Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
24 Mar 2024 | Profession
 

Sur BFM Live, ce 22 mars, Philippe Coy est revenu sur les informations diffusées par le CNCT (Comité national contre le Tabagisme) selon lequel un sondage révélerait que 95 % des mineurs souhaitant acheter du tabac chez un buraliste y sont arrivés (voir 23 mars). En voici l’essentiel.

•• Responsables : « les buralistes sont des commerçants responsables. Pour les produits tabac, jeux, alcool, nous sommes vigilants et ne vendons pas aux mineurs. Nous ne sommes pas autorités de la force publique. Mais s’il y a suspicion nous pouvons demander à notre client de prouver son identité. »

•• « En pâture » … : « je ne dédouane pas la responsabilité du réseau des buralistes. Mais je constate que l’on jette en pâture dans les médias, ce matin, un sondage dont on ne connait pas les conditions de réalisation. Je regrette que cette association subventionnée ne se fixe qu’une mission : piéger sans jamais proposer des solutions. »

•• Étonnement : « mais parle-t-on dans ce sondage de la vente de tabac sur les réseaux sociaux, dans la rue, à la porte des écoles, à l’entrée des gares et du métro ? Des lieux où le CNCT ne va pas faire de sondage … car cette situation est le résultat de la politique dogmatique qu’ils réclament, celle de l’augmentation exagérée des prix. »

•• Pro-actifs : « je veux dire très clairement que nous ne sommes pas parfaits et le savons. Nous ne faisons pas de déni de réalité. Nous sommes tous sensibles à la protection des mineurs, à cette exigence de santé publique. Mais il y a toujours des situations difficiles.

« Nous avons lancé depuis deux, pour les buralistes, un module de formation en e-learning qui s’appelle BOB comme Buraliste officiellement Bienveillant (voir 9 mars 2023). Nous faisons intervenir, dans nos réunions professionnelles, des addictologues. »