Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Avr 2015 | Pression normative
 

Jean-Louis Touraine« Est-il réaliste d’envisager, un jour, l’interdiction pure et simple du tabac en France» interroge le quotidien La Croix, dans son édition du 6 avril, la question ayant été débattue lors l’examen du projet de loi Santé à l’Assemblée nationale, vendredi dernier.
En effet, le député PS Jean-Louis Touraine (photo) avait déposé un amendement proposant d’interdire durablement la vente de tabac à toute personne née après 2001 (voir Lmdt des 31 et 18 mars). 

L’idée n’est pas nouvelle. Il y a deux ans, la Tasmanie a annoncé mettre en place la mesure (voir Lmdt du 22 août 2012). Jacques Attali plaidait, en 2011, pour une interdiction de « la production, la distribution et la consommation de tabac ». Martine Perez en faisait le fer de lance de son livre « Interdire le tabac : l’urgence » (voir Lmdt du 8 mai 2012).

Malgré un tir croisé lors de l’adoption des mesures anti-tabac à l’Assemblée nationale (voir Lmdt de ce jour), l’idée n’a pas été retenue, mais tout de même débattue, et le député a dû retirer son amendement.

Parmi les critiques dans l’hémicycle : « J’éprouve quelque peur à l’idée de la société que certains veulent nous préparer: un monde aseptisé, sans tabac, sans gros ni maigres, où tout le monde penserait la même chose. Ce monde fait peur! », s’est exclamé le député UMP Arnaud Robinet.

D’autres orateurs ont souligné la fragilité juridique de la proposition : « pourquoi retenir 2001 comme première année de naissance, et non 2002 ou 2003? On imagine aisément ce que le Conseil constitutionnel répondra s’il est saisi de la question » a fait valoir le député PS ( encore à ce moment-là) et rapporteur Olivier Véran, pourtant très engagé dans la lutte contre le tabagisme .

Comme le rappelle La Croix, chez les militants anti-tabac, la revendication reste très minoritaire. « Cela me semble un peu radical et difficilement applicable », explique l’ancien député Yves Bur, président de l’Alliance contre le tabac. 

« C’est plutôt par des mesures fortes, comme celles que vient d’adopter l’Assemblée, qu’on arrivera un jour à un monde sans tabac », ajoute le professeur Yves Martinet, président du Comité national contre le Tabagisme (CNCT) . Sa directrice, Emmanuel Béguinot, préfère l’exemple de l’Australie avec «  un ensemble de mesures fortes et cohérentes ».