Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
12 Mai 2015 | Observatoire
 

Livre Marc LomazziIl sera en vente, demain mercredi 13 mai. Le livre du rédacteur en chef adjoint du Parisien-Aujourd’hui en France, Marc Lomazzi – « Comment la mafia du tabac nous manipule »/ Flammarion (voir Lmdt des 6 et 8 mai) – se veut à charge contre la filière tabac.

Sans l’avoir encore lu, on en comprend parfaitement l’objectif. Exemples, parmi les titres de quelques chapitres : « députés enfumés » ; « arnaque sur les prix » ; « un allié aux Douanes » ; « hold-up fiscal » ; « dessous-de-table à tous les étages » … Il s’agit de démolir tout un mode d’organisation de la distribution du tabac en France, en grossissant exagérément ses imperfections et en réduisant son fonctionnement à une manipulation permanente des fabricants.

Tout cela, sur la foi du témoignage anonyme d’individus présentés comme « repentis », issus de l’industrie du tabac. Ce qui assure son côté « sulfureux » au bouquin mais est un abus. Car en principe, un repenti n’est pas anonyme. Il se met généralement au service (ou sous la protection) de la justice et fait acte public de contrition. Il est vrai qu’entre vrai repenti et simple « balance », il y une différence : le second a intérêt à exagérer. La seule façon de monnayer sa conscience.

Le 7 mai au soir, sur RTL, au micro de Thomas Hugues et de Sidonie Bonnet (« La curiosité est un vilain défaut »), Marc Lomazzi a présenté l’argument de son livre. En substance : « l’industrie du tabac, la plus rentable du monde, a organisé une entente entre ses membres pour partager le marché en France, contrôler les prix et parer toute la législation anti-tabac. Tout cela, avec la complicité des pouvoirs publics soumis à un lobbying intensif. Et en versant des sur-rémunérations interdites aux buralistes pour qu’ils mettent en avant leurs produits, ce qui revient à la mise en place d’un système de fraude fiscale ».

Lors de l’émission, deux questions précises ont été posées à Marc Lomazzi :

• « Mais si le lobbying des fabricants est si puissant, pourquoi n’ont-t-ils pas réussi à enrayer le projet de paquet neutre ? ». Double pirouette de Marc Lomazzi : « cela ne les gène pas vraiment et ils ont négocié le paquet neutre contre une non augmentation des prix début 2015 ». Ce qui est à la fois un peu gros et le fruit d’une stricte interprétation personnelle. En tout cas, il n’apporte aucune preuve.

• « Tous les buralistes reçoivent-ils des sur-rémunérations des fabricants ? » : « Euh, non … cela concerne que les … très gros buralistes ». Autre pirouette et façon, en définitive, de ne pas trop se mouiller en jetant l’opprobre sur toute une profession dont la moitié des membres vendent Le Parisien – Aujourd’hui en France, tous les jours, tous les matins.