Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Août 2021 | Profession
 

Dans les bars-tabac, les clients pourront toujours venir chercher des cigarettes ou des journaux. Mais pour lire ces derniers en dégustant un café à l’intérieur de l’établissement ou sur la terrasse, il faudra montrer le pass sanitaire.

•• Réactions à Calais (Pas-de-Calais)

« Tant que la personne n’enlève pas son masque pour consommer, je ne demanderai pas son QR code », explique, à La Voix du Nord, Sylvain Hodicq, président des buralistes du Calaisis et patron du « Penalty ». Il applique les nouvelles règles (partiellement) depuis une semaine. « On voulait se préparer mais aussi avertir la clientèle, pour qu’elle s’habitue ». Et le buraliste est sûr : « ça va créer des tensions. Déjà pour les masques je me bats tous les jours alors là … ».

Les professionnels craignent aussi la baisse du chiffre d’affaires. « Entre 30 et 40 % de ma clientèle n’est pas vaccinée. Le calcul est simple » souligne-t-il. Une consœur n’est pas inquiète, « c’est plutôt les bars du soir qui vont être embêtés », estime-t-elle.

•• Réactions à Lisieux (Calvados)

Le patron de « La Choppe » dans Ouest-France  : « je pourrais vendre mes produits en tant que buraliste mais trois mètres plus loin, je devrais contrôler pour un café ».

Et de poursuivre : « je ne sais même pas si quelqu’un qui vient pour le PMU doit être contrôlé. J’appelle les autres buralistes et gérants pour voir comment ils s’organisent. Tout est flou pour moi, j’ai besoin de réponses. »

Il est aussi inquiet de la somme de travail, entre le tabac, le service et les contrôles : «on n’a pas de moyens et on n’a pas toutes les armes pour être prêts, estime le gérant. J’ai commencé à tester les scans. Une chose est sûre, je ne pourrais pas contrôler les habitués à chaque fois ! ».