Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
22 Mai 2014 | Associations, Trafic
 

CNCT 60 millions de consommateursQuatre pages dans le numéro de juin de 60 millions de consommateurs en kiosque ce jeudi 22 mai : « L’industrie du tabac veut faire sa loi ». A quelques jours de la « Journée mondiale sans Tabac », le Comité national contre le Tabagisme médiatise les résultats d’une enquête de deux ans sur l’influence exercée par l’industrie du tabac en France sur les politiques de santé publique.
Un rapport de 450 pages recensant « une compilation de 1001 faits qui isolément, ne sont guère spectaculaires mais qui, assemblés, font froid dans le dos, à quelques semaines de la présentation du Programme national de réduction du Tabagisme ».

60 millions de consommateurs se concentre sur « deux manœuvres » de l’industrie du tabac, en l’attente d’un rapport qui n’est pas encore publié dans son intégralité.

• Les buralistes : « mettre en avant les buralistes est une stratégie efficace : ils représentent la France profonde. Avec eux, l’industrie fait passer l’idée que s’attaquer au tabac, c’est risquer de détruire le lien social » (…) « instrumentalisés mais consentants, les débitants deviennent les porte-parole de l’industrie du tabac, pourfendeurs de hausse de prix et de l’interdiction de fumer dans les lieux publics ». Pour preuve ? Nicolas Sarkozy, en pleine campagne des présidentielles, faisant savoir qu’il ne tiendrait pas compte du rapport Bur dans un bar-tabac de la Creuse.

• La lutte contre le commerce illicite, le nouveau «  Cheval de Troie » des cigarettiers. L’article épingle, toujours au titre de preuves, l’organisation de la mission parlementaire sur « les conséquences fiscales des ventes illicites de tabac » (rapport Thierry Lazaro 2011), un accord de BAT en 2007 avec les Douanes françaises pour collaborer à la lutte contre la contrefaçon (puis en 2010 avec l’Europe). Mais encore, l’adoption de l’amendement Cahuzac, qui valide le système de traçabilité Codentify.

A quoi sert ce « j’accuse » du CNCT ? « Il doit conduire à l’adoption des mesures de protection, en particulier dans le cadre du Programme national de réduction et de la loi associée » explique Yves Martinet dans une interview. Les mesures proposées en question : un copié-collé de celles édictées dans un guide destiné aux pouvoirs publics à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac 2013 (voir Lemondedutabac du 24 mai 2013). A l’image de l’observatoire « Lobbying & influence », lancé ce jour sur le site du CNCT, qui renvoie sous forme de lien à des informations déjà connues.

Le CNCT se trompe encore de cibles … Pourquoi choisir 60 millions de consommateurs pour relayer une enquête bien éloignée de la protection concrète du consommateur et de sa santé ? Pourquoi toujours rester campé sur les mêmes « dénonciations » qui ne contribuent pas à améliorer l’objectif premier de réduction du tabagisme ? Pourquoi faire la « politique de l’autruche » sur les réelles évolutions du marché et des consommateurs : de l’apparition de la cigarette électronique au record français du marché parallèle (voir Lemondedutabac de ce jour) ?