Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Dans le cadre du projet « Ville Libre Sans Tabac », qui vise à accélérer le mouvement de dénormalisation du tabac, la municipalité de Thionville (Moselle) a inauguré, ce vendredi 8 octobre, 35 « Espaces sans tabac », confirme (voir 15 septembre) le Comité national contre le Tabagisme (CNCT) dans un communiqué que nous reprenons.

Avec une prévalence tabagique plus élevée que la moyenne nationale dans le département, le maire de la ville, Pierre Cuny, a décidé d’agir pour améliorer la santé et la qualité de vie des Thionvillois.

Depuis 2014, des mesures de lutte antitabac ont été mises en place sur le plan national (mois sans tabac, paquet neutre, hausse des taxes, remboursement des substituts nicotiniques) mais il est nécessaire d’articuler ces efforts avec des actions locales au plus près de la population.  Pour cela, de plus en plus de villes et intercommunalités placent la santé publique au cœur de leur engagement politique et agissent, en particulier pour dénormaliser la consommation de tabac dans une perspective de génération sans tabac d’ici 2030.

•• Thionville, actrice de la lutte contre le tabagisme

La ville s’était déjà engagée en 2020 avec la mise en place du premier volet du projet : Mairie Libre Sans Tabac, proposé par l’association Grand Est Sans Tabac (GEST), en partenariat avec le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT) avec le soutien financier de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est et la Mildeca. Ce dispositif est la mise en œuvre adaptée à l’échelon local d’un ensemble de mesures démontrées comme efficaces de lutte contre le tabagisme.

Thionville fait ainsi partie des toutes premières villes en France à mettre en place un dispositif complet et cohérent d’actions pluriannuelles dans le cadre d’un Programme Local de Lutte contre le Tabac, Ville Libre Sans Tabac, permettant de réduire la consommation de tabac à l’échelle d’une agglomération ( …)

La ville mettra ainsi progressivement en place un ensemble de mesures de lutte contre le tabagisme intégrant aussi bien des axes de prévention, de promotion de l’arrêt, de contrôle des interdits protecteurs, de protection des politiques publiques à l’égard du lobby tabac, etc. 

Selon les premiers résultats d’un sondage mené par l’institut Audirep pour GEST et le CNCT, il apparait que les habitants soutiennent massivement la mise en place du projet « Ville Libre Sans Tabac ». À Thionville, plus de 80% des habitants interrogés y sont favorables

•• Mobilisation autour des « espaces sans tabac »

En France, 75 000 décès sont liés chaque année au tabac et le tabagisme des jeunes bien qu’en baisse ces dernières années, reste particulièrement élevé et préoccupant. Pour dénormaliser davantage le tabagisme et protéger du tabagisme passif, une des mesures efficaces est la création d’espaces sans tabac. Les Espaces Sans Tabac sont des lieux extérieurs délimités et/ou identifiés où la consommation de tabac est interdite par arrêté municipal.

Ces nouveaux espaces sans tabac contribuent à protéger les non-fumeurs et les fumeurs de l’exposition à la fumée de tabac, à aider les fumeurs dans le processus de l’arrêt, à réduire l’initiation au tabagisme des jeunes, et à lutter contre la pollution des mégots. Il s’agit ans un premier temps à Thionville de retenir des établissements scolaires, parcs et jardins, les abords de l’hôtel de ville et de ses bâtiments des services techniques, ainsi que les abords des locaux de la communauté d’agglomération Thionville, Porte de France.

•• Une prévalence tabagique plus importante que la moyenne nationale dans le Grand Est

Avec 1,2 millions de fumeurs quotidiens, soit 30 % de sa population, la prévalence des fumeurs dans le Grand Est y est plus importante que la moyenne française et le phénomène touche particulièrement la région de la Lorraine. La proximité de Thionville au Luxembourg, à la Belgique et à l’Allemagne facilite les achats de tabac à des coûts moindres.

Cette attitude affaiblit l’impact important que peuvent avoir les hausses de taxes sur la consommation de tabac, mesure qui reste la plus efficace. Cette situation a une incidence considérable sur la santé et l’économie locale. Il s’ensuit une incidence et une mortalité élevées pour les pathologies les plus associées au tabac (cancer du poumon, broncho-pneumopathie chronique obstructive et cardiopathies ischémiques).

C’est pour ces raisons que Pierre Cuny, maire de Thionville et président de l’agglomération Portes de France-Thionville a une volonté forte d’œuvrer pour la protection de la santé de ses administrés et de ses habitants.

« La sensibilisation aux effets nocifs du tabagisme doit être faite dès le plus jeune âge, explique Pierre Cuny. Il est de notre responsabilité d’agir pour la santé de nos enfants, de nos écoliers et de l’ensemble de nos administrés et de montrer l’exemple. En créant ces espaces sans tabac, nous supprimons la cigarette du quotidien des enfants et des habitants et les sensibilisons à un mode de vie plus sain.