Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
31 Jan 2016 | Profession
 

Douaniers Gare du NordElle était particulièrement importante, cette année, la traditionnelle cérémonie des vœux de la fédération Ile-de-France des buralistes aux directions nationale et régionale des Douanes (voir Lmdt du 12 janvier 2015), à Paris.

En présence de Corinne Cléostrate, sous-directrice générale des droits indirects, ainsi que des cadres du bureau F3/droits indirects de la Direction générale des Douanes. Avec tous les élus syndicaux de la région.

Abordant d’emblée « les sujets qui fâchent », Bernard Gasq (président de la fédération Ile-de-France) a particulièrement insisté sur « les petits trafiquants du coin de la rue …
Ceux dont on dit : c’est que des clopes, c’est pas méchant …
« Voilà le vrai visage du marché noir au quotidien, pour nous, buralistes. Le petit revendeur qui vient s’installer chaque jour à dix mètres de notre commerce et qui arrête nos clients sur le pas de notre porte pour lui vendre des cigarettes moitié prix. Le vrai visage du marché noir, c’est l’épicier qui vend des paquets soi-disant en douce, mais suffisamment peu en douce pour que tout le monde soit au courant !
« C’est aussi, et peut-être même d’abord à ce niveau là que vous devez agir.
« En France, on a eu une police de proximité : il faudrait une douane de proximité ! »

En rebond, Pascal Montredon – après avoir rappelé « nous n’avons pas envie de disparaître mais de pouvoir transmettre nos affaires à des repreneurs dans le futur, tout simplement » – a défini les priorités de la profession : gérer au mieux pour le réseau l’arrivée imposée du paquet neutre ; négocier le 4ème Contrat d’avenir ; déployer les grands projets « modernisation » et « diversification » pour consolider le modèle de proximité des buralistes.

Ceci, en « tordant le cou » aux idées de ceux qui voudraient neutraliser l’esprit d’entreprise chez ces mêmes buralistes.

Se disant « consciente de la situation fragile de certains buralistes, notamment avec des difficultés de trésorerie », Corinne Cléostrate a néanmoins rappelé la relative bonne tenue du marché du tabac en 2015, par rapport aux années précédentes (voir Lmdt des 11 et 8 janvier).

Elle a laissé entrevoir que le bilan des saisies pour l’année écoulée serait plus que remarquable (voir Lmdt du 2 septembre 2015). En soulignant le récent démantèlement de réseaux de vente à la sauvette en Seine-Saint Denis (voir Lmdt du 8 avril). Et en insistant – en faisant appel à son « expérience professionnelle antérieure » – sur l’impérieuse nécessité de traiter en priorité la grande contrebande, seule façon d’assécher l’approvisionnement des petits trafics.

Elle a annoncé une très prochaine réunion de tous les correspondants tabac des directions régionales des Douanes.