Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
8 Juin 2016 | Trafic
 

F BarbierInvité des « auditeurs ont la parole » sur RTL, ce mercredi 8 juin, le député PS Frédéric Barbier –  auteur d’un rapport sur l’avenir des buralistes (voir Lmdt du 20 octobre 2015) et de l’amendement adopté sur la traçabilité du tabac (voir Lmdt du 17 décembre 2015) – ne connaissait pas encore en détails les chiffres du dernier rapport KPMG sur le marché parallèle (voir Lmdt de ce jour). Pourtant, c’était le thème du rendez-vous avec les auditeurs. Extraits. 

• « Quels que soient les résultats de cette enquête, 25 % c’est déjà beaucoup trop. Même 12 % ce serait encore de trop. C’est ce qui permet d’avoir des cigarettes pas chères qui font entrer les adolescents dans le tabac (…) Il faut d’abord songer « santé publique ». Il faut être vigilant sur ce qui se vend dans le réseau légal et, en même temps, il faut savoir lutter contre ce marché parallèle (…)

• « Il est clair que dès qu’il y a des différences entre les pays – sur les prix, la technique de vente, l’emballage – on déstabilise un marché. L’enjeu est aussi d’harmoniser la fiscalité, les prix, parce que ce produit n’est pas n’importe quel produit (…) Il faut lutter contre le marché parallèle et conforter le réseau des buralistes parce que c’est un réseau qui nous assure que le tabac est vendu dans de bonnes conditions (…)

• « Ce marché parallèle, si on voit Andorre où je me suis rendu, on y voit toute la duplicité des fabricants. En même temps, ils mènent une enquête, en même temps ils sont incapables de se raisonner et de travailler ensemble pour ne livrer à Andorre que la quantité qui est utilisable dans ce pays. En livrant à Andorre, ils fraudent la fiscalité française, ils mettent à mal les politiques de santé publique que nous développons (…)

• « Je pense que ce qui fait augmenter le marché parallèle, c’est le prix. Le paquet neutre peut avoir une petite incidence… C’est un signe fort. Je n’étais pas favorable au paquet neutre franco-français. On a montré la voie, il ne faut pas s’arrêter là. C’est important que d’autres pays nous rejoignent sur ce paquet neutre ».