Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement au tabac
4 Fév 2014 | Pression normative
 

Une communauté médicale qui applaudit l’ensemble des dispositions du 3ème Plan Cancer. Des associations anti-tabac satisfaites de la place donnée à la lutte contre le tabagisme. Des buralistes plus sceptiques … Premier tour d’horizon des réactions.

• Scepticisme sur l’efficacité quant au levier du prix du tabac …

Montredon Manif frontaliersAu cours des interviews et des débats (RMC, BFM TV, LCI) de cet après-midi, Pascal Montredon a répété qu’il fallait se poser les bonnes questions :
« Comme l’a relevé le président de la République, la France se distingue par des prix du tabac les plus élevés d’Europe et en même temps par une forte consommation … Quand on fait référence à la forte hausse liée au 1er Plan Cancer, on parle de baisse violente de la consommation. Mais on se trompe. La baisse a eu lieu au niveau des ventes dans le réseau des buralistes, seulement. En 2003, le marché parallèle était à 3%, il explose actuellement à 24%.
« Les buralistes sont favorables à un plan de réduction du tabagisme. A condition qu’il soit cohérent. A condition qu’il intègre une véritable action contre le marché parallèle. Alors, sera respectée la politique de santé publique, seront au rendez-vous les rentrées fiscales et les buralistes pourront se consacrer à leur diversification. Mais la seule méthode du prix n’est pas la bonne méthode.
« Surtout dans une Europe qui, d’un côté, légifère pour imposer des paquets de cigarettes quasi générique , tout en « libéralisant » le transport du tabac à travers l’Europe ».

• Les anti-tabac sont satisfaits.

OFT Dautzenberg. Même Bertrand Dautzenberg (Office français de Prévention du Tabagisme) qui spéculait de façon négative sur le 3ème Plan Cancer jusqu’à hier (voir Lemondedutabac des 20 et 22 janvier, et 3 février) : « comme Jacques Chirac, François Hollande a déclaré la guerre au tabac ». Une anecdote : sur BFM, Bertrand Dautzenberg a fait remarquer que le chiffre « fort »cité par le Président de la République « d’un jeune fumeur de 17 ans sur deux meurt avant 60 ans » n’était pas tout à fait exact. Selon lui, un fumeur sur deux meurt … dont, seulement, la moitié avant l’âge de la retraite.

Y Martinet. Yves Martinet, président du Comité national contre le Tabagisme, également. Il considère que la mise en place d’un Plan national de Réduction du Tabagisme va dans le sens d’actions coordonnées, indispensables pour la baisse de la prévalence, comme l’exemple britannique. Il souligne que, désormais, les hausses de prix devraient, enfin, abonder un fonds dédié à aider les fumeurs.
En même temps, il rejoint, en débat sur RMC Info, Pascal Montredon sur l’importance des achats frontaliers « imposés par Bruxelles » et devient favorable à « une harmonisation des prix et taxes dans l’Union européenne ».

Une prochaine forte hausse des prix ? Pas forcément, manifestement il y aura d’autres considérations que celles de la feuille de route de Marisol Touraine sur le Plan national de Réduction du Tabagisme. On l’aura senti dans les propos présidentiels. Même si aucun commentateur ne s’est risqué à l’évoquer.