sur trois ans – de sorte à arriver notamment au paquet de cigarettes à 10 euros (voir Lmdt du 14 novembre) – a été adopté ce matin par le Sénat en séance plénière.

•• Un seul amendement a eu un vote favorable et va se trouver intégré dans le projet gouvernemental initial.

Il s’agit d’un amendement venant du Gouvernement lui-même visant à atténuer relativement la hausse sur la fiscalité des cigares et cigarillos (voir Lmdt des 19 octobre et 15 novembre). Son objet est formulé comme suit : « Conformément à l’engagement pris par le ministre auprès de la Confédération des Buralistes, le présent amendement ajuste la fiscalité applicable aux cigares et cigarillos pour prendre en compte les spécificités de cette catégorie fiscale.

« Ainsi, l’augmentation de la fiscalité est très légèrement atténuée, tout en respectant l’objectif de convergence des prix souhaité par le Gouvernement. Par ailleurs, le rythme de la progression de la fiscalité est ralenti, de manière à permettre au secteur de s’adapter aux évolutions prévues. »

•• Les amendements de suppression de l’article 12 ainsi que ceux sur la taxe fournisseurs ont été rejetés.

15 Nov 2017 | Profession
 

« Les buralistes ont obtenu que la trajectoire de hausse de la fiscalité des cigares et des cigarillos soit légèrement corrigée » croit annoncer le quotidien, ce matin. Alors que l’article 12 du Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale n’a pas encore été discuté en séance (voir Lmdt du 14 novembre).

•• « Le Gouvernement a déposé un amendement visant à revoir la trajectoire de hausse de la fiscalité des cigares et cigarillos » révèle en fait Les Échos. Il est vrai que le texte faisait ressortir que le segment était particulièrement frappé : la boite de 20 cigarillos à 10 euros dès mars prochain … Certains ont même cru à une erreur de ses rédacteurs (voir Lmdt du 19 octobre).

•• « L’augmentation globale de la fiscalité est très légèrement atténuée, tout en respectant l’objectif de convergence des prix souhaité par le Gouvernement » précise l’amendement gouvernemental.

•• De son côté, la Fédération des Fabricants de Cigares jugeait « incompréhensible » cette trajectoire. Ses représentants avaient pointé le risque que les fumeurs abandonnent les cigarillos pour revenir à la cigarette.

19 Oct 2017 | Profession
 

Les dispositions de l’article 12 du PLFSS 2018 qui programment un « véritable choc fiscal » – en visant un prix du paquet de cigarettes à 10 euros pour novembre 2020 (en 3 ans, voir Lmdt du 29 septembre) – ont déjà été adoptées en commissions des Affaires sociales et des Finances de l’Assemblée nationale (voir Lmdt du 18 octobre 1 et 2).

Non sans émois du côté des buralistes.

Mais ce n’est pas tout. Le segment des cigarillos est frappé encore plus fortement. Ce qui provoque des inquiétudes au-delà-même du milieu des buralistes (voir Lmdt du 17 octobre). Certains pensent même que la pensée des initiateurs du texte a été trahie par une simple … erreur.

•• En effet, cet article 12 prévoit une augmentation de la boite de 20 cigarillos à 10 euros, dès mars prochain. 10 euros en mars 2018.

Au rythme prévu par le texte, le prix de vente d’un paquet de cigarillos serait propulsé, en 2020, dans une tranche oscillant entre 13 et 15 euros.

Soit une pente nettement plus ardue que pour les cigarettes (voir schéma). Lire la suite »

17 Oct 2017 | Profession
 

Sous la signature de Gérard Bohélay, son vice-président coordinateur en charge des fédérations professionnelles (et ancien président de la fédération Ile-de-France des buralistes), la Confédération des PME a adressé, dans la soirée du lundi 16 octobre, un message aux membres des commissions des Affaires sociales et des Finances de l’Assemblée nationale. Nous le reproduisons intégralement.

« En tant que Vice-Président et représentant la profession des buralistes à la CPME (Confédération des Petites et Moyennes entreprises), je souhaite attirer votre attention sur les dispositions de l’article 12 du PLFSS pour 2018 qui programme un véritable choc fiscal pour les buralistes en visant un objectif du paquet de cigarettes à 10 euros en novembre 2020.

« Si nous avions, par un communiqué (voir Lmdt du 3 octobre), regretté qu’une telle mesure prise à la hâte ne s’inscrive pas dans un cadre général incluant la lutte contre la contrebande et le soutien à la profession, nous avons découvert avec stupéfaction à la lecture de l’étude d’impact du PLFSS pour 2018 que le Gouvernement avait inscrit l’augmentation de la boite de cigarillos à 10 euros dès mars 2018 et non comme pour les cigarettes en novembre 2020.

« Cette distorsion de traitement va entrainer une baisse drastique des volumes vendus par les buralistes, la quasi disparition d’une branche complète de leur activité, un phénomène important de substitution du cigarillo vers la cigarette et, enfin, la naissance d’un commerce transfrontalier jusqu’à présent quasi inexistant.

« Nous ne comprenons pas que le Gouvernement inscrive une nouvelle recette de 40 millions d’euros supplémentaires pour la catégorie fiscale des cigares et cigarillos soit une augmentation des recettes du droit de consommation de plus de 27 % lorsque, dans le même temps, le Gouvernement inscrit une nouvelle recette de 350 millions d’euros supplémentaires pour la catégorie fiscale des cigarettes, soit une augmentation de 3,68 %.

•• « L’équilibre de gestion des buralistes prend en compte le fait qu’à ce jour les cigarillos ont des prix d’environ 0,20 à 0,30 euro supérieur à celui de la cigarette la plus vendue (Marlboro). Cet écart de prix devrait être conservé par rapport au nouveau prix de la cigarette afin de poursuivre la réduction constatée de la consommation de cigarillos-cigares (-7,7 % % du volume en 2016 versus 2015) sans pour autant générer les effets négatifs ci-dessus.

•• « Les consommateurs de cigarillos s’organiseront en achetant à nos frontières leurs cartouches de cigarillos ou se déporteront vers la cigarette, en augmentant en une seule fois de 25 % les prix du cigarillo par rapport à la cigarette qui augmente de 1 euro, soit 14 % d’augmentation.

« La fin des ventes de produits de cigarillos, chez les buralistes, accélérera la disparition de nombreux d’entre ceux qui ont beaucoup investi dans la présentation et la préservation de ces produits dans leur linéaire. »

6 Oct 2017 | Profession
 

Nos dernières informations négatives sur le marché officiel du tabac se confirment (voir Lmdt du 27 septembre).

Pour septembre, nous avons (en volume) :

• cigarettes : -9,10 %
• tabac à rouler : -15,40 %
• cigares / cigarillos : -12,10 %

Certes, ces chiffres Logista (livraisons aux buralistes) sont non corrigés des variations saisonnières (21 jours en septembre dernier contre 22 jours en 2016) mais la tendance, accentuée depuis la fin de l’été, est bien là (voir Lmdt du 8 septembre).

2 Oct 2017 | Profession
 

Les Échos de ce lundi 2 octobre reviennent sur l’article 12 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018) que nous avons dévoilé à nos lecteurs en fin de semaine dernière (voir Lmdt des 29 septembre 1 et 2). Extraits :

•• Le prix du paquet de cigarettes doit bondir en cinq étapes, passant de 7 euros à 10 euros pour la marque la plus vendue. Mais les cigares, le tabac à priser, à mâcher ou à rouler vont augmenter aussi (…)

•• L’association Droits des non-fumeurs a calculé que, en mars 2018, le prix du paquet à 7 euros renchérirait de 1,40 euro. Pour 16 grammes de tabac à rouler, la marque la plus chère augmenterait de 1,24 euro à 6,36 euros. Moins fort que les cigarettes. « Mais il ne faut pas oublier que le tabac à rouler vient de prendre 15 % avec Marisol Touraine (voir Lmdt du 31 janvier) », explique le président de l’association, Gérard Audureau. « Il y a peu de risques de voir les fumeurs de cigarettes se replier sur le tabac à rouler. » Lire la suite »

 Commentaires fermés sur PLFSS 2018 / Paquet à 10 euros : « le marché des cigarillos risque de s’effondrer de deux tiers l’année prochaine » (Les Échos)  , ,
4 Août 2017 | Profession
 

À nombre de jours de livraison comparable (20 jours), le marché officiel du tabac en juillet présente un aspect différent de la tendance du premier semestre (voir Lmdt du 10 juillet) :

cigarettes : -3,40 %

tabac à rouler : -8,80 %

cigares/cigarillos : + 7,40 %

tabac à mâcher/à priser : + 7,20 %

(Sources : Douane / Logista )

14 Déc 2016 | Pression normative
 

Alors que nous sommes toujours dans l’attente de la réponse définitive du Conseil d’État aux différents recours déposés contre le paquet neutre – même si l’on en connaît déjà la décision très probable concluant au rejet (voir Lmdt du 12 décembre) – un nouveau recours a été déposé.

Il s’agit d’une requête, en date du 5 décembre, de la Fédération des Fabricants de Cigares (ex-AFCF) demandant de suspendre l’ordonnance et l’arrêté du 19 mai 2016 sur l’application de la directive Tabac européenne (voir Lmdt du 23 mai) concernant les cigares et cigarillos.

Ce recours porte notamment sur les délais appliqués aux cigarillos (voir Lmdt des 11 mai et 28 novembre).

En effet, depuis un premier recours débattu au Conseil d’État, fin août (voir Lmdt des 21 et 26 août), ces fabricants n’ont toujours pas reçu de modèle exact (sous forme d’infographie) et les précisions nécessaires sur certaines ambiguïtés concernant la réalisation de leurs nouveaux conditionnements.

D’où une certaine confusion et une situation proprement hallucinante à la date où nous sommes.