Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Interdiction vente mineurs•• Co-signée par Bertrand Dautzenberg, une dernière enquête de « Paris sans Tabac » prétend que neuf adolescents fumeurs parisiens sur dix ont pu se fournir chez un buraliste. 

 87,4 % des fumeurs quotidiens mineurs ont ainsi déclaré aux enquêteurs avoir acheté du tabac chez un buraliste. Plus précisément : 74,6% pour les moins de 15 ans (168 adolescents sur 225 fumeurs quotidiens, pour 7 025 interrogés) et 92% pour les 16-17 ans (577 adolescents sur 629 fumeurs quotidiens, pour 3 299 interrogés).

Menée auprès de 13 567 jeunes parisiens (dont 10 324 mineurs), l’enquête établit préalablement que fument -occasionnellement ou quotidiennement – 13,8 % des 12-15 ans, 37,9 % des 16-17 ans et 39,5 % des lycéens majeurs. La part de ceux fumant au moins une cigarette par jour étant respectivement de 3,2 %, 19 % et 22 %.

 Ces résultats ne sont pas très différents de ceux de 2015 (voir Lmdt du 7 mai 2015) et ont fait, cette fois, l’objet d’une publication, le 13 octobre, dans la Revue des Maladies Respiratoires. L’an dernier, Bertrand Dautzenberg avait mis en cause les buralistes dans un communiqué, émis un peu précipitamment avant toute publication officielle.

Ce qui lui a valu une poursuite judiciaire de la Confédération des buralistes (voir Lmdt du 7 mai 2015), sur laquelle la justice doit se prononcer le 30 novembre prochain. La Confédération défend que les jeunes interrogés brouillent les pistes auprès des enquêteurs afin de protéger leur(s) filière(s) d’approvisionnement. Ont-ils même été questionnés précisément ?

•• Il y a aussi l’étude européenne ESPAD 2015 (voir Lmdt du 20 septembre), reprise dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France (voir Lmdt du 7 octobre). Là, 74,6 % des mineurs déclarent s’approvisionner chez « les buralistes », 28,3 % par « rachat dans la rue et aux     copains » et 65,6 % par « don et offre » (option qui concernerait plutôt les fumeurs occasionnels).

Les commentaires du BEH vont valoir que les fumeurs mineurs déclarent « une plus grande accessibilité perçue en 2015 ». Une plus grande accessibilité chez les buralistes … ou ailleurs ?