Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
20 Juin 2023 | Profession
 

Henri avait une bonne raison daccepter daccueillir, dans larrière-salle de son bar-tabac, une rangée dofficiels quil na pas manqué dimmortaliser.

Responsables de la Police, des Douanes, président de la chambre syndicale des buralistes d’Île-de-France, maire dAubervilliers : tous étaient réunis ce lundi 19 juin au « Concorde », un peu à l’écart de leffervescence du carrefour des Quatre-Chemins (voir 25 mars 2023), à loccasion de la signature dune convention censée faciliter les échanges entre les buralistes et les forces de lordre au sujet dennemis communs : les vendeurs à la sauvette de cigarettes de contrebande.

Ainsi débute un article du Parisien (édition du 20 juin 2023) que nous reprenons.

•• Depuis que ces derniers ont fait leur apparition à quelques centaines de mètres de là, à la sortie de la station de métro de la ligne 7 — qui dessert ce quartier partagé entre Aubervilliers et Pantin —, « jai perdu entre 30 et 40 % de mon chiffre daffaires lié au tabac », expose Henri.

Le patron du Concorde, installé là depuis cinq ans, hésite à affirmer que cette baisse est « directement liée » à la vente de cigarettes en pleine rue. Mais il n’est pas aveugle. « Je vois les acheteurs passer, et je les vois avec des paquets rouges Marlboro » raconte-t-il derrière son comptoir, alors que le préfet de police de Paris Laurent Nuñez sur le départ, le remercie pour son hospitalité. « Avant, ils consommaient chez moi. Cest comme ça. »

La baisse du chiffre daffaires : voilà un des signaux qui doit pousser les buralistes d’Île-de-France à se rapprocher de policiers référents, dont ils pourront trouver les coordonnées dans un annuaire dédié à cet effet.

•• Déclinaison d’une initiative nationale portée par le ministre des Comptes publics Gabriel Attal et par son homologue de l’Intérieur Gérald Darmanin, cette convention couvrant Paris et les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) a pour but de « créer un partenariat, une coopération », insiste Laurent Nuñez (voir 28 avril 2023).

« Mettre de la fluidité dans les échanges », renchérit Gil Lorenzo, le directeur interrégional des douanes en Île-de-France engagé dans la lutte contre ces filières, « moldaves principalement ».

Contrairement à Henri, dont le bar-tabac donne sur une rue peu passante, certains buralistes assistent aux premières loges au développement d’un commerce parallèle qui peut les priver d’une manne importante. Gil Lorenzo appelle ces derniers à « transmettre des informations, aussi minimes soient-elles », dans un contexte où la production clandestine de tabac manufacturé s’est en partie localisée en France.

•• En septembre 2022, les douaniers de Paris-Est ont ainsi mis la main sur une trentaine de machines destinées à la fabrication de cigarettes de contrebande à Poincy, juste à côté de Meaux (Seine-et-Marne). Un premier atelier avait été fermé dans ce même site, en décembre 2021.

Plus récemment, en janvier dernier, les gendarmes de Rouen ont démantelé à Saint-Aubin-lès-Elbeuf (Seine-Maritime) un site présenté comme « la plus grande fabrique de cigarettes de contrefaçon en activité découverte en France ». Laquelle alimentait aussi la plaque tournante qu’est devenue l’Île-de-France (voir 21 janvier 2023).

Face à ce qu’il qualifie de « fléau » à travers lequel « personne ny gagne », si ce nest les commanditaires des réseaux, Philippe Alauze, le président de la chambre syndicale des buralistes d’Île-de-France, plaide, entre autres, pour une amélioration de l’application Stop trafic tabac. Lancée en 2021, cette plate-forme est réservée aux professionnels désireux de signaler des délits. « La peur doit changer de camp », assène le représentant des buralistes franciliens. Photo : Le Parisien