Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
 

Alliance contre le tabacLes résultats hyper-médiatisés du sondage de l’Alliance contre le Tabac (voir lemondedutabac du 26 mai) auront volé la vedette aux trois priorités que l’association souhaite inscrire dans le Plan national de Réduction du Tabagisme, qui doit être présenté prochainement par Marisol Touraine. Avec, pour objectif ambitieux, de diminuer le nombre de fumeurs d’un tiers, d’ici dix ans.

• « Protéger les enfants et les jeunes du tabagisme ». On y retrouve tout un catalogue de mesures « débattues et rebattues » … mais en vrac :
. les paquets génériques ou avertissements sanitaires agrandis ;
. l’interdiction de la publicité et de la PLV, avec la mise en place progressive de la vente sous le comptoir ;
. l’utilisation de la fiscalité de façon dissuasive : levier du minimum de perception et co-pilotage interministériel ;
. le contrôle des mesures d’interdiction, en généralisant le testing, qui serait introduit dans le code de procédure pénale, et avec une demande systématique par le buraliste d’une pièce d’identité à la vente ;
. l’extension de l’interdiction de fumer à d’ autres lieux .
La seule nouveauté est que ces propositions valent autant pour le tabac que pour la cigarette électronique.
Le volet « prévention » arrive en dernier : sensibilisation des parents, campagne sur réseaux sociaux, …
Rien de nouveau, ni de précis.

• « Aider les fumeurs ». L’Alliance préconise la « promotion de l’accompagnement médical » ainsi qu’une meilleure formation en tabacologie des professionnels de santé. Avec, à nouveau, un recours à la « politique fiscale au bénéfice de la santé publique » et aux interdictions …

• « Renforcer le contrôle afin de changer l’image du tabac dans la société ». Le contrôle porte, à la fois, sur l’industrie du tabac (retour au « J’accuse » du Comité national contre le Tabagisme – voir Lemondedutabac du 22 mai) et sur le « marketing » de l’industrie (retour au paquet générique et à l’interdiction de la PLV).
Mais pour l’Alliance contre le tabac, « changer l’image du tabac dans la société », c’est aussi « faire payer l’industrie du tabac » … via un mécanisme visant à taxer les industriels en cas de non-atteinte d’un objectif de baisse des ventes, fixé par la loi.

Bien évidemment, les buralistes ne sont pas oubliés : déconnexion de leurs revenus du volume de tabac vendu (principe de la forfaitisation) et mise en place d’une taxe parafiscale pouvant financer les Contrats d’avenir.

En conclusion de ce vaste programme (dense et confus), l’Alliance s’intéresse, en ultime recours, au marché parallèle et  propose une ambition pour la France … « qui n’est pas une île » (tiens, tiens …) : « devenir le chef de file, au niveau européen, afin de favoriser une harmonisation fiscale; mise en place du PNS / paquet neutre standardisé ; lutte contre la contrebande et les achats transfrontaliers ; réponse aux ventes illégales sur internet avec les agences concernées … ».