Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Mar 2015 | Pression normative
 

« La France sera le seul pays au monde à appliquer le paquet neutre au papier à rouler … alors que le numéro 1 mondial du secteur est une entreprise française ! » s’étonne et s’indigne Philippe Parcevaux, président de Republic Technologies (marques JOB, OCB et Zig-Zag).

Republic TechnoEn effet, l’amendement sur le paquet neutre (générique) adopté par la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale (voir Lmdt des 18 et 19 mars) étend son champ d’application aux cahiers de papier à rouler. Ce qui heurte le sens commun et impacte directement Republic Technologies (400 salariés à Perpignan) : unique entreprise française du secteur et leader sur le marché mondial (voir Lmdt du 26 février). Une situation que l’on ne peut retrouver que dans la France d’aujourd’hui.

Cette extension du paquet neutre au papier à rouler signifie, en effet, pour Republic Technologies :
• la disparition programmée d’un savoir-faire français connu et reconnu à travers le monde ;
• une perte de compétitivité sans précédent pour l’industrie française du papier à rouler, face à des concurrents beaucoup moins concernés ;
• l’explosion des filières de contrefaçon (voir Lmdt du 10 octobre 2012) ; et la remise en cause, pour Republic technologies, de l’efficacité des actions en justice conduites jusqu’à maintenant contre le commerce illégal et l’atteinte au droit des marques.

« Cette décision est d’autant plus incompréhensible qu’elle ne se justifie absolument pas du point de vue de la lutte contre le tabagisme (…) Le papier à rouler n’est pas un produit du tabac et ne joue de rôle ni en termes d’addiction, ni en termes d’incitation des consommateurs. Où se trouve la cohérence ? » martèle Philippe Parcevaux.

Republic Technologies appelle les autorités – Gouvernement mais aussi élus des Pyrénées-Orientales (département de la métropole au plus fort taux de chômage) – à prendre leurs responsabilités pour la sauvegarde de l’industrie et de l’emploi.