Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
 

Selon une analyse américaine – tentant d’évaluer globalement les résultats de la Convention-Cadre de lutte anti-tabac de l’Organisation Mondiale de la Santé entrée en vigueur en 2005 – , 53 millions de personnes auraient cessé de fumer, entre 2008 et 2014, dans 88 pays du monde, et ceci grâce à aux mesures adoptées par les États.

L’étude, publiée dans Tobacco control, chiffre ainsi à plus de 22 millions les vies ainsi sauvées en sept ans.

Ces nouvelles données sont à mettre en perspective avec celles obtenues en 2013 sur 41 pays engagés dans cette lutte contre le tabagisme entre 2007 et 2010 : durant cette période, près de 7,5 millions de morts liées à la cigarette avaient pu être prévenues.

• « Nos résultats peuvent aider les pays qui n’ont toujours pas pris des mesures contre le tabagisme – soit plus de la moitié des 196 pays du monde – à mieux comprendre l’impact positif et puissant de ces politiques sur la santé publique », assure sans surprise David Levy, professeur d’oncologie au Centre Georgetown Lombardi (États-Unis).

Car, si au 1er janvier 2015, 186 pays et entités ont signé la Convention-Cadre, en revanche 10 pays, dont les États-Unis, n’ont toujours pas ratifié ce texte. Et adopté ne veut pas dire appliqué : moins de 90 Etats signataires ont mis en œuvre au moins une disposition pour réduire le tabagisme.

• Prohibition de la publicité, interdiction de vente pour et par les mineurs, lutte contre le commerce illicite, forte taxation des produits du tabac … les dispositions générales prônées par l’OMS fonctionnent à l’évidence, selon les chercheurs de Georgetown.

Sur les 22 millions de morts évitées dans les 88 pays ayant appliqué le traité, ils estiment que 7 millions peuvent être « attribuées » à la hausse des prix du tabac, plus de 4 millions aux avertissements sanitaires ou encore près de 4 millions à la suppression du marketing.

• À titre d’exemple, on nous explique qu’un nombre important de ces vies a été sauvé entre 2012 et 2014 quand le Bangladesh, la Russie et le Vietnam ont mis en place certaines mesures : taxes, interdiction de fumer dans les lieux publics et avertissements sanitaires.

« Le Brésil, le Panama et la Turquie ont promulgué la quasi-totalité des 6 grandes mesures de la convention et ont vu une réduction considérable de la prévalence du tabagisme », ajoute le spécialiste. Sans poser la question du rôle qu’auraient pu jouer d’autres facteurs.

• Parmi les mauvais élèves, les chercheurs désignent la Chine, l’Inde et l’Indonésie qui n’ont pas adopté la convention-cadre (140 millions de morts auraient été évités, selon leurs calculs).

Mais aussi la France, où les fumeurs semblent avoir été peu touchés par les nombreuses mesures mises en œuvre. Plus d’un tiers de la population de 15 à 15 ans fume régulièrement, annonce l’étude.  Une proportion presque deux fois plus importante qu’Outre Atlantique, et largement plus élevée que de nombreux pays occidentaux.

Dommage que les rédacteurs de l’étude ne se soient pas plus interrogés sur les raisons de cette exception française.