Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements liés directement ou indirectement au tabac
10 Mai 2022 | Profession
 

La Confédération a fait étape, ce jeudi 5 mai, pour une nouvelle « Journée de la Transformation » dans les Côtes-d’Armor (voir 4 mai, 7 et 29 avril). 

Le département recense 390 buralistes, « dont 65 % installés dans des communes de moins de 3 000 habitants. Ils ont un rôle social essentiel, à un moment où l’on parle de fracture des territoires » a rappelé Philippe Coy pour Ouest France.

•• « Les buralistes servent chaque jour dix millions de Français. Mais avec la hausse du prix du tabac et de la fiscalité, il est essentiel de réinventer le métier et amplifier l’offre de services », a-t-il encore expliqué. Parmi les activités supplémentaires possibles : le Paiement de Proximité  (fiscalité et services locaux), produits de la poste, snacking, produits de la vape, aliments en circuits courts …

Dans le département 70 buralistes ont fait appel au Fonds de Transformation pour moderniser leur point de vente.

•• Philippe Coy et Odile Le Ny (présidente de la fédération départementale, administratrice de la Confédération ) ont rencontré plusieurs élus locaux et rendu visite à une dizaine de buralistes de l’agglomération de Saint-Brieuc pour « constater les bienfaits des transformations réussies ». Ils se sont notamment arrêtés à Plédran dans un bar-tabac :  « L’Hippodrome ».

Le couple a repris le commerce en 2018 et fait près d’un an de travaux, financés d’un tiers par le dispositif de Transformation, pour réaménager l’établissement, qui fait désormais bar, tabac, PMU, caviste, vente de snacking, de timbres, de cigarettes électroniques et CBD … Autant d’activités secondaires – par rapport au tabac – qui représentent 30 % de leur chiffre d’affaires total.

« L’Hippodrome » sert aujourd’hui « 1000 à 1 200 clients par jour » et fait office de « lieu d’échange nécessaire dans notre bourg » a salué le maire de Plédran ( 6 500 habitants ) Stéphane Briend. « C’est devenu une vraie locomotive économique pour la commune, qui offre un relais de services lorsque les commerces ferment. »