Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Québec charlebois_lucieLe but premier du projet de loi « visant à renforcer la lutte contre le tabagisme », présentée ce mardi 5 mai, est de « réduire la prévalence du tabac chez les jeunes et de faire baisser le taux de tabagisme », a annoncé la ministre déléguée à la Santé publique québécoise, Lucie Charlebois. Au programme : restreindre les lieux et les produits disponibles aux fumeurs (voir Lmdt du 1er mai).

Le projet préconise l’interdiction de fumer sur les terrasses des restaurants et des bars, dans les voitures avec des enfants de moins de 16 ans et dans un rayon de 9 mètres des portes sur les terrains d’édifices publics. L’introduction de saveurs et d’arômes dans les produits du tabac est prohibée (y compris le menthol). Enfin, la cigarette électronique, même sans nicotine, est soumise au même encadrement.

Même si elle accueille positivement ce projet de loi 44, la Coalition québécoise pour le Contrôle du Tabac (CQCT) estime que la ministre Charlebois aurait pu relever la barre un peu plus haut. Elle pense notamment que des dispositions pour standardiser l’emballage (paquet neutre), de même qu’une interdiction de fumer près des terrains de jeu, auraient dû faire partie du projet de loi.

« On a un projet de loi assez costaud qui comporte déjà beaucoup de modifications », a répliqué Mme Charlebois, « il faut suivre l’évolution de la mentalité des citoyens ». Mais elle ne ferme pas la porte au paquet neutre (générique) : « certaines mesures proposées méritent d’être questionnées lors de l’étude par les membres de l’Assemblée nationale : la Loi pourrait être bonifiée en ajoutant l’emballage neutre, une mesure reconnue comme bénéfique ».

De leur côté, l’Union des Tenanciers de Bars du Québec (UTBQ) et l’Association québécoise des Dépanneurs en Alimentation  (AQDA) estiment que le projet va trop loin. Peter Sergakis, président de l’UTBQ, estime que les nouvelles règles dissuaderont de nombreux clients de venir sur les terrasses des bars, alors que Michel Gadbois, président de l’AQDA, avance que la prohibition du menthol favorisera la contrebande.