Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Août 2021 | International, Profession
 

Les Échos et Le Figaro de ce 16 août sont revenus sur les derniers épisodes de l’opération d’acquisition de l’entreprise pharmaceutique anglaise Vectura, par Philip Morris International, dans les termes suivants (extraits).

•• Les Échos : Le tabac et la santé font-ils bon ménage ? Difficile à croire. Pourtant, c’est bien le géant du tabac Philip Morris qui va racheter Vectura, une société britannique spécialisée dans les inhalateurs médicaux, destinés notamment à soigner les maladies liées au … tabagisme (voir 9 et 10 juillet). 

Le conseil d’administration de Vectura a annoncé, jeudi dernier en fin de journée, qu’il recommandait à l’unanimité aux actionnaires de répondre favorablement à l’offre de rachat de Philip Morris, pour 1,1 milliard de livres (1,3 milliard d’euros). Seul autre candidat, le fonds d’investissement américain Carlyle venait de se retirer après que le propriétaire de Marlboro, notamment, a décidé d’offrir 165 pence par action Vectura (voir 14, 11 et 9 août).

La société britannique va donc passer dans le giron du géant américain du tabac. Un choix dicté par des raisons financières, le conseil d’administration ayant précisé avoir donné ses faveurs à Philip Morris en raison du prix supérieur proposé.

La société britannique estime, en outre, pouvoir bénéficier des moyens financiers importants de son acquéreur afin d’augmenter ses investissements en recherche et développement. Elle n’a pas répondu, en revanche, aux inquiétudes d’associations et professionnels de santé au Royaume-Uni.

•• Le Figaro (dans un article signé Nicolas Guarinos) : Fumée blanche pour l’acquisition de Vectura. Le pape des cigarettes Philip Morris International (PMI), qui produit les Marlboro, a vu son offre de rachat de 1,1 milliard de livres acceptée jeudi soir par la société britannique (…)

Estimant que les ventes de cigarettes pourraient s’arrêter d’ici 10 à 15 ans dans certains pays, PMI s’est fixé l’objectif de générer au moins 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel d’ici 2025 avec des produits sans nicotine (voir 16 et 7 mai).

En attendant, PMI a investi plusieurs milliards pour mettre au point un système de tabac à chauffer (moins nocif que les cigarettes, où le tabac est brûlé), qui pèse déjà plus d’un quart de ses revenus. 

En juillet dernier, le groupe a racheté le laboratoire danois Fertin Pharma, qui produit des substituts au tabac (chewing-gum, poudre, comprimés…). Avec Vectura, PMI va plus loin dans sa diversification. Il veut proposer des traitements aux maladies occasionnées par ses propres cigarettes. Ce paradoxe fait tousser des associations antitabac. Deux d’entre elles et deux parlementaires britanniques de l’opposition ont demandé à Boris Johnson de suspendre la transaction.

•• On notera que les deux médias ont oublié de citer le troisième – et plus récent – investissement de Philip Morris International dans le secteur de la pharmacie: le rachat de l’américain OtiTopic (voir 10 août).