Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Avr 2015 | Trafic
 

Revendeurs 93Traditionnellement concentrée dans le quartier de Barbès à Paris, la revente de cigarettes à la sauvette a gagné le carrefour des « Quatre Chemins » (une station de métro), en Seine-Saint-Denis, du côté de Pantin et d’Aubervilliers. « Après les révolutions arabes … », précise la préfecture du département qui, en raison des « nombreux troubles à l’ordre public et de la lutte contre ce trafic », en a fait une priorité dans cette zone de sécurité … prioritaire. L’AFP a suivi une opération « commando » (relatée dans une dépêche du 2 avril) en prenant le parti de décrire « la grande misère » se cachant derrière ce « petit trafic ».

Dans cette zone de la banlieue nord de Paris, 170 vendeurs ont été interpellés (4 250 paquets saisis) en 2014 ; 18 depuis le début de l’année (1 051 paquets saisis). Plus de 40% des interpellés – risquant en théorie six mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende – ont fait l’objet d’un rappel à la loi.

Ce jour d’opération, rapporte toujours l’AFP, sont mobilisés une vingtaine de policiers, deux commissariats, une Unité spécialisée dans le Traitement des Infractions à la Législation sur les Étrangers  (Utile) ainsi que les Douanes. La principale difficulté, c’est de ne pas se faire « détroncher », explique un policier. Fabienne Azalbert, commissaire d’Aubervilliers, décrit des trafiquants « bien organisés » et « dissimulés » sous de multiples identités d’emprunt.

revendeurs 93Les revendeurs sont postés à la sortie du métro, en cette heure d’affluence, facilement repérables : des hommes jeunes, vêtus de sombre. Des immigrés « tunisiens ou égyptiens, sans domicile fixe ». Achetée un euro le paquet auprès de fournisseurs en Afrique du Nord ou au Sénégal, la marchandise est acheminée à travers l’Espagne par des « mules », comme pour le trafic de stupéfiants, pour être revendue, en bout de chaîne, quatre euros le paquet .

A l’écart du carrefour, des clients  pris en flagrant délit d’achat se voient soumis à une transaction douanière, qualifiée par le journaliste « d’amende pour éviter des poursuites ».